Friday, February 15, 2008

Le Zen

Le Ch’an originel, fortement influencé par le taoïsme libertaire, permet de s’affranchir de la tyrannie des textes, des rites et des dogmes. C’est une libre pensée spirituelle.

Le Zen, prononciation japonaise du mot chinois Ch’an, Ch’an-na (dhyâna), n’a pas conservé l’esprit libertaire du Ch’an originel. Bien au contraire, le Zen prône la discipline et la soumission. Un centre Zen est toujours un peu inquiétant. " Dans le Zen, écrit Suzuki, il n’y a ni enseignement ni attitude morale claire, on se contente de suivre les circonstances. Par exemple, si vous vous trouvez en Allemagne nazie, vous devez être un parfait nazi. "

Cette servilité explique peut-être la prolifération des centres Zen en Occident. Le nouvel ordre mondial peut compter sur des cliques de bouddhistes soumis à des Seisetsu. Seki Seisetsu (1877-1945) était un maître Zen respecté qui prônait l’extermination des ennemis de l’empire nippon.


Le bushidô zen entra en action en Chine. A Nankin, la cruauté de l'armée japonaise, qui comptait de nombreux adeptes du Zen, horrifia les nazis présents.

Parmi les criminels de guerre japonais il y a beaucoup de zénistes. Comme le bouddhisme tantrique tibétain, le Zen est très éloigné de l’humanisme. Les uns se prosternent devant des rinpochés, quelquefois des auxiliaires de la CIA, les autres se font administrer des raclées par le jikijitsu pour s’être assoupis durant la méditation. Les simagrées de cette espèce de bouddhistes fanatiques et les relents du vieux fascisme nippon ne donnent pas une bonne image du pays du soleil levant. (Le réveil des vieux démons, VOIR LA VIDEO...)

Le mois dernier, dans ce pays entaché par les crimes du Zen militariste, un homme politique a eu le courage de défier l’ogre anglo-américain. Yukihisa Fujita, président d’une commission parlementaire, a interpellé le gouvernement japonais et posé enfin, six ans après, les questions fondamentales concernant l’attentat du 11 Septembre. Au Japon, perdre la face publiquement est un hara-kiri politique. Yukihisa Fujita avait donc sérieusement étudié le dossier avant d’exposer ses pertinentes remarques au sujet de la version officielle du puissant " allié " américain. C’est une attitude courageuse quand on constate l’omerta que l’empire anglo-américain impose aux politiciens et aux journalistes du monde entier.
VOIR LA VIDEO…
(Yukihisa Fujita n’est certainement un zéniste docile, dressé à coups de Kyôsaku.) La traduction écrite de l’intervention du politicien est sur le réseau Voltaire
http://www.voltairenet.org/article154482.html.
Thierry Meyssan doit boire du petit lait.


Les bouddhistes japonais puritains et moralisateurs sont souvent embarrassés par le cas Ikkyû (1394-1481). ce moine poète zen a certainement vécu le Vrai et le Spontané beaucoup mieux que les misogynes adeptes du zazen, la sacro-sainte assise méditative. LIRE LA SUITE...


Durant sa jeunesse, Bankei(1622-1693), désireux de comprendre le sens de l’expression " Brillante Vertu ", s’était lancé avec beaucoup de détermination dans une difficile et douloureuse quête spirituelle. LIRE LA SUITE...

1 comment:

  1. je viens de découvrir votre blog et j'ai beaucoup de difficulté à cerner votre message. Un agnosticisme bouddhiste anarchiste ?? Essentiellement fondé sur une critique acerbe et systématique de toutes les formes de traditions ?... J'avoue, j'ai du mal. Un contenu riche, très fourni, et globalement confus et pas clair du tout...

    ReplyDelete

Note: Only a member of this blog may post a comment.