Monday, June 16, 2008

Picsou rinpoché

Dans quelques mois s’ouvrira le premier festival bouddhiste kadampa international de Paris du 31 octobre au 7 novembre 2008. Les lamas tantriques ont trouvé un lieu magique : Le parc Disneyland.
Les vénérables bhikshus (pâli bhikkhu), qui à l’origine étaient des sages SDF mendiant leur nourriture, dormiront dans des hôtels de luxe, la nuit coûte entre 105 et 305 euros (only).


L’information est arrivée dans la boîte Email de bouddh@nar :

L'automne prochain, ça ne vous dirait pas d'assister au premier festival de la NKT à... DISNEYLAND PARIS ! Vous ne me croyez pas ? Vérifiez vous-même :

http://www.kadampafestivalparis.org/index.html?lang=en
Vous imaginez un peu Guéshé Kelsang Gyatso en train de prendre son petit dèj' dans la suite du Disneyland Hotel entouré de toons ? Ce n'est pas le moment de tuer Bambi ! Sweet dreams, sleep well.
Je croyais avoir tout vu, mais là...
Dordjé Shügden et Gueshé Kelsang Gyatso sur les traces de Carla et Nicolas.
Et c'est signé ( bien sûr ) :


Jiminy l'Cricket

Le néo-bouddhisme flirte depuis des décennies avec le business le plus éhonté et les fantasmes puérils. La parodie spirituelle a donc sa place dans le temple des mièvreries régressives qui dénaturent la véritable intériorité de l’enfance.




Les hôtels de Disneyland Paris










Dans la stratégie expansionniste des Etats-Unis, la culture apparaît comme un instrument de domination parmi d’autres. L’objectif est d’élaborer une culture de la consommation en standardisant toute création culturelle. Disney occupe une place centrale dans l’industrie des loisirs et, de ce fait, dans le processus de contrôle et de formatage de nos vies. LIRE LA SUITE...

Les spiritualistes répètent à foison la maxime "le hasard n’existe pas". Ainsi, ils voient des signes révélateurs dans certains événements. Quand le président des français, vassal décomplexé de l’empire américain, affiche sa vulgarité dans les allées de Disneyland de nombreux observateurs, qui connaissent le déclin moral de la France, ne sont pas vraiment étonnés. En revanche, la retraite consacrée à la Prajñâpâramitâ, version lamaïste, qui se déroulera dans le sanctuaire de la frénésie consumériste des Etats-Unis, est plus lamentable et inscrit définitivement le lamaïsme dans un courant opposé à la véritable spiritualité.

Le lettré chinois Lin Yutang nous permet de mieux comprendre certains aspects de la sagesse ancienne si différente du lamaïsme bling bling. LIRE " Cynisme, folie et camouflage : Laozi "…


À la fameuse devise jacobine: "La liberté ou la mort", le monde totalitaire et concentrationnaire pourra bientôt répondre: "La servitude ou la mort". Il y a plus de soixante ans, Georges Bernanos sonnait l'alarme. Lire sa conférence "La liberté pour quoi faire ?"



No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.