Friday, July 04, 2008

INGRID héroïne de la contre-révolution et héroïnomanie médiatique

La fin d’une séquestration injuste est une bonne nouvelle mais la récupération politique de la libération d’Ingrid Bétancourt n’échappe pas aux observateurs.

Les médias ont créé une nouvelle idole, Ingrid Bétancourt est devenue la figure emblématique de la résistance aux sombres héros du marxisme d’Amérique latine. Les élites souhaitent que l’effigie de La Pasionaria contre-révolutionnaire remplace celle du Che Guévara sur les t-shirts.

Le système fait de la libération d’Ingrid une drogue médiatique destinée à endormir les masses. Les populations victimes du totalitarisme économique ne doivent pas s’apitoyer sur leur sort, on escamote les souffrances du peuple en mettant en exergue celles d’une politicienne malchanceuse. L’impact émotionnel permet de détourner momentanément une colère légitime qui éclatera un jour. Les maîtres du monde ne l’ignorent pas. Ils orchestrent des campagnes médiatiques fondées sur l’esprit victimaire. Il s’agit de faire compatir sur le sort de personnalités, comme Ingrid ou le dalaï-lama, afin de nous détourner de nos propres souffrances et du mal être qui pourrit l’existence.

Les exploiteurs veulent nous faire oublier qu’aujourd’hui l’humanité possède les moyens technologiques qui permettent de vivre sans être soumis à la condition servile. L’esclavagisme moderne a remplacé les coups de trique par le matraquage médiatique.



En savoir plus sur "l’opération Ingrid " :
http://mai68.org/ag/1293.htm

Face à la nauséabonde et abusive propagande faite par les médias et personnages du showbizness français en faveur des intérêts d'Ingrid Bétancourt, une initiative citoyenne s'est mise en place pour lutter contre la désinformation dans cette affaire.
De famille bourgeoise et richissime, avec un père, qui fut ministre de l’Education, ambassadeur de Colombie à l’UNESCO et en France, l'avenir financier et social se présentait à la petite Ingrid sur un plateau d'argent. Après une jeunesse dorée passée dans de somptueux appartements de l'Avenue Foch, après des études de sciences politiques, épouse comblée d’un diplomate français en poste en Equateur, puis aux Seychelles, Mazette ! voilà, notre petite Ingrid arrivée à maturité qui commence à se forger comme tous bons bourgeois dignes de ce nom, une moralité charitable de tradition
. LIRE LA SUITE…

Une caste contrôle les médias. Ingrid Bétancourt appartient à cette caste d’exploiteurs d’êtres humains. De gauche ou de droite, ce sont de grands manipulateurs qui utilisent toutes les ruses pour maintenir leur emprise sur le pouvoir politique et religieux et continuer à s’enrichir. Sarkozy œuvre pour eux, avec cet olibrius la paupérisation est planifiée. Elle nous replongera dans la misère des ouvriers de naguère.




Ils étaient usés à quinze ans
Ils finissaient en débutant
Les douze mois s'appelaient décembre
Quelle vie ont eu nos grand-parents
Entre l'absinthe et les grand-messes
Ils étaient vieux avant que d'être
Quinze heures par jour le corps en laisse
Laissent au visage un teint de cendres
Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

On ne peut pas dire qu'ils furent esclaves
De là à dire qu'ils ont vécu
Lorsque l'on part aussi vaincu
C'est dur de sortir de l'enclave
Et pourtant l'espoir fleurissait
Dans les rêves qui montaient aux cieux
Des quelques ceux qui refusaient
De ramper jusqu'à la vieillesse
Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

Si par malheur ils survivaient
C'était pour partir à la guerre
C'était pour finir à la guerre
Aux ordres de quelque sabreur
Qui exigeait du bout des lèvres
Qu'ils aillent ouvrir au champ d'horreur
Leurs vingt ans qui n'avaient pu naître
Et ils mouraient à pleine peur
Tout miséreux oui notre bon Maître
Couverts de prèles oui notre Monsieur
Demandez-vous belle jeunesse
Le temps de l'ombre d'un souvenir
Le temps de souffle d'un soupir

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

Jacques Brel, 1977

No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.