Sunday, November 30, 2008

Sommes-nous marrons ?

Le courage de l’esclave en fuite de l’époque coloniale, du nègre marron, pourrait inspirer les personnes qui n’acceptent plus de ramper.

En réalité, les insoumis sont très rares. Les esclaves modernes ne supportent pas l’idée d’une vie sans chaînes. S’affranchir de la servitude exige des efforts herculéens. Bien que, Hercule esclave d’Omphale, la reine de Lydie, file la quenouille aux pieds de sa maîtresse sans trop rechigner.

Malgré leur incompétence, les riches, toujours plus arrogants et insatiables, ont joué au capitalisme spéculatif avec beaucoup de bonheur. Face à la crise et à la misère galopantes, le peuple aurait pu s’enflammer et, saisi d’une fureur révolutionnaire digne de Robespierre, envoyer tous les profiteur à la guillotine. Mais vivre sans maître est devenu impensable. La banqueroute du siècle sera donc épongée par les exploités. Dans la jet-society on n’en revient toujours pas. Des unités anti-émeute étaient prêtes au massacre dans l’éventualité d’une révolte populaire. Toutefois, incarner Spartacus n’est pas possible sans testostérone. Généralement, le dressage social émascule les rebelles les plus combatifs. Naguère, le cerveau d’opposants coriaces était imperméable à la propagande castratrice, mais c’est à cause de l’estomac que l’hormone mâle, qui fait un solide révolutionnaire très courageux, disparaît. En effet, l’alimentation contient de nombreuses molécules chimiques qui agissent comme les œstrogènes. Les succédanés des stéroïdes de la féminité expliqueraient la déconcertante passivité des exploités. (Pollution et stérilité
http://www.cpdh.info/npds/article.php?sid=1110 )

Les religions au service du productivisme condamnent la sexualité. De cette condamnation est sortie la pornographie qui vend aux exploités un plaisir faisandé par la culpabilité et l’hypocrisie, alors que la nature nous a doté d’aptitudes comparables à celles de certains primates suffisamment malins pour ne pas nous imiter. L’organisation sociale des bonobos, fondée sur le sexe convivial et gratuit, est beaucoup moins répugnante que la société humaine régie par l’argent. L’exploité est un être frustré, il est invité à se résigner par ces mêmes religions. Victime d’une libido dévoyée, il rêve de devenir salarié à vie dès l’adolescence. Les salariés de première catégorie ont un CDI, contrat à durée indéterminé. Les travailleurs de seconde zone, des parias jetables, sont méprisés parce qu’ils n’ont qu’un CDD, contrat à durée déterminée. La discrimination est très positive pour les riches qui divisent les travailleurs pour la plus grande gloire du capitalisme.

Divisé, frustré et tenaillé par l’envie, le peuple besogneux est aussi apeuré. Il a peur de perdre son travail et de ne plus pouvoir consommer. Il a peur de se retrouver sans domicile, alors qu’il est si facile de construire une élégante maisonnette écologique pour quelques CENTAINES d’euros. Les bonnes gens sont terrorisés par des immigrés en djellaba. La peur est le moyen de domination le plus efficace du système faussement démocratique en place. C’est une redoutable arme psychologique. "La politique devient toujours plus cynique et amorale. On se sert du terrorisme pour faire peur et pour restreindre les libertés fondamentales. " (Dick Marty, Union européenne).

Ainsi, la peur qui étreint les populations prépare l’événement majeur de cette fin de cycle : la venue d’un prétendu sauveur, le fameux Christ-Maitreya que des Cassandre comparent à l’Antéchrist. Devant l’ampleur des désordres sociaux, les oiseaux de mauvaise augure seront rapidement muselées. L’imposteur sera acclamé et adulé. Il donnera du travail au peuple et apportera une nouvelle sécurité matérielle à l’instar de l’État populaire d’Adolphe Hitler, "Hitlers Volksstaat". Mais, comme son funeste prédécesseur, le guide suprême d’un nouvel ordre mondial-socialiste se transformera rapidement en tyran sanguinaire.

Les rares "fuyards marrons", Spartacus-Bouddha des cimes, ne s’alarment plus des risques et périls qui menacent l’humanité. Ils ont opéré une audacieuse dissidence de l’esprit qui leur permet de s’affranchir du conditionnement social et religieux. En retrouvant leur lucidité, ils sont devenus des êtres nobles de la Tradition. "L’être noble, lui qui a connu la vérité, n’a plus d’ambitions, que ce soit pour faire des expériences ou se libérer. Son absorption (samâdhi) est spontanée, non-conditionné. " (Ashtâvakra Gîta)



Christ-Maitreya un extrait du documentaire "Riddles in Stone - Secret Architechture of Washington" VOIR LA VIDEO



1 comment:

  1. Bonjour Bouddhanar :-)

    Dans le film "Brave Heart", le héros est tué en place publique, "émasculé", pour s'être révolté contre des pouvoirs pervers.
    Mais il n'a pas arrêté d'être Viril jusqu'à sa mort et Vivant dans le Coeur des Braves et au-delà.
    http://www.youtube.com/watch?v=Ifr4aGA2o_A

    Bonne journée,
    Sylvie

    ReplyDelete

Les commentaires sont momentanément désactivés.

Note: Only a member of this blog may post a comment.