Sunday, May 10, 2009

Le bardo de la mort et le nouveau spiritisme



Le père Brune est un spécialiste des prodiges mystiques et des phénomènes paranormaux attribués hâtivement aux défunts. Cet expert des apparitions mariales et du spiritisme moderne participe volontiers aux émissions de télévision ayant trait à la survie.

François Brune dit au sujet des phénomènes spirites :
"Je pense que peu à peu ça va se répandre et que ça va peut-être changer le monde". Cette phrase indique-t-elle la nature du nouveau spiritualisme que le père Brune entrevoit après, selon ses propres termes, "la disparition rapide de l’Eglise catholique" ?

En bon théologien, le père François Brune n'ignore pas l’existence d’intelligences malignes. Le danger est clairement désigné dans l’ouvrage de référence du prêtre, la sacro-sainte Bible : "Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes." (Éphésiens 6 : 12)

La fascination du père Brune pour les phénomènes de communication avec l’au-delà est étonnante. Cet ecclésiastique connaît pourtant la biographie d’un confrère, Jean-Marie Vianney (1786-1859), plus connu sous le nom de Curé d’Ars. Le curé d’Ars, qui possédait d’extraordinaires facultés psychiques notamment le don de clairvoyance, avait horreur du spiritisme. Le Chanoine Francis Trochu rapporte le récit suivant :

Le comte Jules de Maubou, qui avait des propriétés en Beaujolais, près de Villefranche, mais qui habitait Paris une partie de l'année, aimait à visiter M. Vianney. Il était son pénitent et son ami.

C'était vers 1850. Or, en ce temps-là - l'histoire est un perpétuel recommencement - la vogue était aux spirites, aux médiums et aux tables tournantes. Dans la haute société parisienne, même en des familles croyantes et pratiquantes, on s'adonnait à ce passe-temps réputé de bon ton. M.de Maubou, invité à une soirée chez une de ses parentes, ne crut pas pouvoir refuser son concours et participa à diverses expériences: sous ses yeux se déroulèrent les phénomènes habituels: la table se souleva et donna ses réponses en frappant le parquet.


Le surlendemain, notre gentilhomme, ayant repris le chemin du Beaujolais, se dirigeait vers Ars, heureux d'avance de revoir son vénérable et saint directeur. Justement, à son arrivée, M. Vianney se présentait sur le seuil de l'Église. Souriant, la main tendue, M de Maubou courut à lui. Sans même lui rendre son salut, le Curé d'Ars, le clouant sur place d'un geste, lui jeta d'une voix triste et sévère :
"Jules, arrêtez-vous! Avant-hier, vous avez eu commerce avec le diable. Venez vous confesser !"

Le jeune comte se laissa faire docilement et promis de ne plus s 'adonner à un passe temps ainsi jugé et condamné.

A quelque temps de là, de retour à Paris, il se trouvait dans un autre salon. On le pria, cette fois encore, d'aider à faire tourner une table. Du coup, il tint parole et se montra irréductible. Les invités décidèrent de passer outre, et le scrupuleux gentilhomme demeura seul dans un coin. Mais dans le même moment, M. de Maubou protestait, en l'intime de son âme, qu'il s'opposait à ce jeu de toute sa volonté. La résistance de la table fut telle et si imprévue, que le médium ne put s'empêcher de dire: "Je n 'y comprends rien. il doit y avoir ici une force supérieure qui paralyse notre action!"

(Ce récit repose entièrement sur des notes écrites, le 16 mai 1922, au presbytère d'Ars, par M. de Fréminville de Bourg, petit neveu de M. de Maubou).

De nos jours, le nouveau spiritisme utilise la technologie pour échanger avec les entités du monde astral. L’obsolète «oui-ja» est remplacé par des appareils technologiques (télévision, ordinateur, radio, téléphone portable, etc.). Cette nouvelle forme de spiritisme est appelée la «transcommunication instrumentale», la TCI.

Le spiritisme moderne avec son attirail technologique n’est guère éloigné du channeling. Les channels – les «canaux» en français – sont des médiums qui transmettent des messages de supposés maîtres spirituels. De nombreuses personnes sont d’abord intriguées par les manifestations des défunts et la transcommunication instrumentale. Ensuite, elles se retrouvent à frétiller de bonheur en écoutant les messages nébuleux des maîtres ascensionnés et de la hiérarchie cosmique qui annoncent l’âge d’or.

De plus en plus de chercheurs s’intéressent aux Expériences de Mort Eminente (EMI). Des expérimentateurs de EMI témoignent. Des médecins et des chirurgiens écrivent des livres. On veut croire que les messages communiqués par un appareil électronique ou un médium proviennent de décédés et parfois de maîtres spirituels. Tout cela donne raison au le père Brune sur un point, ces phénomènes se répandent et vont changer le monde. Nous assistons à de grands bouleversements à la fin desquels une nouvelle religiosité planétaire s’imposera. La religion issue du spiritualisme phénoménal et expérimental, qui passionne tant le père François Brune, nous rendra tous médiums ou channels. Mais la condition d’un médium est bien misérable, il est contrôlé par des entités…

Vidéo : Adolf Homes et la transcommunication instrumentale
http://www.dailymotion.com/video/x2k0bh_74-mysteres-la-transcommunication-i_tech





Note :
Des témoins dignes de foi signalent que des messages spirites incitent au suicide.

1 comment:

  1. Et le 22 décembre 2012, vous faites quoi au juste ?
    http://erenouvelle.nous-les-dieux.org/doss2012asce.htm

    ReplyDelete

Note: Only a member of this blog may post a comment.