Saturday, September 25, 2010

Clairvoyance positive et négative, dangers de la Médiumnité et de l’Hypnotisme

La clairvoyance

Clairvoyance signifie « voir clair » ou faculté (de la vision physique) de voir dans les mondes invisibles. C'est une faculté latente chez tous et que finalement chaque être humain possédera au cours de son épanouissement spirituel. Ayant acquis cette vue spirituelle, on peut alors faire pour soi-même des investigations dans des domaines comme la condition de l'Esprit humain avant la naissance et après la mort, et la vie dans les mondes invisibles.

Bien que chacun de nous possède naturellement cette faculté, il faut un effort persistant est nécessaire pour la développer de façon positive, ce qui paraît être puissamment dissuasif. Si elle pouvait être achetée, beaucoup paieraient le prix fort. Mais peu nombreux sont ceux qui consentent à vivre la vie requise pour l'éveiller. Cet éveil ne s'obtient que par un effort patient et persévérant.
Il ne peut pas être acheté; il n'existe pas non plus de route royale pour l'acquérir .

Il existe deux sortes de clairvoyance.
La clairvoyance positive, ou volontaire, est celle dans laquelle l'individu peut à volonté voir et faire des investigations dans les mondes intérieurs; il est maître de lui-même et de ce qu'il fait. Ce type de clairvoyance se développe par une vie pure et de service; l'individu doit être soigneusement instruit de son usage afin qu'il soit totalement efficace et utile. La clairvoyance négative, ou involontaire, existe, quand les scènes des mondes intérieurs se présentent à l'individu tout à fait indépendamment de sa volonté; il voit ce qu'on lui donne à voir et ne peut en aucune manière être le maître de sa vision. Ce type de clairvoyance est dangereux, il laisse l'individu exposé à être possédé par des entités désincarnées et, au pire, il risque que sa vie, dans ce monde et dans le suivant, ne lui appartienne pas.

Dans le cerveau se trouvent deux petits organes :le corps pituitaire (hypophyse) et la glande pinéale. La science n'a que peu de chose à dire à leur sujet et appelle la glande pinéale le troisième oeil atrophié, bien que ni cette glande, ni le corps pituitaire ne sont en train de s'atrophier. Ceci embarrasse beaucoup les savants, car la nature ne conserve rien d'inutile. Dans tout le corps, nous trouvons des organes qui s'atrophient ou se développent.
Cependant, le corps pituitaire et la glande pinéale appartiennent encore à une autre classe d'organes qui, pour le présent, n'évoluent ni ne dégénèrent, mais sont dormants. Dans un lointain passé, quand l'homme était en contact avec les mondes intérieurs, ces organes étaient les moyens d'y accéder et ils le seront à nouveau dans une phase ultérieure. Ils étaient connectés avec le système nerveux involontaire, ou sympathique. Dans un passé plus récent (pendant la dernière partie de l'Epoque Lémurienne et la première partie de l'Epoque Atlantéenne) l'homme voyait les mondes intérieurs; des images se présentaient à lui tout à fait indépendamment de sa volonté. Les centres de perception de son corps du désir tournaient dans le sens contraire des aiguilles d'une montre (suivant d'une manière négative le mouvement de la Terre qui tourne sur son axe dans cette direction), comme le font aujourd'hui les centres de perception des médiums. Chez la plupart des gens, ces centres de perception sont inactifs, mais un développement approprié les fera tourner dans le sens des aiguilles d'une montre. C'est là le point difficile du développement de la clairvoyance positive.

Le développement de la clairvoyance négative, ou médiumnité, est plus facile parce qu'il est simplement le réveil d'une faculté de miroir que l'homme possédait à une époque reculée, par laquelle le monde extérieur se reflétait involontairement en lui. Cette faculté se conserva par la suite grâce aux mariages consanguins. Chez les médiums contemporains, ce pouvoir est intermittent, ce qui explique pourquoi à certains moments ils peuvent "voir" et à d'autres moments ils échouent complètement, sans raison apparente.

Dans le corps du désir du clairvoyant volontaire correctement développé, les courants du corps du désir tournent dans le sens des aiguilles d'une montre et brillent d'une splendeur éblouissante qui surpasse de beaucoup la brillance du corps du désir d'une personne ordinaire. Les centres de perception du corps du désir autour duquel tourbillonnent ces courants, donnent au clairvoyant volontaire le moyen de percevoir les choses du « monde du désir » (le plan astral) et il voit et observe à volonté. La personne dont les centres tournent en sens contraire des aiguilles d'une montre ressemble à un miroir qui réfléchit simplement ce qui est devant lui; elle est incapable de rechercher des informations.

C'est là une des différences fondamentales qui existe entre un médium et un clairvoyant correctement développé. Il est impossible pour la plupart des gens de distinguer l'un de l'autre. Cependant, il existe un critère infaillible: jamais un clairvoyant correctement développé n'exercera cette faculté pour de l'argent ou tout autre avantage, pas plus qu'il ne s'en servira pour satisfaire la curiosité, mais uniquement pour aider l'humanité.

On comprend facilement quel grand danger résulterait, pour la société, du mauvais usage du pouvoir de clairvoyance volontaire permettant d'observer et de voir à volonté, si ce pouvoir était entre les mains d'une personne indigne. Elle pourrait lire les pensées les plus secrètes.
C'est pourquoi l'aspirant à la vue et à la pénétration spirituelles doit avant tout donner la preuve de son désintéressement. L'Initié est tenu par les serments les plus solennels de ne jamais utiliser ce pouvoir pour son intérêt personnel si peu que ce soit.

La clairvoyance correctement développée est la seule dont on se serve pour faire des recherches sur des faits occultes et c'est la seule qui puisse être utilisée dans ce but. Par conséquent, l'aspirant doit éprouver, non pas le désir de satisfaire une curiosité vaine, mais le désir sacré et désintéressé d'aider l'humanité. A défaut d'un tel désir, il est impossible de faire des progrès dans l'acquisition de la clairvoyance positive.

Pour retrouver le contact avec les mondes intérieurs, il est nécessaire d'établir la connexion de la glande pinéale et du corps pituitaire avec le système nerveux cérébro-spinal et de réveiller le corps pituitaire et la glande pinéale. Cela fait, l'homme aura à nouveau la faculté de percevoir les mondes intérieurs, mais à un degré plus élevé que dans le passé, parce que cette faculté sera reliée au système nerveux volontaire et, par conséquent, sous le contrôle de sa volonté. Cette faculté de perception lui ouvrira les voies de la connaissance et il aura à son service un moyen d'acquérir des informations, en comparaison duquel les autres méthodes de recherche ne sont que jeux d'enfants.

L'éveil de ces organes se fait par l'entraînement ésotérique suivant : la plupart des gens dépensent leur force sexuelle pour la gratification des sens, alors qu'elle devrait être utilisée pour la génération. Quand l'aspirant à la vie supérieure commence à réprimer ces excès et à consacrer son attention à des pensées et des efforts spirituels, la force sexuelle non utilisée commence à s'élever. Elle s'élève en un volume croissant, traversant le coeur et le larynx, ou bien l'épine dorsale et le larynx, ou les deux, puis passe directement entre le corps pituitaire et la glande pinéale vers le point à la racine du nez où siège l'Esprit .

Toutefois ce courant, quelle que soit son importance, doit être développé dans une certaine mesure avant que le véritable entraînement ésotérique ne commence. Ce n'est pas seulement un accompagnement nécessaire, mais une condition préalable à tout travail conscient dans les mondes intérieurs. Aussi l'aspirant doit-il mener, pendant un certain temps, une vie morale consacrée à des pensées élevées, avant qu'il ne soit possible de commencer le travail qui lui donnera la connaissance des royaumes hyperphysiques.

Quand le candidat a vécu de cette manière pendant un temps suffisant pour établir un courant d'énergie spirituelle et qu'on le trouve digne et qualifié de recevoir une instruction ésotérique, on lui enseigne certains exercices destinés à faire vibrer le corps pituitaire. Cette vibration le pousse à heurter et à faire légèrement dévier la ligne de force la plus proche qui, à son tour, agit sur la ligne de force la plus proche, et ainsi de suite jusqu'à ce que la force de la vibration soit épuisée.
Quand ces lignes de force ont été suffisamment déviées pour atteindre la glande pinéale, le but recherché est atteint: un pont entre les deux organes a été jeté. C'est un pont entre le monde physique et le monde astral. Dès qu'il est construit, l'homme devient clairvoyant et peut diriger son regard là où il veut. Il voit à la fois l'intérieur et l'extérieur des objets solides. L'espace et la solidité, en tant qu'obstacles à son observation, ont cessé d'exister.

Il n'est pas encore un clairvoyant expérimenté, mais il est clairvoyant à volonté, un clairvoyant volontaire. La faculté qu'il possède diffère de beaucoup de celle du médium.

La personne chez laquelle ce pont a été une fois construit, est toujours assurée de pouvoir entrer en contact avec les mondes invisibles, la connexion pouvant être établie ou interrompue à volonté. Peu à peu, l'observateur apprend à discipliner la vibration du corps pituitaire de façon à pouvoir entrer en contact avec telle région des mondes intérieurs qu'il désire visiter. Cette faculté est entièrement soumise à sa volonté. Point n'est besoin pour lui d'entrer en transe, ou de faire quoi que ce soit d'anormal pour élever sa conscience jusqu'au plan astral. Il lui suffit de vouloir voir, et il voit.

Toutefois, ayant obtenu cette faculté, le néophyte doit apprendre à comprendre ce qu'il voit dans le monde astral. De nombreuses personnes pensent que toute la vérité est immédiatement accessible au clairvoyant, et que, quand il peut « voir », il « sait tout sur tout » en ce qui concerne les mondes supérieurs. C'est là une grande erreur.

Nous savons que nous sommes loin d'avoir une connaissance universelle des choses que nous voyons dans le Monde Physique. Il faut beaucoup d'études et de persévérance pour connaître seulement une partie infinitésimale des objets physiques que nous manipulons chaque jour.

Dans le monde physique, les choses sont denses, solides et ne changent pas d'apparence en un clin d'oeil. Dans le monde astral, elles se transforment de la manière la plus inopinée. C'est là une source d'erreurs continuelles pour le clairvoyant involontaire négatif et même pour le néophyte qui pénètre dans ce monde sous la conduite d'un instructeur; cependant, l'enseignement qu'il reçoit l'amène bientôt au point où il peut percevoir la Vie qui cause le changement de la Forme et la connaître telle qu'elle est, malgré tous les changements possibles et énigmatiques.

Par conséquent, les clairvoyants doivent d'abord être entraînés avant que leurs observations puissent avoir une valeur réelle; et plus ils sont compétents, plus ils sont modestes en parlant de ce qu'ils voient; et plus ils ont d'égards pour les versions des autres, sachant combien il y a à apprendre et le peu qu'un simple investigateur peut en saisir.

Ceci explique aussi les différences dans les rapports qu'on a sur les mondes supérieurs, lesquels sont, pour les gens superficiels, un argument contre l'existence de ces mondes. Ils soutiennent que si vraiment ces mondes existent, les chercheurs doivent nécessairement en rapporter des descriptions identiques. C'est comme si, dans le monde physique, vingt personnes étaient appelées à décrire une ville, il y aurait vingt versions différentes; il en est de même pour les rapports des investigateurs des mondes supérieurs. Chacun les voit à sa manière et les décrit selon son point de vue personnel. Le rapport qu'il en fait peut différer de celui des autres, bien que tous soient fidèles du point de vue personnel de chaque observateur.

Il y a aussi une autre, et très importante distinction à faire. Le pouvoir qui permet de percevoir les objets d'un monde n'est pas identique à celui qui permet d'y pénétrer et d'y agir. Le clairvoyant volontaire bien qu'il ait reçu quelque instruction et qu'il soit capable de discerner le vrai du faux dans le monde astral, se trouve, par rapport à ce monde, dans la même position qu'un prisonnier derrière les barreaux d'une fenêtre vis-à-vis du monde extérieur-il peut voir, mais il ne peut pas opérer dans ce monde. C'est pourquoi, en temps voulu, de nouveaux exercices lui sont donnés pour former un véhicule au moyen duquel il peut fonctionner dans les mondes intérieurs d'une manière consciente.

La faculté de clairvoyance indique une connexion relâchée entre le corps vital et le corps dense. Durant les époques qui ont marqué l'histoire de notre Terre, où tous les hommes étaient involontairement clairvoyants, c'était le relâchement de cette connexion qui en était la cause. Depuis cette époque, le corps vital est devenu beaucoup plus étroitement relié au corps dense chez la majorité, mais cette connexion est relâchée chez tous les sensitifs.

C'est cette connexion qui fait la différence entre un tempérament « psychique » et une personne ordinaire qui n'est consciente que des vibration perçues par l'intermédiaire des cinq sens. Tous les êtres humains doivent passer par cette connexion étroite des véhicules et expérimenter la limitation de conscience qu'elle entraîne.

Il y a donc deux classes de sensitifs: ceux qui ne sont pas encore fermement incorporés dans la matière (telles les races moins évoluées et ceux qui ont pratiqué l'endogamie) et ceux qui sont à l'avant-garde de l'évolution. Ces derniers émergent du nadir de la matérialité et se divisent aussi en deux groupes: volontaire et involontaire.

Quand la connexion entre le corps vital et le corps physique est quelque peu lâche, l'individu sera sensible aux vibrations spirituelles et, s'il est positif, il pourra par sa propre volonté développer ses facultés spirituelles, et, à un moment, recevoir l'enseignement nécessaire pour devenir un clairvoyant positif, maître de sa faculté à n'importe quel moment et libre de l'exercer à son gré.

Si une personne a ce léger relâchement entre le corps vital et le corps dense, mais est d'une nature négative, elle est sujette à devenir la proie d'esprits désincarnés à la recherche d'un médium.

Quand le lien entre le corps vital et le corps dense est très relâché, de sorte que le corps vital puisse se retirer, et si le sujet est de nature positive, il peut devenir capable de séparer à volonté les deux éthers supérieurs de son corps physique et de les employer comme véhicule de perception sensorielle et de mémoire. Il peut alors fonctionner consciemment dans le monde spirituel et en rapporter le souvenir de ce qu'il y aura fait, de sorte que lorsqu'il quitte le corps physique la nuit, il prend part en pleine conscience à la vie dans les mondes invisibles, tout comme après notre réveil au matin, nous vaquons à nos activités dans ce monde.

Lorsqu'une personne a ce relâchement entre le corps vital et le corps dense et qu'elle est de nature négative, les entités liées à la terre et qui cherchent à s'y manifester peuvent soutirer son corps vital par la rate et utiliser temporairement son éther pour matérialiser des formes et rendre cet éther au médium lorsque la séance est terminée.

Comme le corps vital est le véhicule par lequel sont spécialisés les courants solaires qui nous donnent la vitalité, le corps du médium, au moment de la matérialisation, diminue parfois presque de moitié parce qu'il est privé du principe vitalisant. Sa chair devient flasque et la flamme de la vie y est faible. La séance terminée, le médium revient à la conscience et éprouve une immense fatigue.

Il suffit de dire qu'il est extrêmement dangereux pour quiconque de devenir négatif au point que ses véhicules et ses facultés peuvent être investies par une entité désincarnée; c'est ce qui arrive lorsqu'un médium « travaille ». L'entité peut contrôler le médium au point qu'il ne puisse plus avoir de choix dans quoi que ce soit, et ne vive qu'en fonction des souhaits de l'entité. Ce contrôle peut continuer même après sa mort si l'entité s'empare de son corps du désir. Il est difficile de s'y soustraire.

En plus de ces différents types de clairvoyance, tous les enfants sont clairvoyants, du moins pendant les premières années de leur vie. Le temps durant lequel ils conservent cette faculté dépend de leur avancement spirituel et aussi de leur milieu, car tous les enfants font part de ce qu'ils voient à leurs aînés et leur faculté de clairvoyance est perturbée par leur attitude trop souvent moqueuse envers leur « imagination »; ils apprennent bientôt à garder ces choses pour eux.

Ainsi nous voyons que la clairvoyance existe, qu'elle soit positive ou négative; ce n'est que par la clairvoyance positive que l'individu peut voir de façon juste, faire des recherches dans les mondes intérieurs et avancer le long du sentier de l'évolution. La clairvoyance négative ne peut pas être considérée comme un instrument sûr d'investigation et apporte souvent la situation hautement indésirable d'être sous un contrôle extérieur et peut entraîner une régression dans l'évolution de l'individu concerné.

La médiumnité

Pour comprendre la médiumnité, il est nécessaire de savoir que l'homme possède plusieurs corps. En plus du corps dense, instrument visible qu'il utilise ici dans ce monde à des fins matérielles, il possède également un corps vital composé d'éther, un corps du désir ou corps émotionnel, et un intellect. L'Esprit individualisé, ou Ego, vit et utilise ses véhicules qui s'interpénètrent, pour acquérir de l'expérience à l'école de la vie.

A l'état de veille, le corps dense et le corps vital (ce dernier interpénétrant le corps physique et s'étendant à environ quatre centimètres au-delà) sont entourés et pénétrés par un nuage de forme ovoïde qui comprend le corps du désir et l'intellect. Ces véhicules sont tous concentriques, et l'interpénétration de l'un par l'autre, se fait de manière que les centres sensoriels d'un véhicule soient correctement ajustés avec les centres sensoriels de l'autre, ce qui permet à l'Ego de diriger l'organisme complexe et de réaliser d'une manière ordonnée les processus vitaux que nous appelons raison, parole et action.

Lorsque le corps dense s'endort, il y a séparation des véhicules. L'Ego et l'intellect, revêtus du corps du désir, se retirent du corps vital et du corps dense, ces deux derniers restant sur le lit, tandis que les véhicules supérieurs planent au-dessus ou près du corps endormi, auquel ils sont reliés par la corde d'argent. Le processus de restauration commence peu après. Dans les cas normaux, le corps du désir (ayant été harmonisé dans le Monde du Désir) envoie l'énergie rythmique dans le corps vital et celui-ci, à son tour, commence à travailler sur le corps dense, éliminant les déchets principalement au moyen du système nerveux sympathique.
Le résultat est que le corps physique est revigoré et déborde de vie quand le corps astral, l'intellect et l'Ego le pénètrent le matin et provoquent son réveil.

A la mort, la même séparation entre les corps se produit comme dans le sommeil. Les soi-disant morts sont des Ego qui ont quitté définitivement leur corps dense, mais ont encore leur intellect et leur corps du désir; ils sont souvent pendant quelque temps conscients du monde matériel qu'ils ont quitté. Certains s'accrochent à la vie terrestre et ne peuvent se servir de leur mental pour apprendre les leçons nouvelles. Nous les appelons les esprits liés à la terre, mais ils ne peuvent fonctionner dans le monde visible sans un corps. Aussi utilisent-ils des vivants dont la liaison entre le corps dense et le corps vital est relâchée. Tous les Esprits ne sont pas confinés avec une égale justesse dans la prison du corps dense. Ceux qui sont le plus étroitement liés sont les matérialistes, ceux dont les liens ne sont pas aussi serrés sont les sensitifs, capables de répondre dans une certaine mesure à des vibrations spirituelles. Les êtres de nature positive, qui sont capables de répondre à ces vibrations, s'ils se développent, le font par leur propre volonté et deviennent des clairvoyants entraînés.

Ceux dont la volonté est faible ne peuvent se développer qu'avec l'aide d'autres personnes et d'une manière négative. Ils deviennent la proie des esprits liés à la terre, qui se constituent leurs guides, et font de leurs victimes des médiums à transes ou, si la liaison entre le corps physique et le corps vital de la victime est particulièrement relâchée, des médiums à matérialisation.

Le médium est un clairvoyant négatif ou involontaire ayant la liaison entre le corps dense et vital particulièrement relâchée et sous le contrôle d'un Esprit du Monde du Désir. Il, ou elle, est dans la même situation que l'hypnotisé vis-a-vis de l'hypnotiseur dans le monde physique. Dans le cas du médium à transe, toutes ses expériences ont lieu alors que son corps physique est en état de transe. L'Ego, revêtu de l'intellect et du corps du désir a quitté le corps physique; la même séparation a lieu dans un sommeil sans rêves, avec cette différence, toutefois, que le corps physique n'est pas alors laissé inhabité sur le lit. L'esprit-contrôle entre habituellement dans le corps physique du médium, en prend possession et s'en sert selon son bon plaisir, bien souvent au grand détriment du médium. Par exemple, quand un esprit contrôle a été un ivrogne ou un libertin pendant sa vie terrestre, il utilise le corps de sa victime pour se livrer à sa passion pour la boisson et satisfaire ses bas instincts sensuels.

Nous ne saurions trop répéter que le corps physique est notre instrument le plus précieux et qu'il est très dommageable de l'abandonner à la merci d'un hypnotiseur ou d'un esprit-contrôle.

En ce qui concerne les esprits liés à la terre, il faut se rappeler qu'ils sont à tous égards comme les hypnotiseurs, sauf qu'ils sont invisibles aux yeux de leurs victimes, et ont sur elles un pouvoir plus grand, parce qu'elles les considèrent comme des êtres supérieurs, des anges dénués de tout mal et dont le but désintéressé est de répandre le bonheur ou la sagesse. A vrai dire, il n'y a pas de pouvoir de transformation dans la mort; le pécheur ne devient pas un saint, ni l'ignorant un Salomon; c'est un spectacle pathétique pour le clairvoyant entraîné que de voir la contrainte exercée par ces cyniques esprits-contrôles sur leurs victimes ignorantes, lesquelles sont si naïves qu'elles ne peuvent distinguer le vrai caractère de ces imposteurs et acceptent leurs inepties comme sagesse sublime. Ils ont fait quelque bien en prouvant la réalité de la vie après la mort, mais aussi beaucoup de mal aux médiums.

Il est certain que les Esprits de nature hautement morale, ou d'une grande spiritualité, se servent rarement des médiums. Ce sont plutôt les esprits inférieurs et liés à la terre qui obtiennent un contrôle sur les personnes à tendances médiumniques, et lorsqu'ils sont en possession de leur corps, ils peuvent l'utiliser pour satisfaire leurs passions pour la boisson ou le sexe. Ils causent ainsi dans l'organisme des troubles qui amènent sa détérioration.
Dans le cas du médium à matérialisations, l'esprit pénètre dans le corps dense de la victime et soutire par la rate l'éther de son corps vital car, comme on l'a dit, la différence entre le médium à matérialisations et une personne ordinaire repose sur le fait que la liaison entre le corps vital et le corps dense est extrêmement relâchée, de sorte qu'il est possible de dégager presque entièrement ce corps vital. Or, le corps vital est le véhicule par lequel sont absorbés les courants solaires qui nous donnent la vitalité. Privé du principe vitalisant, le corps du médium, pendant la matérialisation, se réduit quelquefois à la moitié de sa taille; la chair devient flasque et l'étincelle de vie qui l'anime est presque éteinte. Quand la séance est terminée et que le corps vital a repris sa place, le médium se réveille et retrouve sa conscience normale. Il éprouve alors un sentiment d'épuisement extrême et malheureusement il a parfois recours à la boisson pour reprendre des forces. Dans ce cas, naturellement, la santé en souffre bientôt et le médium devient une épave.

Malheureusement, la grande majorité des médiums ne réalisent pas le péril. Ils ignorent particulièrement l'énorme danger qui les menace après la mort. Comme on l'a déjà dit, le corps du désir peut alors être accaparé par l'esprit-contrôle. S'ils essaient de se soustraire à l'influence de l'esprit-contrôle pendant qu'ils sont encore ici dans leur corps, ils découvrent que l'entité a une emprise extrêmement forte sur eux, une domination qu'il est difficile de briser et ils devraient comprendre que lorsque la mort les amènera dans le monde de ces esprits-contrôles, le danger sera, bien entendu, plus grand encore.

On connaît des cas où des médiums ont essayé de déjouer l'esprit-contrôle et d'échapper à ses contraintes, mais ils n'ont pu briser la forte emprise de l'entité. Ils étaient impuissants. Des médiums ont raconté comment ils étaient presque irrésistiblement contraints de se suicider ou de commettre un meurtre; comment ils avaient prié et supplié ces esprits-contrôles de les laisser tranquilles, mais en vain. Il y a d'autres cas où des esprits-contrôles ont arraché impitoyablement leurs victimes de leur lit, au milieu de la nuit contre leur volonté, pour les forcer à écouter leurs importunités. Il est très rare qu'ils montrent quelque pitié.

Ainsi, nous voyons qu'une fois entrés dans la médiumnité, ce n'est généralement plus pour les médiums une question de choix; ils perdent le pouvoir de chasser les esprits-contrôles. Tant qu'ils obéissent docilement à leur oppresseur, ils ne sentent peut-être pas le mors; mais que l'un deux tente de se dérober, il ne tardera pas à se rendre compte que l'esprit-contrôle possède à la fois le mors et les éperons dont il fera usage impitoyablement.

Le modus operandi du manipulateur invisible consiste simplement à pousser les véhicules supérieurs hors des corps dense et vital du médium consentant, à y entrer lui-même et à en prendre le contrôle. Lorsqu'il en sort, il prélève une partie du corps vital du médium pour s'en servir comme clé ou levier pour la fois suivante. Dans certains cas, il ne se contente pas d'emprunter un corps, il le vole et maintient le possesseur au dehors, en permanence. Nous voyons le même corps, mais il y a un autre Ego à l'intérieur qui manifeste des habitudes et des goûts différents. C'est ce qu'on appelle l'obsession, laquelle peut être décelée par le fait que l'iris ne réagit ni à la lumière ni à la distance par contraction ou dilatation; seul son possesseur peut avoir un oeil qui réagisse. C'est pourquoi les yeux des médiums sous contrôle sont toujours fermés ou bien ont un regard vitreux.

La leçon évidente à tirer de la connaissance de ces choses est que nous devons rester notre propre maître et ne devons jamais sous aucun prétexte accepter d'être hypnotisés ou contrôlés par une emprise extérieure. Pas plus que nous ne devons assister à des séances d'hypnotisme, car l'attitude négative qui y règne expose à l'influence ou à l'obsession. Notre but est la maîtrise de soi, non la maîtrise des autres.

L'hypnotisme

Le contrôle d'autrui par l'usage du pouvoir de volonté est une agression mentale même plus répréhensible que l'agression sur le plan physique. Cette agression mentale est appelée hypnotisme. Elle est graduée dans ses effets comme l'est l'agression physique. Un homme énergique peut administrer une série de vives claques et obtenir d'un autre qu'il obéisse a sa volonté ou bien il peut le faire sombrer dans l'inconscience. Le commerçant hypnotiseur projette juste l'énergie nécessaire pour faire acheter au client ce qu'il ne veut pas ou bien ce qu'il n'a pas les moyens d'acheter et alors il s'illusionne lui-même en définissant ses activités comme "travail légitime".

Aussi courant et abusif que cela soit, beaucoup de gens ne s'attendent pas à des effets secondaires liés à la pratique du sommeil hypnotique sur les personnes assujetties. La gravité de ces actes ne peut être évaluée que lorsque l'effet est examiné sur les corps invisibles du sujet.
C'est une caractéristique des corps invisibles de l'homme d'être activés par la volonté propre de l'individu, tandis que ses incitations à l'action - induites par des sources extérieures communément appelées "circonstances" - ont leur origine dans la volonté d'autrui. Et la différence entre l'homme de caractère fort - qu'il soit sage ou non - et l'homme influençable est que le premier est sous l'emprise de sa propre volonté, agissant de lui-même, avec ses capacités propres, sans tenir compte des circonstances extérieures, poursuivant son chemin comme il le décide lui-même. Dans le second cas, la personne influençable, qui a peu de volonté, est le jouet des circonstances; et, dominée par la volonté d'autrui, elle se laisse dériver sur une mer sans rivage de la vie.

Une personne forte et volontaire ne peut être dominée par un hypnotiseur cherchant à la mettre en sommeil, et celle qui a une attitude mentale positive ne peut être subjuguée. C'est pourquoi la victime sans méfiance est poussée d'abord à devenir parfaitement négative et à désirer être mise en sommeil. Le fluide de l'hypnotiseur est alors dirigé vers la tête d'où il entre en contact avec le corps vital de la tête physique et le chasse. Cet éther vital se trouve repoussé autour du cou en rouleaux épais, semblables a un col roulé de chandail.

Ainsi la connexion entre l'Ego et le corps dense est rompue, comme dans le sommeil, et les véhicules supérieurs se retirent. Cependant les conditions sont différentes de celles du sommeil: la tête du corps vital n'est pas à sa place propre, n'enveloppant et ne pénétrant pas la tête physique de la victime. Celle-ci est maintenant imprégnée par l'éther provenant du corps vital de l'hypnotiseur et ainsi ce dernier a tous pouvoirs sur la victime.

Si nous savons ce que signifie: "table d'écoute télégraphique", nous avons la clé de la relation entre l'hypnotiseur et sa victime, du moins dans une certaine mesure. Si un homme possède un réseau téléphonique privé entre sa maison et son bureau, et si quelqu'un place un branchement entre les deux lieux, il sera capable d'intercepter les messages, de jouer le rôle d'homme d'affaires, de transmettre des ordres..., etc... L'hypnotiseur fait quelque chose de semblable. Il se branche sur la ligne de communication entre l'Ego et le corps de sa victime en interposant une partie de lui-même sur la ligne, et par cette emprise, il peut forcer l'Ego à aller dans le monde invisible chercher les informations qu'il désire, aussi loin que possible. Ou bien, il peut faire commettre au corps dense des actes insensés ou criminels, selon son désir.

Mais, de loin, le plus grand danger pour la victime vient du fait qu'une fois la partie du corps vital de l'hypnotiseur introduite dans son propre corps, elle ne peut plus être entièrement ôtée au moment de l'éveil. Une petite partie reste dans la moelle épinière et forme un noyau par lequel l'hypnotiseur peut pénétrer le corps de sa victime et la soumettre plus facilement par la suite; et à chaque nouvelle emprise quelque chose s'ajoute à ce noyau. Ainsi peu a peu sa pauvre proie devient complètement désemparée, soumettant sa volonté à son maître, indépendamment de la distance qui les sépare jusqu'à ce que la mort de l'un ou de l'autre rompe la connexion.

Le résidu du corps vital de l'hypnotiseur constitue aussi une porte ouverte pour donner des ordres exécutables dans le futur, entraînant la réalisation de certains actes, à un certain jour et à une certaine heure. Quand le moment arrive l'impulsion est libérée comme le déclenchement d'une sonnerie de réveil. La victime doit effectuer l'ordre, même un meurtre, bien qu'elle ne se doute pas que l'influence puisse venir de quelqu'un d'autre. A la mort de l'hypnotiseur toutes ses victimes sont libérées et aucune de ses suggestions passées ne pourra plus les contraindre par la suite.

Il est parfois dit que l'hypnotisme peut être utilisé bénévolement pour le traitement de l'alcoolisme et autre vice et il est volontiers admis que, vu seulement d'une optique matérialiste, cela semble valable. Du point de vue de la science spirituelle cependant c'est différent. Comme tout autre désir, la soif d'alcool a sa source dans le corps du désir (astral), et c'est le devoir de l'Ego de le maîtriser par le pouvoir de la volonté. C'est pourquoi il est à cette "Ecole de l'Expérience" appelée Vie, et aucun homme ne peut faire sa croissance morale pour lui, pas plus qu'il ne peut digérer un repas à la place d'un autre. On ne doit pas tricher avec la nature. Chacun doit résoudre ses propres problèmes, vaincre ses propres fautes par sa volonté personnelle. Si, malgré tout, un hypnotiseur domine le corps du désir d'un alcoolique, l'Ego de ce dernier n'aura pas tiré de leçon pour une vie future, s'il meurt avant l'hypnotiseur. Si ce dernier meurt avant, son client inévitablement boira de nouveau puisque la partie du corps vital de l'hypnotiseur qui tenait en échec le désir dépravé est revenue à sa source. Le traitement reste sans effet. La seule voie pour maîtriser d'une manière permanente un vice est l'usage de sa propre volonté.

L'homme qui utilise ses pouvoirs mentaux sans respect d'autrui est la pire et la plus dangereuse espèce de criminel. Ce travers est très insidieux car il se situe au plan mental d'un homme d'apparence parfaitement respectable, agissant souvent sous le couvert du bénévolat, mais qui peut ruiner la vie des autres, réduire leur volonté jusqu'au bout, paraissant lui-même irréprochable et pouvant être pris pour un ami et un bienfaiteur par sa victime.

Sa transgression est rarement punie dans la vie où elle a été commise mais souvent dans les vies suivantes en l'expiant par une maladie congénitale. Le crime d'un hypnotiseur résolu est en fait le péché « contre le Saint-Esprit ». On peut vraiment dire que la dépravation spirituelle et l'hypnotisme sont les plus grands fléaux sur terre et le plus grand danger pour la société.

Undercover n° 12

Liens communiqués par Victor :



La Clairvoyance (Vue spirituelle) selon l’enseignement de Max Heindel


***
Cinq jours de régime végétarien pour détoxiquer l’organisme

No comments:

Post a Comment

Les commentaires sont momentanément désactivés.

Note: Only a member of this blog may post a comment.