Sunday, December 26, 2010

La spiritualité laïque

Le début du 21ème siècle est marqué par un inquiétant « retour du sacré ». C’est la sacralisation de la guerre contre le mal, le mal étant incarnés par les autres, les athées, les libres penseurs, les mécréants, les hérétiques... En effet, il y a dans le monde un regain des activismes religieux en lutte contre l’impiété des uns et les croyances des autres. A notre époque, on n’hésite plus à condamner et à tuer au nom de la religion. La haine se répand parmi les musulmans, les juifs, les hindous, les chrétiens et même les bouddhistes. Au Sri Lanka, les chrétiens sont en butte à l'extrémisme bouddhiste : http://storico.radiovaticana.org/fr1/storico/2009-03/270427_sri_lanka_les_chretiens_en_butte_a_l'extremisme_bouddhiste.html


A l’extrême-droite du père


En France, la haine du prochain est proclamée par des chrétiens. Sous le signe de la croix transformée en glaive, des intégristes armés se préparent à combattre les musulmans, les juifs, les personnes de couleur, les homosexuels, la démocratie… 




1/3





2/3





3/3




"Les cahiers de Turner" (livre cité dans le reportage)


« Interdit dans plusieurs pays, écrit par un auteur d’extrême-droite américain, William L. Pierce, sous le pseudonyme d’Andrew McDonald, "The Turner Diaries" (le livre a beau être interdit de publication, il n’en demeure pas moins qu’il a trouvé moyen de se faufiler sur la toile et même dans sa traduction française) vient d’être publié légalement en République Tchèque. Après les États-Unis, la République Tchèque est le deuxième pays à éliminer la censure face à cette publication considérée comme étant la bible du néo-nazisme. La censure est si forte concernant cet ouvrage qui fait l’éloge de l’antisémitisme, de la haine et de la violence, que l’Allemagne considère que toutes personnes ayant en sa possession ce bouquin commet un délit. Il serait même interdit, dans les médias allemands, de prononcer son nom, car le simple fait d’en parler pourrait inciter les jeunes, à l’instar de Timothy McVeigh aux États-Unis qui en avait fait son livre de chevet, à commettre des actes haineux et antisociaux ou comme McVeigh des attentats à la voiture piégée. »


La spiritualité laïque


La spiritualité laïque, prônée par les philosophes Luc Ferry et André Comte-Sponville, n’est-elle pas au cœur de la pensée de krishnamurti et du Zen/Chan des origines ? La véritable spiritualité concerne l’esprit, et l’esprit est liberté. La spiritualité ne peut s’accorder avec l’intolérance, les dogmes, le ritualisme, le prosélytisme religieux...  « Le maître Te-Shan ne pria jamais, ne demanda jamais le pardon de ses fautes, ne vénéra jamais l’image du Bouddha, ne lut jamais les écritures et ne brûla jamais d’encens. De tels actes étaient, à son avis, d’inutiles formalités, seule l’intéressait l’incessante et l’intense quête mystique. » (Jorge Luis Borges)


Le livre d’André Comte-Sponville, « L’Esprit de l’athéisme - Introduction à une spiritualité sans Dieu » , a  connu un beau succès de librairie... et dérangé pas mal de monde, dont plusieurs de nos amis, croyants comme incroyants. Tous ont tendance à s’insurger contre cet oxymore, cet alliage contre-nature, apparemment impossible et non viable, pour ne pas dire cette monstruosité absurde. Il est vrai que nous avons été généralement habitués, depuis la prime enfance, à considérer que la spiritualité, c’est-à-dire la vie intérieure, ne peut fleurir que dans le cadre d’une foi déiste, voire d’une religion instituée. L’athée est donc censé être aussi aspirituel. Les générations nées au XX° siècle, surtout dans sa seconde moitié, ont pourtant eu la chance, de vivre de façon suffisamment ouverte et libre pour desserrer en grande partie l’étreinte d’acier de ces restrictions. Il est loin le temps où nos ancêtres refusaient que ceux qu’ils considéraient comme des « sauvages », des « infidèles » ou des « barbares » (= tous ceux qui n’étaient pas de leur religion) puissent avoir une vie spirituelle. Cela dit, la plupart de ceux-là, barbares ou pas, croyaient à une transcendance - chacun à sa façon. Qu’en est-il pour celui qui affirme savoir que RIEN n’existe au-delà du monde ? Vaste débat, que nous n’avons certainement pas la prétention d’épuiser, mais simplement d’éclairer... »  (Nouvelles Clés)


On peut vivre une spiritualité sans Dieu ! 
Entretien avec Comte-Sponville, par Marc de Smedt

http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=995




L’Esprit de l’athéisme 
Introduction à une spiritualité sans Dieu 



Peut-on se passer de religion ? Dieu existe-t-il ? Les athées sont-ils condamnés à vivre sans spiritualité ?
Autant de questions décisives en plein « choc des civilisations » et « retour du religieux ». André Comte-Sponville y répond avec la clarté et l'allégresse d'un grand philosophe mais aussi d'un « honnête homme », loin des ressentiments et des haines cristallisés par certains. Pour lui, la spiritualité est trop fondamentale pour qu'on l'abandonne aux intégristes de tous bords. De même que la laïcité est trop précieuse pour être confisquée par les antireligieux les plus frénétiques. Aussi est-il urgent de retrouver une spiritualité sans Dieu, sans dogmes, sans Église, qui nous prémunisse autant du fanatisme que du nihilisme.
André Comte-Sponville pense que le XXIe siècle sera spirituel et laïque ou ne sera pas. Il nous explique comment. Passionnant.

No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.