Friday, December 03, 2010

Pourquoi les femmes sont plus près de l’illumination que les hommes


Les obstacles sur le chemin de l’illumination sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes ?

Oui, mais de manière différente. Dans l’ensemble, il est plus facile pour une femme de sentir son corps et de l’habiter. Par conséquent, elle est naturellement plus près de l’Etre et donc potentiellement plus près de l’illumination qu’un homme. C’est pourquoi de nombreuses cultures anciennes choisissaient instinctivement des personnages ou des symboles féminins pour représenter ou décrire la réalité transcendantale. Cette dernière a souvent été symbolisée par la matrice qui donne naissance à toute chose dans la création et qui la sustente et la nourrit durant sa vie en tant que forme. Dans le Tao-tö-king un des plus anciens et plus profonds livres jamais écrits, le tao, qui pourrait se traduire en français par « Etre », est décrit comme « l’éternel et infini présent, la mère de l’univers ». Les femmes lui sont plus proches que les hommes de par leur nature puisqu’elles « incarnent » virtuellement le non-manifeste. Qui plus est, toutes les créatures et toutes les choses doivent retourner à la source. « Toutes les choses se fondent dans le tao. Seul celui-ci se perpétue. » Vu que la source est considérée comme étant de nature féminine, on attribue à cet archétype féminin les polarités de la lumière et de l’ombre à la mythologie et en psychologie. La déesse ou la divine mère a deux aspects : elle donne la vie et elle la reprend.

Lorsque la pensée prit le dessus et que les humains perdirent contact avec leur essence divine, ils se mirent à imaginer Dieu sous une forme masculine. La société devint peu à peu à dominance masculine, la femme étant soumise à celle-ci.

Je ne suggère pas un retour aux anciennes représentations du divin par les formes féminines. Certaines personnes emploient maintenant le terme « déesse » au lieu de « Dieu ». Elles rétablissent ainsi l’équilibre rompu entre le masculin et le féminin depuis très longtemps, et c’est bien ainsi. Mais ce n’est encore qu’une représentation et un concept peut-être temporairement utiles comme peuvent l’être une carte ou un panneau de signalisation. Toutefois, c’est plus un obstacle qu’autre chose quand vous êtes prêt à prendre conscience de la réalité qui existe au-delà de tout concept et de toute image. Ce qui reste vrai cependant, c’est que la fréquence énergétique de l’esprit semble essentiellement de nature masculine. L’esprit résiste, se bat pour avoir le contrôle, manipule, agresse, essaie de prendre et de posséder, etc. C’est pour cela que le Dieu traditionnel est un personnage patriarcal, une figure d’autorité qui surveille, un homme souvent en colère qui doit vous inspirer la peur, ainsi que l'Ancien Testament le suggère. Ce Dieu est une projection du mental humain.

Pour dépasser le mental et reprendre contact avec la profonde réalité de l’Etre, il faut des qualités très différentes : le lâcher-prise, l’absence de jugement, l’ouverture qui permet à la vie d’être plutôt que de lui résister, la capacité de s’approprier avec amour la prise de conscience de chaque chose. Ces qualités sont toutes plus apparentées au principe féminin. Alors que l’énergie mentale est dure et rigide, l’énergie de l’Etre est douce, malléable, et cependant infiniment plus puissante que le mental. C’est lui qui mène notre civilisation, alors que l’Etre est à l’origine de toute vie sur notre planète et au-delà. Etre est l’intelligence même dont la manifestation visible est l’univers physique. Bien que, potentiellement parlant, les femmes en soient plus proches, les hommes aussi peuvent y accéder.

A l’époque à laquelle nous vivons, la très grande majorité des hommes ainsi que les femmes sont encore pris au piège du mental, c’est-à-dire qu’ils sont identifiés au penseur et au corps de souffrance (1). C’est, bien sûr, ce qui empêche l’illumination de se produire et l’amour de fleurir. En règle générale, l’obstacle principal pour les hommes serait le mental et la pensée, alors que dans le cas des femmes, il s’agit habituellement du corps de souffrance. Dans certains cas particuliers par contre, cela peut être le contraire et, dans d’autres, les deux aspects seront à égalité.

Eckhart Tolle, « Le pouvoir du moment présent ».


(1) Dans l’ensemble, le corps de souffrance a aussi bien un aspect individuel que collectif. L’aspect individuel correspond à l’accumulation de souffrances émotionnelles endurées dans le passé par une personne. L’aspect collectif renvoie, quant à lui, à la souffrance accumulée dans la psyché humaine collective depuis des milliers d’années par la maladie, la torture, la guerre, le meurtre, la cruauté, la démence, etc. Le corps de souffrance individuel s’inscrit également dans celui du collectif.

Le pouvoir du moment présent


L’illustration renvoie au post « Le sentier du rebelle » :

1 comment:

  1. This comment has been removed by the author.

    ReplyDelete

Note: Only a member of this blog may post a comment.