Saturday, February 26, 2011

La régénération wagnérienne.




« Je veux détruire toute folie que la violence exerce sur les hommes. Je veux détruire la domination de l’un sur l’autre, des morts sur les vivants, de la matière sur l’esprit. » C'est Richard Wagner, le célèbre compositeur allemand, auteur de Tannhaüser, Tristan et Isolde, etc., qui a écrit ces phrases révolutionnaires. 


Initié aux doctrines anarchistes par Bakounine en 1849, Wagner découvre la même année, en voyage à Paris, « Qu’est-ce que la propriété ? » de Proudhon


« En 1849, ayant participé avec Bakounine à l’insurrection de Dresde, il publie « Le Salut dans la révolution » : 


Je veux détruire jusque dans ses fondations l’ordre des choses dans lequel vous vivez, car il a germé du péché : sa fleur est la misère et son fruit le crime […]. Je veux détruire l’ordre existant qui rend les multitudes esclaves d’une poignée d’hommes et fait aussi de cette poignée d’hommes les esclaves de leur propre pouvoir […]. Levez-vous donc, peuple de la terre ! Debout ! vous qui gémissez : les opprimés, les pauvres ! »


Wagner est convaincu que l’humanité pourra se régénérer grâce à son art. Il esquisse avec Bakounine, alors caché à Dresde, des projets d’opéras pour lesquels il tente de définir un héros exemplaire : Barberousse, Jésus, Siegfried. Siegfried incarne l’homme révolutionnaire.


Nietzsche a écrit, dans « Le Cas Wagner » : « La moitié de sa vie, Wagner a cru à la révolution comme seul un Français peut y croire. »


Bakounine aurait-il servi de modèle au héros wagnérien ? En tout cas les anarchistes, et notamment les poètes symbolistes si marqués par la pensée libertaire, répandirent en France et en Angleterre le culte wagnérien. C’est aussi la revue anarchiste « Les Temps nouveaux » qui publie, en 1895, la première traduction du livre de Wagner : « L’Art et la révolution » (1895). »


Michel Ragon 




L’Art et la révolution 



Dans cet essai écrit au lendemain de la révolution de Dresde de 1849, Richard Wagner dénonce la bourgeoisie corruptrice de l'art et prône un théâtre pour le peuple. 

No comments:

Post a Comment

Les commentaires sont momentanément désactivés.

Note: Only a member of this blog may post a comment.