Monday, April 25, 2011

Le « OUI » de Prajnânpad




La peur doit être bannie de votre vie.

La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l'heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l'action.

« On regarde en avant et en arrière et on languit pour ce qui n'existe pas », dit Shelley.

L'habitude pernicieuse de penser au futur et au passé doit être brisée. Il ne faut tolérer ni que le passé vous domine, ni que le miroitement du futur influence le présent, la réalité. C'est seulement quand le passé et le futur sont éliminés que vous pouvez effectivement vivre dans le présent. Le présent seul est réel. Le passé et le futur sont de pures illusions. Vivez dans le présent et vous serez heureux. Vivre dans le présent cela signifie accepter tout ce qui vient. Au lieu de le rejeter, de lui attribuer les qualificatifs de bon et mauvais, d'agréable ou de désagréable, expérimentez tout ce qui vient, parce que c'est la vie. Ne fuyez pas la vie.

Quand nous disons qu'une chose est bonne ou mauvaise pour la chasteté, nous ne voyons pas les choses comme elles sont. Il n'y a ni bien ni mal dans un objet. Quand on boit trop d'alcool, on dit que l'alcool est mauvais. Son caractère mauvais réside en nous-mêmes et non pas dans l'alcool. Vous êtes dans une cage de verre et vous appelez cela une forteresse. Comment peut-il y avoir une limite à l'état de Brahmachari (celui qui a accédé au premier stade de la vie selon les Védas) ? Tout ce que vous jetez dans le feu est consumé par lui. De même, s'il y a un véritable état de Brahmachari à l'intérieur, tout ce qui vient en contact avec lui sera transformé. Nous devons régner sur tout ce qui nous concerne. Le vrai moine (sannyasin) est maître de lui-même dans toutes les circonstances. Il portera la soie la plus coûteuse avec la même tranquillité que des haillons déchirés, il mangera une nourriture princière ou la soupe paysanne avec une égale satisfaction. Mais il sera modéré et mangera selon ses besoins. Il ne dormira pas davantage s'il est sur un matelas moelleux. Il n'est l'esclave de rien et peut en quelque sorte s'adapter facilement et joyeusement à toutes les circonstances. Si un morceau de gingembre bouleverse votre état de Brahmachari, alors, que vaut cet état ?

Acceptez-vous vous-même

Ce que vous êtes, vous l'êtes ! Acceptez-le avec tout votre être et pas seulement intellectuellement. Les circonstances sont comme elles sont parce que c'est ainsi que vous les avez faites. C'est le but que vous avez poursuivi dans le passé. C'est donc à vous. Il vous appartient. Il n'est pas question de ne pas accepter ce qui est à vous. Vous l'avez demandé et c'est venu.

Ne vous rejetez pas vous-même en tout ou en partie. Si vous le faites vous ne pouvez plus être vous-même. Si vous vous rejetez vous-même, comment pouvez-vous accepter les autres ? Ce que vous voyez à l'extérieur n'est qu'une projection de vous-même. Le monde entier tel que vous le voyez n'est qu'une projection de vous-même. Vous ne voyez que vous-même partout.

Aussi, acceptez émotionnellement chaque chose y compris vous-même et voyez intellectuellement ce qui peut être fait si quelque chose peut être fait. Dans la réalité, faites-le. Puisque cela vous est arrivé, vous ne pouvez pas l'annuler. Alors ? Acceptez-le. Dites oui à toute chose. C'est à vous. C'est là.

Il faut accepter ou rejeter. Si vous ne pouvez pas dire oui, dites non. Il n'y a rien entre les deux. Entre les deux est une illusion. « J'accepte mais... » C'est un mensonge. Ce « mais » est émotionnel. Si vous avez accepté, vous avez accepté de tout votre cœur et complètement. Si vous êtes incapable d'accepter ce qui arrive, rejetez-le, c'est-à-dire voyez la cause pour laquelle c'est arrivé et cherchez à éliminer cette cause. Si la cause est éliminée, l'effet disparaîtra également. Si, toutefois il ne vous est pas possible d'éliminer la cause de ce qui arrive, laissez-la. Acceptez-la comme vous appartenant et expérimentez-la. Le plaisir et la peine, le chaud et le froid sont les deux aspects d'une même chose. Si vous avez un furoncle qui vous gratte, cela vous gratte. Un point c'est tout. A partir du moment où vous vous identifiez avec celui-ci il se met à vous faire mal, ce qui signifie que vous ne l'acceptez pas, bien qu'il soit là. La vérité (Tattvam) est ce qui est. Connaître la vérité, c'est voir ce qui est sans vous identifier ni vous projeter. L'accepter, c'est en faire une part de vous-même. Quand ce qui est, est une part de vous-même, comment pouvez-vous ne pas vous sentir à l'aise avec ce qui est ?

Svâmi Prajnânpad, « Entretiens ».


 Entretiens

Prenant délibérément le contrepied de certaines formules stéréotypées de l'hindouisme traditionnel, Svâmi Prajnânpad (Svâmiji) citait souvent l'injonction du grand sage Vashista au jeune prince Rama : " Agis, jouis, connais ". Svâmiji voyait dans la psychanalyse le chaînon manquant qui permettait de rendre concrètes, pratiques et expérimentales les vérités - comprises souvent de manière intellectuelle - des Upanishads et de l'Advaîta Vedanta. " Srinivasan a approché Svâmiji en disciple, cherchant à se libérer de ses illusions, de ses fausses conceptions, de ses perceptions déformées pour atteindre la vérité, la réalité, la communion avec ce qui est. C'est dans cet esprit que ce petit livre doit être lu. Alors son apparente simplicité révèle des trésors ". Arnaud Desjardins (Extrait de la préface). " Un livre agréable, fécond d'une expérience de la vie qui permettra cru lecteur français de mieux connaître un courant de pensée propre à lui ouvrir des voies nouvelles dans la connaissance universelle ". Bulletin critique du livre français.


Textes gratuits :


René Guénon ne partageait pas l'intérêt de Prajnânpad pour la psychanalyse. Lire le texte de Guénon, "Les méfaits de la psychanalyse" :


Photo :
Les sannyasins de Juna Akhada vénèrent le dieu Dattatrya, une des nombreuses formes de Shiva.


***
Sai Baba est mort !




Le gourou indien Sai Baba, connu dans le monde entier et considéré par ses millions de sympathisants comme un dieu vivant, est mort en Inde à 85 ans... Lire la suite :

1 comment:

  1. Les dieux, eux aussi, doivent mourir...

    ReplyDelete

Les commentaires sont momentanément désactivés.

Note: Only a member of this blog may post a comment.