Tuesday, May 17, 2011

DSK & Nafissatou Diallo, l'égalité des conditions





La caste politico-journalistique française est traumatisée par l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn accusé d'agression sexuelle. On ne compte plus les commentaires compatissants suscités par le sort de l'un des hommes les plus puissants de la planète. 



Cette caste, qui jouit d'incontestables privilèges monarchiques, ne peut admettre l'inculpation et l'incarcération d'un puissant seigneur. Seigneur qui aurait le droit de disposer du corps des femmes, notamment du corps d'une modeste salariée travaillant dans l'hôtel où il a l'habitude de séjourner. 

En Europe, DSK pouvait se comporter comme « un chimpanzé en rut », selon l'expression de Tristane Banon, une autre victime du directeur du FMI, sans redouter la garde à vue si répandue en France où un million et demi de roturiers ont subi la fouille au corps et ont été mis en cage pour des broutilles entre 2009 et 2010.

La justice étasunienne, qui, c
ontrairement à la France, peut encore se glorifier de son indépendante, n'hésite pas à protéger une plébéienne comme Nafissatou Diallo, la présumée victime de DSK, contre l'homme "le plus puissant après Obama". 

Au-dessus de toutes les inégalités d'âge, de condition, ou tenant à des différences de qualité entre les individus dans l'ordre physique, intellectuel, moral, il existe une égalité fondamentale que la justice doit affirmer et défendre.
Grâce à Melissa Jackson, juge du tribunal de Manhattan à New York qui a inculpé Strauss-Kahn, on constate que l'égalité des conditions n'a pas complètement disparu de ce monde.

Les sept chefs d'accusation retenus contre DSK :

1. «Acte sexuel criminel au premier degré». Cette qualification, qui n'existe pas dans le code pénal français, désigne un viol par fellation ou sodomie en ayant recours à la force ou menaçant d'y recourir. En l'espèce, «le pénis est entré en contact avec la bouche de la victime à deux reprises», selon le procureur Cyrus Vance. Cette charge est donc comptée deux fois. Ce chef est passible d'un maximum de 25 ans de réclusion, soit une peine de 50 ans dans cette affaire en raison de la répétition du fait.

2. «Tentative de viol au premier degré». La définition du viol aux États-Unis ne recouvre que le rapport sexuel vaginal non consenti. En France, elle recouvre «tout acte de pénétration» non consenti. La circonstance de premier degré signifie que l'agresseur a employé la force physique ou a menacé d'y recourir. Comme en France, le viol, qu'il soit accompli ou fasse l'objet d'une tentative, est punissable de 15 ans de réclusion.

3. «Agression sexuelle au premier degré». Cette qualification recouvre tout «contact sexuel» non consenti avec usage de la violence ou menace d'y recourir. En France, cela correspond à une agression sexuelle, un délit passible de cinq ans de prison. A New York, DSK encourt 7 ans de prison pour ce motif.

4. «Emprisonnement illégal au second degré». Il s'agit du fait de retenir quelqu'un contre son gré, un délit passible d'un an de prison. Dans cette affaire, Dominique Strauss-Kahn est soupçonné d'avoir fermé la porte de la suite du Sofitel, empêchant ainsi la femme de chambre de sortir. Cette qualification n'a pas vraiment d'équivalent dans le code pénal français où la séquestration est un crime passible de 20 ans de réclusion, sauf si le ravisseur libère sa victime avant le septième jour et encourt alors 5 ans de prison.

5. «Attouchements non consentis». Il s'agit de «toucher les parties intimes d'une personne dans un but dégradant et afin d'abuser d'elle». En l'espèce, la victime présumée accuse le patron du FMI de lui avoir «attrapé la poitrine», selon le procureur. L'attouchement sexuel n'est pas un terme juridique en France où le code pénal n'envisage que l'agression sexuelle. Ce délit est passible d'un an de prison dans l’État de New York.

6. «Agression sexuelle au troisième degré». Cette qualification recouvre un «contact sexuel» sans emploi de la force. Le délit est passible de 3 mois d'emprisonnement.

En France, en cas de condamnation pour l'ensemble des charges, la peine ne peut excéder la peine maximale pour la charge la plus lourde. S'il devait être condamné à New York pour l'ensemble des chefs d'accusation, Dominique Strauss-Kahn encourrait un minimum de 15 ans et demi de prison et un maximum de 74 ans et trois mois.


Dessin :
http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/dessin-du-jour/article/dsk-tombe-dans-un-coup-monte-93951



De la démocratie en Amérique 

« J'avoue que dans l'Amérique j'ai vu plus que l'Amérique ; j'y ai cherché une image de la démocratie elle-même, de ses penchants, de son caractère, de ses préjugés, de ses passions ». La gloire de Tocqueville n'est pas seulement celle d'un analyste politique exceptionnel ; c'est aussi, depuis la récente redécouverte de son œuvre, celle d'un philosophe politique qui serait en même temps un classique de la sociologie, et qui pourrait aider à comprendre les problèmes qui se posent constamment dans les démocraties modernes. L'égalité des conditions, l'individualisme, le despotisme démocratique, les relations entre maîtres et serviteurs, l'esprit de liberté et l'esprit de religion, autant de notions qui dessinent aujourd'hui encore les contours d'une philosophie de la démocratie.




No comments:

Post a Comment

Les commentaires sont momentanément désactivés.

Note: Only a member of this blog may post a comment.