Thursday, June 02, 2011

La femme indienne



Dans l'antique société indienne, il semble que la femme était libre et avait les mêmes droits que l'homme.

Nombre de sociétés pré-aryennes observaient le matriarcat, comme le font encore de nos jours certaines tribus d'aborigènes (les Nâyar du Malabar). Avec l'avènement de la société « aryenne », la position de la femme devint progressivement subordonnée à l'autorité de l'homme, mari ou fils aîné. Les Lois de Manu (Mânavadharmashâstra) stipulent déjà que la femme doit nécessairement, toute sa vie durant, dépendre d'un homme, et c'est une des raisons pour lesquelles les mariages d'enfants devinrent pratiquement la règle générale. Selon la coutume (le plus souvent d'origine religieuse), la femme indienne doit considérer son mari comme la divinité sur terre et, en conséquence, lui être entièrement soumise. Dans les milieux musulmans de l'Inde, la femme avait également un statut inférieur (bien que tempéré par la loi musulmane), mais était astreinte au port du voile (pardâ, chadrî). Les femmes hindoues tout au moins celles appartenant aux hautes castes, devaient également se cacher le visage avec un pan de leur sari lorsqu'elles se trouvaient en public. Les exigences de la vie moderne et les progrès de l'éducation font que la dépendance de la femme envers l'homme tend actuellement à diminuer et, de plus, les femmes, toujours très respectées en tant que « mères », parviennent à s'abstraire du contexte familial traditionnel pour mener une vie plus libre, arrivant parfois même à acquérir un statut égal à celui des hommes.

Cependant, la femme a toujours été considérée en Inde et dans le sous-continent comme « celle qui transmet », non seulement les us et les coutumes, mais les arts et les secrets de la beauté. Les Indiens ont toujours admiré leurs femmes, pour leur aspect physique, d'une part, et pour leurs qualités de « mères » et de gardiennes du foyer, de l'autre. Ce qui fait que, tout en étant considérées comme dépendantes des hommes, elles n'étaient jamais traitées en « inférieures ». Symboles de l'amour (conjugal ou non), elles devaient représenter la beauté, le charme, l'élégance et la modestie. Dans les castes supérieures, les femmes s'adonnaient à la poésie, à la musique, à la peinture et aux arts de la danse. Elles étaient richement vêtues et couvertes de bijoux. Malgré leur rôle subordonné à celui des hommes, les femmes indiennes ont tenu tout au long des âges une place extrêmement importante dans la société indienne.

Louis Frédéric

Illustration :
"Bonjour les Indes"


No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.