Friday, July 29, 2011

Al-Kindi, Avicenne, Ghazali, Averroès, Sohrawardî





On tient à juste titre les Arabes pour les introducteurs de la pensée grecque en Europe. Leurs traductions ont, dès le XIIIe siècle, permis à l’Occident d'avoir accès aux grands textes du passé, et les universités qui se sont ouvertes se sont conformées au modèle qu’ils ont inventé. Mais on a trop eu tendance à les cantonner dans ce rôle de relais, et on a négligé de voir qu'ils ont eu des philosophes à part entière et qu’ils ont fait quelques pas remarquables sur la voie de la libre-pensée.

Aux origines

Dès le VIIIe siècle (IIe de l'Hégire), une école rationaliste apparaît au sein d'un univers religieux dominé par le « Kalam » (théologie dialectique). Cette école, la moutazilite, s'oppose aux traditionalistes : elle affirme que la compréhension des textes coraniques comme la solution à apporter aux problèmes de l'époque ne pourront être que par le moyen de la raison. Celle-ci est considérée comme le moyen approprié pour atteindre la vérité.

Et, ultérieurement, al-Kindi (796-870), qui a bénéficié des traductions de la célèbre école de Bagdad, fait montre d’un savoir encyclopédique. Il est le créateur de l'appareil conceptuel d’une culture musulmane commençant à entrer dans l’ère philosophique. Il affirme que la connaissance surnaturelle et la connaissance philosophique ont le même but (la vérité) et qu'elles ne diffèrent que par leurs moyens. Dieu, pour lui, peut donc en son entier se donner d’une manière rationnelle.

Avicenne, Ghazali, Averroès, Sohrawardî

Avicenne (Ibn Sina) - 980-1037 - s’illustre dans tous les domaines du savoir de son temps : mathématique, théologie, poésie, grammaire, médecine, philosophie. Avicenne enrichit considérablement la thèse moutazilite et il lui donne une dimension philosophique qui assure son triomphe. Il affirme en particulier que l’union de l'hornme à l'Intellect agent (sorte d’intelligence de Dieu) est possible par l'effort scientifique. Ghazali (1058-1111), par contre, marque un retour à la tradition, mais d’une part il dénonce celle-ci dans ce qu’elle a de rétrograde et, d’autre part, il s'efforce de distinguer entre les domaines de la religion et de la philosophie. Mais, surtout, sa démarche et son passage par le doute, en particulier, le rapprochent des philosophes modernes et l'apparentent à Descartes.

Connu en Europe pour ses traités de médecine, Averroès (1126-1198) reçoit lui aussi une formation philosophique. Il jouit d’abord des faveurs des souverains, mais il finit par être condamné pour ses idées « peu conformes à l'orthodoxie islamique » et « corruptrices de la jeunesse ». Disciple fervent d'Aristote, Averroès défend la philosophie contre les théologiens qu’il trouve abusifs. Sa critique se déploie évidemment dans le cadre de l'Islam. Averroès, comme les Européens de l'époque, ne transgresse ni l’idée de Dieu ni celle de la suprématie de la religion à laquelle ils appartiennent. Pour lui, cependant, la vérité tout entière a beau se trouver dans le Coran, il n’en reste pas moins que ce Livre s'adresse à tous les hommes. Celui qui peut le comprendre philosophiquement est donc habilité à l’interpréter philosophiquement. Le texte sacré peut être déchiffré à l'aide de la lumière qui nous habite.

Sohrawardî (v. 1155-1191), enfin, est le créateur de l'illuminisme. Sa thèse est qu’il existe une approche non religieuse liée au symbolisme de la lumière. L'existence est une lumière virtuelle qui devient réelle aux moments où l'individu atteint la Connaissance.

André Nataf, "Les libres-penseurs".

Histoire de la philosophie islamique

La philosophie en terre d'Islam n'a ps seulement recueilli l'héritage des Grecs. Jusqu'à nos jours, elle n'a cessé d'engendrer une des plus riches métaphysiques qui soient. Henri Corbin nous dévoile comment des Ismaéliens à Avicenne, de Sohravardi ou Ibn' Arabi à l’École d'Ispahan, s"est constituée une exégèse du Livre saint, et comment est née une philosophie prophétique. Désormais, il convient que ces pensées ne restent pas inconnues du public occidental, mais qu'elles prennent enfin leur place dans le cours de notre propre questionnement.


Commentaire d'un lecteur :

Fabuleux! Je suis sorti de la lecture de ce petit livre - un peu ardu quand même - bien "désintoxiqué" de toute une "propagande" réductrice de l'Islam ( venant des deux côtés ! )plus ou moins insidieuse dans laquelle nous baignons depuis pas mal de temps. Une approche flamboyante de la beauté de l'ésotérisme islamique et une histoire de celle-ci très savante.

Free ebook : History of Islamic Philosophy

Image :

No comments:

Post a Comment