Sunday, August 21, 2011

Morts bizarres




Mourir est la chose du monde la mieux partagée et la plus banale qui soit. Depuis qu'il existe des hommes et qu'ils ont pris l'habitude de mourir, on peut considérer que toutes les façons de quitter ce bas monde ont été essayées avec succès et qu'il ne reste plus grande surprise à attendre de ce côté-là.

Pourtant, quelques personnalités (on parle moins des inconnus) parviennent à étonner une dernière fois leurs contemporains par l'étrangeté de leur mort... leur chant du cygne noir, en quelque sorte. (Claude Gagnière)

Dans leur Livre des Bizarres (Laffont), Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière ont répertorié quelques morts historiques singulières :

ESCHYLE (525-456 av. J.-C.), le grand tragédien grec mourut d'avoir reçu sur le crâne une tortue qu'un aigle qui l'emportait dans ses serres venait de lâcher.

AGATHOCLE (361 -289 av. J.-C.). tyran de Syracuse, fut empoisonné par un cure-dents. Il ordonna qu'on le placât sur un bûcher afin de mettre un terme à ses souffrances.

Le roi HENRI IV vit ses parents disparaître de façon peu banale. Sa mére Jeanne d'ALBRET mourut empoisonnée par des gants. Son père, Antoine de NAVARRE fut tué par une balle alors qu'il était en train d'uriner.

Le compositeur Jean-Baptiste LULLY (1632-1687) avait un caractère épouvantable. Au cours de la répétition de l'une de ses œuvres, il se mit en rage contre ses musiciens et frappa violemment le sol avec la longue canne qui, à cette époque, servait à battre la mesure. En fait, il se frappa le gros orteil. La gangrène s'y mit et il mourut quelques jours plus tard.

Autre compositeur, Arcangelo CORELLI (1653-1713) mourut de douleur, son concurrent SCARLATTI l'ayant convaincu qu'il avait fait une fausse note.

L'Abbé PRÉVOST (1697-1763). l'auteur de Manon Lescaut, fut découvert par des paysans, gisant inanimé dans la campagne. Un chirurgien appelé décida de pratiquer l'autopsie. Lorsque le bistouri s'enfonça, le romancier se mit à hurler, mais il était trop tard.

Le Pape CLÉMENT XIV (1705-1774) fut empoisonné par une pastèque.

Le Président de la République Félix FAURE (1841-1899) mourut d'apoplexie le 16 février, dans les bras de la belle Marguerite STEINHEIL. Un prêtre, appelé d'urgence à l'Élysée, ayant demandé : Le Président a-t-il encore sa connaissance ?, l'huissier lui répondit :
- Non ! Nous venons de la faire sortir par l'escalier de service !
Isadore DUNCAN, célèbre danseuse américaine, s'était installée en France. Le 26 avril 1913, la voiture qui transportait ses deux enfants Deirdre (8 ans) et Patrick (3 ans) ainsi que leur gouvernante, tomba en panne le long des berges de la Seine. Le chauffeur descendit pour tenter de la faire repartir à la manivelle. Le frein mal serré, la voiture glissa dans la Seine. On repêchera trois cadavres.

Quatorze ans plus tard, le 14 septembre 1927, c'est de nouveau le drame. La danseuse s'est retirée à JUAN-LES-PINS pour rédiger ses mémoires. Un jeune garagiste qui désire lui vendre une BUGATTI grand sport de type 37, vient la lui faire essayer. Dès le démarrage, les franges de la longue écharpe de soie rouge peinte à la main que portait ISADORA viennent se prendre dans la roue arrière. La danseuse meurt aussitôt, les cervicales brisées.

Vera Jayne PALMER, plus connue sous le nom de Jayne MANSFIELD s'était fait un nom à Hollywood davantage par ses étonnantes mensurations mammaires que par son talent d'actrice (101 de tour de poitrine ! Mais ce qui est plus surprenant :164 de Q.I. !). Elle avait épousé un Hongrois Mickey HARGITAY, élu à l'époque Monsieur UNIVERS. Tout était rose dans sa vie de star. Les magazines étaient remplis des photos de sa villa de LOS ANGELES où tout était rose et en forme de cœur, même la piscine. Le 29 juin 1967, sur la route de la Nouvelle Orléans elle heurta dans sa décapotable rose, un camion chargé de plaques de tôle. L'une d'elles se détacha et vint très proprement lui séparer la tête du corps. Dix ans auparavant, elle avait été couronnée « Miss Autoroute » !


Livre des Bizarres




Photos :

Isadora Duncan (en haut)

Jayne Mansfield


No comments:

Post a Comment