Saturday, September 17, 2011

Le 11 Septembre dix ans après





Nous ne pouvons nier que la dictature mondiale de la finance est une réalité plus tangible que le contrôle des populations par une mystérieuse loge de comploteurs reptiliens-illuminati.

La cupidité est à l'origine de nombreuses tragédies. Même nos prétendues démocraties sacrifient des milliers de personnes pour accroître les profits de quelques familles. De hauts fonctionnaires et des scientifiques aux ordres n'hésitent pas à répandre des mensonges pour favoriser le développement d'industries extrêmement dangereuses (naguère l'amiante, aujourd'hui le nucléaire, les OGM, les nanoparticules...). Ces menteurs pourraient connaître le sort des nazis condamnés à mort à Nuremberg pour crime contre l'humanité.

A qui profite le crime ? Existe-t-il un lien entre le monde de l'argent et les attentats du 11 Septembre ? David Ray Griffin, auteur du livre « Un autre regard sur le 11 Septembre », s'est posé ces questions et beaucoup d'autres.

En s'appuyant sur des milliers de sources, le livre de David Ray Griffin, « loin de partir d'idées préconçues ou d'exprimer une opinion réactionnaire, soulève assez de questions précises et dérangeantes pour étayer une demande de nouvelle enquête plus convaincante que jamais. »

Que savez-vous réellement des attentats qui ont justifié la « guerre contre le terrorisme » ? Deux guerres et des centaines de milliers de morts plus tard, sans oublier les millions de réfugiés, il convient de se demander en toute lucidité : à qui profite le crime du 11 Septembre, sinon au complexe militaro-industriel ? Savez-vous que les invasions de l'Afghanistan et de l'Irak étaient prévues bien avant les attentats du 11 Septembre ? Savez-vous que la veille, Rumsfeld annonçait que son ministère avait perdu la trace de 2 300 milliards de dollars et que les bâtiments détruits au Pentagone abritaient des services comptables de l'armée ? Que les responsables militaires chargés de la défense aérienne n'ont pas été sanctionnés mais promus ! Tout comme les agents de la CIA et du FBI qui ont empêché les enquêtes d'aboutir. Connaissez-vous l'existence de la 3e tour du World Trade Center ? Vous souvenez-vous de la psychose mondiale engendrée par l'anthrax au lendemain des attentats, d'abord imputés à al-Qaïda, puis à Saddam Hussein ? L'enquête du FBI a conclu qu'il provenait en fait d'un laboratoire militaire américain. En fin de compte, que savez-vous vraiment du 11 Septembre ? Il est temps de voir ces événements sous un jour différent, avec un autre regard. Ce livre de l'auteur qui fait autorité sur le sujet fourmille de faits irréfutables qui vous laisseront d'abord sans voix, et vous feront prendre conscience que depuis 10 ans, on ne vous dit pas la vérité sur le « terrorisme » Tel un procureur implacable, David Ray Griffin avance pas à pas dans un dédale de secrets et de mensonges, de dissimulations et de tromperies, pour faire la lumière sur l'événement fondateur d'une nouvelle ère de guerres sans fin. Une argumentation raisonnée et logique, qui se base sur des éléments de preuve délibérément ignorés ou écartés par les autorités états-uniennes et les médias. Une lecture obligée. Un voyage au bout de l'effroi !


Biographie de l'auteur

David Ray Griffin est professeur émérite de philosophie des religions et de théologie à la Claremont School of Theology et à la Claremont Graduate University. Il est également, co-directeur du Center for Process Studies, qui diffuse et développe le courant philosophique d'Alfred North Whitehead, lequel se fonde sur les sciences. M. Griffin a publié une trentaine de livres dont 9 sur le 11 Septembre, parmi lesquels 4 ont été traduits en français : « Le Nouveau Pearl Harbor », « Omissions & manipulations de la Commission d'enquête » (prix de la Fondation Hélios en 2006) et « La Faillite des médias » (médaille de bronze dans la catégorie Actualités de l'Independent Publisher Book Awards en 2008), et cet ouvrage. À sa sortie, il fut élu « Choix de la semaine » par la revue professionnelle Publishers Weekly (comparable aux États-Unis à Livres Hebdo en France).


2 300 milliards de dollars disparaissent


« Le 10 septembre, Ronald Rumsfeld déclare que son ministère ne parvient plus à trouver la trace de 2 300 milliards de dollars, envolés dans les méandres de l'administration... Qu'à cela ne tienne, la Providence veille : l'aile du Pentagone qui sera touchée abritaient les services comptables de l'armée... »




No comments:

Post a Comment