Friday, September 16, 2011

L'homme du futur : un vieillard au visage puéril




Dans les prochains millénaires, il faut s'attendre à des modifications concernant des détails anatomiques, qui viendront compléter les changements qui ont débuté à la préhistoire. L’évolution humaine dure en effet depuis 3 millions d'années, mais elle s'est accélérée depuis environ 40 000 ans.

La bipédie de l’homme, par exemple, est imparfaite, nos veines des membres inférieurs possédant encore des valvules de quadrupèdes. Du coup, le sang s’accumule dans les parties inférieures, provoquant varices et hémorroïdes. Dans l’avenir, le système circulatoire humain devrait donc devenir plus efficace.

L'apparition de la bipédie s'est également traduite par la bascule de l'arrière-train et le rapprochement des centres de gravité de la tête et de la colonne vertébrale. Ce rapprochement s’est fait par un déplacement vers l'avant du point de fixation de la tête sur la colonne (trou d'occipital).

Ces mouvements ont pour conséquence d'arrondir la forme du crâne. Or, l'équilibre théorique d'un corps ne se réalisera que quand les axes de gravité de la colonne et de la tête seront superposés, ce qui laisse supposer que le crâne devrait encore s’arrondir. Ce dernier n'évoluera plus en masse, mais, en revanche, le cerveau pourra encore augmenter grâce aux circonvolutions du cortex (le cerveau en se repliant sur lui-même peut occuper plus de place dans le même volume). Ceci devrait favoriser l'apparition de nouvelles fonctions cérébrales en relation avec un comportement de plus en plus élaboré.

Par ailleurs, la mâchoire se raccourcit, l'espace de la troisième molaire se comble (la dent de sagesse est déjà trop à l'étroit), ce qui provoque un recul du visage. L'homme de demain pourra peut-être avoir 28 dents au lieu de 32. Autre élément marquant de l'évolution des espèces : la réduction du nombre de doigts. Le petit orteil devrait ainsi raccourcir, voire disparaître.

L'évolution future de l'homme pourrait être influencée par des facteurs impondérables comme la pollution ou encore les virus. Par exemple, au XIXe siècle, l'épidémie de tuberculose a surtout affecté les personnes de grande taille, favorisant les petits. Or, depuis l'éradication de la maladie, les grands font leur retour en force d'où une des causes possibles de l'augmentation de la stature depuis un siècle.

Dans 50 000 ans, des hommes moins robustes au visage puéril ?

Autre facteur, l'allongement conséquent de l'espérance de vie entraîne l’apparition d'un caractère nouveau : la vieillesse. Les différentes étapes de la-vie, et en particulier l'apprentissage, étant de plus en plus longues, le psychisme et les capacités cognitives devraient s'améliorer.

En revanche, ce comportement pourrait entraîner une infantilisation de l'espèce humaine. L'homme deviendrait alors moins robuste et le dimorphisme sexuel (les différences homme-femme) diminuerait.

Le portrait-robot de l'homme du futur pourrait être un vieillard avec un visage puéril et réduit par rapport à la taille de son crâne. Mais ces prospectives sont un peu arbitraires et ces modifications, si elles surviennent un jour, ne seront effectives qu'à long terme : il faudra au moins 50 000 ans.

Jean-Louis Heim, anthropologue, professeur au Muséum national d'histoire naturelle, Paris.



700 000 siècles d'histoire humaine
Jean-Louis Heim




Dessin :

1 comment:

  1. Cet homme existe déjà, surtout au niveau du manque de robustesse et de l'affaiblissement des caractères sexuels: dans l'enseignement par exemple; j'ai rencontré de nombreux hommes féminisés et moult femmes masculines. L'ensemble donne l'impression d'une coupure nette avec la libido et les pulsions. Les élèves ressentent fort bien cela et se font un plaisir de tailler dans le tas.

    ReplyDelete