Monday, May 28, 2012

Comment faire pour sortir de ce monde marchandisé et malade ?





Selon les critères de l'UNADFI, Union Nationale des Associations de Défense des Familles et des Individus Victimes de Sectes, ma pratique du végétarisme et du jeûne thérapeutique me classe parmi les sectateurs soumis à un gourou ou à un mouvement néo-spiritualiste. Or rien n'est plus faux, je défends une libre pensée spirituelle qui permet de s'affranchir du sectarisme et du dogmatisme religieux.

Lui aussi végétarien et adepte des médecines douces, Jean-Marc Governatori dérange d'autant plus que son projet politique est fondé sur une approche totalement libérée des vieilles idéologies de gauche et de droite.

« Le principal est de s'organiser collectivement, dit Governatori, pour faire naître une sobriété heureuse. Mais cette dynamique globale doit aussi s'inscrire dans les vies de chacun. Et j'admets que cela n'est pas si facile car il faut accepter de perdre ou de s'éloigner d'un certain nombre d'habitudes. Cette transformation personnelle, qui est nécessaire, donne, au début, l'impression de se jeter par la fenêtre sans parachute. C'est pourquoi le système diffuse dans la société un sentiment de peur. La peur, je le pense profondément, est le principal obstacle au changement ; et le système ne veut pas du changement. Il est vrai que face à la crise du pouvoir d'achat, face à la crise sociale et écologique, le changement de cap provoquera de vraies mutations dans nos vies quotidiennes, nos façons de travailler, de consommer et de dépenser, dans nos relations sociales... Il y aura un prix à payer, par exemple, en termes de salaire, ou d'objets accumulés. Mais ceux qui se prennent en main, et qui décident de donner à leur quotidien d'autres perspectives que la consommation, le gaspillage ou la vitesse, retrouvent la vie et le temps, notamment celui du partage familial et amical. Ces gens se retrouvent aussi eux-mêmes, dans leur subjectivité. En réalité, ils gagnent plus en qualité de vie. Les crises dont je parle et les prises de conscience qu'elles devraient entraîner vont, j'en suis persuadé, multiplier les initiatives nous permettant de sortir du monde capitaliste. L'essentiel dans tout cela est qu'il faut se contenter de peu et du nécessaire, et là, nous avons des chances d'être heureux. Cette sobriété, cette simplicité de vie sont également au cœur des grands enseignements spirituels et philosophiques des sages de tous temps...

Je suis convaincu, et mon expérience au sein de l'Alliance pour la planète me le dit, que nous possédons tous la capacité à changer positivement la situation. Cette alliance, comme le dit son nom, est un réseau, un pacte qui réunit des dizaines d'associations écologistes de la société civile. Notre idée est qu'il est possible de créer un rapport de force en faveur de l'écologie et de la justice sociale. Il faut prendre conscience de cela. Coluche disait : « Quand je pense qu'il suffirait qu'on n'achète pas pour que ça ne se vende pas ! » Il avait tout dit ! C'est exactement ce qu'il faut faire ! Nous sommes détenteurs d'un pouvoir colossal et ce pouvoir est collectif. Nous sommes souvent très intelligents individuellement, mais, la plupart du temps, très bêtes collectivement. Pourquoi cela ? Parce que nous sommes incapables de nous comporter de manière sociale, juste et organisée, afin de résoudre les problèmes que le système marchand cause à la planète. Parce que ce système essaie de priver les citoyens de leur liberté, et même de leur santé (on le voit à propos du débat sur les OGM), c'est à la société civile, c'est-à-dire au pouvoir collectif dont je parle, de réinventer la démocratie. Sans une démocratie écologique et sociale, la question du pouvoir d'achat reste vaine. C'est tout le sens que je donne à la notion d'« intelligence verte ».

Jean-Marc Governatori


Photo :
La sobriété heureuse, l'étang des Landes au nord-est de la Creuse (23).


4 comments:

  1. Anonymous5:46 AM

    ...des paroles, mais les actes?...
    Il y a quelques temps délà je me suis rendu au siège Niçois de JM Governatori, c'était vers la Fac St Jean d'Angelly dont je suis voisin de quelques centaines de mètre.
    Il y avait là deux personnes antipathiques agacées d'être dérangées (j'avais pourtant rendez-vous!) dans leurs papotages, mais le plus choquant c'était leur consommation de cigarettes! c'était une vraie fumerie, et l'une d'elle n'a pas recherché mon renseignement sous prétexte qu'un enfant squattait l'ordinateur pour des jeux aussi bruyants que débiles....pauvre gosse , fumée de tabac plus jeu d'écran...on est loin de la vision écolo proposée par JMG! une fois j'ai tenté de lui exprimer ces remarques, elles sont restées sans réponses.....eh oui, politique politicarde quand tu nous tiens!....tout n'est que "paroles paroles paroles" et Governatori n'y échappe pas!
    Ph.Laurent. Nice.

    ReplyDelete
  2. Anonymous8:21 PM

    mdr ; moi je crois qu’il serait temps de faire comprendre à l'ensemble de l'humanité ke nous allons bientôt disparaitre mais pas de l’extérieur , mais bien d'une gréve générale de l’intérieur et oui les bactéries vont bientôt dire stop
    ; les écolos me font vraiment ils sont tous pareils ! vous voulez vraiment faire de l'écologie alors créer des moratoire pour interdire les emballages couleurs sur les pots de yaourt vous vous rendez compte du gaspillage ! je consomme environ 8 yaourt par semaine aller un peu de courage je vou slaisse calculer le nombre de pot de yaourt par habitant en gros 20 trilliards de pot par an en france

    ReplyDelete
  3. Anonymous8:18 AM

    Je suis d'autant plus d'accord avec le premier Anonymous que le second;
    D'une part, c'est vrai, vos gueules les écolos, la révolution humanitaire ne viendra pas de vous, ni avec vous. Arrêtez de vous masturber les neurones pour quelque chose qui ne vous appartient pas.
    Mais, je dirais aussi que je m'étais également fait cette remarque;
    "Mais combien de millions de tonnes de peintures, colorants et autres stabilisateurs chimiques sont utilisés chaque année rien que pour la publicité ?

    ReplyDelete
  4. Anonymous2:09 AM

    Ben oui, on dépend des usines pour se nourrir . Peut-etre qu'une alimentation de proximité générerait des emplois et une meilleure bouffe..vergers...jardins...En attendant c'est le nazi Monsanto qui s'en met plein les fouilles.

    ReplyDelete