Thursday, May 17, 2012

L'étrange sacre de François Hollande





Le premier jour de règne du monarque socialiste est marqué par une succession de phénomènes météorologiques, pluie, grêle et foudre.

La pluie

La pluie, qui s'est généreusement déversée durant la cérémonie d'investiture de François Hollande, était traditionnellement perçue comme un signe positif.

Les Psaumes (LXXII, 6) parlent en ces termes du gouvernement de Salomon, le roi pacifique et juste : « Qu'il descende, comme l'averse sur les regains, comme la pluie qui détrempe la terre. ». Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) compare la pluie à la force vitale de l'âme dont dépend l'épanouissement du corps : c'est grâce à elle qu'«il ne se dessèche pas, tout comme, grâce à la pluie, la terre échappe à la sécheresse. »

La foudre

Quelques heures après la cérémonie d'investiture, l'avion de François Hollande décolle en direction de Berlin. Le Falcon 7X du président français est foudroyé en plein vol et doit rapidement atterrir. Le symbolisme de la foudre est plus complexe que celui de la pluie.

« Cette décharge d'électricité céleste, qui amène le feu sur terre et entraîne tant de désastres, est dans toutes les cultures anciennes l'expression et le symbole d'une force surnaturelle. Les hommes y voyaient la marque du dieu du Ciel ou du roi des dieux qui faisait ainsi disparaître ses ennemis de la surface de la terre à l'aide d'une hache ou d'un marteau, ou bien qui punissait ceux qui ne l'avaient pas respecté. En raison de son origine céleste, la foudre apparaît également comme le symbole de l'illumination spirituelle. Dans les régions touchées par la sécheresse, dans lesquelles la vie des hommes dépend du régime des pluies, les hommes pensaient que l'éclair rendait les terres fertiles et le considéraient comme un symbole de la vitalité masculine. Les oracles étrusques essayaient de lire l'avenir dans la foudre (brontoscopie) : l'apparition d'éclairs à l'est était une chose positive, à l'ouest ils étaient au contraire de mauvais augure, l'idéal se situant au nord-est ; en revanche lorsque les éclairs éclataient au nord-ouest, cela annonçait l'arrivée d'un malheur. Ce mode de prédiction fut repris par certains oracles romains. La foudre était considérée comme le fait de Zeus Keraunos (en latin Jupiter Fulgur, le « Jupiter à la foudre »), du dieu du Tonnerre Perun chez les Slaves (en letton Perkons, en lituanien Perkunas) ou encore, en des époques plus anciennes, du dieu oriental Haddad. Les hommes tués par la foudre avaient donc été désignés par la divinité en question et devaient être enterrés à l'endroit où ils avaient été foudroyés.

Dans la symbolique chrétienne, la foudre est l'expression de la présence immédiate de Dieu (révélation des dix commandements sur le mont Sinaï) ou de son châtiment (lors du Jugement dernier). La foudre devint parmi les emblèmes favoris de la Renaissance le signe de la Providence dont Dieu dispose à sa guise. [...]

Pour les Indiens d'Amérique du Nord, la foudre est le fait d'«oiseaux du tonnerre» surnaturels et elle est figurée comme chez nous par un zigzag. Chez les Aztèques, la foudre est représentée par le dieu Xolotl qui prend la forme d'un chien pour accompagner les morts. Elle creuse un fossé dans la terre et libère ainsi pour les dieux et les hommes le chemin qui mène au monde souterrain. Voir Orage.

Dans le Pérou des Incas, la foudre et le tonnerre étaient tous deux désignés par le mot illapa, dont se servirent ensuite les Indiens pour parler de la bombarde des conquérants espagnols. D'après Garcilaso de la Vega (1539-1616), la foudre et le tonnerre n'étaient cependant pas célébrés comme des divinités : il s'agissait seulement de serviteurs du Soleil sacré, n'habitant pas dans le Ciel mais dans les régions aériennes.

En Inde, la foudre est le grand attribut du dieu Indra dont elle est l'arme par excellence grâce à laquelle il tue le dragon primordial qui imposait la sécheresse à l'univers : la foudre, ici, féconde à nouveau, mais, sur un plan métaphorique, c'est la terre et le monde qu'elle fait vivre en ouvrant les portes des eaux. La foudre est donc, dans une conjonction d'opposés, le principe de la vie et celui de la mort (pour le dragon cosmique, certes, mais aussi pour tous ceux sur qui elle s'abat). D'autre part, elle unit, le temps d'un éclair, le Ciel à la Terre. Sous la forme du vajra, la foudre est donc aussi la grande puissance de l'esprit masculin, elle est le Verbe et l'intelligence dernière, par rapport à la cloche féminine qui représente la Sagesse. En fait, chacun a besoin de l'autre, puisqu'il n'y a pas de sagesse sans la pénétration de l'intelligence, ni d'intelligence réelle que n'appelle et que ne recueille la sagesse. Le vajra indien devient par ailleurs le dordje tibétain, qui renvoie au diamant en tant que pierre de feu. Cette correspondance symbolique trouve toute son extension dans le vajrayana bouddhique, voie divergente du mahayana et du hinayana (bouddhismes du grand et du petit véhicules), appelé aussi le « bouddhisme du véhicule de diamant », qui a pour ambition de mener l'homme à la Terre de diamant, ou à la Terre pure, et qui se place sous les auspices de la « foudre adamantine » par opposition à la clochette, matrice des apparences et des illusions de ce monde.

La psychanalyse associe essentiellement la foudre à la vitalité masculine. Mais « le feu de la passion, l'amour des idées (qu'elle éveille en l'homme) est aussi une flamme à laquelle on peut se brûler... Le rayons de feu qui s'abattent du ciel ont toujours de lourdes conséquences pour l'individu » (E. Aeppli).

De nombreuses cultures voient également dans les éclairs des serpents qui tombent du ciel. Outre le dieu-chien Xolotl, les Mexicains associaient ainsi la foudre au « serpent d'obsidienne » Itzcoatl, tandis que la mythologie finlandaise évoque un « serpent multicolore » tombé au fond de la mer ; il aurait alors été mangé par le saumon et c'est dans les entrailles du poisson que les hommes découvrirent les étincelles du feu céleste. »

Source : Encyclopédie des symboles.




1 comment:

  1. La France est rose et noire, l'an prochain ce sera la Françafrique où les Négresses commanderont!

    Et en Europe, le grand yassa des peuples, la gari foto des nations, le kedjenou des races !

    Ankh, Houdja, Seneb!

    ReplyDelete