Tuesday, July 31, 2012

Les réseaux occultes du Dalaï-lama





Les hiérarques lamaïstes, agents de la CIA, ont toujours bénéficié du soutien de réseaux proches de l'extrême droite.

Le 30 septembre 1972, le XIVe Dalaï-lama est reçu par le pape Paul VI. La photo de la rencontre paraît dans la revue Question de dirigée par Louis Pauwels. Louis Pauwels appartient à la Nouvelle Droite Française dont l'objectif est d'entraîner par tous les moyens, légaux ou illégaux, la chute de l’État républicain et égalitaire afin d'imposer un régime hiérarchique qui n'est pas sans rappeler le féodalisme tibétain.

Dans le numéro 3 de Question de, Joël Bouëssée, de la Fondation européenne, signe l'article intitulé « Le Dalaï-lama chef temporel, souverain spirituel ». Bouëssée, qui rédige son article d'après des notes envoyées par un prétendu tibétologue, le prince Pierre de Grèce expulsé du territoire indien à cause de sa haine viscérale du communisme chinois, n'hésite pas à affirmer que les fonctions du Dalaï-lama, sacerdoce et royauté, sont octroyées par la grâce divine. Il écrit :

« C'est le cinquième Dalaï-lama, connu sous le nom de Gaden-Phodrang, qui, le premier, a assumé le pouvoir temporel pour tout le Tibet, dotant son pays d'une forme de gouvernement qui se perpétua jusqu'à l'invasion chinoise.

Depuis plus de trois cents ans, dix Dalaï-lamas successifs ont été souverains temporels et spirituels, leur minorité étant assurée par des régents laïques ou moines qui gouvernèrent en leur nom. Ainsi le Dalaï-lama est-il le chef spirituel du bouddhisme tibétain, également révéré par des bouddhistes d'autres pays, le Père supérieur de l'ordre des moines Gelougpas et, encore il y a quelques années, le roi temporel d'une nation ; il demeure pour la plupart des Tibétains le souverain de son peuple.

Des fonctions de grâce divine : sacerdoce et royauté. En effet, essayer de séparer la fonction spirituelle du Dalaï-lama de sa fonction temporelle, prétendant que l'on peut reconnaître l'une sans l'autre, est difficilement concevable à l'intérieur de cette culture ancienne. Depuis le règne du « Grand Cinquième », les Tibétains reconnaissent que leur « dieu-roi » gouverne en vertu du fait qu'il est le porteur de la « compassion divine », ce qui l'habilite à agir sur les affaires humaines. La présence du Dalaï-lama est, pour ses sujets, une invitation permanente à la recherche de la lumière du Bouddha. C'est en fonction de cette grâce qu'il règne. Pour le bouddhiste tibétain, en effet, toutes questions temporelles ne sont que des étapes du voyage vers la lumière. »

Dès la création de ce blog, les pratiques occultes du « Grand Cinquième » et la déliquescence du lamaïsme ont été dévoilées. Il faut rappeler que des lamas tibétains dissidents dénoncent eux-aussi les erreurs du cinquième Dalaï-lama et de l'actuel Dalaï-lama. Ces dissidents réclament la liberté de culte et considèrent que la dictature religieuse instaurée par le cinquième Dalaï-lama, et perpétuée par l'actuel Dalaï-lama, est une gigantesque imposture. Ils expliquent la raison de la publication de leur livre « Une Grande Imposture » et de leur dénonciation de la « Politique du Lama » :

« Les explications données dans ce livre ont pour but d'encourager les gens à ne pas suivre, ou à ne pas se laisser influencer par la « Politique du Lama » qui, telle une drogue, sème la confusion dans l'esprit des gens quant à la nature réelle de la pratique bouddhiste. Dans ce contexte, « Lama » se réfère à trois Dalaï-lamas du Tibet : le cinquième, le treizième et le quatorzième. Ces lamas utilisèrent la religion à des fins politiques, provoquant ainsi la souffrance de millions de personnes, génération après génération. Le cinquième Dalaï-lama mélangea religion et politique et, de ce fait, les traditions bouddhistes tibétaines nyingma, kagyu et sakya déclinèrent rapidement. En résultat, des millions de personnes suivant ces traditions éprouvèrent de grandes difficultés pendant des centaines d'années. Aujourd'hui, certaines personnes dans ces traditions affirment que les adeptes de la tradition guéloug ont provoqué le déclin de leur tradition, mais cela est inexact. Les guélougpas eux-mêmes n'avaient aucun pouvoir politique. C'est bien le cinquième Dalaï-lama qui, lui seul, utilisa son pouvoir politique pour anéantir le développement de ces traditions, tant spirituellement que matériellement.

Le cinquième Dalaï-lama a toujours montré deux visages, celui d'un nyingmapa pour une part et celui d'un guélougpa pour une autre part. En fait, il ne suivait ni l'une ni l'autre de ces deux traditions, mais demeura entre les deux sans jamais trouver une voie spirituelle pure. De ce point de vue, il ressemblait au Dalaï-lama actuel, le quatorzième, qui lui aussi montre deux visages et n'a jamais trouvé de voie spirituelle pure.

Le cinquième Dalaï-lama prit le pouvoir politique au XVIIe siècle, grâce à l'appui militaire de Gushri Khan, souverain des Mongols Qoshot, qui l'aida à faire la guerre contre Karma Tenkyong Wangpo, souverain principal du Tibet à cette époque. À la demande du cinquième Dalaï-lama, Gushri Khan envoya ses armées mongoles au Tibet et remporta ainsi la guerre. Karma Tenkyong Wangpo fut capturé, et plus tard exécuté, et le cinquième Dalaï-Lama prit ainsi le pouvoir politique et devint le souverain du Tibet. Cet événement, à lui seul, montre la nature de la Politique du Lama. Le cinquième Dalaï-lama était un moine bouddhiste qui avait l'engagement de ne pas tuer et de ne pas nuire aux autres. Il contrevint donc directement aux engagements spirituels établis par Bouddha. Il s'agit là d'un exemple particulièrement honteux pour un moine bouddhiste occupant la position d'un grand lama, un être supposé saint.

Dans leurs enseignements, les cinquième et treizième Dalaï-lamas parlèrent de compassion, mais ils se comportèrent comme des dictateurs, créant de nombreux problèmes au sein de leur société. Cela est également vrai pour le Dalaï-lama actuel. En dépit de cette hypocrisie, de nombreuses personnes, dont l'opinion religieuse est extrême et la foi est aveugle, croient encore que ces lamas sont des êtres saints. Dans la société tibétaine, toute personne dont les points de vue et les intentions diffèrent de celles du Dalaï-lama est immédiatement accusée de ne pas être tibétaine et elle subit critiques, menaces et ostracisme. Cela s'est produit dans le passé et cela se passe maintenant pour les pratiquants de Dordjé Shougdèn. À partir de ce seul fait, nous pouvons voir que cette Politique du Lama continue à avoir un effet dévastateur sur la société. Ce problème pourra être résolu seulement si le Lama lui-même change sa propre attitude.

Le cinquième Dalaï-lama fut l'instigateur de la Politique du Lama, qu'il appela l'« union de la religion et de la politique ». La nature de la Politique du Lama est trompeuse, et son unique fonction est de duper les gens et d'utiliser la religion à des fins politiques. Elle ressemble à un arc-en-ciel qui, vu de loin, semble beau mais, examiné de plus près, est perçu complètement vide et faux. Les treizième et quatorzième Dalaï-lamas sont ceux qui ont le plus soutenu la politique établie par le cinquième Dalaï-lama et la politique de l'actuel Dalaï-lama est, des deux, la pire. […]

Depuis plus de 360 ans, il n'a jamais été vraiment certain qu'un des occupants du Potala, y compris l'actuel Dalaï-lama, ait été une véritable réincarnation de Gendun Droub. » (Gendun Droub, 1391-1474, était le premier Dalaï-lama.)

Un courant contre-initiatique, œuvrant à l'avènement du règne d'un « Chakravartin à rebours », cet inquiétant roi du monde dénoncé par René Guénon dans son livre « Le règne de la quantité », a-t-il pris le contrôle du lamaïsme au XVIIe siècle ?



Nouvelle Droite Française




8 comments:

  1. Voilà des articles qui vont faire les choux gras de Kadampa (NKT)
    Je dois avouer que je ne sais plus trop quoi penser, des uns et des autres !
    J'ai passé 15 jours merveilleux chez ces derniers, mais cela tenait peut-être au groupe dans lequel j'étais. C'était un peu lénifiant, les enseignements n'en avaient que le nom et je restais un peu sur la défensive par peur du sectaire.
    Néanmoins j'ai pu vérifier que la gentillesse et le sourire existaient encore dans ce monde, ce dont je doute presque quotidiennement !

    ReplyDelete
  2. Il est peut-être nécessaire de préciser que je n'ai jamais mis les pieds dans un centre de la NTK dont l'enseignement est très différent du Ch'an ou du Dzogchen. Mais on ne peut nier que les sectateurs de Shougdèn sont injustement ostracisés.

    De plus, il est évident que le dalaï-lama fait davantage le jeu des Américains et de la CIA que celui des Tibétains.

    Combien de prétendus bouddhistes ce sont indignés quand le dalaï-lama a accepté de recevoir des mains du criminel Bush la médaille d'or du Congrès ?

    ReplyDelete
  3. Anonymous9:50 PM

    L’église catholique est aussi impliquée dans un énième… scandale financier,
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202178516783-l-opacite-financiere-du-vatican-a-nouveau-epinglee-345249.php

    l’église russe dans des dérives nationalistes, en soutenant des dictateurs tels que Poutine et Bashar el Assad…

    Le bouddhisme himalayen est aussi concerné par des dérives nationalistes et xénophobes en Birmanie, après celles du Bhoutan qui prône pourtant le Bonheur National brut………..enfin pour certains du moins..
    http://www.tolerance.ca/ArticleExt.aspx?ID=140435

    Je mentionne que des femmes sont en premières lignes en Syrie, ou en Russie pour lutter contre le conservatisme religieux, comme c’est le cas avec les jeunes femmes du Pussy Riot et qui risquent d’être condamnées pour avoir osé chanter une chanson punk dans une cathédrale en défiant le clergé russe et ses magouilles avec Poutine. http://russie-libertes.org/2012/07/25/les-pussy-riots-ces-punkettes-que-poutine-veut-garder-en-prison/

    Récemment une féministe topless du groupe Femen s’est interposée devant le patriarche russe.
    http://www.youtube.com/watch?v=I5wdCqIkkMc

    J’ai lu que Le Dalai Lama se rendrait prochainement en Russie. Une Daikini Topless se jettera peut-être à ses pieds ??? Mais je ne pense pas qu’elle puisse faire quoique ce soit face à la CIA .

    Faisons une petite prière (oecuménique) pour tout ce joli petit monde !!! ( sans sectarisme )
    http://youtu.be/GSwVxic0PLE

    ReplyDelete
  4. Anonymous9:06 AM

    Je voudrais donner ici une analyse un peu plus nuancée au regard de l’actualité (je précise que je ne suis pas bouddhiste) :

    Il est évident que le bouddhisme tibétain n’aurait jamais pu survivre sans l’aide financière et politique des Etats-Unis. Mais doit-on le déplorer ?

    Doit-on déplorer que les Etats-Unis ait permis à un peuple opprimé de se maintenir en vie, de s’organiser pour survivre ? La religion et les croyances n’ont rien à voir là-dedans, il s’agit de survivre purement et simplement : des vies sont en jeu, une culture ancestrale et probablement notre avenir à tous, face à un matérialisme exacerbé.

    J’attire votre attention sur le fait que la Chine exerce des pressions internationales constantes sur tous les pays qui seraient susceptibles d’apporter une aide ou un soutien au Dalai Lama ou au peuple tibétain. Ci-dessous un extrait de la presse internationale qui illustre les pressions exercées par les autorités chinoises sur le gouvernement indien et qui met en cause l’aide apportée par l’Inde depuis plus de cinquante ans aux réfugiés tibétains. Il est possilbe d’envisager le jour où l’Inde demandera aux réfugiés tibétains de quitter son territoire, pour avoir la paix face à la Chine. Il serait temps de comprendre que la Chine souhaite la disparition des tibétains purement et simplement. Ne s’agit-il pas d’un acte de génocide, d’un crime contre l’humanité ??

    Certes l’action politique du Dalaï Lama peut être critiquée à certains égards, mais il est difficile de trouver des solutions face à une Nation qui n’entend pas dialoguer et qui use de tous les moyens diplomatiques, économiques, financiers et militaires pour anéantir une minorité composée de pauvres gens souvent démunis et sans avenir, prisonniers au pied d’une montagne depuis des décennies.

    http://zeenews.india.com/news/nation/chinese-daily-accuses-of-india-following-dual-policy-on-tibet_791929.html

    Extrait :
    It warned that the exiled Tibetans may even pose a "hidden danger" to India's stability. "Exiled Tibetans may even become a hidden danger to India's own stability in future. The separatist activities of exiled Tibetans will threaten regional security and the whole China-India relations," it said.

    It argued that the 'diplomatic bonus' brought by exiled Tibetans is decreasing, whereas the benefits of cooperation between China and India is growing.

    "Under these circumstances, the Indian government should reconsider its policies toward exiled Tibetans. Only then will India take a responsible stance for exiled Tibetans in in a real sense," it said.
    ----------------------------------------------
    Nous devons alors nous interroger : est-ce humainement acceptable ? Est-ce politiquement acceptable ? Est-ce tout simplement une attitude digne et respectable des droits humains pour un pays tel que la Chine qui se tient au 2e rang mondial ?

    Les Etats-Unis ne sont pas non plus des enfants de cœur, toutefois il convient d’aller au-delà des simples apparences pour tenter de comprendre une situation géopolitique complexe.

    ReplyDelete
  5. Anonymous9:50 AM

    Etant l’auteur du post précédent, je tiens à adresser mes félicitations et tous mes encouragements à Félix pour avoir créé une plate respectueuse de la liberté d’expression.

    J’ai été évincée du Forum de l’Arbre des refuges il y a un an pour le motif que je ne suis pas bouddhiste. De même, mes post sur le Forum de l’altruisme ouvert par Matthieu Ricard sont régulièrement censurés, idem sur le Forum de Buddhaline.

    Il est temps que tous ces sites comprennent que l’on ne peut mettre en avant une éthique qui prône la liberté d’expression au Tibet et pratiquer une censure aussi virulente que celle pratiquée par la Chine sur des forums publics et théoriquement ouverts à tous en Europe. La dictature se serait-elle exportée ??

    Je précise que mes propos ont toujours été respectueux des personnes, mais qu’ils tendaient parfois à dénoncer des pratiques et des situations contraires aux principes de compassion, d’amour bienveillant universel et d’ouverture.
    La liberté est un plat qui se mange « Chaud ».

    Cordialement

    ReplyDelete
  6. Anonymous12:35 AM

    je rajoute que sur Bouddhachanel ils censurent à la pelle et vérouillent sec aussi.
    Ca ne va que dans un sens : le leur.
    Alors ils mettent des ""serrures ""partout et filtres ainsi les entrées.
    On peut voir dans la vitrine mais on peut pas tout dire...

    ReplyDelete
  7. Vidéo sur le Dalaï-lama : vrai ou faux ?
    http://youtu.be/DTY8NAJqOIg

    ReplyDelete