Saturday, October 06, 2012

La pratique intérieure du travail




« Quand il se trouve disposé
à la vraie intériorité,
qu'il laisse hardiment tomber
toute chose extérieure. »

Eckhart

Le bouddhisme tibétain participe-t-il à ce que René Guénon appelait la « grande parodie ou la spiritualité à rebours » ?

Depuis l'aggravation de la crise économique, des dignitaires du lamaïsme renvoient l'ascenseur aux puissants qui sont au sommet du système totalitaire marchand, comme le financier Geoge Soros, l'un des principaux sponsors du dalaï-lama.

Lors de colloques économiques, des lamas (Jigmé Rinpotché, Matthieu Ricard à Davos, Tarthang Tulkou...) cautionnent, bien entendu d'une façon toute jésuitique, le système totalitaire marchand en prétextant apporter la vision bouddhiste du monde des affaires.

Marie-Madeleine Davy rappelle que des spiritualistes « s'évadent de l'omnitude, de la conscience commune, des formes sclérosées, des antihumanismes et parfois de certaines formulation religieuses aliénantes ». En revanche, dans ces colloques économiques les lamas collabos soutiennent sans vergogne le monstrueux système actuel et dissuadent les gens de le quitter. Par exemple, Tarthang Tulkou n'a pas hésité à déclarer :

« Les communautés spirituelles et les individus ne peuvent se permettre de quitter les affaires mondaines pour d'autres affaires, car elles ne peuvent plus compter sur le soutien de toute une société. »

Les personnes qui sont familiarisées avec l'érémitisme n'ignorent pas que les spiritualistes épris de liberté n'ont pas besoin du soutien de la société. Certains ont survécu très loin de la société, dans les contrées les plus sauvages comme les déserts ou l’immense forêt sibérienne.

Par exemple, dans les années 1980, en Sibérie, là où les monts de l’Altaï rejoignent ceux du Saïan, des géologues russes ont découvert une famille de vieux-croyants qui avaient fuit le monde depuis plus de quarante ans.

Les vieux-croyants, les raskoloniki, s’opposèrent aux réformes religieuses de Nikon le patriarche de Moscou. Ils tenaient à conserver dans son intégrité l’ancienne foi, de là le nom de vieux-croyants. Cette crise fit émerger des profondeurs populaires, une mystique libertaire. Les vieux-croyants rejetaient l’autorité du tsar. Ils abhorraient toutes les lois impériales et cléricales, les papiers d’identité, l’argent, les jeux… Ils décrétaient : « L’amitié avec le siècle est une hostilité contre Dieu. Il faut fuir et se cacher ! »

« 
Fuir et se cacher » était la devise de cet érémitisme radical qui durant plus de trois siècles avait poussé les vieux-croyants dans les régions les plus sauvages de l’empire russe. Après une longue errance, un groupe de cette secte s’installa sur l’Abakan, dans une région impénétrable du Saïan.

Durant les années 1930, une famille, les Lykov, rompit avec la communauté pour vivre en anachorète au cœur de la taïga.

Les Lykov étaient redevenus les enfants libres de la nature. Les ermites trouvaient une grande partie de leur nourriture dans la Taïga. « Sans ses fruits, écrit Vassili Peskov, l’homme ne pourrait pas y vivre longtemps dans l’isolement total. Dès avril les bouleaux donnaient leur sève. On la recueillait dans des seaux d’écorce. S’ils n’avaient pas manqué de vaisselle, les Lykov en auraient sûrement fabriqué du sirop, par réchauffement. Mais allez poser un seau d’écorce sur le feu… On plaçait le seau dans le torrent, réfrigérateur naturel où la sève se gardait longtemps.

Après la sève de bouleau, on allait cueillir l’oignon sauvage et l’ortie. De l’ortie on faisait une soupe et l’on séchait des bottes pour l’hiver, utiles à la " robustesse du corps ". L’été venu, on ramassait les champignons (que l’on mangeait cuits au four et bouillis à l’eau), la framboise, la myrtille, l’airelle rouge, le cassis. (…)

Fin août arrivait le temps des récoltes, reléguant à l’arrière-plan tous les autres soucis. On allait à la cueillette des pommes de cèdre dont les graines faisaient office de " pommes de terre de la taïga ". Les cônes de cèdre les plus bas étaient décrochés à l’aide d’une longue perche de sapin. Mais il fallait toujours grimper à l’arbre pour secouer les plus hauts. Tous les Lykov – les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes – grimpaient aux cèdres avec aisance. Ils jetaient les pommes dans des cuves creusées, puis les décortiquaient sur des râpes en bois. Ensuite les graines séchaient à l’air. Une fois propres et sélectionnées, elles se conservaient dans les récipients d’écorce, à l’intérieur de l’isba et des garde-manger, protégées contre l’humidité, les ours et les rongeurs. » (Vasili Peskov, Ermites dans la Taïga, Babel, 1995)

La pratique intérieure du travail

Hostiles à l'idéal de liberté des véritables spiritualistes et des ermites, les hiérarques néo-bouddhistes, notamment lamaïstes, participent à la soumission des travailleurs en répandant un sophisme nommé « la pratique intérieure du travail ».

« Quand le travail devient une voie de réalisation, dit le lama Tarthang Tulkou, nos actions deviennent significatives d'instant en instant. Nous nous débarrassons de la sensation paralysante de ce que le temps passé à travailler est du temps soustrait à nos intérêts véritables, et nous reprenons le contrôle d'une moitié de notre vie. Maintenant, nous pouvons vraiment nous chercher. Au lieu de nous installer dans la déception et la frustration, nous pouvons nous mettre au service de nos intérêts les plus précieux dans tout ce que nous faisons. En même temps, nous disposons le travail de base pour une véritable transformation de la nature du travail même sans perdre la réussite de vue, nous apprenons à travailler d'une façon plus humaine, plus gratifiante, et plus coopérante. Nous apprenons à travailler en harmonie avec nos intérêts les plus profonds, à respecter l'environnement qui nous abrite et nous nourrit, et à pourvoir aux besoins des autres.

Les leçons que nous donne le travail ont trait à nos erreurs et à nos échecs, mais elles peuvent être les leçons les plus importantes. Peut-être que ce que nous voyons c'est la façon dont nous nous trompons nous-mêmes en travaillant : les excuses et la paresse, la tension et les soucis, l'effondrement et la procrastination. Si c'est le cas, nous pouvons tirer un immense profit de nos expériences. Conscients de ce que nous faisons, nous pouvons émettre l'intention de changer et d'acquérir la discipline pour ce faire. Le travail devient alors notre sauvegarde, permettant notre transformation - le moyen grâce auquel nous pouvons améliorer notre façon de penser, nos attitudes, nos relations, et nos actions.

Grâce au travail, nous pouvons éprouver immédiatement l'efficacité des changements opérés. Nous pouvons voir ce qui marche et ce qui ne fonctionne pas, et nous pouvons mettre en pratique tout ce qui produit le meilleur résultat. En même temps, nous apprenons le pouvoir d'une attitude, d'une perspective positives. Où trouver meilleur apprentissage ?

Le travail a une valeur pour chaque aspect de l'être humain. Grâce à notre travail, nous pouvons inviter un mode de vie gorgé de richesse et de santé, fondé sur une abondance d'attention, de concentration et d'énergie. La richesse qui vient grâce à cette façon d'être, bannit à jamais la pensée que nos vies sont appauvries. Quelles que soient les circonstances qui nous entourent, les conditions qui nous échoient, nous sommes prêts à aller de l'avant, allant avec constance vers la plénitude. »


Tarthang Tulkou partagerait-il le slogan nazi, inscrit à l'entrée des camps de concentration : « Arbeit macht frei » (le travail rend libre) ?

 Ermites dans la Taïga







5 comments:

  1. La pratique intérieure du travail fait partie intégrante du Chan. Quel mal y a-t-il à cela? C'est vous qui considérez que le travail est nécessairement un esclavage.

    Cela est bien entendu le cas pour certains, mais pas pour tous (et pas pour moi: j'apprécie réellement mon travail)

    ReplyDelete
  2. dédé la sardine3:43 PM

    Le Chan serait juste vertu une fois prononcé ? comme tout autre mot ...? ^^

    On confond "travail" et "activité":

    - l'un subordonné à une rémunération, à une autorité, etc.;

    - l'autre un choix volontaire, une émancipation, une autonomisation, un acte libre, etc.

    Effectivement certaine fois l'un et l'autre se complète, et c'est très bien, mais souvent le travail n'est qu'un outil de contrôle (d'une personne sur l'autre). Les exemples ne manquent pas, et que l'on parle de spiritualité ou non, n'a aucune espèce d'importance.
    :-)

    ReplyDelete
  3. Anonymous4:39 PM

    @Dédé la Sardine


    http://www.10minutesaperdre.fr/2011/06/21/jackie-chan-et-son-poisson/

    ReplyDelete
  4. De nos jours, il n'y a pas beaucoup de travailleurs qui peuvent vivre en dehors de la société de consommation ou du système totalitaire marchand. Ce système est très différent des communautés ch'an/zen du IXe siècle plus ou moins autarciques régies par le règlement monastique de Pai-chang Huai-hai (Un jour sans travail, un jour sans manger.)

    ReplyDelete
  5. Anonymous11:00 PM

    Bonsoir Félix,

    Nous collaborons tous à un système d’une façon ou d’une autre dans un monde global de plus en plus interdépendant.
    Il est effectivement difficile de vivre en-dehors d’un système marchand. La précarité, la pauvreté, l’exclusion sociale nous rappellent sans cesse ces difficultés que vivent tant de personnes à travers le monde. Il n’est pas nécessaire d’aller bien loin. Certains pays d’Europe sont en train de sombrer et nous voyons des enfants en Italie, en Espagne et en Grèce par exemple quitter l’école pour travailler et subvenir aux besoins de leur famille.

    Mais la gratuité existe aussi, de même que le don, la générosité et l’entraide. Ces valeurs et les comportements qui les sous-tendent ne sont pas liés à un système marchand mais à des qualités individuelles de cœur et d’humanité. Certaines personnes s’engagent, selon leurs possibilités, en donnant un peu de leur temps, leur écoute ou leur présence .

    Il est aussi possible d’opter pour un mode de vie simple et moins exigeant, sans pour autant vivre dans le désert. L’ouverture d’esprit permet également de voir le monde, d’essayer de le comprendre, pour se relier à autrui d’une façon positive.Mais il est plus facile d'être intégré au sein de la société lorsque l'on exerce une activité.La "désocialisation" est malheureusemnt une réalité pour de nombreuses personnes qui se retrouvent au chômage. Elles glissent alors progressivement vers la solitude et une forme de désespoir.

    Cordialement

    ReplyDelete