Thursday, October 18, 2012

Voter, c'est abdiquer





La personnalité du professeur Choron, « a marqué son temps d'une indélébile empreinte, nul historien sérieux ne le contestera, en tout cas pas devant moi et pas s'il est tout seul », écrit Cavanna . […] « Il n'avait pas six ans quand son sublime Traité des surfaces poisseuses lui valut d'enthousiasme la chaire de mathématiques pathologiques à la Sorbonne. L'année suivante, le prix Nobel de la Guerre Froide couronna son désormais classique De l'attentat à la pudeur considéré comme une science exacte. Se succédèrent alors une série de chefs-d'œuvre dont nous ne citerons que ceux-ci, dont l'influence sur la marche triomphale de l'humanité vers les lendemains où l'on rase gratis fut décisive : Du rôle de la clef anglaise numéro huit emmaillotée de chatterton dans la répartition équitable des richesses. Augmentez vos revenus sans sortir de chez vous par l'élevage des escargots comestibles dans le tiroir de votre table de nuit. Dieu existe, je me le suis fait dans une pissotière. Atlas des maladies répugnantes (en couleurs). Abrégeons... » (Cavanna)

Sans le génial professeur Choron, serait-il possible de comprendre la pensée d'Élisée Reclus qui, dans une lettre adressée à Jean Grave et insérée dans Le Révolté du 11 octobre 1885, déclare : « voter, c'est abdiquer » ?

« Compagnons, écrit Élisée Reclus,

     Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n'est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l'exercice du droit de suffrage.

     Le délai que vous m'accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j'ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.

     Voter, c'est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c'est renoncer à sa propre souveraineté. Qu'il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d'une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu'ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

     Voter, c'est être dupe ; c'est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d'une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l'échenillage des arbres à l'extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l'immensité de la tâche. L'histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

     Voter c'est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l'honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages  — et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l'homme change avec lui. Aujourd'hui, le candidat s'incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L'ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu'il était avant d'avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n'apprend-il pas à courber l'échine quand le banquier daigne l'inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l'honneur de l'entretenir dans les antichambres ? L'atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s'ils en sortent corrompus.

     N'abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d'autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d'action futur,  agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c'est manquer de vaillance.

     Je vous salue de tout cœur, compagnons »


Sous forme ludique, dans son magistral Les jeux de con du professeur Choron, le génial exégète révèle la signification de « Voter, c'est abdiquer » :


Un jeu pour jouer avec le suffrage universel


Procurez-vous, chez un apiculteur, une bonne vingtaine d'abeilles bien vivantes, enfermez-les dans une petite boîte en fer, percez quelques trous dans le couvercle et rangez le tout dans votre poche. Allez jusqu'à votre mairie en courant de façon à bien secouer les abeilles. Cela les rendra méchantes. Dès que vous êtes dans la mairie, agissez exactement comme pour aller voter. Toutefois, pendant votre passage dans l'isoloir, vous prenez l'enveloppe contenant votre bulletin de vote et vous videz dedans toutes les abeilles de la boîte. Vite, vous cachetez. Déchirez alors un coin de l'enveloppe, bouchez l'ouverture que vous venez de faire en pinçant tout simplement les deux bords entre le pouce et l'index. En maintenant ainsi l'enveloppe, vous allez la déposer dans l'urne.

Attendez que l'on vous dise « A voté » et partez sans vous retourner. Arrêtez-vous quand même à la porte de la salle commune pour regarder. La première abeille qui sortira de l'urne va causer une certaine surprise, mais dès que toutes les autres vont montrer leurs têtes et se mettre à virevolter, la panique deviendra générale. Quand tout le monde se sera sauvé, prenez quand même le risque d'aller voler l'urne, des fois que les abeilles auraient eu le temps d'y faire un peu de miel...
Professeur Choron








3 comments:

  1. Anonymous8:14 PM

    Vous avez raison Félix, il faut abdiquer sur tout :
    abdiquer sur la misère, abdiquer sur l'amour, abdiquer sur le sexe, abdiquer sur le vote, abdiquer sur le féminisme, abdiquer sur le bouddhisme, abdiquer sur les religions et toutes sortes de croyances,abdiquer sur la politique, abdiquer sur l'abdication,abdiquer sur la paix impossible et la liberté, abdiquer sur tout....et surtout sur toute bonne raison d'abdiquer.

    ReplyDelete
  2. Jack CEDE11:41 PM

    Il y a pire que voter, c'est être candidat à l'élection, n'est-ce pas Félix ?

    ReplyDelete
  3. Jacques, un fidèle lecteur comme vous ne peut ignorer mon « programme » : dissoudre l'assemblée nationale et instaurer la démocratie directe.

    Afin d'écrire un nouveau post sur la E.démocratie, je lis l'énorme livre de Marie-Charlotte Roques-Bonnet « Le droit peut-il ignorer la révolution numérique ? ». ( 666 pages avec mes commentaires.)

    S'il a lu le post « Tous cyberparlementaire pour en finir avec l'oligarchie des parasites », je ne pense pas que Governatori me demandera d'aller au charbon aux prochaines élections.

    http://bouddhanar.blogspot.fr/2012/08/tous-cyberparlementaires-pour-en-finir.html

    ReplyDelete