Wednesday, February 13, 2013

L'abdication de Benoît XVI & la religion mondiale




Le départ de Benoît XVI pourrait favoriser l'instauration d'une nouvelle religion magique mondiale synthèse des diverses religions préexistantes.


« Francesco Brunnelli, Grand maître de l’Ordre Martiniste et du Rite de Memphis-Misraïm, dans son livre “ Principes et méthodes de maçonnerie opérationnelle ” écrivait : “ L’initiation prêche et enseigne : mort à la raison. C’est seulement quand la raison sera morte, qu’alors naîtra l’homme nouveau de l’Etre à venir, le véritable initié. C’est alors seulement que les murailles des temples pourront s’écrouler (et donc toutes les religions s’unifier, n.d.r) parce que l’aube d’une nouvelle humanité aura pointé à l’Orient ” (Francesco Brunnelli “ Principi e metodi di massoneria operativa ”, Bastogi, Ed. 1982, pp. 60-66). De cette nouvelle religion magique mondiale, unifiée et unifiante, synthèse des diverses religions préexistantes, découlera — Brunnelli l’affirme — un nouvel ordre où, les disputes religieuses ayant cessé, tous les peuples pourront se fondre ensemble, sous un gouvernement mondial. 


L’ère à venir ne serait pas du tout une ère de liberté, mais plutôt d’esclavage universel, parce que tout le pouvoir sur une masse asservie reviendra à ceux que Pike, dans l’« instruction » luciférienne du 14 juillet 1889 appelle « Rois Théurgistes Optimates », à savoir les mages. Ceux-ci, se considérant comme les véritables dieux et seigneurs des mystères (“ la maçonnerie — écrit Pike — s’identifie avec les anciens mystères ” A. Pike, op. cit., vol. 1, p. 88), détenteurs du savoir ésotérique, transformeraient à leur gré le concept de bien et de mal, de juste et d’injuste et, puisque tout est permis aux dieux, ils agiraient en maîtres absolus d’une foule abrutie, étrangère aux “ grands mystères ”. 

Ce nouvel âge tant attendu, le nouvel ordo saeculorum du Gouvernement mondial n’est autre, à la lumière de la kabbale, que l’époque messianique rêvée par les juifs, l’époque dans laquelle Israël “ héritera du monde d’un bout à l’autre ” (A. Cohen, “ Il Talmud ”, p. 420) et où les autres royaumes de la terre lui seront asservis. 

Soulignons que les doctrines cabalistico-maçonniques, qui nient la logique et le principe de non-contradiction, sont exactement le contraire des doctrines chrétiennes. Jésus, en fait, déjà peu après sa naissance, fut présenté aux siècles à venir par le vieillard Siméon comme un “ signe de contradiction ” (Lc ii, 34). Qui nie cette logique, nie Jésus. Ce n’est pas pour rien qu’Albert Pike écrit dans son commentaire fameux que les mystères maçonniques sont l’ “ exact contraire du dogme catholique ” (Albert Pike, vol. 6 p. 154). 

La maçonnerie enseigne, en fait, que “ n’importe quel Dieu qui damne est un démon ” parce que “ l’idée de Dieu rémunérateur de l’ordre moral librement violé serait une croyance immorale ou, pour le dire plus logiquement, c’est l’immoralité même ” . Nous nous trouvons, donc, en conformité avec l’enseignement panthéiste et maçonnique, au-delà du bien et du mal, et donc avec la devise du satanisme militant “ Fais ce que tu veux ”. 

Et donc, de même qu’il n’y a pas de distinction entre le bien et le mal, ainsi il n’y a pas non plus de distinction entre le vrai et le faux ». 

« Si tout est Dieu, tout est vrai, il ne peut plus y avoir de distinction entre vrai et faux, et donc, par conséquent, puisque le bien est la pratique du vrai et le mal la pratique de l’erreur, entre le bien et le mal. C’est le principe fondamental magique de la “ coincidentia oppositorum ” ». On comprend dès lors, qu’une fois admis l’abandon de toute distinction entre le mal et le bien par le Concile, puis par le Vatican, « on ait abouti à la bénédiction des “ droits de l’homme ” » (Docteur Carlo Alberto Agnoli, op. cit.). 

Anonyme, "L'Eglise éclipsée".





Télécharger gratuitement "L'Eglise éclipsée" :
http://proposition.hautetfort.com/files/eglise.pdf

28 comments:

  1. Intéressant...n'est-ce-pas?

    ReplyDelete
  2. Intéressant, n'est-ce pas?...

    ReplyDelete
  3. Anonymous1:08 PM

    Terrifiant , mon cher Watson....:)

    ReplyDelete
  4. Anonymous9:39 AM

    merci pour cet article,

    il y a encore un peu d'esprit critique chez certains,

    et c'est sans compter le contexte politique,
    les anglo-saxons à majorité protestante ne supportent pas l'idée d'une église catholique "européenne" réconciliée avec l'église orthodoxe de toutes les russies. L'église orthodoxe réunie avec l'église catholique deviendrait alors bien trop "puissante".

    Oh horreur, le "socialisme" (européen ou russe) tant décrié par les tenants du capitalisme libéral,serait un frein à la "protestantisation" du monde et au triomphe du capitalisme libéral.

    ReplyDelete
  5. Je ne vois pas le rapport entre la démission de Benoit XVI et le nouvel ordre mondial.
    Ce n'est qu'un fait divers qui ne concerne en rien les autres mouvements spirituels.

    ReplyDelete
  6. Bonjour,

    Je vous cite sur http://lefenetrou.blogspot.com

    Au plaisir de vous lire

    ReplyDelete
  7. Anonymous11:09 AM

    Hello BOUDHHANAR t'es mort ???
    Et voila FRANCOIS 1ER, parait que c'est un ILLUMINATI dixit blog de la force PSY !

    ReplyDelete
  8. Un Pape bouddhiste et cathodique12:40 PM

    Habemus Papam !
    http://tweetwood.com/ariannahuff/tweet/294541706970398720

    dixit Mrs Arianna Huffington, la grande prêtresse cathodique du parti républicain Américain, ex -fan de George W. Bush dans sa campagne contre l’Irak qui a fait des centaines de milliers de morts,en dévastant un pays tout entier et en laissant des enfants handicapés et mutilés, une féministe convaincue et pas fière pour deux sous, puisqu’elle fait appel aujourd’hui à Jennifer Lopez et l’ONU pour parler du rôle des mères dans le monde.

    C’est sur cette femme et son journal le Huffington Post , acquis pour 315 millions de dollars que Mr Matthieu Ricard,(un philsosophe canonisé « L’homme le plus heureux du monde » lors de différentes campagnes de presse orchestrées par ses soins) , entend défendre son idéal de gratuité, d’humilité et de simplicité , car selon lui, pour changer le monde, « L’avenir est dans la coopération des altruistes » .
    Enfin rappelons que Mr Matthieu Ricard n’entend pas laisser d’empreintes et c’est pourquoi, il pose volontiers avec une femme de presse qui le soutient avec autant de générosité et de désintéressement pour médiatiser sa philosophie de vie dans la simplicité volontaire.

    Souhaitons donc un bel avenir à une coopération aussi généreuse , si simple et gratuite afin de pouvoir continuer à apporter autant de bonheur au plus grand nombre, avec le soutien des Nations-Unies !

    ReplyDelete
  9. Anonymous8:13 PM

    Après la perversion des principes du catholicisme , la perversion des pratiques du bouddhisme :

    Quand Mme Arianna Huffington nous explique que la méditation et le Mindfullness sont les meilleurs atouts pour plus de compétitivité et accroitre les profits au sein des entreprises américaines :

    Lire l'article : "Mindfulness, Meditation, Wellness and Their Connection to Corporate America's Bottom Line"
    Huffington Post -Posted: 03/18/2013

    http://www.huffingtonpost.com/arianna-huffington/corporate-wellness_b_2903222.html

    Extrait :

    « In short, happiness and productivity are not only related, they're practically indistinguishable. According to the iOpener Institute, in a company with 1,000 employees, increasing happiness in the workplace:
    • Reduces the cost of employee turnover by 46 percent.
    • Reduces the cost of sick leave by 19 percent.
    • Increases performance and productivity by 12 percent. »

    ReplyDelete
  10. Happy International Day of Happiness12:54 PM

    Happiness through quotes : Are you more More happy now ?


    Let a hundred flowers bloom.
    Mao Zedong

    If people don't like Marxism, they should blame the British Museum.
    Mikhail Gorbachev

    I like your Christ, I do not like your Christians. Your Christians are so unlike your Christ.
    Mahatma Gandhi

    I have found the paradox, that if you love until it hurts, there can be no more hurt, only more love.
    Mother Teresa

    ReplyDelete
  11. Happy International Day of Happiness2:19 PM

    Correction :
    "Happier" , ( not "More happy"), for everyone.
    Superlative form "Happiest", only for someone..........

    Sorry

    ReplyDelete
  12. Anonymous6:46 PM

    La perversion des pratiques bouddistes pour des questions mercantiles et des finalités commeciales (Suite et Fin):

    Pour Mme Arianna Huffington, la gestion du stress, la méditation et le Mindfullness sont avant tout une affaire d’argent et d’investissement......

    Interview donnée le 20 Mars 2013
    http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/23844-arianna-huffington-on-ma-appris-a-ne-jamais-avoir-peur-de-lechec-interview.html

    Extrait :

    « D'un simple blog, elle a créé de toutes pièces un acteur majeur de l'information. Arianna Huffington est la cofondatrice et rédactrice en chef du Huffington Post.

    Le site d'information américain qui a lancé sa version française il y a un peu plus d'un an poursuit son expansion avec le lancement récent de HuffPost Live, une chaîne vidéo en streaming.

    Dans le cadre de l'émission "Leading Women", rencontre avec une femme qui a transformé son nom en marque média.

    Question de P. H. : Quel est votre niveau d’implication dans HuffPost Live ?

    Réponse d'Arianna Huffington :" Il s’agit d’un investissement et d’un engagement majeur pour nous. N’oublions pas que nous n’avons que quelques mois d’existence et le succès est déjà considérable. Pour le HuffPost Live, le succès relève du fait que la communauté en ligne occupe une place si centrale.

    (..) Parmi les sujets qui nous intéressent et auquel je tiens particulièrement, il y a la réduction du stress. Nous avons pris les 18 rubriques « mode de vie » pour les réunir sous le thème « moins de stress, plus de vie ».

    Nous avons lancé une application au CES de Las Vegas appelée GPS For the Soul, en partenariat avec Weight Watchers, en raison du lien entre stress et poids, qui est disponible gratuitement. Maintenant que le huff post s’est imposé à la première place dans le domaine de la politique et de l’information en temps réel, nous développons aujourd’hui une offre mode de vie à l’heure où nous sommes de plus en plus conscients des dangers du stress.

    Question de P. H. : À quoi aspirez-vous ?

    réponse d'Arianna Huffington :"Dans le domaine des médias, tout évolue très vite et le plaisir de faire partie de ce monde s’explique par la nécessité de devoir toujours aller de l’avant pour rechercher de nouvelles thématiques à exploiter. C’est pourquoi je me passionne autant pour cette initiative éditoriale sur le thème de la réduction du stress (..)"

    ReplyDelete
  13. Anonymous8:18 PM

    Don't worry!

    Nul être créé n'a pouvoir sur le numen (terme de R. Otto).
    Se faire peur (à juste titre ou non, tout dépend du rapport individuel et modulable à la peur) via une institution humaine constitue un subtil artifice (plus ou moins inconscient) pour refouler l'angoisse, bien humaine, latente mais plus difficilement gérable (lâcheté ???), envers l'inconnu, "l'autre", ... voie incontournable d'approche du numen.
    N'est-il point?
    Trop de verbiages, trop de sites superflus, encombrant le net et organisées par des lobbies d’abrutis se posant, abusivement, en maîtres de ce jeu de dupes.
    N’est-il point ?

    Qui "aime" "l'autre" dans sa version "absolue" (visée mais jamais atteinte), le numen, ne rencontre plus qu'un seul objet à sa peur : lui-même.
    Là débute l'initiation.
    Le numen s’amuse à te faire peur en usant de baudruches. Le Vatican en est une.
    Le numen cherche à jouer avec toi. Sinon, l’ipséité (dont la tienne) n’existerait pas.
    Le numen pourrait jouer seul. L’option de créer des partenaires de jeu est pure gratuité.
    Le mot "amour" restera un terme grossier, trop humain, de cette gratuite "ludicité".
    Là est le fondement absolu de toute existence individuelle.
    Apprends à respecter tout être (même le pape) comme partenaire d’un jeu dont les règles vous (nous) dépassent.
    Partagez (partageons) votre (notre) humilité face au numen.
    Drôle de jeu, drôles de règles. Comme en tout jeu, les règles ne sont pas le jeu.

    Le profane ignore la règle. Le sacré s’y accroche.

    L’initié joue.

    Bon jeu !

    Merci bouddhanar

    ReplyDelete
  14. Anonymous7:12 AM

    Pike et Salomon (1/4)

    Pour renchérir quant à l’incontournable génie du Grandissime Général Pike, aux multiples titres à majuscules, ainsi qu’à celui des innombrables admirateurs d’un temple qui inspira depuis des siècles bien plus d’absurdités que d’envolées spirituelles.

    Si le peuple juif a enfanté de prophètes inspirés, il est aisé d’y voir une réaction à l’idiotie de ses rois, modèles du peuple. La vie de Salomon pose de sérieux doutes quant à sa prétendue sagesse. Ce roi fut avant tout un chef guerrier, comme tout roi antique, la noblesse étant initialement une caste guerrière. Son professionnalisme militaire lui offrit de multiples occasions de cogiter (à visée pacifique, admettons) sur les ressorts de la théorie des jeux, dont certains principes tels que perdant/perdant, etc. Son célèbre "jugement", lequel tient plus de la tactique militaire que de son hypothétique sagesse philosophique, n’est autre que le fruit d’un opportunisme maintes fois mis à l’épreuve par sa vie politique.

    Examinons d’abord ici les éventuelles aptitudes philosophico-spirituelles de ce brave Salomon.
    Nos lointains ancêtres, à l’origine du panel historique "suméro-judéo-chrétien" eurent, en ces temps de "haute inspiration", la "grandissime" originalité, lors de leur sédentarisation, d’inventer un registre symbolique, lequel nous pourrit la vie depuis environ cinq millénaires (merci les génies !)... à savoir la symbolique "gravitationnelle" ou, dans une acception plus péjorative, la "symbolique pesante" (très pesante). Hors champ gravitationnel, point de dualité haut/bas.
    Ce registre se fonde sur la conjonction de trois dualismes : haut/bas, père terrestre géniteur/mère terrestre fécondée, bien/mal. On devine que la sédentarisation apporta une nouvelle compréhension de la génétique : l’animal domestique femelle, éloignée du mâle et de sa semence, n’enfante pas et la terre privée de pluie reste stérile. L’analogie, principe premier du fonctionnement mental, plus impératif encore à cette époque, ne fit qu’un tour. Ce passage historique sonna le glas du culte de la déesse-mère, génitrice toute-puissante, indépendamment de tout principe masculin.
    Ce nouveau registre symbolique, associé à la naissance des cités, promut les structures hiérarchiques, tant dans les panthéons que dans l’organisation sociale. Conjointement, une caste sacerdotale se dégagea, avec une éviction progressive mais imparable de la femme des hauts degrés de cette hiérarchie : le haut est le lieu du bien et du principe masculin, le bas celui du mal et du principe féminin ; lorsque la culture se fonde sur la tyrannie mentale de l’analogie, cela ne pardonne pas. Pas de "bol" (autre symbolique) pour la femme !
    Superflu de préciser ici que rien n’a changé depuis et que ce registre symbolique reste profondément ancré dans l’inconscient collectif contemporain. Remarquons aussi que l’Egypte antique bricola un syncrétisme acrobatique entre symbolique pesante et symbolique solaire, laissant alors à la femme quelques opportunités "d’ascension" sociale.
    La tradition abrahamique a développé à l’excès ce registre symbolique. Un dieu le père tout-puissant, trônant au ciel (métaphorique pour certains exégètes mais moins pour le peuple). Diabolisation progressive de la nature terrestre. Le paradis en haut, l’enfer en bas. La femme responsable du péché originel, lequel maintient l’humanité ici-bas. Ascension post mortem des êtres sanctifiés. Etc.

    ReplyDelete
  15. Anonymous7:12 AM

    Pike et Salomon (2/4)

    La seule transgression notable à cette symbolique reste la divinisation mariale, associée au très controversé dogme de l’assomption. Cette singularité laisse entrevoir l’influence d’un autre registre symbolique, plus essentiel, et plus ontologiquement pertinent : la symbolique de "la dame à l’enfant" et du "graal". Ce registre se manifeste par le personnage historico-mythique de la "vierge marie" (la notion de virginité tient à un fondement ontologique incontournable ... qui cherche trouve) et la nativité. Celui-ci ne sera pas ici développé. Pour qui voudrait méditer à son propos, une invitation : se promener dans Rome afin d’y observer l’omniprésence de la symbolique pesante dans les bâtiments et statues (de la Grèce et de la Rome antiques à nos jours) pour découvrir, au milieu de ce déferlement de testostérone, la présence discrète, à l’ombre des églises, de "la dame à l’enfant".
    Pour qui cerne ces deux symboliques et leur intime contradiction, le dogme de l’ascension de Jésus (lui qui ne voulait s’élever au-dessus de personne, et qui s’abaissait à laver les pieds) apparaît comme une monstruosité, fruit de l’ignorance théologienne et papale.
    La révélation évangélique de cette symbolique commence par les noces de Cana (la dame cédant le relai à l’enfant) pour se conclure par le prolongement johannique (femme, voici ton fils ; Jean, voici ta mère) ... comprenne qui pourra ; le chemin ayant plus de valeur initiatique que le but, laissons à chacun l’opportunité de découvrir individuellement, à son rythme, ce registre symbolique.

    La résurgence du culte du temple de Salomon se dévoile alors comme une régression non seulement historique mais surtout symbolique ; un retour à un registre symbolique antérieur, aboli pourtant par la nouvelle tradition évangélique.
    Inutile de préciser que cette régression symbolique est omniprésente dans la culture occidentale, même contemporaine, mais aussi dans les cultures orientales marquées par la verticalité et la hiérarchie (comme l’Hindouisme).
    L’absurdité atteint son comble dans des élucubrations pseudo-spirituelles telles que : maître ascensionné, avatar, supérieur inconnu, élévation spirituelle, etc.

    ReplyDelete
  16. Anonymous7:13 AM

    Pike et Salomon (3/4)

    A tire d’exemples non-exhaustifs, citons d’autres registres symboliques abordés par les cultures orientales : le Ying et le Yang (dualisme modéré d’une part par la présence partielle de l’un dans l’autre et une séparation en ligne courbe, introduisant en outre une notion de mouvement rotatif a contrario d’une verticalité ascendante), la roue autour de l’axe du bouddhisme, etc.

    A chaque chercheur spirituel d’explorer d’autres registres dont certains restent encore vierges de présence humaine.

    Revenons à notre visite chez ce cher Salomon.
    Nul ne peut lui reprocher son origine parentale saugrenue (les frasques très spirituelles du roi David, autre génie du judaïsme). Relevons toutefois un détail, apparemment anodin mais à "lourde" portée symbolique : la mère de Salomon fut enlevée à un homme dit "le Hittite". Éludant ici l’étude historique des personnages... que nous présente cette allusion au peuple Hittite ? Ce peuple était notoirement obsédé par une manie paranoïde de ceindre ses cités de murailles en pierre. Nous leur devrions même l’origine étymologique de "l’urbanisation" (originellement le fait de tracer une ligne entre la cité et la nature, le civilisé et le barbare)... cette démarche de scission portant en elle-même une connotation schizoïde. Tendances paranoïdes et schizoïdes : drôle de spiritualité chez nos frères bâtisseurs, soi-disant initiés !
    Ne trouverait-on pas alors en cette référence hittite la source de l’idée farfelue, dans le chef de Salomon, d’enfermer l’arche d’alliance entre quatre murs ?
    Enfermer la sacralité dans la pierre, matériau inerte, mort et mortifère, ou dans les obsessions névrotiques d’origine hittite, curieuse version de la spiritualité !

    Vous serez dispensés d’un cours de géométrie. Passons directement à la conclusion non démontrée ici. Le sceau de Salomon symbolise la métrique la plus élémentaire du plan euclidien. L’étalon de mesure d’angle le plus élémentaire se construit sur deux côtés du triangle équilatéral. Son angle supplémentaire devant tourner trois fois (triangle) pour faire un tour complet, cet angle vaut donc un sixième du tour (1/2 – 1/3 = 1/6). (Pour le carré : 1/2 – 1/4 = 1/4. Pour le pentagone : 1/2 – 1/5 = 3/10. Etc.). Le sceau de Salomon, antérieurement à toute autre élucubration interprétative, représente cette métrique euclidienne du plan (six triangles équilatéraux formant un tour). Il s’agit donc d’un symbole fondamentalement matérialiste à mille lieues de toute subtilité spirituelle. Il est intimement lié à la métrique de l’univers matériel, la part quantique (la prakriti) de l’incarnation. Le nombre six participe aussi de manière plus générale à cette symbolique matérielle ; ceci est une autre histoire.

    ReplyDelete
  17. Anonymous7:14 AM

    Pike et Salomon (4/4)

    Le culte de Salomon, de son temple et de son architecte tient ainsi d’une démarche spirituelle extrêmement curieuse !

    Tous ces vieux barbus, chefs de guerre, obsédés par la construction et la verticalité (aveugle celui dont le regard n’est pas choqué par l’urbanisme américain, exacerbation des obsessions chères aux bâtisseurs de cathédrales), au mental cloisonné dans un registre symbolique dualiste étriqué et obsolète, pourraient-ils constituer des repères spirituels fiables ? Peu probable.

    Clôturons par un dernier regard sur le génie philosophique du Général Pike.
    D’abord sous une vue triviale : combien mesurait Gustave Eiffel ? Quelle est la taille de l’architecte ? Non pertinent.
    La "grandeur" de l’architecte est une métaphore... il n’est pas "grand" par la taille. Ah, bon ? Admettons.
    Faisons alors appel à l’ontologie. La notion de "grand", même comme métaphore, nécessite l’existence préalable de l’univers, ou du moins d’un espace local, où comparer (entre eux ou par rapport à un étalon) les divers objets s’étalant dans cet espace.
    Que l’on considère le principe fondateur de l’univers comme antérieur temporellement (devenant ainsi un principe créateur) ou antérieur ontologiquement (comme le nirguna brahman), il ne peut évidemment posséder de caractéristiques propres aux objets de l’univers (même métaphoriquement) telles que la taille. Sinon, cette caractéristique présenterait le GADLU comme objet lui-même d’un univers dont il n’est pas le fondement. Le GADLU (Grand Architecte De l’Univers) est une expression d’une imbécilité sidérante. Sacré Général !
    L’ontologie hindoue a quant à elle le mérite de comprendre que le concept de brahman, sous son aspect fondement de l’être, est nécessairement dénué des qualités (nirguna) propres aux "êtres créés".

    Quant à la célèbre "pierre oubliée par les bâtisseurs" ... cherchez la réponse dans la symbolique de la dame à l’enfant. Vous y trouverez même plusieurs réponses complémentaires.

    Bon amusement ... et, éventuellement, bon voyage à Rome.

    Merci bouddhanar.

    ReplyDelete
  18. Anonymous9:25 AM

    A supposer que cette digression symbolique ait suscité quelqu'attention ... tout lecteur attentif aura corrigé : la conjonction de trois dualismes : haut/bas, père céleste géniteur/mère terrestre fécondée, bien/mal.
    Désolé.

    ReplyDelete
  19. Anonymous8:14 PM

    Un éventuel maillot de Bouddhanar en marchand du temple ne serait ainsi pas fabriqué par Nike dans les pays du tiers monde... le costume de Charlie Chaplin en dictateur jonglant avec un symbole de la Terre, comme le font la FIFA ou la NFL, non plus ? Qui a égalisé (2-2) contre le club de foot de Bouillon (au pied du célèbre château) le 30.08.1979 instituant le départ de la dernière et seule spirituelle croisade ? ... Parmi tous les clowns contemporains du net, où se cachent les authentiques initiés ? Quel bloggeur a encore aujourd’hui les c... chevaleresques d’évincer les tripoteurs de deniers de son temple ? Les vrais initiés se font rares. Les scribouilleurs moins. Cela amuse de plus en plus les chevaliers du graal (sans majuscule, comprenne qui pourra). Combien de temps cette pub débile continuera-t-elle à porter le discrédit sur ce blog ? Dommage.
    Réveille-toi bouddhanar.

    ReplyDelete
  20. Anonymous9:50 PM

    Quand le profane s’imagine se jouer du sacré, le sacré s’amuse du profane. Jeu sans fin ... sans fin ? Aventure ... disent les temps aventureux. La « quête » du graal n’a été et n’est point. L’initiation au graal est aventure. Qui « le » cherche ne trouve point. Prédestination ? Voici une notion passée de mode en ces temps d’orgueil nombriliste ... pardon « chakra-iste » ! A ce propos, pourquoi « voit-on » 7 couleurs à l’arc-en-ciel alors qu’il n’en est rien ? Pourquoi « entend-on » 7 notes à la gamme, alors qu’il n’en est rien ? Pourquoi les pseudo-initiés voient-ils 7 chakras, alors qu’il n’en est rien ? Qui ne maîtrise pas sa psyché profonde en reste l’esclave. Qui est initié n’est pas bouddhiste ... comprenne qui pourra. Position qui n’est pour sûr pas celle de l’illustre « cousin tibétain » de ce cher Serge Lama. Le marketing de la CIA ne produira jamais d’initiation, ni d’initié, lapalissade. Ce très médiatique cousin n’a, il est vrai, pas inventé le fil à couper le beurre de yack. Qui fuit son destin n’est pas un initié (même le plus humble des capitaines ne quitte pas son navire) ... encore moins du graal.
    Quelle farce que cette société contemporaine.
    Il nous reste l’humour.

    Merci bouddhanar.

    ReplyDelete
  21. Anonymous11:20 PM

    Bouddhanar, de retour de vacances, vient de donner un coup de balai sur le plancher. Y a disparu la "pub débile" susnommée : à savoir, une élucubration marketing très commune sur le business des maillots en fibres synthétiques (aboutissement industriel du commerce équitable et écologique!). Si cette pub avait perduré, elle aurait été comparée à celle d'un site de vente et d'échange d'armes : magnifique plateforme d'échanges humains et tremplin d'indéniables progrès des sciences médicales, surtout chirurgicales ... merci Verdun ! Cette pub était non seulement débile mais surtout d'un cynisme consternant.
    Demandez aussi aux mères camerounaises ce qu'elles pensent des idiots opportunistes qui organisent la fuite massive des ados locaux des écoles vers les terrains de foot sous prétexte d'illusions aussi naïves que scandaleuses de carrière sportive européenne.
    Coubertin (pas un saint non plus, cela dit, les atavismes claniques ne nous projetant pas vers un avenir éveillé), où es-tu???
    La FIFA, instrument (voir Wallerstein) de cristallisation de la ségrégation entre pourvoyeurs d'utopie (les pseudo-gestionnaires occidentaux du tiers-monde) et bricoleurs financiers (les mêmes lobbies occidentaux) et le « reste du monde » s'applique à entretenir la structure tri-ensembliste de la géopolitique (laquelle place une strate intermédiaire).
    Le marché des maillots de sport professionnel (l'expression est elle-même historiquement monstrueuse, comme cette parodie de sport professionnel intimement liée aux divers réseaux mafieux) apparaît comme un symptôme de la dégénérescence civilisationnelle occidentale, voire planétaire. Nul besoin de demander à Paracelse son opinion!
    Si la presse alternative cible régulièrement les manifestations sportives à grande échelle, cela n’est pas dénué de fondement. Le Colisée reste un monument abondamment visité ... la fascination artificielle de la construction et l’attrait morbide de son histoire l’emportant généralement sur la primarité de son usage passé effectif.

    Ceci pour envisager l’hypothèse : sans graal, point de salut.

    A suivre.
    Un jour, les êtres humains riront, comme les initiés du graal, de cette éphémère tranche d’histoire.
    Comme le dit le stoïcisme radical : tout ce qui se vit est vivable (trivial), toute souffrance est éphémère (eh, oui, cela est).

    Merci bouddhanar.

    ReplyDelete
  22. Anonymous2:57 PM

    Interlude.

    Le singe descend de l’arbre ; l’ego du maçon y remonte (proverbe de cosmonaute)... humour, ironique, certes.
    En toute LOGE, se cache un jeu de LEGO (ou de l’ego).
    Les nations seront dirigées par des enfants, disait Paracelse.

    Merci bouddhanar.

    ReplyDelete
  23. Anonymous1:20 PM

    Sa Majesté le Roi des Singes (1/2)

    « Descendez de vos branches et prosternez-vous ; Sa Majesté le Roi ! ».

    Divertissement en prose sur le thème de la « Grande Prostituée ». Mes salutations infléchies (jusqu’à la prosternation) au Très Saint Père...

    La fonction royale symbolise la grégarité par excellence et trouve sa source dans d’ancestraux atavismes simiesques.
    Elle constitue l’antithèse radicale du processus d’individuation menant le singe à son humanité latente, processus initiatique vrai. (Certaines voies, new age ou autres, plutôt inspirées par la bêtise et l’orgueil proposent à tout original de transcender cette nature humaine ... avant même de l’avoir atteinte, ceci est une autre histoire !)

    Il n’est de Roi que le « Roi des Singes ». (Proverbe de cosmonaute).

    Les Rois de l’Ancien Testament et ceux du Catholicisme (parmi d’autres) se présentent plutôt comme des parodies d’hommes, de ridicules imitations dans lesquelles tout singe pourrait se complaire. Salomon ne s’est-il pas conduit comme un mâle dominant se comporterait avec « ses femelles » ? La royauté se présente-t-elle comme voie vers l’homme ou vers le singe ?
    Adam apparaissait plus homme que la plupart des monarques.
    Jésus (la part de mythe ou d’authenticité historique importe ici peu) ne pouvait que rire devant cette grotesque fonction royale terrestre, fruit d’antiques versions grégaires de la divinité, et se désoler de la piètre mentalité de ses contemporains.

    Tout dieu associé à cette fonction royale fut d’abord (au moins tacitement) « dieu de la guerre ». Les innombrables conflits armés (déjà avant Sumer) entre tribus, puis cités et enfin Etats, assirent puis balayèrent la légitimité de ces élucubrations théologiques et de leurs représentants royaux au gré des victoires et défaites guerrières.
    Ces versions simiesques de la divinité ne furent point fruits de la spiritualité mais surtout du jeu de la politique militaire.
    Piètre parodie de spiritualité que cette mascarade de conversion de Clovis ! La spiritualité constituait la moindre des préoccupations chez les rois francs.
    Que dire aussi des profondes inaptitudes à la lecture intelligente des évangiles (voire du reste) de Godefroid de Bouillon et de ses précepteurs et conseillers ? Curieux chemin de croix que ces barbares croisades.
    Le Catholicisme se situe à mille lieues du message évangélique ... sa « prostitution multiséculaire avec la royauté terrestre » le positionne en droite ligne dans le sillage de ces cultes très simiesques de divinités guerrières. Que penser de l’incursion à peine tue de l’archétype du mâle dominant dans le dogme et surtout le culte de ce Dieu le Père ?
    Toute royauté terrestre prend sa source, depuis des millénaires, dans la caste militaire.

    La proximité historique récurrente du catholicisme et de diverses dérives d’extrême-droite ne ferait-elle pas écho à un goût commun pour les atavismes grégaires ? Nietzsche, outre sa poésie fantaisiste, eut l’intuition de cette farce anachronique. Son manque de finesse spirituelle lui fit toutefois manquer la cible : ce n’est pas dieu mais « dieu le père » qui approche de son terme.

    ReplyDelete
  24. Anonymous1:22 PM

    Sa Majesté le Roi des Singes (2/2)

    Entre Jésus et les Rois, qu’ont toujours choisi les Papes ?
    Qu’en est-il du pape actuel ? Aura-t-il le courage de renier la royauté terrestre comme Jésus l’y invite depuis deux millénaires ... ou attend-il, dans un manque d’esprit partagé avec ses prédécesseurs, l’avènement carnavalesque du « Grand Monarque » ?

    Qu’un singe parmi les singes se présente aujourd’hui comme l’incarnation du mythe débilissime de ce « Grand Monarque » ... il sera reçu avec les honneurs dus à son rang. Vivement ces très spirituelles réjouissances ! Les tartes à la crème (et le reste) attendent au frigo.

    Une prochaine « civilisation » (en un concept à redéfinir en profondeur et sur des modèles moins caricaturaux que Sumer et ses multiples copies pyramidales) ne se fondera jamais sur la base d’un archétype royal éculé et obsolète mais sur la fraternité d’êtres libres (cette « liberté » restant elle aussi à définir sur des bases moins réductrices et pubères que celles proposées, à défaut de mieux alors, par la philosophie des Droits de l’Homme ... et évidemment pas sur les élucubrations naïves du libertarianisme contemporain, cela va de soi).
    Cette future civilisation ne s’initiera pas par le « meurtre réel ou symbolique du père » mais par la « mort du symbole-même du père » comme référent civilisationnel, ouvrant enfin la porte du passage du singe à l’homme.
    Une civilisation où la culture se fondera sur la maîtrise des symboles par la sagesse, maîtrise encore absente de l’histoire des civilisations humaines.
    Avant de s’égarer dans le mythe du surhomme, cuisiné à toutes les sauces, le projet premier consiste à libérer l’homme du singe qui vit encore en lui.

    A l’arrière-scène, les singes, s’étant comme à leur habitude dispensés de lire le scénario, se hasardent encore, pour un temps, à crier en chœur : vive le Roi ! ... pour un temps seulement.

    Merci bouddhanar.

    ReplyDelete
  25. Anonymous7:05 PM

    Le christianisme n'enseigne pas un dualisme bien/mal. Il enseigne la Vérité qui est au delà du dualisme mais qui ne peut pas être une projection, c'est à dire une projection temporelle. Se projeter par delà le bien et le mal est l'essence du satanisme.

    ReplyDelete
  26. Anonymous7:50 PM

    Remarque intéressante mais quelque peu réductrice.

    Le satanisme est pré-éthique et ne se situe pas « par-delà le bien et le mal » mais « en deçà ».

    La démarche éthique (religieuse ou pré-spirituelle) passe nécessairement par une forme plus ou moins élaborée de dualisme ... s’estompant ensuite progressivement au long du cheminement spirituel. Ces dualismes sont certes des projections mentales, représentations plus ou moins métaphoriques de nos craintes et espoirs les plus intimes voire les plus inconscients.

    Le « christianisme », pour sa part, reste une religion, c’est un « -isme ». Et les dogmes de ses diverses versions sont foncièrement dualistes même si les bricolages théologiques tentent en vain d’éluder cet écueil.
    Toute théologie du salut, fondée sur une éthique dualiste associée à un dualisme récompense/soumission, se fonde ainsi sur un dualisme doctrinal fondamental. La nécessité théologique de rester dans le cadre du dogme monothéiste use alors de subterfuges rhétoriques divers pour masquer tous ces dualismes latents. Bien sûr, ce dualisme principiel se distingue du dualisme ontologique du mazdéisme, du gnosticisme, etc.

    La spiritualité et surtout la mystique chrétiennes, lesquelles ne sont pas, elles, dirigées dogmatiquement par des « -ismes », visent à atteindre, dans un amour absolu, la dissolution de toute dualité « par-delà » (ici) la dualité bien/mal, comme dans la mystique soufie.
    Union mystique toujours visée, rarement atteinte.

    La mystique n’est pas une théologie du salut mais une voie d’union sacrée. Il n’y apparaît aucun commerce de quelque nature en vue d’obtenir un quelconque bénéfice.

    Dans l’initiation mystique chrétienne, une étape dualiste s’impose, c’est la confrontation à « satan ».
    Satan n’est pas une entité occulte mais le « principe d’épreuve », personnifié à tort par les projections anthropomorphes d’une théologie inadéquate. Comme ce principe d’épreuve vise préférentiellement nos faiblesses à transcender, il prend l’aspect de « l’accusateur » du tribunal juif, d’où son nom. Ces épreuves pointées sur nos faiblesses peuvent aussi prendre la forme de séduction, autre aspect de satan. Voir Jésus au désert.

    Le satanisme, lui, n’admet pas ce principe d’épreuve et préfère suivre les penchants naturels. Option pré-éthique.
    La croyance en satan comme entité occulte, divinité opposée à dieu ou divinité autonome, tient quant à elle de la superstition.

    Cette dualité, née de la dialectique de l’épreuve spirituelle, prend aussi une portée eschatologique pour présenter cette dialectique sous un aspect plus abordable d’un point-de-vue rationnel et plus prometteur socialement. C’est la notion de « défenseur » (ou paraclet) qui apporte un aspect « connaissance » (« il vous enseignera toute chose ») à l’initiation.
    L’initiation mystique chrétienne se fonde ainsi sur une dualité principielle accusateur/défenseur, interne à la psyché humaine, et fondatrice de cette maïeutique dialectique. Cette dualité accusateur/défenseur apparaît bien dans les textes évangéliques ... en mettant en relation les divers chapitres.

    Ces principes ne doivent pas être réifiés (au sens ontologique et non littéraire) par projection comme entités occultes indépendantes. Il s’agit d’une articulation intrapsychique.

    La nouvelle Jérusalem ne constitue en rien l’avènement d’un paradis terrestre comme régression à un stade adamique pré-éthique, ôtant alors tout sans à l’éthique et à la spiritualité.
    Il s’agit de l’avènement d’une culture spirituelle redonnant pleinement son sens à la notion incontournable d’épreuve.

    Ne confondons pas les divers « -ismes », dogmatiques par nature, avec la spiritualité et encore moins avec la mystique (et non le mysticisme, lequel tient du commerce comme tous les charlatanismes).

    Désolé pour ces précisions oiseuses.

    ReplyDelete
  27. Anonymous4:01 AM

    Hier matin, j’ai étalé trois Xerxès et deux Siddhârta sur une tranche de pain.
    Puis je l’ai donnée aux oiseaux, friands d’insectes.
    Hier matin, je n’avais pas faim.

    Et vous, avez-vous faim le matin ?

    ReplyDelete
  28. Anonymous4:15 AM

    Connaissez-vous l’histoire du chat qui joue avec la souris qui se considère comme l’initiée du trou du mur de la maison du coin de la 257ème rue ?
    1542 : 6 = 257 = 28 + 1
    Blague de chat.
    Quelle farce.

    ReplyDelete