Tuesday, May 14, 2013

La voie Ordinaire



Les pièges du spiritualisme sont peu dénoncés sur Internet. Au contraire, les vendeurs du Temple y propagent à foison leurs mensonges pour écouler des produits frelatés : livres merveilleux, séminaires d'éveil, enseignements initiatiques, techniques secrètes...

Dans son livre témoignage, « La voie Ordinaire », Aquila Baltar traite de la simplicité de la Voie et prodigue en prose rimée d'intéressantes pensées :

14. Chaque tradition, écrit Aquila Baltar, est un remède qui devient un poison,
Les sirènes envoûtent par leurs incantations,
L'homme apprend la musique ou devient un mouton. […]

29. Tu crois que le but de la vie spirituelle est d'être tout bon et tout gentil,
Que tous les chemins mènent à la sainteté des béni-oui-oui,
Fais plutôt la guerre aux niaiseries et aux compromis. […]

211. Les messes, les confréries, les sanghas, les tenues (réunions maçonniques),
Nourrissent des égrégores illusoires et farfelues,
Qui sont à leur insu, les parties du corps de l'ange déchu.

212. Ce pauvre connaissant cornu,
Fruit des constructions mentales des hurluberlus,
Est de leurs schémas la partie rejetée, la partie inconnue. [...]

250. C'est ta propre peur, ton propre désir, ta propre dépendance,
Qui appellent les voleurs d'esprit, leurs versets, leurs sentences, 
A un autre que Ce qui veille en ton cœur tu fais allégeance.

251. La somme des egos piégés va créer l'égrégore et son aura,
Du ciel ou du monde, des lieux de culte aux stades en passant par le sénat,
Voilà une entité virtuelle dotée d'un parfum singulier qui te séduira.

252. Te voilà tranquille seul avec toi-même ce matin,
Sens le corps, les pensées automatiques, la joie, sois serein,
Tu es en marche vers l'autonomie, la liberté enfin.

253. Sens tes plaisirs et tes malheurs,
Ceux du passé, ceux instantanés, ceux d'il y a une heure,
Identifie l'attachement de ta personnalité qui rit ou qui pleure.

254. Tu es maintenant disponible à la beauté et à la nécessité,
Tu es vivant, tu es «re-né», tu peux avec le monde résonner,
Des chaînes de ton humanité tu t'es libéré.

255. Le reste vient tout seul et n'appartient qu'à toi, aimé,
Vouloir le trouver dans le cœur d'un autre, c'est passer à côté,
Vouloir l'exhiber de son propre cœur, c'est le perdre en vérité.

Aquila Baltar, La voie Ordinaire.



La voie Ordinaire

Au terme d'un long parcours spirituel, l'auteur nous ramène à la voie Ordinaire, celle du quotidien. Plutôt qu'une analyse intellectuelle ou traditionnelle, les lignes de ce texte, tracées en proses rimées, proposent au lecteur une approche originale et volontairement déroutante.

Il s'agit d'une immersion dans une respiration faite d'allers retours entre les traditions spirituelles et la voie Ordinaire dont il est question. Peu à peu, la fréquentation de ces allers retours se propose d'induire une conversion du regard, au profit du regard de « l'Aigle » dont il est question dans le texte.

Le support de ce partage est l'expérience vécue de l'auteur, invitant ainsi le lecteur à plonger dans sa propre expérience, passée, présente ou à découvrir, pour y trouver des échos, des résonances, des intuitions.

Les traditions spirituelles et les grands idéaux de l'humanité sont abordés surtout par leurs limites, pour mieux inviter à ce saut dans l'Ordinaire. Les prélèvements, exécutés au scalpel, y sont volontairement provocants, non pas gratuitement, non pas sans respect, mais pour briser les repères du cheminant venu à maturité, et ainsi, de l'en libérer pour le paradigme Ordinaire.

L'immersion est crue et sans compromis, mais détendue et amicale, bien qu'il soit ici question de rien de moins que de la Vie et de la Mort. Si certaines traditions exposées retiennent ou confortent l'attention du lecteur, qu'il suive son élan, mais, un jour prochain, dans cette vie ou dans une autre, puisse la graine ici plantée porter ses fruits.






3 comments:

  1. Anonymous11:57 AM

    meveilleux, merci !

    ReplyDelete
  2. Anonymous8:42 PM

    254. ...Tu es vivant, tu es «re-né»,...

    peut-on y voir un parallèle avec la résurrection de la chair, après la crucifixion du moi, de l'égo, de l'ancien adam, de l'illusion, possiblement enseignée par le passage du Christ sur la croix et peut-être mal interprétée par l' église catholique ?

    ReplyDelete
  3. Des adeptes de traditions orientales recherchent une "transsubstantiation qui transforme le corps entier en un corps de lumière sans traverser la mort. La transsubstantiation se retrouve dans le dogme catholique de l'Assomption de la Vierge. Selon ce dogme, au terme de sa vie terrestre, la mère du Christ aurait été « élevée au ciel ». Le terme « assomption » provient du verbe latin assumere, qui signifie « prendre », « enlever ». « C’est grâce à une technique particulière que le corps fait de matière corruptible (ashuddhä-mâyâ) est mis en parallèle avec la matière incorruptible (shuddhä-mâyâ) et que la transsubstantiation a lieu… Le corps humain se trouve libéré des exigences de l’économie animale lorsque le transfert a lieu de la Mâyâ corruptible en Mâyâ incorruptible. Il n’est donc plus sujet à la mort… Il est transfiguré en un corps de gloire et de puissance appelé Jñânä-tanu, ou corps spirituel. L’homme libéré-vivant (jîvan muktä) quitte le domaine de la matière et disparaît soudain en pleine lumière avec son corps." (V.V.Ramanan Shastri, « Cultural Heritage of India ».)

    Pour en savoir plus :
    Le corps d’arc-en-ciel
    http://bouddhanar.blogspot.fr/2009/11/le-corps-darc-en-ciel.html

    ReplyDelete