Saturday, January 03, 2015

Jésus et les premiers chrétiens étaient-ils végétariens ?

Question :

« Je suis végétarienne, mais lorsque j’aborde ce sujet avec mes amis, ils me rétorquent souvent que la Bible ne mentionne nulle part que Jésus n’aurait pas mangé de viande. Comment cela se fait-il ? Par ailleurs, vous affirmez que Dieu n’a jamais voulu que les hommes pratiquent les holocaustes décrits dans l’Ancien Testament et aussi que Jésus était contre le fait de tuer les animaux. Y-a-t-il des références écrites à ce sujet ? »

Réponse de
Gabrielle Wittek :

On ne peut pas vraiment répondre à cette question si on fait l’impasse sur un aspect fondamental, méconnu de la plupart des gens, à savoir que les textes et documents auxquels nous nous référons aujourd’hui – en l’occurrence, il s’agit de la Bible – ont une histoire, un vécu pourrait-on dire. Ils ont été façonnés au cours des siècles en fonction des impératifs recherchés par ceux qui en étaient dépositaires. C’est l’un des objectifs de cette série de rappeler cette histoire et de révéler les buts ayant présidé aux choix rédactionnels. Ainsi, la Bible, telle que nous la connaissons aujourd’hui, a connu une élaboration très longue qui s’est faite d’ajouts successifs mais aussi de rejets.

Un moment essentiel de cette histoire s’est déroulé au IVe siècle de notre ère. Il s’agit du travail de traduction de la Bible effectué par Jérôme, un clerc de l’Église, à la demande du pape Damase. En effet, il circulait alors plusieurs versions de la Bible assez éloignées les unes des autres et le pape en question souhaitait assainir cette situation. Jérôme qui était connu pour ses talents de traducteur effectua donc ce travail colossal qui lui prit plusieurs années. Il traduisit tout d’abord les Évangiles à partir de la version latine existante qu’il estimait la moins dénaturée et se référa, là où il eut des doutes sur le sens, à une version grecque sensée être moins altérée.

Pour traduire l’Ancien Testament, Jérôme s’appuya sur la version en hébreu afin de retrouver ce qu’il appelait « la vérité hébraïque » de l’Ancien Testament. Son travail de traduction ayant donné satisfaction aux autorités de l’Église, il reçut leur imprimatur, et c’est cette version qui fit référence jusqu’au XVe siècle sous le nom de Vulgate. Jérôme qui disposait d’un grand savoir, n’était néanmoins pas à l’abri de contradictions, la plus importante étant celle qui mettait aux prises sa fidélité envers l’Église dont il était membre et sa probité intellectuelle. En effet, dans le cadre de son étude des plus anciennes versions de la Bible, il fut amené à découvrir des aspects qui avaient été rejetés et ne figuraient plus dans les versions suivantes.

Il n’est pas question de discuter ici de la façon dont Jérôme résolut ces contradictions avec plus ou moins de succès et d’honnêteté intellectuelle, mais cela apporte un éclairage très instructif sur ce que nous considérons aujourd’hui comme des vérités immuables mais qui en fait ne l’ont jamais été. Parmi ces dernières, celle qui se rapporte aux relations de Jésus avec les animaux est une des plus importantes et déterminantes car elle pose la question du statut de l’homme dans la création.

Ainsi, pour répondre à la question du végétarisme, voilà ce que l’on peut lire sous la plume de Jérôme lui-même, dans une lettre polémique connue en français sous le titre de « Contre Jovinien » (Adversus Jovinianum) :

« Jusqu’au déluge la consommation de chair animale était inconnue, mais depuis le déluge on nous a gavé la bouche des fibres et du jus puant de la chair animale. Jésus-Christ qui est apparu quand les temps furent accomplis, a relié la fin avec le commencement, de sorte qu’il ne nous est plus permis de manger de la viande. »

A la lecture de cette phrase, il ressort très clairement que, selon Jérôme, l’un des meilleurs, sinon le meilleur, spécialiste de la Bible de son temps, Jésus aurait enseigné de ne pas manger de viande.

On pourrait encore éclairer ce thème sous un autre aspect historique. Pour ceux de nos lecteurs qui ne le savent pas, la Bible « officielle » résulte d’un choix humain et arbitraire puisque certains textes ont été jugés dignes d’y figurer et d’autres non. Pourquoi ? En fonction de quels critères ? Sans vouloir attribuer une volonté machiavélique à tous ceux qui ont effectué ces choix, on est en droit de considérer qu’ils ont souvent relevé d’un parti pris idéologique, à savoir qu’on a conservé les documents qui légitimaient une certaine vision du christianisme en voie d’institutionnalisation et rejeté tous ceux qui pouvaient s’y opposer.

Or, il semble bien qu’une ligne de fracture importante réside précisément dans la question des animaux. La plupart des documents, évangiles et autres, qui ont été mis à l’index accordent une grande importance à cet aspect. De nombreux écrits apocryphes confirment non seulement que Jésus aimait les animaux mais aussi et surtout que la venue du Christ sur la Terre, la Bonne nouvelle qu’il a apportée au monde ne concerne pas que les hommes mais la Terre entière, y compris le monde animal. Le fait que Jésus et ses apôtres étaient végétariens découle en toute logique de cette vision unifiée du monde.

Gabrielle Wittek


Gabriele Wittek se présente comme une « porte-parole de Jésus » dans un mouvement nommé la « Vie Universelle ». La « Vie Universelle » attire beaucoup de sympathisants opposés à la chasse qualifiée de « guerre sanglante ». Il y a quelques années, des manifestations pour la suppression de la chasse étaient dirigées par le biologiste Kurt Eicher. 



4 comments:

  1. Anonymous11:28 AM

    Le laïcisme français et son inquisition de chasseurs de sectes a la Vie Universelle dans son collimateur.

    "La Vie Universelle, en continuel progrès, est actuellement active en Allemagne où elle est mêlée souvent à des conflits avec l’Etat et les Églises. Elle y groupe ses membres dans une soixantaine d’assemblées. Les huit communautés de Suisse (Zurich, Lucerne, Saint-Gall, Buchs, Bâle, Berne, Aarau et Rapperswil) totalisent 250 membres. Pour la Suisse romane : BP 1493, CH 1001, Lausanne. Pour la Suisse alémanique (Postfach 140 A -5016 Salzburg).

    Dès la première conférence publique de la Vie Universelle en Belgique, le 24 juin 1984, quelques personnes adhèrent au mouvement. Les USA, le Canada, le Japon, Le Nigéria, la Pologne, l’Italie, l’Espagne, la Grande Bretagne, ainsi que la France, abritent également des membres. L’effectif total doit avoisiner les 40 000."
    Source :
    http://vigi-sectes.org/vie-universelle/

    ReplyDelete
  2. Anonymous11:35 AM

    Lecture édifiante :
    "L'État inquisiteur - La spiritualité en danger" de Joël Labruyère.
    Ce livre à contre courant sur les sectes, permet de "mettre à jour les problèmes de société soulevés par cette question. Il propose un certain nombre de réflexions pertinentes pour informer et sensibiliser le public aux droits et aux limites actuelles de la liberté de conscience et de culte en France".

    ReplyDelete
  3. Anonymous11:53 AM

    Le texte de Matthieu 3:4 prouve que les exemplaires de la Bible sont faux et incomplets. Jean le Baptiseur n'a JAMAIS mangé des sauterelles. Le terme grec désigne "l'arbre à sauterelles", le caroubier. Luc 1:15 indique que Jean était naziréen (Nombres 6:3, 4). Déjà, le Nom du Père, Yahou (YHWH) a été aussi méprisé et occulté par les traducteurs et biblistes infidèles. De même, la traduction des termes bibliques par "vin" (dans le sens vin alcoolisé) est erronée.

    L'abstinence de la consommation d'animaux et de l'alcool est la volonté INITIALE et FINALE de Dieu le Créateur. Lorsque Dieu vint sur Terre en tant qu'Homme, Il rétablit toutes choses. Il mit fin à la polygamie, au divorce, à la consommation de viandes et à l'absorption d'alcool.

    Actes 15:28, 29 : "Car il a paru bon au Saint Esprit et à nous de ne pas vous imposer d'autres fardeaux que ces choses-ci qui sont indispensables : " Abstenez-vous donc des sacrifices aux idoles, du sang, des animaux et du mauvais usage du sexe et ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qui vous soit fait. Vous vous porterez bien de vous garder de tout cela portés par le Saint Esprit. Portez-vous bien !"
    Source :
    http://www.chretiensretablis.com/?_escaped_fragment_=verites-retablies/cuwd#!verites-retablies/cuwd

    ReplyDelete
  4. Les "Cathares", secte Chrétienne persécutée lors de la Croisade Albigeoise du XIIème au XIVème,ne consommaient pas de chair animal,par respect de l'interprétation des Ecritures,se contentant de poissons qu'ils considéraient comme ne se reproduisant pas comme des animaux, mais avec une naissance "spontanée", qui annulait le "péché de chair". Les moines Orthodoxes de nos jours sont végétariens(voir monastère de Valaam en Russie).

    ReplyDelete