Thursday, May 28, 2015

Des francs-maçons à Bali

Démon de Bali

A Pézenas (34), les badauds sont souvent intrigués par un jeune artiste peignant dans les rues de la cité de Molière les déités du panthéon hindou.

C'est un hindouiste. Il porte sur le front la marque des shivaïtes, 3 lignes horizontales tracées avec la cendre sacrée des sadhous. La cendre est obtenue à partir de bouses de vache. La vache est vénérée par les hindous et tout ce qui sort de l'animal (lait, urine, bouse) est béni.

Le rêve du jeune homme est de construire un temple dédié à Shiva au milieu des vignobles de l'Hérault.

Dans l'entourage du jeune artiste, un homme se passionne lui-aussi pour le polythéisme hindou, mais version balinaise. Il organise des voyages initiatiques et des rituels à Bali. Parmi sa clientèle, il y a des francs-maçons qui sont toujours friands de cultes étranges et exotiques.

Les représentations balinaises des déités védiques sont beaucoup moins paisibles qu'en Inde. « Elles sont parfois carrément démoniaques ». Bali est, selon une expression anglaise, « the island of gods and demons »...

Mais cela n'inquiète pas ceux qui vivent du commerce spirituel à Bali, ils reçoivent de plus en plus de candidats aux initiations dont les arcanes ne sont peut-être pas dénués de risques durant la fin du cycle actuel.


A notre époque, la fermeture aux influences d’en haut produit un déséquilibre au bénéfice des influences d’en bas. Le monde moderne coupé de l'influx céleste laisse proliférer la contre-initiation qui exploite les résidus psychiques provenant de centres initiatiques éteints ou de civilisations disparues. Ces résidus et d'inquiétantes influences errantes deviennent aisément manipulables par de redoutables mages ou de stupides apprentis sorciers.