Monday, July 20, 2015

Isabelle Hercelin & l'alimentation du futur


Isabelle Hercelin vit-elle une expérience peu commune ? Depuis 2009, une énergie vitale lui permettrait de vivre sans s'alimenter, comme Marthe Robin. Marthe Robin était une mystique chrétienne qui ne s'était pas alimentée durant trente années. Ce jeûne extraordinaire est nommé « inédie ».

L'académicien Jean Guitton rencontra Marthe Robin et lui consacra un livre. Il écrit : « Je me demande si l'inédie, si longue et si totale, de Marthe peut, dans l'état actuel des sciences, être tenue pour « miraculeuse ».

La réponse dépend d'un acte de pensée, d'une décision philosophique. Il est piquant de rappeler l'attitude qu'eut devant un fait analogue le fondateur de la « médecine expérimentale ». Claude Bernard a parlé d'une femme vivant en bonne santé et qui n'avait rien mangé ni bu depuis plusieurs années. Et Claude Bernard, qui avait pour principe de ne jamais repousser aucun fait, ni même aucune observation populaire, ayant reçu la visite d'un médecin qui lui demandait son avis sur ce cas écrivait : « Ce médecin, persuadé que la force vitale était capable de tout, ne cherchait pas d'autre explication et croyait que son cas pouvait être vrai. »

Actuellement des personnes se nourrissent de la force vitale nommée prâna en Inde, « l'énergie de vie en soi », selon l'expression d'Isabelle Hercelin.


« Se nourrir de lumière, pour moi, c'est être conscient que nous nous nourrissons de tout. Tout nous nourrit. Absolument tout : nos émotions, nos sentiments, la forme de nos vêtements, la couleur de nos vêtements, notre environnement, la façon dont nous parlons, la façon dont nous pensons, le métier que nous avons... Absolument tout ce que nous vivons à chaque instant est une fréquence et lorsque nous sommes présents à cette fréquence, elle nous nourrit. Après, nous mangeons si nous avons envie de manger, mois nous ne mangeons plus par compensation, ni par croyances erronées, ni par peur, ni pour enfouir quelque chose, ni pour combler quelque chose. Cette lumière-là, cette fréquence de vie, cette fréquence d'amour, est notre nourriture première et nous nous en nourrissons tous.

Je ramène à nouveau l'histoire des singes que je raconte souvent et que j'ai mentionnée dans mon premier livre : une expérience a été menée avec des bébés et des mamans singes. Trois catégories de bébés et mamans singes sont formées. Dans un groupe, les mères allaitent leurs petits et les élèvent avec amour et tendresse ; dans un autre groupe, les mères allaitent leurs petits et ces derniers ne reçoivent aucune affection ; dans le dernier groupe, les bébés ne sont pas nourris et reçoivent beaucoup d'amour de la part de leur mère. Le groupe qui dépérit est celui qui boit le lait de sa mère et qui n'a pas d'amour.

Notre nourriture première est vraiment l'amour et nous sommes constamment dans cette quête, jusqu'au bout. C'est ce qui anime nos comportements. [...]

Pour moi, la fréquence d'amour, qui est la fréquence de vie, est lumineuse. C'est une fréquence extrêmement lumineuse, comme le soleil que nous ne pouvons pas regarder quand il est ou zénith en plein été. C'est pour ça que je peux appeler cela se nourrir de lumière. Les particules qui se baladent dans l'air, plus ou moins nombreuses en fonction de la qualité de l'air, sont d'une lumière intense entourées d'indigo. Nous respirons cela en permanence, il y en a partout puisque c'est de la Vie. Nous baignons dedans ! Après, on peut appeler cela se nourrir de prâna. Suivant les pays, les cultures, cette nourriture porte un nom différent. [...]

Si se nourrir de lumière provient d'une volonté ou d'une envie, la personne remangera ou bout de quelque temps si elle ne veut pas dépérir. Si cela découle d'une évidence, c'est quelque chose qui va se mettre en place naturellement le corps ne réclame plus de nourriture terrestre, tout simplement !

L'alimentation du futur ?

L'alimentation du futur serait celle de notre origine. Dans l'absolu, les humains seraient à nouveau en contact vibratoire avec tout ce qui pousse dans la nature. Ils regarderaient et humeraient les aliments qui poussent à l'état sauvage. Ils se « parleraient » mutuellement. Plus besoin de posséder, d'être un prédateur. Il n'y aurait plus d'abattage d'animaux ni de culture intensive, même plus du tout de culture créée par l'homme. Tout vivrait en harmonie et la nature pourrait se réguler d'elle-même sans avoir recours à la maltraitante de l'homme. Je pense que c'est ainsi que nous avons déjà vécu et que ce vécu est inscrit dans nos cellules. Aujourd'hui, c'est déjà ainsi que je vis avec évidence. Je suis heureuse que cette évidence habite de plus en plus de monde sur la planète Terre.

En attendant, la transition serait de se nourrir plus simplement et en étant à l'écoute de son corps. Pas de mélange, peu d'aliments différents lors du même repos, voire dons la même journée. Tenir compte des aliments de saison et de sa région. Un à deux repas par jour maximum, en fonction de l'activité et du rythme de chacun. Manger les aliments à l'état le plus naturel possible, entiers, non traités, avec un minimum de cuisson, de transformation. En fonction des besoins du corps et des saisons, faire des cures d'un seul aliment, et faire des « pauses alimentaires » régulièrement (voire un jour par semaine). Il y aurait, dans cette manière de se nourrir ainsi, moins de transport d'aliment, donc moins de pollution. Les produits locaux reprendraient vie. la complexité des préparations, les sauces et tous les produits chimiques ajoutés dons les aliments pour les conserver ou améliorer leur goût ont pris une ampleur démesurée !

Irons-nous jusqu'à la destruction de la terre ? Retrouverons-nous l'intelligence du cœur, l’évidence de la pureté de la vie dans sa simplicité pour éviter notre destruction massive ? Peu importe, la Vie reste la Vie, sans fin (faim ?)... »


Isabelle Hercelin, « La faim (fin ?) de la quête ? ».

2 comments:

  1. Bonjour les Dharma punks ;)
    Tout d'abord merci pour ce site que nous apprécions énormément sur Yoganova. Nous vous suivons depuis longtemps déjà.
    Je voulais juste signaler que nous avons publié le documentaire "Lumière" dans son intégralité sur notre site. Il est disponible ici: http://www.yoganova.fr/peut-on-vivre-uniquement-de-lumiere-documentaire/
    Bonne continuation!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Bonjour,
      Merci pour le lien et votre fidélité.

      Delete