Wednesday, August 19, 2015

L'Europe est envahie !


L’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne indique que 107 500 immigrés clandestins ont pénétré dans l’Union européenne pour le seul mois de juillet.

Les autorités européennes font preuve d'une étrange passivité face à cette immigration massive qui ne fait que commencer. Plusieurs dizaines de millions de personnes attendent aux frontières de l'Europe.

Cette invasion est-elle planifiée par l'oligarchie mondialiste contre-traditionnelle ?

Avec la connivence de Bernard-Henri Lévy, Nicolas Sarkozy, qui n'a jamais caché son mondialisme, avait-il lancé sa croisade contre Kadhafi pour faire sauter le verrou libyen et ouvrir les portes de l'Europe à des millions d'immigrés ?

« L’objectif des mondialistes, écrit Hervé Ryssen, est de détruire les cultures traditionnelles enracinées pour parvenir à un monde uniforme. [...]

« L’immigration, explique Ryssen, n’est pas un phénomène naturel. Elle est planifiée, organisée, orchestrée par des oligarchies financières, par des groupes de pression bien identifiés, qui l’utilisent pour diluer les peuples ethniquement homogènes et affaiblir leur résistance. Leur objectif est de détruire les vieilles nations et d’instaurer à leur place une société « ouverte », sans frontière, adorablement métissée (*), qu’ils pourront alors dominer aisément. Cet ennemi a pris les leviers de commande chez nous et nous utilise pour parvenir à ses fins. Il sait merveilleusement utiliser les masses musulmanes contre nous, à l’intérieur de nos propres nations, où il facilite toujours leur installation, aussi bien que sur le plan international, comme on a pu le voir en Bosnie par exemple, ou comme on peut le constater quand il favorise l’entrée de la Turquie dans la Communauté européenne. » [...]


« Il est bien certain, poursuit Ryssen, que tout est mis en œuvre pour nous faire renier nos racines, nos traditions, notre histoire, nos familles et nos patries, afin de mieux nous faire accepter la société « ouverte » chère aux esprits cosmopolites et l’idée d’un gouvernement mondial. Alain Finkielkraut a insisté sur ce point : « Le Mal, écrit-il, vient au monde par les patries et par les patronymes. » L’homme post-moderne doit cesser de « pourchasser les traces du passé en lui-même comme dans les autres. » Son titre de gloire, « c’est d’être cosmopolite, et de partir en guerre contre l’esprit de clocher. » A partir de là, on peut enfin admettre l’idée d’une « confédération planétaire », comme le souhaite le sociologue Edgar Morin dans tous ses livres, ou mieux encore, œuvrer pour l’instauration du gouvernement mondial, ainsi que l’exprime Jacques Attali : « Après la mise en place d’institutions continentales européennes, apparaîtra peut-être l’urgente nécessité d’un gouvernement mondial. » (Dictionnaire du XXIe siècle). 

*) Bullshit ! Le racisme est une connerie ! Le racisme est anti-traditionnel : 
RenéGuénon et la politique.

6 comments:

  1. Anonymous5:00 PM

    Ce n'est pas le "racisme" en soi qui pose vraiment un problème, mais le mélange des cultures, des façons de vivre différentes (aux mêmes endroits), c'est ce métissage là qu'il faut prendre en compte.
    De plus,économiquement, des gens pauvres viennent dans des pays plus riches et sont prêts à accepter ce que ceux du pays n'acceptent pas (bas salaires notamment). Bref, créer encore un peu plus de chaos, nous pousser les uns contres les autres (aussi sur des question raciales à tort ou à raison), "diviser pour régner"...

    ReplyDelete
  2. Anonymous8:19 PM

    Quand je monte à Paris, venant de ma petite ville de Province tenue un peu à l'écart des grands flux migratoires, je suis effaré - mon épouse aussi - par le nombre d'emplois subalternes occupés par du personnel, visiblement, d'origine étrangère : du serveur au chauffeur de taxi, en passant par les aides-soignants, les employés de la voirie, etc. Ces hommes et ces femmes, assez jeunes pour la plupart, constituent une véritable classe d'esclaves, morne plèbe faisant à présent partie du décor de la capitale.
    Imaginez la déception des immigrés qui attendent à la frontière ! C'est comme si, débarquant au Maghreb ou en Afrique subsaharienne, vous arriviez dans un pays avec autant de "blancs" : vos vacances à l'étranger en seraient en partie gâchées, bravo la couleur locale. Eh bien, pour qu'il n'en soit pas de même du séjour des nouveaux arrivants, il faut QUE LES PLUS ANCIENS RESIDENTS EN FRANCE RENTRENT CHEZ EUX. Puisque, après une cinquantaine d'années d'essai, on s'aperçoit que non seulement l'assimilation est impossible (sont-ils nombreux assister aux manifestations culturelles, même gratuites, du genre journée du patrimoine, nuit au musée, concerts classiques, expos diverses... ) mais, à l'inverse, que les incidents se multiplient au grand dam des parties en présence, il est temps que nos invités, tirant partie de l'expérience qu'ils ont acquise parmi nous, reviennent au pays natal y faire la révolution et installer la démocratie à laquelle ils sont désormais habitués.
    Cela pourrait se faire par vagues successives, en partant des plus anciens, 1960-1950, et en fétablissant trois tranches à l'intérieur de chaque décennie : d'abord ceux qui n'ont pas acquis la nationalité, ensuite les binationaux, enfin les naturalisés.
    Ce système offre l'avantage de libérer logements et emplois pour ceux qui viennent se faire dépanner, par l'installation d'un roulement migratoire en quelque sorte, et d'aider les pays d'origine à sortir du marasme économique et politique, tout en éradiquant la corruption qui mine ces sociétés.
    Après un certain temps, on peut même espérer voir le flux se tarir à la source car ; "Go to the East, go to the West, HOME IS THE BEST !". N'est-ce pas grande misère que de voir se morfondre dans leur coin, des individus pour qui le lien social avec la famille, les voisins, les ami(e)s et ce qui compte avant tout (avec le Soleil, la vie au grand air cher à Reiser et la musique, la JOIE DE VIVRE, kwâ). Mais qu'est-ce que j'ai encore dit ?

    ReplyDelete
  3. L'éventualité du retour des immigrés ne semble pas à l'ordre du jour.
    Jacques Attali a dit à propos de l'Allemagne : « Il faudrait en effet que la part de la population étrangère naturalisée atteigne un tiers de la population globale, et la moitié de celle des villes. » (Dictionnaire du XXIe siècle, édité en 1998). Et, l'Allemagne annonce qu'elle attend «jusqu’à 800 000» demandeurs d’asile en 2015, un record absolu.
    Qui dirige l'Europe ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous12:46 PM

      Pourtant, hier soir dans "C dans l'air", un expert prétendait qu'au regard de la population totale de l'Europe (600 millions d'hbts, si je me souviens bien ?), cela représente une goutte d'eau dans l'océan...
      Pourquoi s'obstiner à demeurer dans un pays dont le mode de vie, à commencer par les habitudes alimentaires, ne vous permettent pas de vous épanouir sur le plan personnel, par rapport à vos convictions religieuses en particulier ? Il faut considérer les immigrés comme des stagiaires, amenés tôt ou tard à retourner chez eux, mettre en pratique compétences, savoir-faire mais aussi SAVOIR-VIVRE, acquis dans le pays qui les a accueillis provisoirement, le temps qu'ils se "forment" !
      Jacques HALALI me fait quand même marrer, avec sa tête d'oiseau de mauvais augure, un petit piaf qui s'écoute pépier dans le vide, tout fier de lui : en fait, son ramage correspond tout à fait à son plumage de charognard.
      Non, ce qu'il faudrait à la France, c'est un Président de la trempe d'Abdelaziz BOUTEFLIKA, même HOLLANDE le reconnaît explicitement : http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/hollande-le-president-algerien-dispose-d-une-grande-maitrise-intellectuelle-692960

      Delete
    2. Anonymous1:20 PM

      Qui dirige ?
      Ceux qui ont le pouvoir, l'argent, ou l'ego dans toute sa démesure.

      Delete
  4. Anonymous6:40 PM

    Exact - mettez-vous un instant à leur place ou voyez comme ils s'accrochent à leurs privilèges jusqu'à la dernière extrémité - oui, mais en plus il faut ce charisme, ce petit je-ne-sais-quoi, que peu d'hommes maîtrisent à hauteur de ce BOUTE-EN-TRAIN : "Le président Bouteflika m'a donné une impression de grande maîtrise intellectuelle. Et MÊME, C'EST RARE DE RENCONTRER un chef d'Etat qui a cette Allah-crité*, cette capacité de jugement." (François GROLAND, Alger 15/06/2015). En France, nous avons bien eu Jean-Marc AYRAULT, mais il ne fut que 1er Ministre. Comme je mettais en doute les capacités physiques d'Abdelaziz - dans la perspective des prochains jeux olympiques, et pas paralympiques s'il vous plaît - un de ses compatriotes m'a fort pertinemment répondu : "Les Américains aussi ont eu un Président en fauteuil roulant !" (= Franklin Delano ROOSEVELT, pour comparer ce qui est comparable... ).
    * For he's a jolly good fellow, he's a jolly good fellow, he's a jolly good fe-el-low,
    And so say all of us, and so say all of us.
    La classe politique française est, dans l'ensemble, beaucoup trop jeune : âge moyen des députés = 59 ans et 10 mois ; des sénateurs = 65 ans. POUVOIR + ARGENT + EGO : enflure, quand tu nous tiens, tu ne nous lâches plus, surtout pas, par pitié, nous sommes prêts à tout pour te / nous servir.

    ReplyDelete