Friday, October 02, 2015

Le Dalaï-lama mérite-t-il de recevoir la médaille de la liberté ?




Le Dalaï-lama (80 ans) a annulé sa tournée aux USA où il devait recevoir la médaille 2015 de la Liberté au National Constitution Center pour sa contribution à la défense des droits de l'homme.

Un texte d'Alexandra David-Néel (la Dame Lama), écrit au début des années 1950, confirme que les Tibétains étaient victimes d'un régime politique pratiquant le servage et l'esclave. Or, ce régime était dirigé par l'actuel Dalaï-lama qui, au lieu d'une condamnation pour les souffrances infligées à son peuple, est honoré par l'Occident : prix Nobel de la paix, médaille d'or du Congrès américain, médaille de la liberté...


La société tibétaine sous le règne de l'actuel Dalaï-lama

par Alexandra David-Néel


La vie politique et ses intrigues n’affectent au Tibet qu’un nombre très minime d’individus et ne s’étendent guère au-delà des provinces centrales. Les zones sévères et froides du Ngari comme celles privilégiées de la nature des pays de Po, de Lho et du Kongbou, y sont toujours restées à peu près étrangères.

Là règnent sur des populations plus ou moins primitives et clairsemées, des chefs locaux dont les plus importants s’attribuent fièrement le titre de gyalpo (roi).

En tête de leurs « sujets » viennent des richards du terroir : des tchougpos propriétaires de terres généralement acquises sans droit précis par un de leurs ascendants. Le produit de ces terres cultivées par des métayers dont la condition est, souvent, analogue à celle des serfs, et celui d’un bétail assez important constituent le fond des revenus d’un tchougpo. Il en est de même pour le chef qui y ajoute le fruit de certains impôts qu’il lève à son gré sur ses administrés et celui des amendes qu’il inflige lorsqu’il agit en qualité de juge arbitrant des querelles ou punissant des méfaits.

Une sorte d’esclavage assez bénin subsiste encore en maintes parties du Tibet. Attachés à une famille particulière, les esclaves y fournissent une grande partie de la domesticité. Cet esclavage n’est toutefois pas légal. Il repose sur la coutume mais, au Tibet, coutume vaut pratiquement loi.

Cependant, la plus forte partie du revenu des chefs et des tchougpos provient du commerce. Tout le monde trafique au Tibet : riches et moins riches, les pauvres eux mêmes, hommes, femmes et enfants. Nul Tibétain qui n’ait quelque chose à vendre ou à troquer : drap précieux ou commun, laine, chevaux et mules, chaudrons, beurre, fromage, bouse des troupeaux servant de combustible, du haut en bas de l’échelle sociale l’on vend, l’on échange avec âpreté et l’on peut voir des miséreux tirant de sous leurs guenilles de vieux os ramassés dans la poussière et les proposant à d’autres pauvres hères qui les pileront et se serviront de leur poudre pour assaisonner leur maigre pitance. [...]

Se méprenant sur mon identité (Alexandra David-Néel était déguisée en tibétaine) les paysans parlèrent librement devant moi, ne me cachant rien de leur détresse. Impôts et corvées pesaient sur eux d’un poids qui les écrasait.

Les corvées qui les arrachaient souvent aux travaux des champs aux époques où ceux-ci étaient les plus urgents ne différaient d’ailleurs en rien de celles auxquelles étaient soumis tous les paysans du Tibet. Partout, les travaux à effectuer pour le gouvernement : routes ou bâtiments à construire ou à réparer, incombaient aux villageois qui ne recevaient de ce fait ni salaire ni nourriture. En dehors du travail forcé requis pour le gouvernement, les paysans devaient aussi transporter gratuitement les bagages et les marchandises des voyageurs munis de titres de réquisition à cet effet et leur fournir, outre des bêtes de somme, du fourrage et du grain pour leurs montures et celles de leurs serviteurs.

Quant aux impôts à payer en nature, les gens de Tashi Tsé affirmaient que la terre peu fertile de leur pays ne produisait pas chaque année assez de grain pour qu’ils puissent s’acquitter de ce qui leur était réclamé. Cependant, il fallait aussi manger… D’où emprunts et dettes.

Ils énuméraient encore d’autres manières de les dépouiller, qui contribuaient à remplir la caisse du Gouverneur résidant dans un petit dzong (château) perché sur un monticule au bord de la rivière. – L’on peut dire, à la décharge de ce dernier, que lui-même avait dû payer cher sa nomination au poste qu’il occupait. Du haut en bas de l’échelle hiérarchique, la même corruption s’étalait.

Quitter le pays pour chercher de meilleures terres ou des chefs moins exigeants n’était point permis à ces paysans qui, comme tous leurs pareils, n’étaient que des serfs. Quelques-uns avaient tenté de fuir, de s’établir dans les provinces voisines. Découverts, ils avaient été arrachés à leur nouveau foyer et ramenés à Tashi Tsé pour y être bâtonnés et condamnés à une forte amende.

Ceux qui avaient songé à les imiter ne l’osaient pas, trop effrayés par le châtiment infligé aux familles des fugitifs. Celles-ci ayant été tenues pour responsables, car elles auraient dû, leur reprochait-on, empêcher leurs parents de s’échapper, frères, oncles, cousins avaient été fustigés et contraints de payer des amendes.

Ainsi, ces malheureux demeuraient dans leurs pauvres demeures, toute énergie détruite en eux, s’appauvrissant chaque année davantage, n’espérant aucune délivrance dans cette vie.

Certains regardaient du côté de la Chine. « Nous n’étions pas si mal traités quand les Chinois étaient les maîtres », me disaient-ils. « Reviendront-ils ?… Peut-être… Mais quand ? Nous pouvons être morts avant ce temps… »

Ils sont revenus bien plus puissants qu’ils ne l’étaient auparavant. Pas un coup de feu n’a été tiré contre eux pendant leur marche à travers les campagnes et les bourgades tibétaines et, souvent, ils ont été accueillis avec joie. Les étrangers qui s’apitoyaient sur le sort des populations victimes d’une odieuse agression étaient bien mal informés.

De quelle façon la Chine répondra-t-elle à l’espoir que le prolétariat et les métayers serfs du Tibet ont placé en elle… Il reste à le voir.

Le ciel bleu, la glorieuse lumière, le soleil étincelant du Tibet sont générateurs d’optimisme ; la paysannerie tibétaine n’est pas encline à nourrir longuement des soucis ; elle attend avec tranquillité les changements que pourra lui apporter le renouvellement de ses très anciens liens avec la Chine ; une Chine différente de celle que ses pères ont connue et plus d’une fois combattue, mais qui, pour le moment, ne paraît pas lui déplaire. »

Alexandra David-Néel, « Le vieux Tibet face à la Chine nouvelle ».

Alexandra David-Néel a-t-elle été victime de la censure ?

« Certains regardaient du côté de la Chine : "Nous n’étions pas si mal traités quand les Chinois étaient les maîtres", me disaient-ils. "Reviendront-ils ?… Peut-être... Mais quand ? Nous pouvons être morts avant ce temps..." »

Albert Ettinger note à propos de ces phrases écrites par Alexandra David-Néel :

« Mais attention ! Ce passage, je l’ai d’abord trouvé dans la traduction allemande du Voyage d’une Parisienne à Lhassa. Dans l’édition française (page 171), on n’en trouve plus aucune trace ! Il a manifestement été sucré par la maison d’édition de l’œuvre la plus connue de l’auteure. Que cela se soit passé à l’initiative de David-Néel, on peut en douter.


Le vieux Tibet face à la Chine nouvelle






************

Un événement synchronistique 
(Lamaïsme, argent des Rockefeller, Société théosophique)

Le lama tibétain Tenzin Namdak, qui avait bénéficié de l'appui de la fondation Rockefeller pour venir en Occident, enseignera le 24 et 25 Octobre 2015 au siège de la Société théosophique, 4 Square Rapp à Paris.




115 comments:

  1. Anonymous9:40 AM

    La plupart des médias et des politiciens mentent sur la question tibétaine. Il s'agit d'une cabale qui est motivée par un plan satanique.
    Pour en savoir plus, lire « Les contes de fées du Tibet »

    ReplyDelete
  2. Anonymous10:11 AM

    Les industriels (de l'escroquerie de Volkswagen à la mafia pharmaceutique ou agroalimentaire en passant par le nucléaire), les politiciens, les journalistes... ne sont que mensonge, tricherie, corruption...

    ReplyDelete
  3. Anonymous10:47 AM

    Ce rendez-vous de fin octobre exprime sans doute une manifestation de la "loi d'attraction". :-)
    Les Romains avaient une maxime plus explicite : "asinus asinum fricat".
    L'âne frotte l'âne.

    Faut-il faire un foin de cet événement ?
    Certes non ! Les ânes s'en nourrissent.

    ReplyDelete
  4. Anonymous10:58 AM

    Toute épreuve de l'existence a un sens.

    Le bouddhisme a été créé par la divine sapience pour nous inviter à méditer sur la bêtise et la prétention humaines ainsi que sur les apparences trompeuses.

    Plus un prélat est idiot et orgueilleux, plus il se pare de titres pompeux et de linge doré.

    L'habit ne fait pas le moine.

    Le sage et le sain se distinguent par leur vertu, non par leur déguisement.

    Les moines bouddhistes sont les pharisiens des montagnes de l'Est.

    Seul le sot ne reconnaît pas à une lieue le bruit prétentieux de leurs sonnants sabots.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous8:52 PM

      Le lexique des titres pompeux des figures du bouddhisme dépasse en orgueil et ridicule celui des grades de la maçonnerie ou de traditions apparentées.
      Les grades de l'armée constituent en comparaison des signes d'humilité.
      Pitoyable.
      La spiritualité authentique se débarrasse de ces risibles manifestations de bigoterie.

      Delete
  5. Anonymous11:34 AM

    Le Tibet est une petite province de la grande Chine.

    Le dalaï lama n'est en fait qu'un curé de province ... fort bruyant comme tout rustre montagnard.
    Adolf aussi était un rustre montagnard, fort bruyant.

    Que de bruit ! Que de bruit !

    L'esprit se déploie dans le silence.

    ReplyDelete
  6. Anonymous12:06 PM

    Pavo, est un genre d'oiseaux de la famille des Phasianidae. Il regroupe deux espèces de paons. Ce genre tient son nom du latin pavo qui signifie paon.

    D'après la classification de référence (version 2.2, 2009) du Congrès ornithologique international (ordre phylogénique) :

    Paon bleu — Pavo cristatus Linnaeus, 1758.
    Paon spicifère — Pavo muticus Linnaeus, 1766.

    On aurait trouvé, dans les montagnes du Tibet, une troisième espèce, de couleur safranée.

    Le Congrès ornithologique international doit bientôt se réunir pour examiner la question et éventuellement proposer une dénomination.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous7:17 AM

      Il y aurait deux sous-espèces : les bonnets rouges et les bonnets jaunes. :-)

      Delete
  7. Anonymous2:38 PM

    Je propose que l'on donne surtout au dalaï lama la médaille de la "statue de la liberté" pour services rendus à la maçonnerie américaine dans la propagation de croyances philosophiques bidons et pour son dévouement à la CIA dans sa lutte contre le communisme chinois.

    Bartholdi n'est plus là pour la sculpter ? On lui offrirait dans la foulée le bonnet d'âne ... jaune ou rouge ?

    ReplyDelete
  8. Anonymous5:54 PM

    Personnellement je ne critiquerai pas le dalaï-lama,mais je suis étonné cependant des critiques fortes à son encontre.
    Certes il est rare d'être unanimement aimé de tout le monde, mais certains maîtres spirituels reconnus, tels Ramana Maharshi,sont appréciés par tout le monde.
    Que soit vénéré le Maharshi, lumière d'amour et d'espoir pour notre civilisation.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous6:06 PM

      Parce qu'il y a des personnes meilleures que d'autres, et qu'elles récoltent le fruit de leurs attitudes :-)

      Delete
    2. Anonymous8:39 PM

      Comme tout être humain, le dalai lama avait à sa naissance un certain éventail d'opportunités.

      Il ne peut toutefois être tenu responsable de l'éducation foncièrement stupide qui a gonflé son ego depuis l'enfance pour finir par en faire le pitre suffisant pro-américain qu'il est ensuite devenu.

      Il constitue également une preuve vivante, une de plus, que l'action politique corrompt tout homme. Il lui était pourtant assez difficile d'échapper à son destin.
      Mais nul n'est ici préposé à la pesée de son âme.

      Quant à son parcours d'homme public, par contre, et surtout ses prises de position sur la scène internationale, tout citoyen de la Terre est en droit de conclure qu'il s'agit d'un "sacré crétin".

      Maharshi fut bien plus heureux dans ses choix de vie. Indéniable. Peut-être avait-il aussi plus de liberté.

      Jésus, lui aussi, se vit offrir l'opportunité d'une carrière politique ... qu'il refusa catégoriquement.
      "Mon royaume n'est pas de ce monde."
      Le dalaï ama serait bien inspiré de méditer cette phrase. Il n'est jamais trop tard.

      Le dalaï lama ne joue évidemment pas dans la même catégorie que ces deux maîtres spirituels hors du commun.
      Il s'inscrit dans celle des clowns du show-biz. Du folklore religieux banal dans tout son grotesque bigot.

      Une médaille siérait à merveille à ce paon safrané. Cela compléterait sa roue.

      Il reste, rappelons-le, le seul représentant religieux ou politique à avoir ouvertement participé à la promotion du transhumanisme : voir l'épisode mémorable de sa compromission dans le projet éminemment spirituel "Avatar 2045", destiné à servir les fantasmes délirants de vie éternelle de quelques milliardaires lobotomisés (et en coulisses, le développement de la cybernétique à portée militaire).

      S'il n'était instrumentalisé par la CIA pour la lutte idéologique anti-communiste, personne su Terre ne connaîtrait ce curé de province. Qui connaît ici les autres chefs religieux bouddhistes ?
      Un pur produit marketing américain.
      Par ailleurs, dans son propre pays natal, il est loin de faire l'unanimité.

      Quoi qu'il en soit, la spiritualité authentique n'a que peu à voir avec les distributions de médaille et tout ce cirque pathétique tibétain.
      Bavardages people et temps perdu.

      Delete
  9. Anonymous9:52 PM

    Personne ne cherche bien sûr à peser l'âme du Dalaï Lama. Qui lui serait d'ailleurs assez intime pour percer le jeu de rôle de ce professionnel de la parade médiatique ?
    Le respect du protocole participe de son éducation comme de celle d'un noble. Il maîtrise tous les artifices comportementaux et interpersonnels. Toutes les poses et postures. Tous les mimes. C'est son métier.

    Sa photo sur la couverture d'un dico de langue française, le Larousse, alors qu'il n'est qu'un pur produit marketing américain au service de l'impérialisme de l'once Sam, atteignait déjà le comble du malsain, témoignant ainsi d'une époque sombrant dans une décadence culturelle et spirituelle lamentable.

    Cette médaille, ostentatoire à l’excès, ne peut évidemment s'adresser à l'inconnu qui se cache derrière le costume de l'acteur. Nul se sait qui il est. Le sait-il lui même ?

    Cette médaille (qui comme toute médaille tient de la parade du paon plus que de la dignité de l'homme) s'adresse à l'oeuvre publique de ce zélé fonctionnaire du gouvernement américain.
    Gratifier d'une "médaille de la liberté", un fonctionnaire obéissant, lâche et complice d'un gouvernement corrompu jusqu'à la moelle ... c'est là que se situe le très très gros problème.

    Le pauvre type sans personnalité, sans originalité et sans esprit qui se cache derrière cette mise en scène pathétique, tout le monde s'en fout ... à tort ou à raison.
    Sa responsabilité personnelle ne regarde que sa propre conscience ... s'il lui en reste une !

    Tenzin Gyatso, s'il te reste encore une bribe de conscience humaine, jette ton masque et demande pardon à ton peuple et à l'Humanité pour ton parcours existentiel lamentable.
    Et surtout pour ta monstrueuse complicité dans la promotion du transhumanisme.
    Pantin !

    ReplyDelete
  10. Anonymous7:41 AM

    Concernant les "synchronicités" ...

    L'article de Wikipédia sur le personnage de Heinrich Harer, ancien nazi (reniant officiellement son passé mais suspecté du contraire), collaborateur à l'éducation du dalaï lama dès l'âge de 14 ans (âge de la découverte rebelle des interdits), suffit à inviter au moins à l'interrogation sur cette image auréolée du chef tibétain.

    Heinrich Harer semble avoir été un des acteurs du projet d’exil du dalaï lama, après l’invasion chinoise.

    "Selon l'historien américain et spécialiste de la Chine et du Tibet Tom Grunfeld, Heinrich Harrer fut l'un des intermédiaires dans les tractations secrètes qui se déroulèrent entre le dalaï-lama et le ministère américain des affaires étrangères jusqu'en 1952, après que le gouvernement des États-Unis eut décidé d'empêcher la mainmise sur le Tibet de la République populaire de Chine, nouvellement proclamée le 1er octobre 1949. Les États-Unis tout d'abord se proposèrent d'extraire le dalaï-lama de Lhassa puis, lorsque le chef des Tibétains se fut réfugié à Yatung en 1951, essayèrent de lui faire franchir la frontière, mais ces projets avortèrent devant les réticences de la partie tibétaine à la perspective de voir l'intégrité religieuse du Tibet atteinte par l'exil du dieu-roi."

    Le gouvernement tibétain en exil s’est obstiné depuis à effacer toute référence à l’influence de personnages douteux ayant trempé dans le nazisme.
    Il a focalisé notamment l’attention sur un autre nazi, Ernst Schäfer, qui lui n’a pas eu de contact avec le dalaï lama.

    Heinrich Harer, pour sa part, rencontra le jeune dalaï lama (dès 14 ans) quotidiennement pendant deux ans.
    Harer, qui renia publiquement le nazisme (un peu facile !) garda notoirement un goût prononcé pour des projets eugénistes (l’affaire de l’adoption de jeunes tibétains en exil à des fins suspectes).
    Relation édulcorée par Hollywood (temple des lobbies satanistes californiens) dans le film « Sept ans au Tibet ».

    Savoir que les relations entre le gouvernement américain et le gouvernement tibétain en exil furent chapeautées au départ par un ancien nazi (officiellement converti ???) invite à prendre de grandes précautions quant à cette "aura de sainteté" que le marketing des USA s’est employé par la suite à développer autour de l’image aseptisée de ce pantin du showbiz pro-libertaire américain.

    Quant aux gesticulations médiatiques tapageuses du dalaï lama, elles ont surtout servi l’image de l’idéologie libertarienne américaine face à l’idéologie communiste chinoise. Ces perpétuelles fanfaronnades maladroites et stupides eurent par contre de graves répercussions sur la répression violente vécue par le peuple tibétain, resté courageusement sur place.

    Les ambitions premières de la Chine étaient strictement économiques et minières ; la répression religieuse et idéologique ne constituait en rien une priorité. C’est la diplomatie imbécile du dalaï lama qui a obligé la Chine à faire taire alors les revendications politico-religieuses, attisées de l’extérieur (un peu facile et lâche surtout !) par ces curés braillards entourant ce petit "dieu incarné".

    Ce n’est pas à ce fanfaron embourgeoisé du showbiz américain qu’il faut donner une médaille.
    C’est au peuple tibétain autochtone qui a subi l’oppression de trois monstrueux foyers d’imbécilité politique humaine :
    - le gouvernement chinois,
    - le gouvernement américain,
    - le gouvernement tibétain en exil.
    Le tout agrémenté de l’influence en coulisses d’un ancien nazi (prétendument converti).

    Tenzin Gyatso, quel cynisme doit être le tien pour que tu oses encore faire le paon sur la scène médiatique internationale.
    Pitoyable.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous7:46 AM

      Sans oublier l'oppression multiséculaire du gouvernement religieux tibétain autochtone avant l'invasion chinoise et la fuite !

      Delete
  11. Anonymous10:18 AM

    Le dalaï lama, proclamé officiellement "soldat de l’armée américaine".

    Comme son nom ne l’indique pas, cette "médaille de la liberté" ne se rapporte en rien au couronnement d’une œuvre spécifiquement philosophique ou spirituelle. Encore une entourloupe du showbiz américain.
    Il s’agit clairement d’une distinction militaire octroyée à un civil.

    "La médaille de la Liberté (Medal of Freedom) est une prestigieuse décoration militaire attribuée par le président des États-Unis d'Amérique pour récompenser les services rendus par des civils à la nation." (Wikipédia)

    Autres récipiendaires célèbres : le philosophe Sidney Hook (défenseur du pragmatisme) ou l’économiste Milton Friedman (défenseur du libéralisme).
    Rien à voir donc avec une œuvre aux dimensions spirituelles. Du matérialisme de bas étage à la sauce américaine.

    Cela situe tout de suite dans quelle mare patauge le dalaï lama.

    Sa vie n’a jamais servi le bien-être de son peuple, bien au contraire.
    Par ailleurs, il apparaît de très mauvais goût de faire allusion à la "liberté" alors que ni le dalaï lama ni l’armée américaine n’ont jamais "libéré le Tibet", lequel restera encore longtemps sous domination chinoise.
    Le peuple tibétain a été instrumentalisé, depuis la guerre froide, pour servir l’idéologie impérialiste américaine et pour redorer le blason d’un gouvernement religieux archaïque, en fuite (beau courage), qui n’oppressait auparavant pas moins son peuple que ses successeurs chinois.

    Jean-Pol II, Lech Walessa, Gorbatchev, par exemple, sont des personnages qui ont réellement libéré, dans les faits, l’ancien bloc de l’Est du totalitarisme soviétique.
    Evidemment, cela n’a pas jusqu’ici servi explicitement les intérêts américains.
    Cette "libération" post-communiste n’est pas non plus paradisiaque. Cela a donné naissance dans ces pays à un capitalisme sauvage dominé par des organisations mafieuses et le lobbying des multinationales.

    D’ailleurs, que se passerait-il si le Tibet était "libéré" par les USA et le dalaï lama ? La même chose.
    Le spirituel Tibet des cartes postales deviendrait un Disneyland des montagnes, envahit par les multinationales et le capitalisme sauvage à l’américaine.
    Les réserves minérales ne seraient pas confisquées au peuple local par le gouvernement chinois mais par les multinationales américaines, comme cela se passe dans toutes les zones sous influence du libéralisme économique radical.

    Avez-vous déjà entendu parler de ce merveilleux pays, libéré par l’armée américaine, l’Irak ?

    Voilà ce qui se cache derrière ce marketing d’escrocs que constitue cette niaiserie de "médaille de la liberté".

    Consternant.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous10:29 AM

      Jean-Paul II, désolé Popol pour l’orthographe.
      Ces trois personnages de l’ex-bloc de l’Est ne sont pas des fugitifs, ils ont mené leur combat avec courage de l’intérieur ...jusqu’à ce que celui-ci aboutisse.
      Tout le contraire de cette starlette des podiums en costume safrané, lèche-botte de l’oncle Sam.

      Delete
  12. Anonymous11:19 PM

    Tarifs événement synchronisfrique des 24 et 25 Octobre 2015 à Paris :
    Tarifs laissés à votre discrétion Ticket valable tout le week-end Ticket pour une seule journée
    Tarif Supérieur 150€ 100€
    Plein tarif 90€ 60€
    Prix réduit 50€ 30€
    NO COMMENT

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous10:48 AM

      Si, j'interprète tout de même :
      "Tarifs laissés à votre discrétion" = on est libre de laisser plus que le tarif plancher indiqué - je pense que c'est ce qui est sous-entendu, sinon je vois pas - pour être discret, c'est discret !
      Le vieux lama angevin d'adoption - 89 ans - que l'on désigne par la marque de son caleçon - Son Eminence... - a fréquenté Rockefeller et se prend maintenant pour le Roi d'Chine (= Rotschild).

      Delete
    2. Anonymous10:54 PM

      Rothschild et Rockefeller dans le rôle des deux larrons du terme du temps des deniers.
      Le casting est presque complet.
      Bientôt le temps des coupes.
      Il y a du mouvement à Orval. Serait-ce un signe ?
      :-)

      Delete
    3. Anonymous7:10 AM

      Le dimanche 28 juin de cette année, peu après le solstice d’été et la fête de la Saint-Jean, Tenzin Gyatso s’est permis d’aller faire le paon sur les scènes du festival de Glastonbury.
      Le choix du dimanche révèle déjà un sens du tact œcuménique douteux sinon un goût pour la provocation.
      De surplus, cette présence orgueilleuse et ostentatoire sur ce site initialement lié à la mythologie du graal, d’autant plus à cette période relative à cette même symbolique et également à l’ésotérisme johannique, témoigne manifestement d’une tendance marquée à la contre-initiation.
      Ces gesticulations prétentieuses sont diamétralement opposées à l’humilité enseignée par la symbolique de la dame à l’enfant, symbolique associée à cet ésotérisme (femme, voici ton fils ; Jean, voici ta mère).
      Outre ces fanfaronnades ridicules de starlette, le prénom Jean n’étant pas non plus le prénom de baptême de Tenzin Gyatso, il apparaît assez peu probable que ce bigot à paillettes ait été désigné pour l’initiation au graal.

      La sagesse la plus élémentaire aurait alors invité ce pitre à rester chez lui à méditer sur la mise en garde du "siège périlleux" plutôt que de se comporter en paon ridicule.

      Si ce clown des montagnes s’imagine que sa sorcellerie de bazar puisse faire le poids face au rouleau compresseur archétypal du graal, il va être déçu.
      Première mise en garde.

      Delete
  13. Anonymous11:34 PM

    Nul ne peut servir Dieu et Mammon.
    Ayant éliminé la première option, le choix devient restreint.
    :-)

    ReplyDelete
  14. Anonymous12:53 PM

    Voici une citation témoignant manifestement de la schizophrénie de son auteur, le dalaï lama.

    "Certains regardent la vase au fond de l'étang,
    d'autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l'eau,
    il s'agit d'un choix."

    Ceci constitue un protocole d’observation de l’être pouvant se résumer par la métaphore "regarder avec des œillères".
    Ce principe niais constitue le meilleur moyen de ne voir que ce que l’on a envie de voir.
    L’antithèse de l’ouverture d’esprit, de la curiosité et de l’esprit critique.
    Trois facultés mentales essentielles au sage véritable pour appréhender l’être sans a priori dans son entièreté.

    Le dalaï lama, appliquant aussi cette méthode réductrice à l’observation de sa propre image dans le miroir, s’ouvre alors lui-même les portes de la suffisance narcissique, qu’il étale médiatiquement depuis des lustres.

    C’est selon cette méthode débile qu’il finit par se considérer lui-même comme un "lotus", se goinfrant dès lors de titres grotesques à majuscules et à la troisième personne (Sa Sainteté, etc.) ... et qu’il devient suffisamment myope quant à la "vase" contre-initiatique de la maçonnerie luciférienne américaine dans laquelle il patauge depuis un demi-siècle.

    Non, Tenzin Gyatso, tu es dans l’erreur !
    Une monstrueuse erreur que ton ego surdimensionné ne peut pas, ne veut pas voir.

    Le sage véritable ne porte aucune œillère.
    Il observe toute la mare sans a priori.
    Il y voit le lotus, la vase, l’eau et encore et encore ... et il sait qu’il ne peut tout voir.
    Alors il continue de regarder, encore et encore.
    Jamais il ne se lasse.

    Ta maxime à trois balles, Tenzin Gyatso, n’est que le reflet de tes préjugés bigots et de ton indéniable paresse intellectuelle.

    Facile de renier le mental quand on est initialement sot !
    Nul sage ne renie le mental, il cherche à en user à bon escient.
    Ceci distingue la sagesse de la bigoterie et de la suffisance.

    Tenzin, profite de ton repos forcé pour commencer à user du mental ... pour sagement réfléchir.
    Il n’est jamais trop tard !
    Et surtout, cultive la vertu du silence, tu diras moins d’âneries.
    Moine bigot et suffisant.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous2:53 PM

      Ce principe schizoïde peu inspiré est aussi celui qui soutient la bigoterie libertaire du "rêve américain".
      Asinus asinum fricat.
      :-)

      Delete
    2. Anonymous2:55 PM

      ... et la philo-bonheur de F. Lenoir !
      Préparons du foin pour l'hiver.

      Delete
  15. Anonymous8:12 AM

    Durant des siècles, les hauts dignitaires du lamaïsme ont vécu comme des "lotus" pendant que le peuple tibétain souffrait dans la "vase", jusqu’à rêver d’un paradis chinois.

    L’armée américaine a plongé le peuple irakien (entre autres) dans la "vase" pour lui confisquer ses ressources naturelles, afin que ce petit "lotus" d’ado américain bourgeois pilote une voiture dès l’âge de 16 ans pour aller s’acheter un hamburger au fastfood du coin.

    Aujourd’hui, 1 pourcent de la population planétaire s’accapare la moitié des ressources du globe pour vivre en "lotus", pendant que les 99 pourcents restants se partagent les miettes pour patauger dans la "vase".

    Ces inégalités monstrueuses ont-elles jamais posé problème aux lamas ?
    Ces situations humainement révoltantes ont-elles jamais invité un lama au questionnement éthique ?

    Que nenni !
    La grande sagesse tibétaine enseignée à Tenzin Gyatso détient la solution miracle à ces constats dramatiques ...

    "Certains regardent la vase au fond de l'étang,
    d'autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l'eau,
    il s'agit d'un choix."

    C’est ce genre de choix éminemment spirituel qui est récompensé par la "médaille de la liberté".
    Selon cette optique, Tenzin, tu mérites mille fois cette décoration de paon omniscient.

    La sagesse-panacée enseignée par l’éducation lamaïste resplendit d’intelligence.
    Pour dissiper les problèmes humains planétaires, il suffit de mettre des œillères, de s’abandonner au cynisme le plus froid, de se compter les chakras et de pratiquer la méditation de la "pleine conscience" ... la pleine conscience de son propre nombril mais la stricte ignorance d’autrui.

    C’est un choix !

    Personne sur Terre ne croupit dans la "vase", surtout pas des suites du cynisme de l’impérialisme américain ... puisque le gouvernement tibétain en exil vit en "lotus" dans son cocon doré, sous la protection américaine. CQFD.

    Tenzin Gyatso, quand une institution aussi farfelue que la lignée des dalaïs lamas avorte d’un génie de ton envergure, n’est-il pas plus sage d’y mettre un terme définitif ?
    Faut-il encore te souffler la réponse ?


    Pitoyable.

    ReplyDelete
  16. Anonymous8:50 AM

    Siddhârta, le fondateur de la dérive psychotique (maintenant avérée) et pseudo-spirituelle bouddhiste, a pondu un jour, par un magistral élan de génie, une théorie de la coproduction conditionnée des états de conscience ... dans laquelle la structure neuronale du cerveau n’apparaît même pas ! La belle farce.

    Le développement des sciences cognitives et l’étude du cerveau ont depuis démontré de manière éclatante le ridicule de cette théorie archaïque naïve.

    Mais cela n’empêche en rien le bigot bouddhiste contemporain de persévérer à considérer les inepties de Siddhârta comme l’expression de "l’omniscience" de son auteur.
    Consternant de crédulité et révélant un mental manifestement obtus chez l’adepte ainsi endoctriné et formaté.

    Tenzin Gyatso, persistant à adhérer à ces dogmes bouddhistes aussi grossiers qu’anachroniques, témoigne ainsi du fait qu’il semble ne pas avoir reçu toutes les pièces de son kit cérébral ou alors qu’il n’en a pas bien lu le manuel de montage.

    A l’époque de L’IRM (imagerie par résonnance magnétique), continuer à adhérer aveuglément à ces dogmes obsolètes des traditions bouddhiques démontre non seulement une tendance à l’archaïsme mais surtout un manque total de lucidité et d’esprit.

    Cela vaut bien la peine d’avoir mis, ici en Europe, des siècles à se débarrasser des multiples superstitions catholiques, comme le géocentrisme, pour se laisser berner à nouveau par ces superstitions religieuses d’un autre âge issues d’Asie.

    On comprend mieux pourquoi ces traditions anachroniques s’opposent tant à l’usage du mental. Cet usage pertinent du mental démontre à tout être doté d’intelligence que ces vieilles superstitions bouddhiques ne sont que chimères et manipulations religieuses.

    Ce vieux moine bigot, Tenzin Gyatso, adhérent encore ouvertement à ces vielles superstitions asiatiques se ferme évidemment, par son mental dogmatique radicalement obtus, tout accès à une spiritualité intelligente et saine.

    Tenzin Gyatso constitue-t-il une référence fiable dans le registre de la spiritualité contemporaine ? Certes non, il préfère suivre l’égarement dogmatique de psychopathes comme Siddhârta.

    Mérite-t-il, par contre, une médaille militaire pour services rendus à l’impérialisme américain ? Certes oui, mille fois.

    ReplyDelete
  17. Anonymous11:29 AM

    Dans les répliques célèbres, rappelons cette mémorable et pertinente création du dialoguiste Michel Audiard.
    "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît." ("Les Tontons Flingueurs")

    La roue de paon de Tenzin Gyatso, un jour traditionnel de recueil dominical, sur le site de Glastonbury, intimement lié à la mythologie du graal, illustre à merveille cette maxime pleine de sagesse.

    Père, pardonne-lui, il ne sait pas ce qu’il fait.
    Quel pitre !
    :-)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous12:59 PM

      Un tel fossé culturel nous sépare : par exemple, S.S. ne sait même pas ce qu''est une "pizzeria" !
      https://www.youtube.com/watch?v=BNw_eeH2Tp8
      La blague repose sur le double sens de l'expression "Make me one with everything" = "Confectionnez-m'en une (pizza) avec tous les ingrédients" / "Unissez-moi au Tout", selon le contexte...
      Ceci dit, LE CORAN = MEIN KAMPF, ce qui ne vaut "guerre" mieux.

      Delete
    2. Anonymous7:53 AM

      Si votre but est de tourner l'islamophobie obsessionnelle en dérision, vous êtes sur la bonne voie.
      Continuez à la servir en majuscules à toutes les sauces et hors propos (ici, le propos était le bouddhisme) ... vous deviendrez ainsi tellement agaçant que ceux qui cherchent un bouc émissaire à leurs frustrations quotidiennes prendront pour cible les islamophobes et non les islamistes.
      En outre, vos interventions répétitives peu originales et grossières finissent par associer l'islamophobie au manque de finesse d'esprit.
      Peut-être est-ce là votre intention ...

      Delete
    3. Anonymous8:16 AM

      Si vous persévérez dans vos interventions obsessionnelles déplacées, on sera en droit de conclure que vous êtes un agent du Hamas. Si vous ne l'êtes pas, ce mouvement n'aura nul besoin d'envoyer un tel agent ... vous faites le boulot à sa place.

      Si vous avez un avis pertinent sur le bouddhisme, il est le bienvenu.

      Delete
    4. Anonymous11:29 AM

      Bien sûr que, moi aussi, j'ai un avis sur tout ! Pour qui me prenez-vous ?
      Mais encore faudrait-il savoir à quel bout d'isthme vous faites allusion : Corinthe, Suez, Panama... Que sais-je encore : un bout d'isthme de l'encéphale, de l'utérus (sans vouloir être grossier)...
      Par contre, je vous remercie pour vos encouragements ("vous êtes sur la bonne voie", "continuez", "vos interventions [...] votre intention", "persévérez dans vos interventions", "vous faites le boulot", "bienvenu"), compliments auxquels, venant de Vous, j'ai été particulièrement sensibles.
      J'en prendrai donc prétexte pour servir à votre demande et en majuscules le rapprochement suivant : ALLAH = HITLER.
      En fait, j'appelle de tous mes voeux l'émergence d'une nouvelle religion : le Bouddhislam. Merci de votre attention et de votre intuition.

      Delete
    5. Anonymous12:24 PM

      Mais encore ...

      Delete
    6. Anonymous2:42 PM

      Le mental use des mots pour faire des jeux de mots.
      L'esprit use des mots pour porter des idées.
      Certains se cantonnent au premier usage ... par choix ou pas ...

      Delete
    7. Anonymous2:50 PM

      Cela me rappelle le cancre du fond de la classe qui, ne comprenant rien au fond du discours du prof, occupait son temps, par défaut et pour soigner ses frustrations égotiques, à faire des blagues très subtiles sur la seule forme du discours.

      Delete
    8. Anonymous2:59 PM

      J'ai revu ce cancre, des années plus tard. Il n'avait pas évolué. Il fonctionnait pareil au bistrot du coin.

      Delete
    9. Anonymous7:12 PM

      Oui, je crois que je l'ai connu moi aussi : il ne s'appelait pas Robert Redeker ? Quoi que... Cela m'étonne tout de même que vous ayez pu avoir un prof de philo dans vos relations !
      http://www.dailymotion.com/video/x4xad2_appel-priere_fun
      Et puis, les Syriens ( = "rien" x 6), c'est quand même des pas grand-chose ; tandis que les jeunes Syriennes à forte poitrine, bien ferme, .. genre la Petite Syriène de Copenhague.
      En ce qui concerne mon esprit, est-ce ma faute à moi s'il est situé plus bas que la ceinture ? C'est ce qui fait sa force de pénétration.
      (tapé sur mon portable depuis le bistrot du coin de la rue qui tourne)
      Pour rappel : https://www.youtube.com/watch?v=P4wLy7e-L7U
      LA MECQUE = AUSCHWITZ

      Delete
    10. Anonymous6:52 AM

      Exaltation du mental (Paul Diel) pour masquer une fragilité structurelle du moi. Affleurement de pulsions primaires incontrôlées, tendances paranoïdes avec focalisation obsessionnelle sur un bouc émissaire, ... La personnalité narcissique (Otto Kernberg).
      Anthropologiquement, ceci invite d’une part à étudier globalement la xénophobie comme symptôme de troubles psychiques sous-jacents.

      Sous un autre regard.
      Si vos interventions exubérantes et hors propos ne constituent pas une mise en scène (cachant d’autres intentions) mais une expression naturelle, elles expriment alors inconsciemment un appel à l’aide.
      Une pratique sociale associée à l’éthylisme ne réglera pas vos problèmes (sinon temporairement et en apparence) et ne vous aidera pas à retrouver l’équilibre. La xénophobie, non plus.
      Il vous serait plutôt recommandé de rencontrer une personne d’expérience qui serait en mesure de vous apporter un soutien thérapeutique adéquat.

      Quant à vos blagues de comptoir, elles expriment un humour assez lourd et sans grand intérêt. Vous gagneriez à économiser la batterie de votre portable.

      Bien à vous.

      Delete
    11. Anonymous7:09 AM

      Je vous invite à relire le poème "Le cancre" de Prévert ... jusqu’au bout.
      "... avec les craies de toutes les couleurs
      sur le tableau noir du malheur
      il dessine le visage du bonheur."

      Vous semblez avoir une fâcheuse tendance à lire les textes, comme le monde, avec des œillères.
      Par ailleurs, le grand poète Jacques Prévert luttait déjà contre les préjugés xénophobes de son temps.
      Lisez tous ses poèmes ...

      Et parlez-en ensuite avec votre thérapeute.

      Delete
    12. Anonymous8:41 AM

      Wikipédia.
      "En France, le droit pénal réprime les actes qui sont une manifestation de racisme.
      La loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 et le code pénal répriment différents agissements considérés comme racistes. La diffamation raciste constitue un délit pénal depuis 1881."

      Delete
    13. Anonymous8:58 AM

      Si Robert Redeker peut jouer, abusivement, la carte de l’argument d’autorité en agitant son agrégation de philosophie ... ses prétendus élèves et admirateurs témoignent par contre (déjà par leur absence d’à-propos et leurs tendances au réductionnisme) manifestement de ses aptitudes pédagogiques discutables et surtout, ces fantaisistes ôtent toute crédibilité éventuelle à son discours.
      Pauvre philosophie française.

      Delete
    14. Anonymous9:58 AM

      Une laïcité philosophiquement bornée, imposant aux rouages de l’enseignement un paradigme hybride de scientisme matérialiste primaire (inspiré des superstitions de l’atomisme et du spatialisme quantique), de phénoménologie de salon ou de constructivisme d’apprenti bricoleur, ferme ainsi à son programme éducatif la porte à tout discours critique, rationnel et intelligent sur des catégories ontologiques comme celle des noumènes.
      Cette position gravement irresponsable tient d’un déni névrotique (ou psychotique) entretenu, en réaction, par des siècles d’abus cléricaux et aucunement de l’usage de la raison.
      Ce discours sur les noumènes est alors abandonné lâchement à la sphère privée où toutes les dérives restent possibles ... comme le prouve l’actualité.

      L’origine officielle dogmatique du Coran est un noumène : l’archange Gabriel (Jibril).
      Une ontologie laïque qui nie, sans démonstration, toute réalité aux êtres appartenant à des catégories ontologiques comme celle des noumènes ou s’abstient à leur propos de toute position métaphysique, selon les seuls mécanismes psychiques de déni et à l’encontre de tout discours rationnel, fait preuve ainsi d’une absence flagrante de sens des responsabilités.
      Elle se décrédibilise ainsi quant à sa pertinence politique, éducative, culturelle, philosophique et civilisationnelle.
      Elle ne remplit plus les fonctions qui lui sont assignées par l’Histoire.
      Elle s’expose ainsi à se voir confrontée tôt ou tard à des mouvements religieux ou autres, légitimes ou non, se présentant alors comme acteurs par défaut de ces fonctions essentielles non assumées par la laïcité.
      Ces fonctions sociétales primordiales sont ainsi abandonnées aux aléas de l’Histoire et de tout groupuscule.
      L’antithèse du fonctionnement d’une civilisation.
      Une telle laïcité, politiquement tronquée par les utopies pubères et irresponsables du GODF, notamment, constitue le chemin le plus sûr d’un retour à une prochaine barbarie.

      Tant que le GODF interdira dogmatiquement et stupidement à l’Education Nationale tout discours philosophique intelligent (et non inspiré d’un matérialisme anachronique) sur les noumènes, dans un cadre non confessionnel éducatif intelligent, tout espoir civilisationnel partira en fumée.

      Aucune civilisation de l’Histoire humaine ne s’est jamais dispensée d’un discours intelligent sur l’ontologie et notamment sur les noumènes. C’est justement ce discours qui est civilisateur.

      Le dalaï lama non plus n'aidera en rien, au contraire, on s’en doute. :-)

      Delete
    15. Anonymous10:05 AM

      La conférence est terminée.
      Le bar est ouvert ... avec son lot de jeux de mots et autres bonnes blagues. :-)
      Bonne soirée à tous.

      Delete
    16. Anonymous11:17 AM

      Et si vous alliez vous faire blanchir l'anus ?

      Delete
    17. Anonymous7:29 PM

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Blanchiment_anal
      Au lieu de vous réfugier derrière l'Institution psychiatrique (6:52 PM et 7:09 PM) et judiciaire (8:41 PM), ou votre ignorance (7:09 PM et 8:58 AM) : "Sur le plan philosophique et politique, Jacques Prévert est avant tout un libertaire ; c’est à-dire, fondamentalement, un imbécile" (Michel Houellebecq, in JACQUES PREVERT EST UN CON) ; ""L'idée de progrès nous contraint à tout accepter" (Robert Raide d'Equerre).
      Quand à G. RAISON (9:58 AM), il a encore oublié de prendre ses médocs, le GODFazor, et nous mène à nouveau en bateau : il reconnaît lui-même que ses difficultés conjuguales, c'est la honte au logis.
      Heureusement que les musulmans sont là pour secouer l'ORDRE établi par la World (Center) Company, parce qu'il fallait compter que sur Placid & Muzo !
      N'empêche : RAMADAN = OKTOBERFEST (c'est surtout ça que je tenais à ajouter)
      "Le bar est tout vert" ? Tant mieux : ALLAH ETOBAR. C'est ça : va donc te coucher... chien d'infidèle.

      Delete
    18. Anonymous6:20 AM

      Merci du conseil. Dorénavant, je me réfugierai derrière Maître Robert, les copier-coller, les vidéos people, la grossièreté et les jeux de mots de bistrot.
      Nous serons ainsi deux ados à avoir la lâcheté de ne pas exprimer d'avis personnel réfléchi dans la sérénité adulte.
      Quand vous trouvez un psy pour régler tout ça, vous me donnez son adresse.
      Encore merci pour vos apports constructifs.

      Delete
    19. Anonymous6:24 AM

      La pathologie du narcissisme inclut aussi la projection sur autrui de ses propres lacunes.
      Continuez votre jeu projectif que l'on en apprenne encore un peu plus sur vous-même.
      Merci.

      Delete
    20. Anonymous6:49 AM

      C'est pas faux ^^

      Delete
  18. Anonymous2:49 PM

    Excellent !
    :-))
    In the Ocean of Compassion, the bouddist center in the sillicon valley, His Hollyness asked to make one with fishes and prawns.
    :-)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous2:56 PM

      Sûr qu'à un tel niveau d'innocence, il ne doit pas être bien méchant.
      Quoi que ... les apparences ...
      Sinon, du pain béni pour la CIA.

      Delete
    2. Anonymous3:20 PM

      Cette fantaisie alimentaire n'a pas plus à Paul, l'ex-chanteur des scarabées,
      Un peu de respect pour ces petites bêtes.

      Delete
    3. Anonymous3:22 PM

      Pas "plu" ... ni plus, ni moins.

      Delete
  19. Anonymous7:24 PM

    Salut
    J'ai un avis sur le bouddhisme, c'est, qu'en réalité, il n'existe pas ^^

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous8:28 AM

      Vous avez donc réalisé la grande vacuité. :-)
      La porte vous est ainsi ouverte à l'étude de la réalité relative et de catégories ontologiques non phénoménales comme les noumènes.
      Ces catégories dépassent les notions telles que existence/non existence ou réalité/non réalité.
      La rhétorique de la vacuité n'y est plus valide.

      Bonne continuation.

      Delete
    2. Anonymous5:43 PM

      C'est un peu technique tout ça ^^. Non, vraiment, il n'y a rien à réaliser. Quoi de plus simple que d'être naturel ?
      Le seul "problème" (qui n'en n'est pas un en fait) c'est l'imagination, le mental fantasmagorique. Une fois compris cela, laissez aller, ça se fait tout seul :-)

      Delete
    3. Anonymous10:45 PM

      Lumière !
      L'évolution de la vie a dû en effet se tromper, depuis des millions d'années (!), dans la longue évolution du cerveau.
      Heureusement qu'une poignée de sages omniscients japonnais (suivis par la mode new age) ont inventé le satori pour nous ramener à un stade archaïque libéré du mental, celui de l'huître.
      Merveilleux Japon.
      Le new age a d'ailleurs bien compris que la régression biologique radicale et le déni du mental étaient un accomplissement ... pour mieux se faire entuber par le N.O.M., qui lui ne se dispense sûrement pas du mental.

      Le pire fruit de l'imagination est manifestement l'informatique. Fuyons nos claviers. Vade retro ...
      Éteignons tous nos P.C., créations diaboliques de l'imagination et allons planter des choux avec les Amish.

      C'est fou le nombre de personnes qui passent leur temps à nier le mental ... sur leur ordinateur !
      La négation du mental inonde Internet. Paradoxal et amusant.
      Surtout du grand n'importe quoi comme discours. N'est-il pas ? Du new age pure tradition.

      Ne cherchez pas à contredire, vous tomberiez dans le piège du mental ... et surtout, n'oubliez pas de fuir votre ordinateur.
      :-)

      Delete
    4. Anonymous10:58 PM

      L'informatique et ses produits ne sont déjà pas très "naturels".
      Quant à laisser aller ... c'est tout ce qu'attend le N.O.M.
      C'est beau l'utopie mais attention aux lendemains qui déchantent.
      S'il suffisait de laisser aller ... l'humanité l'aurait compris depuis des millénaires. Si cette attitude n'est pas universelle, c'est tout simplement parce que c'est bidon. Du vent. Du discours gratuit. Du new age.
      Mais les adeptes new age sont évidemment plus perspicaces que tous ceux qui les ont précédés ... et en se dispensant du mental. Pour gober celle-là ...
      :-)

      Delete
    5. Anonymous8:54 AM

      Voici un petit jeu.
      Dites-vous que la gravitation qui nous cloue au sol est une création du mental, de l'imaginaire des physiciens. En réalité, elle n'existe pas.
      Vous envolez-vous ou restez-vous au sol ?
      Dans le premier cas, votre solution consistant à nier le mental et l'imaginaire est bien la solution à tout.
      Sinon, cette théorie est bidon. Du new age.
      Dites-vous aussi que certains inventeurs ont usé du mental pour réussir, eux, à échapper à la gravitation et à s'envoler.
      Un jour, vous comprendrez également que la vie ne s'est pas trompée depuis des millénaires mais que ce sont une poignée d'auteurs new age qui racontent n'importe quoi pour vendre des livres et des séminaires ... très chers.
      Et ces marchands de fausses théories ne se les appliquent pas à eux-mêmes. Ils usent en effet de leur mental pour compter les sous qu'ils amassent sur le dos des personnes crédules qui gobent leurs théories.
      :-)

      Delete
    6. Anonymous9:10 AM

      L'ensemble des médias, sous toutes ses formes actuelles ou passées, même le langage ordinaire oral, ne sont rien d'autres que des créations du mental.
      Les personnes qui tiennent un discours (donc mental) sur la négation du mental démontrent déjà l'absurdité de cette théorie par ce simple usage de la langue.
      Lorsqu'elles écrivent ce discours (sur papier ou sur clavier), elles exercent des fonctions mentales encore plus complexes ... la lecture et l'écriture sont de longs apprentissages du mental.
      Quand elles passent ensuite leur temps sur internet, création du mental par excellence, pour lire et écrire des théories niant l'importance du mental, cela atteint le comble de l'auto-contradiction.
      Du new age.
      Apprenez à vous réconcilier dans la sagesse avec votre mental, dont vous ne vous libérerez jamais (sauf si vous désapprenez notamment à parler), sinon vous allez devenir le jouet de la manipulation des médias et des auteurs de théories bidons.
      Votre mental est votre ami, pas votre ennemi. Libérez-vous de cet endoctrinement new age bidon.
      Certaines personnes ne savent ni lire ni écrire ... demandez-leur si cela les libère ou les enchaîne.
      :-)

      Delete
    7. Anonymous10:04 AM

      Il semblerait bien que le mental, contrairement au discours fallacieux du new age et du N.O.M. qui cherche à transformer les citoyens en moutons (le mental du mouton est peu actif), le mental soit plus un outil de libération que d'esclavage.
      Lorsque l'on cesse l'activité mentale, on devient aussi manipulable qu'un mouton.
      Ne serait-ce pas là le but véritable de toutes ces superstitions new age ?
      La vie du mouton ... non merci.
      :-)

      Delete
    8. Anonymous11:08 AM

      Encore une petite note puis je cesse de vous importuner.
      L'évolution de la vie sur Terre, qui a durant des millions d'années développé progressivement le cerveau des mammifères, est une évolution entièrement naturelle.
      C'est la nature elle-même qui évolue et s'exprime par le développement du cerveau humain.
      Le mental et l'imaginaire sont les fruits d'une évolution naturelle qui se développe depuis des millions d'années ... et ne s'arrêtera pas, malgré les superstitions new age actuelles, mode passagère.
      Les théoriciens omniscients et surtout orgueilleux qui s'imaginent être plus lucides que la vie elle-même sont des ignorants prétentieux qui ne comprennent rien à la vie.
      N'achetez-pas leurs livres. tout n'y est que mensonge et escroquerie.
      Ecoutez plutôt la sagesse essentielle de la vie qui vous a offert la chance d'user de votre mental et de votre imaginaire. Certains êtres n'ont pas cette chance.
      Respectez la vie et ce qu'elle vous a offert, suite à un travail de millions d'années.
      :-)

      Delete
    9. Anonymous11:50 AM

      "puis je cesse de vous importuner" = https://www.youtube.com/watch?v=F-Y3DsLBjZI
      "Merci du conseil." de rien
      "Quand vous trouvez un psy pour régler tout ça, vous me donnez son adresse." Promis !
      "Encore merci pour vos apports constructifs." C'est vrai ?
      "Continuez votre jeu projectif" OK
      "Merci" y'a pas d'quoi.
      "C'est pas faux ^^ " http://www.gemmaline.com/bestiaire/toquerouge.htm = "que l'on en apprenne encore un peu plus sur vous-même" Voilà...

      Delete
    10. Anonymous1:16 PM

      :-)

      Delete
  20. Anonymous4:08 PM

    Vous parlez sans même connaître les gens (je suis l'anonyme de 7:24 PM et 5:43 PM). Où ai-je dit de nier le mental ? Vous interprétez mes dires, les extrapolez (que vous soyez plusieurs ou le même anonyme).
    Pour le reste, j'ai arrêté de vous lire, je m'en fous ^^

    Cordialement.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous6:00 PM

      Vous posez des thèses péremptoires ("en réalité", "il n'existe pas", "vraiment", "il n'y a rien", "le seul", "une fois compris cela", "laissez" à l'impératif) sans démonstration, sans argumentation. Avec une émoticône sympa, soit.
      Ce procédé ne suscite généralement pas une adhésion générale, c'est humainement compréhensible.
      Ces positions correspondent à vos convictions personnelles, cela se respecte a priori, mais si vous les présentez sous cette forme crue, sans les étayer autrement, sur un blog dont les thématiques sont souvent polémiques, elles vont très probablement entrer à un moment ou l'autre en conflit avec celles d'autrui.
      Cela fait partie du jeu.
      Peut-être n'appréciez-vous pas ce jeu ... soit.
      Désolé. Cordialement.
      :-)

      Delete
    2. Anonymous6:21 PM

      Quant au fait de lire les commentaires de votre choix, c'est évidemment votre droit le plus strict. Personne ne vous le conteste. Cela participe de la liberté de la presse, vue du côté lecteur.
      Cordialement.
      :-)

      Delete
    3. Anonymous8:08 PM

      Je ne pose aucune thèse péremptoire, vous interprétez encore. Mais les échanges (et d'internet d'autant plus) sont souvent "trompeurs", on ne lit (ou écoute, entend) que ce que l'on veut bien, n'est-ce pas ? ^^

      Pour le reste ? baratin trop sérieux :-)

      Salut.

      Delete
    4. Anonymous11:12 PM

      Relisez-vous, vous posez les thèses usuelles du new age, à peine déguisées, même si vous ne voulez pas l'admettre ... peut-être involontairement, peu importe. Et ces thèses sont péremptoires car elles envahissent la toile sans démonstration. Une sorte de bruit de fond comparable aux croyances, religieuses ou non.
      Vous ne pouvez le nier.
      On se croirait sur le blog de Lilou Macé. Vous allez taxer cette impression de subjective. Je m'y attends.
      Vous ne répétez pas le sempiternel "lâcher prise", vous usez d'un vocabulaire proche. Vous jouez sur les mots.
      Quant à votre dernière intervention, vous vous débinez encore par une entourloupe verbale.
      Le baratin, par définition est un discours trompeur, le contraire d'un discours sérieux.
      Un baratin ne peut donc être "trop sérieux".
      Vous associez abusivement le sérieux avec la tromperie. Surprenant. Je n’interprète pas, je constate.
      Vous avez raison de dire que les discours sur internet sont trompeurs, surtout les interventions courtes.
      Je vous ai fait remarquer que vos affirmations n'étaient pas étayées d'argumentations, lesquelles permettraient de lever les ambiguïtés du discours. Vous n'en proposez toujours pas.
      Au contraire, vous accusez d'interpréter mais vos commentaires laconiques ne peuvent laisser place qu'aux suppositions.
      Si vous vouliez vraiment couper court à toute éventuelle interprétation, vous ne réduiriez pas vos commentaires à des phrases succinctes non développées et non argumentées. Et lorsque l'on vous signifie que vos phrases ne sont pas suffisamment explicites, vous vous empresseriez alors de préciser votre pensée au lieu de vous esquiver dans des justifications digressives.
      Les échanges d'internet sont trompeurs quand on le veut bien.

      Je conçois que vous adhériez à des croyances non démontrées. Rien ne l'interdit. Pourquoi ne pas simplement l'admettre.
      Ou alors vous vous amusez seulement à émettre des propos aux apparences de sophismes pour vous distraire ou dans le seul espoir que l'on vous dise "oui".
      Si cela peut vous contenter, alors :
      oui, le bouddhisme n'existe pas,
      oui, il n'y a rien à réaliser,
      oui, le seul problème, c'est l'imagination, le mental fantasmagorique,
      oui, en laissant aller, "ça" (quoi ???) se fait tout seul.
      Oui, mille fois oui, si cela peut vous faire mille fois plaisir.
      A votre service.
      Cordialement.
      :-)

      Delete
    5. Anonymous5:59 AM

      Je vous remercie pour vos sincères intentions d’échanges à la base de vos commentaires.
      Pour éviter toute interprétation abusive et pour que vos derniers commentaires ne laissent pas l'amère impression d'une idéologie new age, pourriez-vous dans ce cas, s’il vous plaît, développer votre pensée et l'orienter vers encore plus d'échanges, sans que ceux-ci ne prennent le risque de devenir trompeurs ? A cette fin, pourriez-vous, s'il vous plaît, répondre aux simples petites questions suivantes pour lever toute ambiguïté résiduelle à ces commentaires ?
      En voici la liste. Prenez votre temps. Une question à la fois, si vous préférez. Un grand merci.

      De quel bouddhisme parlez-vous ? Quel(s) véhicule(s) ? Quelle(s) école(s) ?
      Que voulez-vous dire par "le bouddhisme n’existe pas" ? De quelle "existence" parlez-vous ?
      Que voulez-vous dire par "il n’y a rien à réaliser" ? Qu’entendez-vous par "réaliser" ?
      Pourquoi n’y aurait-il "qu’un seul problème" ?
      Pourriez-vous préciser votre notion "d’imagination" ? Pourquoi cette imagination serait-elle un problème ? Comment régler ce "problème" et en quoi serait-il réglé ?
      Pourriez-vous aussi préciser votre notion de "mental fantasmagorique" ? Pourquoi serait-il un problème ? Comment régler ce "problème" et en quoi serait-il réglé ?
      Que voulez-vous dire par "être naturel" ? De quelle "nature" parlez-vous ?
      Pourriez-vous expliciter l’expression "laisser aller" ? Laisser aller quoi ? Si on "laisse aller", le l’imagination et le mental vont alors s’exprimer, non ? Cela paraît contradictoire. Pourquoi pas ? Comment faire ?
      Quand vous dites "ça se fait tout seul", qu’entendez-vous par "ça" ?

      Je vous remercie d’avance pour vos intentions d’échanges sereins et pour vos prochaines explications qui permettront de mieux comprendre vos commentaires.
      Cordialement.

      Delete
    6. Anonymous11:30 AM

      Ah enfin ! Si vous aviez commencer par cela ;-)
      je vous félicite aussi.

      je vais essayer de répondre en précisant mon point de vue.
      Ici, j'ai dit "bouddhisme",- puisque c'est une question qui a été posée-, mais on peut le remplacer par tous ces concepts qui se définissent en "isme". Il n'ont pas de réalité tangible en dehors de l'idée; certes ils véhiculent une façon d'entrevoir le monde et conditionnent beaucoup de personnes, ce n'est pas mon cas.

      Quel est le point ontologique, ou de départ, de nos sociétés ? Quel est ce "phénomène" qui crée ce bordel, je ne parle pas du monde, de l'univers, ni de Dieu, mais de nos systèmes communautaires, de l'organisation des sociétés ? Si on répond à cette question, on se trouve en face du "problème qui n'en n'est pas un", et de surcroit on trouve la solution.
      En réalité, il n'y a pas de problème. C'est notre imaginaire qui complique.

      "être naturel" est pour moi, la seule façon de l'exprimer, de le dire. devoir expliquer la nature m'est impossible, c'est dévier par la philosophie gavée de concepts morts. Les anciens du Dao, de la voie, du chan, nous l'ont clairement dit, et si on s'en refaire à eux, c'est par respect des anciens qui ont vécu, qui sont passés par là avant nous. Mais, même là , peu de vrais maitres (à penser ou non-penser^^).
      Dois-je rappeler ?

      Laisser aller est la véritable solution, d'un problème qui n'existe pas. C'est une notion, une façon de dire, d'être vous même dans toute la complexité ou/et simplicité de la "grande affaire", appelez ça comme vous le voulez ^^.
      En réalité, c'est un sacré bordel, où même Dieu n'y comprend rien ! ^^ ;-)


      Delete
    7. Anonymous11:31 AM

      désolé pour les quelques fautes et bonne journée :-)

      Delete
    8. Anonymous1:08 PM

      Bien le bonjour.
      Dans le genre "parler pour ne rien dire" (désolé pour la connotation péjorative de l’expression), pour auriez pu dire "wuwei", vieille maxime chinoise, tout simplement. C'eût été plus court tout en étant aussi vain mais plus pédant.
      Je vous invite à aller vivre dans ce magnifique pays qui a appliqué, des siècles durant, cette fantaisie utopique archaïque et éculée, la Chine.
      Pour savoir si une supposée "voie" est une chimère ou une expression de la sagesse, lire les livres d'Histoire peut aider.
      Cela évite de perdre son temps en vaines errances. Qui ne lit pas l’Histoire, se condamne à la revivre. A vos souhaits !
      Si, après cet éventuel séjour au pays des merveilles, vous ne revenez pas ensuite vivre dans notre maudite contrée des philosophes (qui n'ont rien compris, eux, contrairement aux lecteurs éclairés de vulgarisations de traditions asiatiques) et des droits de l'homme, c'est que vous avez bel et bien trouvé la panacée.
      Bon voyage.
      Votre réponse rencontrerait de nombreux échos favorables sur le blog de Lilou Macé. Vous pourriez tenter le coup.
      Par contre, elle ne me convainc toujours pas.
      Merci tout de même d'avoir pris le temps de préciser (un peu) vos commentaires.
      Bonne route.
      Attention, plus on est de fous, moins il y a de riz.

      Cordialement.
      :-)

      Delete
    9. Anonymous1:40 PM

      N’oubliez pas qu’une partie des grands maîtres du "dao" baignaient dans des états éthyliques. Leurs interdits alimentaires religieux les contraignaient en effet à se nourrir de végétaux fermentés.
      Le "non agir" a d’ailleurs des relents de "philosophie de pochetron" ... n’est-il point ?
      Bien à vous et à votre santé.
      :-)

      Delete
    10. Anonymous2:26 PM

      Et allez, vous retombez dans vos interprétations.
      Je suis très bien là où je suis, je me fous de la Chine, du Dao, de n'importe qu'elle "spiritualité".
      Wu wei c'est la non-action, wu nien serait plus approprié, peut être même wu xin ^^

      Vous semblez vous poser en contradicteur, soit. Attendez je ne sais qu'elle preuve ou quelque chose qui devrait vous convaincre, je m'en fous éperdument, démerdez-vous.

      Si vous voulez avoir raison, Monsieur "j'ai tout compris" (il me semble qu'un ou une autre vous l'a déjà dit sur d'autres sujets), alors soit!
      VOUS SAVEZ et VOUS AVEZ TOUT COMPRIS, Bravo...

      Vous voilà satisfait dans vos certitudes, et laissez le pauvre pochtron, que je devrais être, cuver son vin ! :-)

      Delete
    11. Anonymous3:18 PM

      Beau sens de l’humour allié à une certaine susceptibilité caractéristique du "croyant", de qui préfère croire plutôt que chercher à comprendre et à expliquer. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.
      "Les anciens du Dao, de la voie, du chan, nous l'ont clairement dit" ... " je me fous de la Chine, du Dao" ... j’ai du mal à vous suivre, désolé.
      Je cherche à comprendre votre point-de-vue. Vous ne parvenez pas à me l’expliquer en termes clairs et m’en rejetez alors le tort.
      Ne serait-ce pas là plutôt la réaction de quelqu’un qui adhère à une croyance, lorsque celle-ci ne fait pas l’unanimité ?
      Votre démarche a jusqu’ici démontré une approche dogmatique et non une position rationnelle étayée pouvant être expliquée et argumentée dans la sérénité.
      L’usage intempestif des majuscules dévoile un discours qui cherche à s’imposer par des moyens autres que la raison.

      Puisque vous cherchez un coupable à l’échec de transmission de votre grand savoir, j’en endosse la responsabilité.
      Je suis un irrécupérable mécréant. Les dogmes imposés sans développement, à coup de phrases laconiques lumineuses, ne me séduisent pas.
      Mea culpa.
      J’espère que cela satisfera ainsi votre ego et votre prétention à détenir la vérité toute puissante (d’accord, j’interprète, etc.).
      Merci d’avoir toutefois tenté de me sauver de l’ignorance inhérente à mon humble condition humaine.
      J’espérais quand-même avoir accès à seulement quelques bribes de votre solution merveilleuse aux problèmes de l’Humanité. Je resterai ainsi exclu de votre savoir hermétique. Tant pis.
      Quelques références bibliographiques apaiseraient, par défaut, ma tristesse d’irrécupérable ignorant, si ce n’est pas trop vous demander (à moins qu’aucun auteur en ce bas monde n’ait jamais eu accès à vos connaissances ésotériques). Merci d’avance.
      Bonne route vers la lumière.
      Relâchez-vous, ce ne sont que des mots. Cessez de vous crisper ainsi ... "laissez aller, ça se fait tout seul".
      :-)

      Delete
    12. Anonymous3:29 PM

      Je n’ai jamais prétendu "avoir tout compris" ; là c’est vous qui interprétez, manifestement.
      Par contre, c’est bien vous qui avez dit " Une fois compris cela, laissez aller, ça se fait tout seul ", laissant supposer que vous êtes bien au courant, vous, de ce qu’il faudrait comprendre.
      Moi, je cherche simplement à comprendre. Je demande alors des explications claires à quelqu’un qui se présente comme ayant accès à cette "compréhension" ... et je ne reçois en réponse que le rejet : "je m'en fous éperdument, démerdez-vous".
      Beau projet pédagogique pour quelqu’un qui aurait "compris".
      Etonnant.
      Bien à vous. Humour !
      :-)

      Delete
    13. Anonymous3:56 PM

      Pour caricaturer votre démarche (ne me dites pas que je caricature, je viens de le dire) ...
      Vous avez "compris quelque chose" (expression par défaut, désolé) par un procédé qui nous reste énigmatique.

      Vous venez faire un petit tout sur le blog pour annoncer :
      "moi, j’ai compris,
      je ne vous expliquerai rien (ou presque) de ce que j’ai compris, tant pis pour vous,
      celui qui ne me croit pas sur parole se démerde,
      au revoir".

      Voilà l’impression que cela me laisse.
      Vous me direz peut-être que "j’interprète" ma propre impression ?!
      Je me pose alors la question : "quel intérêt ?". Là, je n’interprète pas non plus, c’est la question que je me pose.

      Bien à vous.
      :-)

      Delete
    14. Anonymous4:07 PM

      Quant à mes interventions, j’essaie de donner suffisamment de détails pour que l’on puisse se faire une idée précise sur mon point-de-vue. La place disponible est suffisamment grande sur un blog et la touche pour passer un commentaire sans intérêt est facile d’emploi.
      On adhère, on n’adhère pas. Chacun est libre de lire ou de ne pas lire, de demander des explications supplémentaires ou de contredire, si cela apparaît nébuleux ou non fondé.
      Vous présentez un commentaire qui annonce la compréhension de quelque chose. Je demande des détails pour partager votre compréhension. Quelques bribes succinctes en réponse puis, rapidement, le rejet.
      Je suis déçu.
      Merci quand-même.
      :-)

      Delete
    15. Anonymous6:44 PM

      J'ai compris qu'il n'y a pas grand chose à comprendre. Que le mental est source d'entourloupe. Je n'ai pas l'envie de discuter car je ne cherche pas à prouver quelque chose, comme je n'ai pas plus l'intention que l'on me croit. Mes dires sont simplement une interprétation de l'expérience vécue. Et pour votre gouverne, je ne crois pas. D'ailleurs, je me tiens bien loin de toute église, communauté, mouvement, etc.

      Quand il y a compréhension, ou que l'expérience se suffit à elle-même, comme par exemple si je dis que l'eau mouille, c'est facile de le voir, de le comprendre, de s'en rendre compte. Dans le domaine de la psyché, c'est pareil. *
      Je ne fais que pointer des évidences, mais il semble que vous attendiez plus de cet échange, ce que je ne peux vous offrir, car il y a des domaines où la parole n'est pas efficiente, et que seule l'expérience peut confirmer ou infirmer.

      Ce genre de discussion ne mène généralement nulle part, si ce n'est à des concepts stériles. Pour illustrer, parlons d'une pomme des heures durant, ne donnera pas le gout de la pomme.

      Je vous laisse car j'ai une grande question existentielle à régler sur le champ:
      "qu'est-ce qu'on mange ce soir !?" ^^

      Delete
    16. Anonymous7:41 PM

      De grands sages ont mis en garde contre les évidences premières, les illusions (mentales ... ou sensorielles, etc., comme "l'eau mouille"), les pièges de la maya dans leur globalité, pas seulement les méandres du mental.
      Par exemple, un nourrisson ne ressent pas "l’eau qui mouille" comme vous. Il faut un apprentissage mental pour ressentir un tel complexe de sensations, mélange de sensoriel et de mental. C’est d’abord votre apprentissage linguistique qui fonde cette sensation "l’eau mouille".
      Quant au goût de la pomme, il résulte aussi d’un long apprentissage organisant vos sensations visuelles et gustatives. On ne goûte pas la pomme de la même manière les yeux fermés, empêchant ainsi le mental d’organiser les sensations visuelles et gustatives.
      Un nourrisson ne goûte pas la pomme comme un adulte (hormis le développement des papilles gustatives).
      Pour la musique, il en va de même.
      Tout registre sensoriel est associé à un apprentissage dont participe inévitablement le mental.
      Se débarrasser du mental est un leurre. Ceux qui affirment honnêtement le contraire se leurrent eux-mêmes.

      Les expériences de la recherche actuelle en sciences cognitives, liées à l'étude du cerveau, confirment actuellement, jour après jour, ces antiques mises en garde sur les illusions sensorielles.
      Certains fuient le piège du mental pour sauter dans celui des illusions sensorielles (extérieures ou intérieures).
      Peu importe, là n'était pas le pas le propos premier.

      Vous aviez fait un effet d'annonce (je sais, j’interprète !) qui se révèle finalement être un pétard mouillé. Je suis fixé. Merci. C'est tout ce que je voulais savoir.
      Selon mon interprétation toujours, j’allais apprendre la clef de l’Histoire de l’Humanité ou de la vie humaine. Je retourne bredouille, comme je m’y attendais.

      Vous ne me proposez même pas quelques références bibliographiques, comme demandé, lesquelles pourraient me sortir de mon ignorance. Pas très altruiste. :-) Vous n’avez pas eu le temps, je le concède.
      Ceci étant dit, restons-en alors à des courtoisies plus élémentaires.
      Je vous souhaite un bon appétit ... pour votre prochain repas si vous avez terminé celui que vous prépariez avant de lire ces lignes.
      Merci d’avoir répondu avec honnêteté et avec plus de précision.
      Bonne continuation.
      :-)

      Delete
    17. Anonymous9:07 PM

      La science qui confirme ce que jadis on savait, rien d'étonnant.
      Si vous vous attendiez à ce que je vous expose ou vous délivre "la clef de l’Histoire de l’Humanité ou de la vie humaine", effectivement vous ne pouvez être que bredouille. Pas de chance ^^

      Bien, mettons un terme à cet échange qui aura été distractif; la "clef "sera pour une autre fois peut être ^^l

      Salut.

      Delete
    18. Anonymous5:00 AM

      Merci pour le temps que vous avez passé à tenter d'éclaircir votre point-de-vue personnel.

      La "voie du dao" est une accumulation de vieilles superstitions religieuses chinoises. Toutes ces vieilles superstitions religieuses ne nous rendent pas plus sages mais plus ignorants. Pas plus libres mais plus esclaves.
      "Libérer les sensations de l’influence du mental" est une absurdité religieuse.
      D’abord, le mental participe, depuis notre naissance, de ces sensations et les enrichit. Sans mental, pas de sensations.
      La distinction des couleurs est une opération du mental. La forme d’un objet est une opération du mental.
      La forme de la pomme et sa couleur sont des fruits du mental. C’est le mental qui distingue et classe les couleurs. C’est le mental qui distingue les formes. Sans mental, pas de pomme verte.
      Prendre la pomme pour la goûter est aussi une opération du mental.
      Les notions d’eau et de pomme sont les fruits du mental.
      Etc. Nier cela tient de la superstition religieuse.
      Nier le mental n’est pas non plus "naturel". Il est tout à fait naturel pour l’être humain d’user de son mental.
      Chercher à stopper le mental est une démarche religieuse superstitieuse.

      En allant puiser ci et là dans les vieilles traditions orientales, on y développe rarement la sagesse, on s’encombre surtout d’une multitude de superstitions archaïques. Il suffit d’observer la liste de leurs interdits divers pour comprendre que ces gens étaient complètement barrés ... comme les croyants d’ici des siècles derniers. L’exotisme enrobe ces superstitions orientales d’une aura de merveilleux. C’est bidon.

      "Se libérer" du mental est déjà un concept, une opération du mental. Déjà, c’est absurde (et surtout impossible) de vouloir séparer le sensoriel du mental car le sensoriel est intimement lié au mental et cela ne ferait que dénaturer les sensations, les appauvrir, les annuler.
      Mais surtout, le concept même de "libération du mental" est déjà lui-même, à la base, une opération du mental.

      La notion de "pièges de la mâyâ" n'est pas, elle, une superstition religieuse mais justement une mise en garde consciente et réfléchie contre celles-ci.
      Il s’agit d’une prise de conscience de ces processus sensoriels et mentaux. Une analyse, une étude de ces processus.
      Et le mental participe de cette prise de conscience, il n’est pas du tout l’ennemi de cette prise de conscience, un ennemi dont il faudrait se libérer. Cette approche paranoïde du mental vu comme une prison est une vielle superstition taoïste qui a ensuite perverti le bouddhisme pour donner naissance aux superstitions du chan et du zen.
      Le bon usage du mental mène à la libération ; c’est sa négation qui emprisonne dans les superstitions religieuses (Dao, Chan, Zen).

      Cette prise de conscience de l’importance du rôle actif et efficace du mental pour se libérer des pièges de la mâyâ n’est pas une superstition religieuse. Et la science, intelligemment orientée, peut nous aider à mieux comprendre ce fonctionnement intime de la mâyâ, pour en être moins esclave.
      C’est le contraire de l’égarement superstitieux proposé par la voie religieuse trompeuse du "dao" (ou du zen et du chan).

      Delete
    19. Anonymous5:00 AM

      Par ailleurs, cette tentative de négation du mental, mise à la mode par le new age, transforme le citoyen en mouton manipulable à souhait par les dirigeants du N.O.M. (expression par défaut, hors toute considération complotiste) ou tout simplement de la politique et de la finance, dirigeants qui sont, eux, des champions de la maîtrise du mental. Ils ne cherchent pas à se libérer du mental. On contraire, ils l’utilisent pour nous placer sous leur esclavage. Chercher à se libérer du mental ne ferait que nous rendre encore plus esclave de leur pouvoir. Le mental est un outil pour nous libérer de cet esclavage.

      Je ne cherchais pas à vous contredire pour le plaisir de vous contredire. Vous vous êtes mépris sur mes intentions.
      Je cherchais simplement à vous faire comprendre que votre discours reflétait des superstitions religieuses orientales archaïques remises à la mode par le new age.
      Et que ces superstitions religieuses ne nous rendaient pas plus libres mais plus esclaves.

      Je constate que vous ne m’avez toujours pas proposé de références bibliographiques. Cela m’aurait permis d’étudier plus en profondeur le terrain où vous avez puisé ces superstitions orientales archaïques. Je vous aurais alors laissé tranquille.

      Encore merci pour votre attention.

      Cordialement.
      Salut.
      :-)

      Delete
    20. Anonymous7:21 AM

      "Libérer" la conscience du mental ?
      Autant "libérer" un arbre de son tronc.
      Ni naturel, ni sage.
      Pure folie religieuse.
      Dao, Chan, Zen, New age ... superstitions.
      ;-)

      Delete
    21. Anonymous7:28 AM

      Une branche "libérée" de son tronc finit par ne plus porter de fruit et meurt.
      Ni naturel, ni sage.

      Le mental est la vie naturelle de la conscience.

      Les superstitions new age ou religieuses sont sa mort.

      :-)

      Delete
    22. Anonymous7:46 AM

      Une salade peut vivre sans tronc.
      La vie de l’arbre se développe par le tronc.

      Une huître peut vivre sans mental.
      La conscience humaine vit et se développe par le mental.

      Ainsi va la nature.
      Le reste n’est que superstition.

      :-)

      Delete
    23. Anonymous8:00 AM

      Sans mental, pas de langage.
      Sans langage, pas de société humaine.
      Sans société humaine, pas d’être humain.

      Là réside le projet des lobbies lucifériens qui ont déterré ces vielles superstitions religieuses orientales pour bricoler le new age : abolir le mental, fondement de la nature humaine, pour anéantir l’essence de l’Humanité et en faire un troupeau de moutons.

      Delete
    24. Anonymous8:16 AM

      La manipulation absolue du peuple pour anéantir son humanité.
      Plonger le citoyen dans une expérience intérieure individuelle subjective d’origine religieuse et superstitieuse.
      Une expérience intérieure qu’il ne parvient même plus à transmettre à ses concitoyens par le langage.
      L’enfermer dans une prison sensorielle subjective coupée d’abord du mental et ensuite du langage.
      Voilà comment déconstruire à petit feu tout lien social.
      Couper l’expérience individuelle de tout lien au mental et au langage, ces deux ciments essentiels du lien social.

      Voilà le but de la propagation actuelle de ces superstitions archaïques (Dao, Chan, Zen et maintenant new age).
      Enchaîner l’être humain à de vielles superstitions subjectives en lui laissant croire qu’ainsi il se libère.

      Mensonge et manipulation.

      Delete
    25. Anonymous3:05 PM

      Vous avez raison sur un point. Il faut se méfier de toutes les sectes, tous les mouvements, partis, organisations (etc.) surtout quand c'est pour de "bonnes intentions". Tous groupes dégénèrent en orthodoxie.

      Sur le reste, vous semblez méconnaitre ce dont vous parlez et avez un avis bien présomptueux.

      Quant au "complotisme", rien de nouveau sous le soleil, l'histoire est pleine d'intrigues, de complots, d'alliances et de trahisons. Le peuple en paye toujours les frais.

      ***

      "Ne passe point ta porte, tu connaitras l'empire entier. Ne regarde pas par la fenêtre: le Tao céleste t'apparaîtra"
      Lao Tseu

      "On rencontre dans la Shanga des hommes qui parlent du Chan comme d’un corpus de textes, comme d’un système d’idées, comme d’une doctrine cohérente ou incompréhensible, mais pour les hommes qui parlent de cette manière, la roue du Samsâra tournera encore longtemps.
      D’autres hommes du Dharma, dévots et moines, attestent du Chan comme d’une pure pratique, d’une tradition ancestrale et d’une discipline, ils sont de la race des polisseurs de briques et de miroirs, pour eux, la roue du Samsâra n’est pas près de s’arrêter.
      Au temple, les dévots du petit peuple font brûler l’encens, ils se prosternent devant les Bodhisattva, prient Ahrats, portent des offrandes aux démons et aux dieux, leur ignorance est incommensurable. Pour eux la roue du Samsâra tournera, à vrai dire, encore longtemps.

      Compagnons du Dharma !

      Pour ce qui est du Chan, même Nan Shan n’y comprend rien. Le Chan en vérité n’existe pas !
      Mais pour ce qui est de la grande question, celle de la vie et de la mort, que ceux qui m’écoutent, la tête farcie d’interrogations, passent la porte et aillent au clair de lune se promener au loin sur la dune.

      Qu’ils écoutent alors le vent venu de la mer souffler à travers les dix mille aiguilles de la ramure des pins.
      Le Chan est là tout entier ! "
      Nan Shan

      Delete
    26. Anonymous1:50 AM

      L'Orient a compris depuis le siècle dernier la vanité de ses propres superstitions antiques ... et les a exportées pour qui veut bien y croire.
      Certains occidentaux sont plus lents à comprendre. Il est aussi plus tentant de nier le mental pour diverses raisons, dont la dure confrontation à l’avenir.
      Quand l'Histoire sera (prochainement) confisquée à l'Occident par l'Orient moderne, libéré lui de ces antiques chimères, il comprendra enfin que les vieilles superstitions religieuses de l'Est ne valent pas mieux que celles de l'Ouest.

      Je m'attends ici à de "nouvelles veilles" citations d'un autre âge (non datées évidemment), tout aussi peu porteuses d’ouverture concrète vers l’avenir. Toute phrase prend sa pertinence dans un contexte historique. Ces échos du passé sonnent creux à notre époque. Vains palabres.
      La régression est une forme d'inadaptation.
      Les auteurs de ces chimères religieuses vivaient à une époque où l’ignorance foncière des récentes notions d'Histoire et d'évolution de la vie depuis le Big bang ne permettait pas de réflexions plus profondes et plus pertinentes. Leur conception tronquée du temps les excusait, eux, à leur époque.
      S'ils vivaient aujourd'hui, ils parleraient un autre langage.

      Nostalgie, passéisme, archaïsme ... toutes formes d’antithèses du devenir, de la vie.

      Pour construire l’avenir, la première étape consiste à savoir tourner la page.
      Retourner le passé oriental dans tous les sens et contresens, comme le font encore certains occidentaux et contrairement aux orientaux modernes, libérés eux des chaînes de leur passé, et sans regard intelligent et adéquat vers l’avenir, n’est que perte de temps.
      Assez de temps perdu.

      Point d’avenir en cette nostalgique forêt des ombres.
      Ce chan tourne en rond et nous éloigne de la vie d’aujourd’hui et de demain. Il a fait son temps.

      Bonne "non route".
      Salut.

      Delete
    27. Anonymous2:12 AM

      "Qu’ils écoutent alors le vent venu de la mer souffler à travers les dix mille aiguilles de la ramure des pins.
      Le Chan est là tout entier !"

      Si le Chan est là tout entier, cela prouve de manière irréfutable qu'il n'est en rien pertinent pour affronter les problèmes contemporains et les énormes défis de demain. Superflu d'en présenter ici la liste sans fin..

      Le Chan reste au niveau des belles intentions, anachroniques de surcroît, et de la poésie.

      Du vent ! Le Chan est là tout entier !

      Merci d'avoir présenté un peu plus explicitement le fond de votre démarche.
      Merci aussi pour ces touches de poésies, intemporelles d'un point-de-vue littéraire, mais anachroniques quant à la responsabilisation sociétale face à l'avenir.
      Fin de la récré.

      Bien à vous.

      Delete
    28. Anonymous2:18 AM

      J'ai titillé votre patience en espérant me voir présenter des voies d'avenir.
      J'ai découvert plutôt certains aspects des voies du passé. Décevant mais non dénué d'intérêt.
      Merci pour votre attention.
      Désolé, j'ai omis les émoticônes.
      :-)

      Delete
    29. Anonymous5:05 PM

      Hé ben ... pour le blabla vous vous y connaissez en tout cas, mouarf ^^

      Delete
    30. Anonymous8:52 AM

      Vous avez déjà démontré votre maîtrise de soi incertaine et vos difficultés à vous tenir à vos affirmations : après avoir dit
      "j'ai arrêté de vous lire et je m'en fous ", vous avez persisté à lire les commentaires et à les critiquer alors que rien ne vous y forçait ; après avoir dit "mettons un terme à cet échange", vous vous obstinez encore à avoir le dernier mot.

      Si vous êtes à l’âge de l’adolescence (comme je l’espère), rien de plus normal.

      Je tente juste de montrer que votre propos premier était péremptoire et non fondé, avec l’espoir aussi de vous faire accéder à une vision plus mature de la vie humaine.
      Vos perpétuelles auto-contradictions présentent en effet, post après post, une claire démonstration de l’incohérence de cette position première, laquelle n’est pas seulement la vôtre mais est partagée par un public qui se laisse berner par toute une littérature actuellle influencée par le new age, même accompagnée d’une lecture plus érudite de textes anciens.

      Je vous rappelle une de vos votre affirmations : "Le seul "problème" (qui n'en n'est pas un en fait) c'est l'imagination, le mental fantasmagorique. Une fois compris cela, laissez aller, ça se fait tout seul."
      Votre problème, me semble-t-il (votre argument panacée "vous interprétez" va-t-il encore sortir de votre chapeau de magicien ?), serait (au conditionnel) que vous auriez tendance à mettre toute pensée qui vous dérangerait dans le sac fourre-tout de ce "mental fantasmagorique". Rhétorique un peu facile.
      En réalité, ce qui se révèlerait fantasmagorique (c’est ce que je tente de vous expliquer avec moult détails mais votre tendance manifeste à remplacer la rationalité par les croyances archaïques ne facilite pas l’exercice) serait plutôt le fait de croire que déterrer de vieilles superstitions religieuses chan ou autres, qui ont eu leurs heures de gloire mais sont définitivement obsolètes, pourrait constituer une solution adéquate aux multiples problèmes humains contemporains.

      Les Chinois adultes contemporains, bien qu’ayant accès aux textes taoïstes ou chan dans leur version originale, ne perdent pas leur temps à "regarder l’eau qui coule" ! Ils l’utilisent dans des centrales nucléaires et ne s’embarrassent plus de ces superstitions archaïques du chan ou d’autres fantasmagories du passé.
      Ils ne regardent plus seulement le vent souffler dans les arbres mais construisent des éoliennes pour sortir le peuple d’une misère inhumaine multiséculaire. Cela ne les empêche pas de se reposer le week-end à observer la nature en lisant de vieux poèmes ... mais ils ne sont pas assez immatures et irréalistes pour considérer que cela pourrait constituer la "solution du problème". Et "le problème" en Chine prend d’autres proportions que nos petits soucis de nanti occidental nombriliste.

      C’est cette vision moderne (imparfaite, évidemment, nous sommes sur Terre et non au paradis), partagée par la population chinoise contemporaine, vision réaliste libérée des vieilles superstitions religieuses (tao, chan, etc.), qui a permis à des millions de Chinois de sortir de cette misère prolongée durant des siècles par les antiques chimères religieuses.
      Au temps "merveilleux" du chan triomphant, le peuple vivait dans l’esclavage.
      Aujourd’hui, une grande partie de la population chinoise vit encore dans une misère inhumaine et regrette de ne pas avoir encore accès à cette modernité. Ils ne disposent pas d'un ordinateur ni même d’accès suffisant à la culture (sinon celle du riz !) pour vous répondre que vous fantasmez et que vos commentaires sont complètement irréalistes et fantasmagoriques.

      Je vous invite à aller clamer dans les campagnes chinoises où le peuple vit encore dans cette misère ancestrale : "Le seul "problème" (qui n'en n'est pas un en fait) c'est l'imagination, le mental fantasmagorique. Une fois compris cela, laissez aller, ça se fait tout seul."

      Delete
    31. Anonymous8:53 AM

      Ce qui vous permet de dire cela ici, via votre clavier, c’est votre position confortable de nanti occidental. Il vous est aisé de vous rendre dans une librairie puis de rentrer ensuite dans votre petit cocon, bénéficiant de tout le confort de la modernité (eau courante, électricité, internet, etc.), pour lire des textes auxquels le Chinois de base n’a même pas accès, il ne sait pas lire. C’est beau l’utopie. C’est surtout gratuit.
      Il vous est facile de snober la modernité à peu de frais alors que vous en profitez quotidiennement, notamment par l’usage de votre ordinateur.
      Facile de chanter la lumière des antiques superstitions asiatiques quand on ne vit pas dans la misère quotidienne du paysan chinois.

      J'espère que votre âge correspond à votre approche pubère de la vie planétaire ...

      Si tel est le cas, je vous inviterais plutôt à préparer votre bac et à moins perdre de temps sur des blogs comme celui-ci.
      Si vous avez opté pour une orientation plutôt littéraire, pour pourrez toutefois vous continuer à vous réfugier professionnellement dans le confort bourgeois occidental à peu de frais intellectuel sans être obligé de remettre trop en question vos croyances d’origine religieuse.

      Comme vous considérez "l'imagination et le mental fantasmagorique" comme un "problème", cela vous contraindrait aussi à vous couper toute ouverture sur le monde artistique. Selon votre vision lumineuse, l’art deviendrait alors un "problème" de l’Humanité.
      Comme l’auto-contradiction semble vous être familière, vous retournerez alors votre veste quant à votre première déclaration.
      Lorsque l’on ôte à l’art "l’imagination et le mental fantasmagorique", il ne reste guère que la poterie ... maigre voie de consolation.

      L’interjection qui clôture votre dernier commentaire résume assez bien la maturité de votre approche existentielle : mouarf^^.

      Je vous souhaite de vous libérer un jour prochain de votre puberté et de vos chimères religieuses ou autres pour vous ouvrir à une approche mature de l’existence et de l’actualité historique.

      N’oubliez pas de "ne pas lire" ce commentaire comme vous en aviez pris précédemment la mûre décision.

      Je suis désolé d’avoir pris pour cible votre position personnelle. Je n’ai rien contre vous personnellement, d’ailleurs, comme vous le faisiez remarquer, je ne vous connais pas. Désolé.
      Je cherchais surtout à montrer, à travers et au-delà de l’exemple que constitue votre propos ici présent, le peu de pertinence historique et le peu de cohérence au cœur de la modernité de ces vieilles superstitions religieuses orientales remises actuellement abusivement à la mode par le new age et les diverses vulgarisations éditoriales très lucratives à destination du bobo occidental commun.

      Merci d’avoir développé votre position pour me permettre, en commentant votre propos, cet exercice démonstratif.
      Bien à vous.
      :-)

      Delete
    32. Anonymous9:46 AM

      Je vous éviterai une éventuelle réponse facile comme "je n’ai de toute façon nulle envie de vous connaître" ... cet échange n’était a priori pas orienté vers les relations interpersonnelles (sous anonymat, quel intérêt ?) mais vers le débat d’idées aux niveaux de la théorie et de la pratique individuelle ou historique.
      Bien à vous.
      :-)

      Delete
    33. Anonymous9:53 AM

      Pour ma part, contrairement aux préoccupations nombrilistes des adeptes new age, lesquels partagent un discours proche du vôtre (je n’ai pas dit que vos préoccupations étaient telles), la question de la misère humaine ne participe pas du "blabla" (non plus de l’imagination ou du mental fantasmagorique).
      A chacun ses centres d’intérêt.
      Bien à vous.
      :-)

      Delete
    34. Anonymous4:54 PM

      Vous êtes comme un bon feu, il suffit de mettre une bûche pour ne pas qu'il s’éteigne.
      Croyez-vous que je vous ai lu ? ^^
      Tenez, il y a un nouveau sujet, surement un adepte du Chan en photo :-)

      Delete
    35. Anonymous6:47 PM

      Si vous aviez lu intelligemment, vous auriez compris aisément que je n'écris pas pour vous personnellement. Vous insistez ! Vos commentaires peu cohérents et auto-contradictoires me servent d'exemples de bigoterie pour une analyse critique plus générale qui ne vous est pas adressée personnellement.
      Votre égocentrisme est assez marqué. Le new age vous sied à merveille.

      La prochaine fois que vous faites mine de ne pas avoir lu un texte, ayez au moins la subtilité de ne pas répondre aux remarques qu'il inclut. :-)
      Bien à vous

      Delete
    36. Anonymous6:53 PM

      Je vous laisse vous ridiculiser encore une dernière fois (ici en tout cas) par un nouveau commentaire lumineux ...
      Bonne "non route".
      Bien à vous.

      Delete
    37. Anonymous7:26 PM

      Et personne pour vous remercier de votre si grande clairvoyance, et pour votre mansuétude.
      Quel dommage !

      Delete
    38. Anonymous10:48 PM

      Vous le faites exprès ?!
      Vous révélez ici, ostentatoirement, à la (longue) suite de vos talents très spirituels (pour un détenteur de vérité, ça fait tache), que faire les choses en vue d’une récompense ou d’un remerciement participe de vos principes habituels.
      Je vous rappellerai donc la situation. Vous vous présentez au départ comme détenant la solution à ce vous appelez "le seul problème (qui n'en n'est pas un en fait)", en proposant ensuite sans originalité des copier-coller de vieilles superstitions orientales, ornées d’inepties new age.
      Je m’amuse à montrer(outre à ma propre lecture) à qui a du temps à errer sur ce blog très discret de la toile qu’une telle position ne peut être tenue que par un auteur peu spirituel et à la mentalité fortement incohérente comme la vague new age en regorge.
      Au fur et à mesure de mon jeu démonstratif, vous persévérez à ajouter de nouveaux éléments allant dans le sens de ma position ludique.
      Personnellement, je n’ai rien à gagner, sinon me distraire. Le prêcheur new age, c’est vous. Contrairement à vous, je ne cherche pas à me faire passer pour le détenteur d’une quelconque vérité ou autre solution miracle (comme dans vos commentaires). Je m’amuse simplement à vous faire étaler, une à une, vos propres incohérences, lesquelles appuient chacune un peu plus la position amusée et critique que j’ai adoptée envers votre prétention ridicule. Tant que vous entretenez mon jeu, je continue à m’amuser. Peut-être cela distrait-il un éventuel autre lecteur, peu importe. Mon seul amusement me suffit à prolonger ce jeu, jusqu’à un certain point.
      Nul besoin de marque de gratitude de qui que ce soit.
      Mon jeu tendrait au cynisme, à la longue, si aucune étincelle d’autocritique ne se produisait jamais dans votre mental. Comme cela finit par devenir inquiétant quant à votre naïveté et votre suffisance, je vais donc y mettre un terme.
      Si vous peinez à comprendre cette situation pourtant simple, il devient incertain que vous disposiez de toutes vos facultés mentales. Ce jeu prendrait alors un goût douteux.
      Si ce n’est qu’une question d’âge, quand vous sortirez de l’adolescence, vous comprendrez peut-être enfin tout ceci...
      Méditez sur le silence.
      Bien à vous.
      :-)

      Delete
    39. Anonymous7:10 PM

      Oh ! Pardon,
      mais vous parlez si bien.

      Delete
  21. Anonymous6:01 PM

    personne pour défendre cet être extraordinaire qu'est le Dalaï-lama ???

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous6:27 PM

      Si. La CIA, par exemple.

      Delete
    2. Anonymous6:34 PM

      ... et Palden Lhamo. Cela ne suffirait pas ?
      Les déshérités de la Terre sont plus mal lotis.

      Delete
  22. Anonymous8:35 PM

    Prix Nobel de Littérature à une "dissidente", histoire de bien em... Rase POUTHINE, au lieu de le féliciter d'e se charger tout seul le sale boulot en Syrie (Ah, comme c'est triste : l'Amérique n'est plus le gendarme du monde).
    Prix Nobel de la Pet à la Tunisie, auto-glorification du stupide fanatisme démocratique de l'Occident, comme s'il n'avait pas causé assez de dégâts comme ça. Après le printemps arabe, la connerie venue du froid.
    2015 = un grand crû, y a pas à dire. De toute façon, le fabricant d'armes Alfred NOBEL, à part inventer la dynamite...
    Je suis dégoûté par cette propagande et préfère me retirer : VOTRE PETIT JEU NE M''INTERESSE PLUS
    Que Stockholm et la Suède disparaissent sous les hordes de réfugiés : de toute façon, y'en a marre des têtes blondes.
    Et tant pis si MAHOMET = la SS TRINITE (Goebbels + Himmler + Goering)
    Voilà, j'ai tout de même réussi à en placer une dernière, en guise d'ultime avertissement !
    "Le troisième millénaire sera donc musulman ou ne sera pas" Michel MALRAUX l'avait prédit, lui aussi.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous11:20 PM

      Même si la forme de votre discours, qui vous est propre, reste particulière, vous m'avez malgré tout donné, au milieu d'un treillis peu lisible, des références intéressantes dont je vous remercie.
      La toile est vaste, vous trouverez certainement des interlocuteurs plus aptes à partager vos idées.
      Bonne continuation.

      Delete
    2. Anonymous12:41 AM

      Tiens, Anonymous 11:20 PM, c'est à vous qu'il aurait dû être décerné le Prix Nobel de la Paix = 8 millions de SEK, couronnes suédoises (un peu plus de 900 000 EUR), 1 986 801,27 TND, dinars tunisiens
      contre 10 millions de SEK (environ un million d'EUR), 19 491 472 480,79 BYR, roubles biélorusses, pour la littérature. A défaut, tous mes remerciements pour ces compliments qui me permettent de prendre congé l'âme sereine. Vous avez le bonjour d'Alfred (BOUDDHANAR D'OR 2015)..

      Delete
    3. Anonymous5:27 AM

      Je pense que tout point-de-vue original a le mérite d'exister déjà du simple fait qu'il soit original et qu'il élargisse de ce fait la culture humaine. Je me permettrai une petite note : si vous pouviez accompagner vos interventions de plus amples explications, cela permettrait de les aborder avec plus d'à-propos.
      Merci encore et bonne route.

      Delete
    4. Anonymous8:29 PM

      Toujours de Michel MALRAUX, en lisant le journal : "Cette Décadence généralisée constitue le seul sublime de notre époque.". Et Michel CELINE d'ajouter : « La grande prétention au bonheur, voilà l’énorme imposture ! C’est elle qui complique toute la vie ! Qui rend les gens si venimeux, crapules, imbuvables. Y a pas de bonheur dans l’existence, y a que des malheurs plus ou moins grands, plus ou moins tardifs, éclatants, secrets, différés, sournois… « C’est avec des gens heureux qu’on fait les meilleurs damnés. » » I'M A ROBOT

      Delete
    5. Anonymous5:07 AM

      Roger-Pol Droit : "La philosophie ne fait pas le bonheur… et c’est tant mieux" (Flammarion 2015).

      Delete
    6. Anonymous7:32 AM

      Michel Droit, pardon.
      :-)

      Delete
    7. Anonymous12:37 PM

      Vous êtes sûr ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Droit
      ATTENTION : le coup du "Michel", ça marche pas toujours...
      "Interlocuteur privilégié du général de Gaulle [...] adepte des safaris africains, il y tue accidentellement un de ses compagnons de chasse" : c'était un bon, lui aussi ! Je vous quitte donc sur un souvenir d'enfance.
      NB : Encore deux "kamikazes" qui se font exploser à Ankaraf ; ils commencent à faire ch... ces Japonais !

      Delete
    8. Anonymous8:21 PM

      Plus ça change, plus c'est pire (cf. Michel FINKIELKRAUT) :
      "Au printemps 1979, la chanson Aux armes et cætera de Gainsbourg devient un tube si important qu’elle provoque une vive réaction des militaires et de certains conservateurs. La polémique est lancée par Michel Droit qui rédige une violente diatribe contre ce qu’il nomme « l’odieuse CHIENLIT […] une profanation pure et simple de ce que nous avons de plus sacré. » Le texte paraît le 1er juin 1979 dans le Figaro Magazine : « Quand je vois apparaître Serge Gainsbourg je me sens devenir écologiste. Comprenez par là que je me trouve aussitôt en état de défense contre une sorte de pollution ambiante qui me semble émaner spontanément de sa personne et de son œuvre, comme de certains tuyaux d’échappement… » L’éditorialiste, révolté par cette version de l’hymne national, s’emporte, allant jusqu’à écrire que Gainsbourg fait du tort aux autres Juifs en suscitant un regain d’antisémitisme par sa version de La Marseillaise2. La controverse prend bientôt une ampleur considérable, l’album devenant d’ailleurs disque de platine en quelques mois.
      Serge Gainsbourg répond deux semaines plus tard par un article intitulé On n’a pas le con d’être aussi Droit paru dans Le Matin-Dimanche : « Peut-être Droit, journaliste, homme de lettres, de cinq dirons-nous,[…] croisé de guerre 39-45 et croix de la Légion d’honneur dite étoile des braves, apprécierait-il que je mette à nouveau celle de David que l’on me somma d’arborer en juin 1942 noir sur jaune et ainsi, après avoir été relégué dans mon ghetto par la milice, devrais-je y retourner, poussé cette fois par un ancien néo-combattant ? ». Jane Birkin a aussi réagi en écrivant à Michel Droit.
      Le 6 mars 1980, Michel Droit est élu à l'Académie française... " (WIKIPEDIA)

      Delete