Monday, November 09, 2015

Les animaux souffrent-ils ?

Un des agresseurs du président de la Ligue de protection des oiseaux.  
Voulait-il faire manger les pissenlits par la racine à Allain Bougrain-Dubourg qui n'aime pas le pinson rôti  ?

Dans les Landes, des dizaines de milliers de pinsons sont tués illégalement chaque année.

Lundi 9 Novembre 2015, "des membres de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), dont son emblématique président Allain Bougrain-Dubourg, ont été violemment pris à partie par des riverains à Audon (Landes) alors qu'ils menaient ce lundi matin une opération contre le braconnage des pinsons, une espèce protégée."

Allain Bougrain-Dubourg "a annoncé son intention de porter plainte pour cette agression et la dégradation de véhicules, ainsi que pour usage de pièges prohibés et destruction d'espèce protégée". Source

Les animaux souffrent-ils ?



Cette question provocatrice a suscité de nombreux débats au XVIIe siècle. Descartes considérait en effet l’animal comme une machine. À la différence près, observait-il, que l’animal est doté d’oreilles et d’une langue. Comme tout humain, d’ailleurs, mais cette ressemblance-là ne lui parut pas assez flagrante pour l’inciter à opérer un rapprochement. L’un de ses héritiers, le père Malebranche, alla plus loin en affirmant que les animaux « mangent sans plaisir, […] crient sans douleur », niant de la sorte toute affectivité et sensibilité aux intéressés. Un pas conceptuel fort préjudiciable à la gent animale. « À partir du moment où les animaux sont des machines, ils peuvent être traités comme tels sans mauvaise conscience excessive. Qui se soucie du bien-être des machines ? » remarque le philosophe Dominique Lestel, qui parle d’un « rapport tordu à l’animal » comportant une « dimension sadique ». Heureusement, grâce a l’apport de l’éthologie comportementale et de la biologie, notre rapport à l’animal a bien changé !

« La science moderne associe à l’animal une faculté d’alerte appelée nociception : sensibilité aux stimulations excessives de l’environnement qui nuisent à l’intégrité du corps et qui, chez les animaux les plus évolués, prend le nom de douleur ou de souffrance. L’animal est donc, scientifiquement parlant, un “être sensible” », écrit Georges Chapouthier dans son bref essai "Qu’est-ce que l’animal ?" (Le Pommier, 2004). [...]

Principalement utilisé par les physiologistes, le terme « nociception » (du verbe latin "nocere", « nuire ») désigne une réaction d’évitement à la suite de la détection d’un facteur extérieur nocif pour l’organisme (le chaud, le froid…). Tous les animaux (l’homme compris) disposent de tels systèmes d’alerte. La douleur constitue un degré supérieur de nociception. Selon l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), il s’agit d’une « expérience sensorielle aversive causée par une atteinte réelle ou potentielle qui provoque des réactions motrices et végétatives protectrices […] et conduit à l’apprentissage d’un comportement d’évitement ». Intuitivement, chacun pressent la faculté qu’a son chien ou son chat à ressentir la douleur. Mais qu’en est-il du canari ou de la seiche ? Le cri silencieux de l’huître est-il une réalité ?

À ces questions les découvertes scientifiques et les observations comportementalistes apportent aujourd’hui quelques éléments de réponse. Tous les animaux vertébrés sont désormais considérés comme capables de ressentir la douleur entendue comme un vécu sensoriel. Cette aptitude a d’abord été scientifiquement reconnue aux mammifères (au cours du XXe siècle), puis aux oiseaux, enfin accordée aux reptiles à la fin des années 1990. Les amphibiens et les poissons devront attendre encore un peu avant de pouvoir rejoindre le club des « êtres sensibles ». Et l’on sait depuis peu que les mollusques céphalopodes, comme la pieuvre ou le calamar, ou encore les crustacés décapodes marcheurs (crabes, crevettes, langoustes…) manifestent également une certaine sensibilité à la douleur. Au point que la nouvelle directive européenne sur l’expérimentation animale, votée par le Parlement européen le 8 septembre 2010, étend aux mollusques céphalopodes les mesures de protection déjà mises en œuvre en faveur des rongeurs, des chiens et des primates utilisés dans les laboratoires, et ce en raison de leur « aptitude à éprouver de la douleur, de la souffrance et de l’angoisse ».

De la douleur à la souffrance il y a un pas que certains scientifiques répugnent toujours à franchir. La souffrance désigne en effet un ressenti d’émotions négatives non nécessairement liées à l’existence d’une douleur, qui s’expriment dans des situations de frustration, de contrainte et d’angoisse. Elle s’inscrit dans un registre émotionnel et suppose en outre une certaine conscience de soi. Si les meuglements de la vache laitière séparée de son veau ne constituent pas l’expression d’une douleur physique, ils n’en témoignent pas moins d’une profonde détresse. De fait, l’existence de la souffrance est bien établie chez certains mammifères et oiseaux, et elle commence à être identifiée chez d’autres vertébrés, voire chez les invertébrés céphalopodes évoqués plus haut. La notion de souffrance – une fois qu’on l’a dépouillée de ses oripeaux chrétiens – permet d’appréhender le problème dans son ensemble et de chausser pour l’aborder des lunettes non seulement scientifiques, mais aussi juridiques.

En effet, « alors que certains scientifiques s’en remettent au concept mécaniste de nociception, que d’autres admettent l’existence de douleurs “seulement” physiques, le législateur européen, quant à lui, reconnaît aux animaux cette évidence, à savoir la capacité à souffrir, à être le sujet de leur douleur et à ressentir la souffrance psychique qu’est la détresse. En vérité, tout le monde sait cela », affirme Florence Burgat (« Les animaux ont-ils des droits ? », Le Monde, 15 juillet 2010). Le Conseil de l’Europe a ouvert la première brèche en signant, le 10 mars 1976, la Convention européenne sur la protection des animaux dans les élevages. Quatre mois plus tard, le 10 juillet 1976, la loi relative à la protection de la nature, retranscrite dans notre Code rural, reconnaissait pour la première fois la sensibilité des animaux vertébrés.

« Tout le monde sait cela », mais chacun s’en moque. Les violences individuelles ou collectives « ordinaires » dont les animaux sont les victimes mobilisent peu l’opinion publique. Qui s’émeut vraiment des conditions de vie des lapins de chair ou des poules pondeuses, pourtant à des années-lumière des « conditions compatibles avec les impératifs biologiques de [leur] espèce », comme l’exige la Convention du 10 juillet 1976 (art. 9) ? Dans une France post-cartésienne et post-révolution industrielle, les animaux – notamment les porcs élevés hors-sol – « sont très exactement traités comme des matières premières dont les règles de transformation sont soigneusement décrites », souligne encore Florence Burgat. Certes, l’animal de la zootechnie moderne n’est plus l’automate cartésien, mais il est devenu, à son corps défendant, « une sorte d’engin cybernétique doté de mécanismes d’autorégulation qui synthétise des protéines animales à partir d’éléments végétaux », déplorent Catherine et Raphaël Larrère, respectivement philosophe et ingénieur agronome. Veaux, porcs, poules et lapins et même chevaux sont désormais élevés « hors-sol ». L’éleveur a été hissé au rang de producteur et l’animal transformé en « outil de production ». Entre eux, le lien affectif et social s’est rompu. Ce n’est pas encore "Le Meilleur des mondes", mais c’est déjà le monde d’aujourd’hui. Quant à la génétique contemporaine, elle a fait de l’animal un « programme d’ordinateur, que l’on peut à loisir enrichird’informations nouvelles », comme ces rats rendus immunodéficients ou ces souris condamnées à développer tel cancer. Finalement, mieux vaudrait que nos animaux de rente mangent réellement sans plaisir ou que nos cobayes crient sans douleur véritable. Tout le monde y trouverait son compte.


Alexandrine Civard-Racinais


Hebergeur d'image

11 comments:

  1. Anonymous4:02 AM

    Des braconniers tarés, des chasseurs agressifs sont des viandards aimant TUER. Ces franchouillards, souvent agriculteurs et éleveurs, se fichent complètement de la souffrance animale.

    ReplyDelete
  2. Anonymous4:22 AM

    Les éleveurs-chasseurs, qui massacrent les animaux sauvage et martyrisent ceux qu'ils élèvent, sont des parasites de la nature et des assistés. Selon une étude de l'Insee, l'éleveur de bovins touche au total 40 800 euros de subventions directes par an.

    ReplyDelete
  3. Anonymous6:15 AM

    Quiconque a vécu avec un animal de compagnie sait très bien que ces êtres possèdent une conscience.

    Je comprends fort bien que la plupart de ceux qui se perdent dans les méandres du mental exigeront de moi que je fasse la preuve de cette conscience alléguée : la même exigeance peut leur être demandée en sens inverse et ils devront faire la preuve que ces créatures ne possèdent aucunement la moindre sorte de conscience.

    Lucifer s'est rebellé contre Dieu qui exigeait des anges qu'ils s'inclinent devant les êtres humains : il ne pouvait accepter l'humilité de servir des êtres qu'il considérait inférieur à lui-même.

    Tout être reçoit son être du Seigneur Lui-même et l'homme aussi est requis d'adorer ce qui, en l'animal, est un reflet direct de l'Être divin.

    Qu'avons-nous fait, nous les humains, de toutes les créatures qui ont été placées sous notre garde ?

    Le but réel de l'existence est l'éveil de la conscience et son rattachement au divin.

    Quiconque s'oppose à cela est luciférien ou sataniste et nombreux sont les êtres humains qui correspondent à cette description.

    En ma qualité de Témoin de Dieu je vous avertis tous, du plus petit au plus grand, que vous avez manqué à vos devoirs et que votre fin vous pend tous au bout du nez et que vous serez tous confrontés, à brève échéance, à votre extermination totale.

    Il ne vous reste vraiment que très peu de temps et très peu surnageront.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous7:48 AM

      zwyn,
      Des amis végétariens m'ont fait remarquer à juste titre : Combien d'animaux a-t-on du tuer pour que tes animaux de compagnie puissent manger ?
      Ils m'ont confirmé qu'il est quasi possible de rendre un chien végétarien mais pas un chat.

      Delete
  4. Anonymous7:57 AM

    Nos maîtres sont des goinfres cruels et irrespectueux des lois :

    « Quelques mois après la mort de François Mitterrand, Georges-Marc Benamou a publié un livre sur les derniers jours du président. ll y raconte notamment les coulisses du pantagruélique dîner de nouvel an que Mitterrand a fait avec ses proches 8 jours avant de mourir et l’irréparable pêché de gourmandise qu’il a commis : il mangé l'ortolan, un petit oiseau migrateur qu'on trouve dans l'ouest de la France et qu'il est interdit de chasser. François aurait dévoré une bourriche d'huitre avant de s'enfiler non pas un, mais 2 petits oiseaux..."

    La chasse à l'ortolan est interdite depuis des années. Pourtant, 30.000 à 50.000 ortolans sont tués chaque année après avoir été engraissés 3 ou 4 semaines dans le noir et noyés dans l'Armagnac. Leur dépouille cuisinée est ensuite réduite dans la bouche et avalée d'un seul trait, dans une bouillie de chair, d’os, et de viscères.
     
    Sous couvert de tradition, cette chasse est surtout très lucrative pour les braconniers (généralement landais), puisque la vente d’un seul oiseau sur le marché noir rapporte jusqu’à 150 euros.

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1238511-des-oiseaux-engraisses-dans-le-noir-puis-noyes-dans-l-armagnac-le-cruel-sort-des-ortolans.html

    ReplyDelete
  5. Anonymous8:23 AM

    Bonjour,

    L'authenticité de l'éveil spirituel des imams, lamas, prêtres, pasteurs, grands maîtres de loges, initiés ou simples méditants se constate au moment du repas.

    Victor

    Un homme équilibré possédant un minimum de sensibilité est naturellement « relié » à la totalité de la vague de vie qui inclut les animaux. Il ne mange pas de viande parce qu'il a une forme de conscience des horreurs commises par les professionnel de la souffrance, de l'élevage à l’abattoir.

    ReplyDelete
  6. Anonymous9:09 AM

    Hitler était végétarien.

    Il y a 2 sortes de végétariens :

    - les égoïstes (ils ne mangent pas de viande pour ne pas compromettre leur santé),

    - les altruistes mangent des végétaux par compassion pour les animaux dont la sensibilité à la souffrance est plus développée que celle des légumes.

    ReplyDelete
  7. Anonymous7:34 PM

    J'en parlerai à mon cheval et lui dirai de demander aux autres animaux d'arrêter de se bouffer entre eux.
    N.B. : Voter aux prochaines Régionales, c'est cautionner leur nouveau découpage, qu'on se le dise ;
    c'est un référendum qu'il nous aurait fallu !
    Signé : Charles DARWIN & Pascal BRUCKNER

    ReplyDelete
  8. Anonymous10:31 AM

    Les animaux qui ne sont pas végétariens tuent pour se nourrir. Mais les humains ont perdu toute mesure avec l'industrie de la viande, un monstre torturant et sacrifiant chaque année 60 milliards d'êtres sensibles.
    Quant à la politique, la démocratie représentative à l'époque d'Internet est une monumentale arnaque qui ne profite qu'à l'oligarchie et à la mafia politicienne.
    Le gouvernement du peuple par le peuple est possible grâce à une nouvelle citoyenneté cybernétique et la pratique régulière des référendums. La seule difficulté : nommer des personnes compétentes (salariées par le peuple) pour mettre en application la politique décidée par le peuple. La eRépublique n'aura plus à subir des parasites comme Sarkozy, Hollande et consorts (députés, sénateurs, maires, etc...)

    ReplyDelete
  9. Anonymous9:06 AM

    Bien sûr que l'animal ne souffre pas puisqu'il est un amas de viande innervée se mouvant par automatisme , branché sur le réseau électromagnétique terrestre.

    ReplyDelete
  10. Anonymous9:14 AM

    Il ressemble à mon voisin ce joli monsieur , sauf que lui il chasse les chats du quartier.

    ReplyDelete