Tuesday, December 15, 2015

Un dessin animé japonais qui élève l'esprit




Récemment, ma femme m’a montré un dessin animé japonais intitulé Mon Voisin Totoro (1988).

Bien que destiné aux enfants, ce film m’a rappelé le pouvoir de la création artistique pour nous réassurer, nous rafraichir et nous inspirer. C’est un parfait exemple de tout ce dont nous sommes privés.


Écrit et dirigé par Hayao Miyazaki, le film décrit les rapports entre deux soeurs, Satsuki et Mei, et un « esprit des bois » au sein d’une campagne proche de Tokyo en 1957.

Beaucoup de choses m’ont étonné. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai vu l’innocence dépeinte avec autant de bonheur. Ces enfants sont innocents, tout spécialement la plus jeune, Mei. La manière dont la palette des réactions émotionnelles de l’enfant est si habilement décrite dans ses expressions faciales, m’a rappelé que l’art nous rend plus humains en révélant ce qui est universellement humain. Les sensations d’un enfant ont trouvé une résonance en moi, un homme de 64 ans.


Je vois rarement des émotions humaines positives dépeintes dans les films : la tendresse, l’espoir, l’amour. Je pourrais en lister davantage mais j’ai oublié ce qu’elles sont. Tout le monde devient de plus en plus blasé et déshumanisé. 


Le père des filles, M. Kusukabe, un professeur d’archéologie, joue son rôle de père. Mme Kusukabe est à l’hopital. J’ai apprécié la manière dont ce père traite ses enfants, avec beaucoup de patience et de respect. J’ai adoré le monde où ils vivent, le fait qu’il puisse prendre son bain avec ses deux filles sans que les voisins alertent les services de protections de l’enfance.

Leur monde est innocent. La culture est intacte. Les gens connaissent la différence entre ce qui est sain et ce qui malsain.


Lorsque Mei part toute seule pour visiter sa mère, il n’y a pas à s’inquiéter qu’elle soit enlevée ou abusé sexuellement. Lorsque Satsuki part à sa recherche, tout le monde est courtois, inquiet et serviable. Malgré que le Japon ait eu à subir la dernière guerre, la culture est restée intacte.

Satsuki fait appel à l’esprit des bois Totoro pour l’aider. Ce dernier envoi alors un chat géant qui se change en bus. J’ai aimé le fait que ces créatures soient bienveillantes. Il n’y avait aucun sentiment de menace.


À comparer avec tout le traumatisme et la noirceur présente au sein de beaucoup de films pour enfants. Prenez Bambi, où la mère est tuée par des chasseurs ou Nemo où sa famille est dévorée par un requin. Madagascar est rempli d’insinuations homosexuelles.


Si nous voulons vivre au sein d’une société saine, les médias de masse doivent défendre des valeurs saines. Traitez-moi d’Ayatollah, mais je bannirai la pornographie, la dépravation et la violence. Pourquoi peuvent-ils nous imposer leur immoralité et nous ne pouvons pas leur imposer notre morale ?

Nous avons subi un lavage de cerveau pour rejeter les notions de Satan et du Satanisme, mais notre société est sataniquement possédée. Vous pouvez vous en rendre compte à travers l’obsession à l’égard du sexe et de l’argent, ainsi que l’acceptation de la dépravation, de l’obscénité et la violence. Cela n’est pas le moins du monde accidentel. C’est une stratégie délibérée des Illuminati, un culte satanique qui contrôle les médias de masse et beaucoup d’autres choses.

Les écologistes combattent la pollution mais négligent le renflement qui se déverse dans nos esprits et nos âmes. Il semble que nous ne parvenions pas non plus à arrêter ce courant.

Un animateur de radio avait pour habitude de rendre l’antenne en disant: « Ayez des bonnes pensées ». C’est la moitié de la bataille pour sauver notre âme. Cela dépend de ce sur quoi nous choisissons de fixer notre attention.


J’ai été étonné de voir à quel point Mon Voisin Totoro m’a revigoré. Je me suis senti purifié et allégé. Ce film m’a rappelé que mon âme, et pas seulement mon estomac, a besoin d’une nourriture saine.
Henry Makow

Selon Henry Makow, l'humanité est victime d'une oligarchie sataniste. Roger Dommergue évoque le génie de Norbert Wiener pour résumer en quelques phrases la tragédie mondiale dénoncée par Makow :

« Norbert WIENER, inventa le premier robot perfectionné, la tortue électronique. Bachelier à 8 ans, à 15 ans il a traité devant les cybernéticiens français ébahis des esprits infernaux !

Il est divertissant de constater qu 'il en distingue deux sortes : ceux qui détruisent l'ordre, et ceux qui créent le désordre ; et les pires : ceux qui cherchent à PROMOUVOIR UN ORDRE NOUVEAU CONTRAIRE A L'ORDRE DIVIN... Disons les simples démoniaques ou les Lucifériens, dont il regrette, comme Einstein et Oppenheimer, mais un peu tard d'avoir fait partie ! »



7 comments:

  1. Anonymous9:15 AM

    Dans "Le règne de la quantité" de René Guénon, on trouve des précisions intéressantes sur les origines du pouvoir satanique mondial.

    ReplyDelete
  2. Anonymous9:44 AM

    Alain Finkielkraut a fait référence au livre de Guénon "Le règne de la quantité". Il avait besoin d'étaler sa confiture culturelle.
    Finkielkraut, philosophe et académicien est un triste spécimen de la raclure de bidet qui sert le système. Petit rappel, pour le costume d'apparat, le prétendu philosophe a déboursé 35.000 euros. L'épée peut coûter jusqu'à 100.000 euros. Indiscutablement, la merdouille philosophique rapporte, ce n'est pas BHL qui dira le contraire. Elle est belle la philosophie des intellectuels sionistes !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous10:53 AM

      En lisant l'article de L'OBS sur le rebelle du Quai Conti, j'ai tout de même appris un mot, l'adjectif, assez approprié en l'occurrence : "germanopratine" = du quartier Saint-Germain-des-Prés à Paris (LAROUSSE). C'est en effet dans ce quartier que cette sale petite pute d'Alain fait le trottoir.
      Quant à Béachel, il ne mérite même pas les tartes à la crème qu'il reçoit sur la gueule, de la béchamel suffirait.
      Et c'est signé : cette vieille chamelle d'Ariel TROUDEBALE.

      Delete
  3. Anonymous11:00 PM

    Jean-Paul TARTRE et Simone de BAVOIR : voilà un couple d'intellectuels qui avait de la gueule ;
    Sonny & Chair : déjà, ça n'a pas tenu bien longtemps ;
    Stone et Charden : ça a bringuebalé tant bien que mal, comme ça a pu ;
    mais Béachel et Ariel TROUDBAL : c'en est trop, il faut que ça cesse, QUI A DIT QUE CE N'ETAIT PAS MIEUX AVANT ?
    Ce message vous était offert par "Mouettes et Chardons", le champagne breton.

    ReplyDelete
  4. Anonymous10:02 PM

    Mot-clé : "hentaï" = DES DESSEINS ANIMES JAPONAIS QUI ELEVENT AUTRE CHOSE

    ReplyDelete
  5. Anonymous11:53 AM

    Merci qui ? Merci Père Noël !
    http://epicwtfs.com/post/35082203446/is-that-you-santa-claus

    ReplyDelete