Thursday, March 17, 2016

Shoko Asahara, exterminateur au nom de Shambhala



Shōkō Asahara, initié à l'ésotérisme politique de KALACHAKRA et ami du Dalaï-lama (le grand hiérophante de KALACHAKRA), est toujours en attente de son exécution.

"Le gourou de la secte Aum, dit Marc Bosche, se proposait de transformer à marche forcée le monde en un "royaume de Shambhala" et avait mis en valeur ses introductions auprès de sa Sainteté le Dalaï-lama pour faciliter la pénétration des idées du tantrisme bouddhique de Shambhala dans la société japonaise."

Le " maître spirituel " était grand amateur de voitures de luxe et de femmes. Il annonçait l’apocalypse et assurait que " tuer peut être utile parfois ". Ses disciples firent 12 morts et quelque 5 500 blessés dans l’attentat au gaz sarin de Tokyo le 20 mars 1995.

A la fin des années 80, Shoko Asahara n’était plus un inconnu. Il rencontra cinq fois le Dalaï-lama dont il se disait le disciple. Même après l’attaque au gaz sarin, le Dalaï-lama aurait, selon le magazine Stern (Stern 36/95, p. 126), réaffirmé son amitié pour le responsable de Aum Shinrikyo, appelant ce dernier " un ami, peut-être pas parfait, mais un ami ". De nombreux courriers attestaient de relations très amicales et respectueuses entre Asahara et les nombreuses autorités tibétaines, incluant Khamtrul Rinpoche et Kalu Rinpoche.

Marc Bosche écrit : "Sa Sainteté le dalai lama pose main dans la main avec le riche bienfaiteur Shoko Asahara qui aurait donné en tout à la cause tibétaine 45 millions de roupies, soit environ 170 millions de Yen ou encore 1,2 millions de dollars selon le journaliste Christopher Hitchens, His Material Highness, 13 juillet 1998 in :
http://www.elevenshadows.com/tibet/hismaterialhighness.htm

Quelques années plus tard, le 20 mars 1995, le même Shoko Asahara, gourou de la secte Aum, et surtout psychopathe ayant l'intention d'anticiper à sa manière la vision apocalyptique de Shambhala, fera gazer au sarin de sa propre initiative les passagers captifs du métro de Tokyo. L'attentat entraîna de nombreuses morts et de très nombreuses intoxications (environ 5500) dans ce qui devait s’avérer l'une des plus grandes catastrophes contemporaines en relation avec une secte. La photo ne figure pas dans l'album souvenir de Sa Sainteté sur son nouveau site www.dalailama.com, mais est reproduite en revanche dans le livre électrochoc de Victor et Victoria Trimondi (http://www.trimondi.de) "The Shadow of the dalai Lama" qui consacre tout son chapitre XIII (Deuxième partie de l'ouvrage) à cette question :

On découvre dans le chapitre sus-mentionné, précis et documenté, les liens qui unissaient, avant le drame, Sa Sainteté le Dalaï Lama et Shoko Asahara, (même si bien entendu Sa Sainteté n'avait pas la moindre idée de la dangerosité future et des projets funestes de ce dernier). On peut suggérer à chacun qui lit l'anglais de découvrir en intégralité le chapitre XIII du livre des époux Trimondi http://www.trimondi.de/SDLE/Part-2-13.htm pour s'en faire une idée précise et informée. En particulier il semble que les deux hommes se soient rencontrés cinq fois à partir de 1987 si l'on en croît aussi le magazine Stern (36-95, p.116-117).

Le gourou de la secte Aum se proposait de transformer à marche forcée le monde en un "royaume de Shambhala" et avait mis en valeur ses introductions auprès de sa Sainteté le dalaï-lama pour faciliter la pénétration des idées du tantrisme bouddhique de Shambhala dans la société japonaise.

Voici quelques liens Internet proposés par Victor et Victoria Trimondi concernant les relations entre le dalaï lama et Shoko Asahara :

"Shoko AsaharaThe Japanese Doomsday-Guru Shoko Asahara who became famous because of a gas-attack in the underground of Tokyo and whose organisation murdered more than 20 people was a good friend of the Dalai Lama. His worldview incorporates many elements he found in Tibetan Buddhism, including the Shambhala Empire. Asahara is extremely Anti-semitic. 

The Dalai Lama with ShokoAsahara:




Source : Marc Bosche

Shoko Asahara a été condamné à la peine capitale en 2004.



6 comments:

  1. Anonymous1:32 PM

    La présence de sionistes au plus au niveau du bouddhisme tibétain explique les dérives de ce courant et la haine du véritable islam.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous4:45 PM

      OK! Mais tu as oublié H et T, les deux lettres du début et de la fin du mot HauT. LOL

      Delete
  2. Anonymous1:47 PM

    Selon les Trimondi :
    "Le tantra du Kalachakra est tout sauf pacifiste car il prophétise et encourage de façon idéologique une guerre de religion sanglante entre bouddhistes et non-bouddhistes (notamment contre les musulmans) pour la domination du monde..."

    ReplyDelete
  3. Anonymous1:55 PM

    Le Dalaï-lama, ce bonhomme me dégoûte. Il est à la solde des loges lucifériens de l'empire ANGLO-ISRAELO-AMERICAIN. IL FAUT BOUTER LES LAMAS TIBETAINS HORS DE FRANCE! Ce sont des idolâtres, des magiciens érotomanes, des démoniaques... (Voir la vidéo Matthieu RICARD et Jacques ATTALI, lamaïstes et talmudistes mondialiste c'est CUL et CHEMISE)

    ReplyDelete
  4. Anonymous4:39 PM

    Il daille, le dalaï-lama ! (Comprendre le verbe dailler selon le sens attribué par les bordelais.)

    ReplyDelete
  5. Anonymous4:52 PM


    “Bientôt le jour J” : telle est la rumeur que l’on entend ces derniers temps chez les journalistes. Il s’agit de la date de l’exécution de Shoko Asahara [le gourou de la secte Aum, condamné à la peine capitale
    Pour un condamné à mort, toute communication avec l’extérieur est strictement limitée. Seuls sont autorisés les contacts avec la famille, l’avocat et les visiteurs agréés. Or, aujourd’hui, plus personne ne peut rencontrer Asahara ; la dernière visite de sa famille remonte à 2008 et, depuis, sous prétexte que l’intéressé ne le souhaite pas, le centre de détention refuse toute visite. Son premier appel a été rejeté au bout de quatre mois [en 2006] ; or l’examen d’un recours prend normalement plusieurs années. Que la cour ait rejeté aussi rapidement un recours est une chose inédite. C’est pourquoi on peut y voir un calcul sous-jacent. Une deuxième demande de recours a été déposée, mais celle-ci a de fortes chances d’être rejetée. Ainsi, il ne serait pas étonnant qu’il soit exécuté dans la foulée du prochain rejet de sa demande en révision."

    Courrier International.

    ReplyDelete