Wednesday, June 22, 2016

Usages pervers des techniques méditatives

« Il s’imaginait, toujours en ImagiShark, happer les qualités subtiles de l’autre, les dévorer... »


Dans un roman à clés intitulé "NIRVANA", Marc Bosche (1959 - 2008) dénonce les dérives d'un lama ayant réellement existé. 

Crocki est un lama français psychopathe. Après avoir intégré le cercle des hiérarques d'une puissante congrégation lamaïste, Crocki est devenu au fil du temps un redoutable magicien noir capable d'utiliser le pouvoir de son imagination et de rituels démoniaques, notamment ceux des gardiens courroucés (les dharmapalas, nommés imagiShark dans le roman), afin d'assouvir sa soif de domination.

L'auteur pense que le pouvoir dévoyé de l'imagination, de la concentration et des visualisations peut subjuguer, tourmenter ou tuer une personne. D'ailleurs, le thriller commence par des morts inexpliquées de jeunes retraitants...

Ici, Marc Bosche résume la technique de visualisation utilisée par Crocki :


« Nous venions de comprendre comment notre psychopathe procédait. Il combinait sa passion du grignotage avec la visualisation de ses victimes, grâce à sa stabilité de l’attention et la grande clarté de cette dernière. Dès qu’il avait choisi sa proie, il surgissait, se visualisant comme imagiShark, et imaginait qu’il ouvrait le ventre de la victime d’un coup de couperet. Simultanément dans sa chambre il déchirait son nouveau sachet de chips CrispyMax. Il imaginait que le bol rituel que tient l’imagiShark de sa main gauche se remplissait de la conscience et de la vitalité du malheureux, tandis que dans sa chambre il tenait le paquet de chips ouvert devant lui, frémissant de désir pour en avaler le contenu. Il s’imaginait, toujours en ImagiShark, happer les qualités subtiles de l’autre, les dévorer, tout en puisant dans le sachet aluminisé ses chips, dont il se régalait, allant jusqu’au bout du paquet avec un plaisir inavouable. Il avait peu à peu dérivé de son appétence pour ce grignotage une puissance, capable de dominer, voire de nuire, sans pouvoir vraiment s’arrêter... » […]

Le pouvoir d'une imagination entraînée peut générer une véritable agression psychique. 



L'attentat magique de Crocki contre le daïla lama 

(ne pas confondre avec le dalaï-lama qui se trouve dans d'autres livres de Marc Bosche) 

- 1 -


« Déjà Crocki offrait son écharpe. Il semblait très concentré, comme s’il se visualisait en imagiShark. Le daïla lama cilla à peine, lorsqu’une expression lointaine, distante, implacable, passa, fugitive, sur ce visage pâle incliné devant lui. Pomme et moi eûmes la perception intérieure de ces instants : Crocki tentait de subjuguer le daïla lama.

Crocki imaginait qu’il était devenu noir, énorme, le poil hérissé, entouré de flammes rougeoyantes, et que le daïla lama était tout petit et réduit à sa merci, retenu sous son large pied d’imagiShark aux ongles acérés. « Kshh ! » En un éclair, il imagina qu’il attrapait de sa main griffue notre daïla lama. Ce dernier, il le voulait minuscule, gigotant, apeuré, en l’air, tandis que l’imagiShark le soulevait... « Kshh ! » Crocki visualisait déjà son agréable festin : il s’apprêtait à engloutir le daïla lama en une seule bouchée. Il allait l’enfourner vivant, avec sa robe bordeaux, ses jupons couleur safran et ses lunettes, tout crû, dans sa grande gueule carnassière ornée de gigantesques incisives blanches. Il ouvrit largement son redoutable clapet. Ses puissants maxillaires écartés formaient comme un sourire gourmand. Il y précipiterait donc sa victime qu’il tenait au-dessus, suspendue entre son pouce et son index... Tout cela ne lui prit qu’un instant, au moment où il se penchait, apparemment dans la plus profonde dévotion, pour recevoir l’écharpe que le daïla lama lui passait autour des épaules. »




Comment l'attaque psychique de Crocki fut parée

- 2 - 

« Pomme, réalisant comme moi ce qui se passait, pressa son talon de chaussure sur les orteils de Crocki, qui était nu pieds dans ses sandales. Ses doigts de pieds endoloris lui firent perdre un instant le fil de sa concentration. Quant à moi j’exhibais sous les yeux de Crocki un paquet, taille Jumbo, de chips CrispyMax saveur bacon, que j’avais caché sous mon châle, et qui m’avait fait ressembler à Bibendum. Je fis crisser ostensiblement le papier aluminisé de l’emballage sous son nez.

Confronté à des orteils endoloris et à une telle tentation visuelle et sonore, Crocki perdit la stabilité de sa visualisation. Nous avions gagné du temps, quelques secondes à peine, afin que le daïla lama puisse entrer, sans être dérangé, dans sa méditation de la vacuité, en dissolvant les éléments conscients de sa réalité, les uns après les autres, passant par les étapes successives que chacun éprouve au moment de l’extase sexuelle, mais aussi de la mort, du coma ou encore de l’éternuement.... Depuis la vacuité, il ne pouvait maintenant plus être atteint par la forte densité de l’imaginaire de Crocki. »



Les pratiques erronées ou la perversion du dharma.

En qualité de moine résidant au monastère tibétain Dhagpo Kundreul Ling situé en Auvergne (France), Marc Bosche n'ignorait pas les rivalités et les haines qui déchiraient l'ordre religieux. A l'époque, la guerre des deux kamapas faisait rage. Et, les hiérarques des deux camps ne négligeaient pas les techniques psychiques de protection, comme l'illustre l'extrait suivant.



Comment fut désactivé le pouvoir diabolique de Crocki, lama magicien et hiérarque maudit 

- 3 -

« Le daïla lama, et sa suite, avaient l’habitude des pratiques erronées des disciples, surtout dans quelque faction renégate. Ils savaient bien que cette promenade pouvait réserver ce type de surprise.

Des vaisseaux lumineux surgirent de la suite du daïla lama. Ils restèrent invisibles pour la plupart d’entre nous dans la petite assemblée. Ils émergèrent dans notre monde humain depuis une autre dimension inconnue. Ils allèrent protéger chacun au monastère, dans les centres de retraites, chez les disciples, et parmi la foule rassemblée ici. Une nuée de ces champs de lumière translucide, dotés d’activités subtiles, se répandait. Ils entouraient chacun, et se fondaient avec chaque constitution humaine.

Crocki en fut lui aussi rapidement entouré et des effets psychosomatiques souverains prirent possession de son corps. Des activités fluides se déplacèrent bientôt à l’intérieur de lui, animées de courants et d’une grande mobilité interne. Le corps de Crocki était visité par ces fluides dorés aux circulations précises... Pomme et moi bénéficions, en ces instants, d’une sorte de zoom grossissant notre perception, nous permettant de discerner ses détails. Un minuscule mandala, une sorte de disque sur lequel était disposées des silhouettes miniatures et comme vivantes, fut instantanément extrait du corps subtil de Crocki, au niveau de son nombril, par ce champ doré et mouvant. Nous percevions comme au ralenti ces interventions invisibles, par une étonnante médiation intérieure.

Ce mandala, nous en vîmes rapidement quelques détails. Il s’agissait du domaine à taille réduite des idoles qui étaient vénérées au monastère... Il y avait le bouddha, les imagiShark prédateurs, les divinités du tantrisme, comme autant d’aimables santons de Provence qui auraient été virtuels, animés et vrais, tout à la fois. Du mandala, les silhouettes de plusieurs imagiShark noirs furent aspirées par le vaisseau invisible, et elles y disparurent. Le mandala désormais plus petit, et réduit à des silhouettes rouges, blanches et or fut réintroduit dans le corps de Crocki. Ce dernier venait de perdre la puissance des imagiShark, celle qui avait permis à ses passions, à sa colère, d’avoir des effets multipliés, et d’agir ainsi sur les autres... »


Dans ce dernier extrait, l'auteur développe une hypothèse pouvant expliquer le fonctionnement des techniques psychiques de domination utilisées par Crocki. 


« Car ses visualisations courroucées étaient rendues efficaces, en servant d’organe sensoriel à un système spoliateur sophistiqué, existant dans des plans imperceptibles, en filigrane de notre monde et de ses lois. Cette intrusion passait ici inaperçue. Elle faisait irruption, à la manière d’un invisible vaisseau furtif, dans notre humanité. Sa conscience collective disposait d’une technologie psychosomatique avancée.

L’informatique des hommes et sa complexité ne peuvent encore rendre compte de ce qu’est cette science furtive. Internet connaît la multiplication des cookies. Ces petits programmes mobiles entrent à leur insu dans les réseaux de télécommunication. Certains peuvent même faire remonter vers leur ingénieur, le hacker, les codes confidentiels permettant de débiter des comptes bancaires, à l’autre bout du monde.

Cette image simple est insuffisante, cependant, pour suggérer ce qu’était ce réseau de simulations neurosensorielles interactives. Celui-ci avait développé des cookies pour notre univers humain organique. Ces activités échantillonnaient les nuances de la conscience et les télé-transportaient dans ce système. Leurs qualités se transformaient, se combinaient de nouveau, selon une logique indéchiffrable. Ce qui était prélevé chez les humains allait de la vitalité juvénile à la méditation paisible. Ce système psychosomatique très complexe prenait, recomposait, et réintroduisait parfois des flux, tant de conscience que de vitalité, dans les expériences des personnes.

Cette méthode lui permettait de promouvoir des orientations collectives, de favoriser les évolutions d’un groupe, et de stopper les résistances des personnes concernées. Selon des stratégies confidentielles, desquelles notre entendement devait rester loin, notre humanité était mise à contribution, réduite à de vastes gisements de conscience primitive. Nous ne pouvions pas imaginer que nous étions des mammifères élevés en stabulation libre !

Impossible pour autant de désigner les responsabilités : ce système provenait d’autres dimensions et, tel un vaste vaisseau spatio-temporel, il savait y circuler. Connaissant les principes du temps, il émergeait à l’affût des opportunités faciles de conquête et de colonisation. Comme les humains le firent au cours de leur histoire...

La colère, combinée à l’utilisation d’images agressives imagiShark, pénétrait les constitutions psychosomatiques humaines. Grâce à l’effraction, ces activités accédaient à l’intimité des êtres vivants. Elles y prélevaient les meilleures énergies de bonheur. Elles pratiquaient un appauvrissement progressif de la vie... Elles savaient transformer rapidement un groupe, et ne se souciaient pas de lui assurer un éveil spirituel. »


Télécharger gratuitement « Nirvana,le réveil des oiseaux », un thriller initiatique de Marc Bosche.

Trois amis tentent de résoudre la terrifiante énigme qui semble hanter une mystérieuse lamaserie reconstituée en Europe.




Les passages en bleu ne sont pas dans le roman de Marc Bosche.


10 comments:

  1. Anonymous11:16 PM

    Bonjour,
    Le lamaïsme est utilisé comme technique d'envoûtement par beaucoup de personnes qui se moquent totalement de la cessation de la souffrance de l'enseignement du Bouddha. Le lamaïsme n'est pas du bouddhisme.

    ReplyDelete
  2. Anonymous6:24 AM

    Comment expliquer la mode de la méditation devenue une technique de bien-être ? On incite les gens à méditer sans les mettre en garde contre la prédation occulte. Or, on ne médite JAMAIS SANS CREER UNE PROTECTION MENTALE.
    Cette mode permet-elle, comme le dit BOSCHE, de "promouvoir des orientations collectives, de favoriser les évolutions d’un groupe, et de stopper les résistances des personnes" ?
    Du jésuitisme occulte on passe au fascisme occulte.

    ReplyDelete
  3. Anonymous12:12 PM

    On a dit que Marc Bosche, qui fut l'un des premiers à dénoncer les pratiques perverses du VAJRAYANA, est mort prématurément à l'âge de 48 ans à cause des DHARMAPALAS (gardiens agressifs de la doctrine lamaïste). Ou bien, le malheureux anthropologue beaucoup trop bavard a été victime d'une action occulte ourdie par des lamas comme Crocki ou Crocki lui-même.
    A condition d'avoir un bon entrainement, les techniques lamaïstes permettent de commettre le crime parfait : crise cardiaque, AVC, attaque cérébrale...

    ReplyDelete
  4. Anonymous7:28 PM

    L'AVOCAT DU DIABLE :

    "- Tu es une ambitieuse, une volontaire, une orgueilleuse, une petite bête de combat. Voila ce que tu es, toi. Ceux du [blog]e tu sais ce qu' ils sont? De vieilles grenouilles qui s'emmerdent, de vieux adolescents ratés, ou de jeunes névrosés... Les gens que tu vois ici, ce sont des éclopés. Je leur sers de béquille . Ils ne peuvent pas supporter d' être libres. Ils ont besoin de s'agglomérer pour se sentir vivre. Ils ont besoin d' une bigoterie commune pour se faire croire qu' ils pensent. Le groupe, c'est un hôpital. Voilà !



    - J’ai le droit de parler comme je veux ! tonne le Maître en frappant sur la table. D’ailleurs, moi-même, sais-tu bien qui je suis ? Ne réponds pas ! Je te défends de répondre ! Je suis un vieux con. Parfaitement, un vieux con ! Sais-tu pourquoi j’ai fondé le Groupe ? Pour me faire plaisir ! Parfaitement ! Pour m faire plaisir ! Un jour, ma petite, si Dieu te prête vie, tu sauras que, passé un certain âge, il n’y a plus que le plaisir qui compte ! A l’heure actuelle, j’ai peut-être encore pour dix ans de vie, et il n’y a pour moi que deux sortes de gens : ceux qui me font plaisir, et puis les autres. Tu fais partie des autres. Alors va-t’en.



    Félix Culpa éclate d’un petit rire amer. Pourtant, il s’est calmé, et même radouci. Il y a de nouveau dans son regard une certaine bonhomie :



    - La mystique, ma pauvre fille ? Mais la mystique n’a rien d’extraordinaire ! La mystique, c’est bête comme chou ! Un petit oiseau, ou un jeune chien, la connaît mieux que moi ! Toi-même, sans le savoir, tu la connais mieux que moi ! Et pour ce qui est du Principe… Tout à fait entre nous, qu’est-ce que ça peut te foutre qu’il y ait un Principe, plutôt que deux, ou trois, ou dix ? Qu’est-ce que ça change à ta petite vie ? Quand tu jouiras, tu jouiras seule, je ne sentirai rien. Quand tu mourras, tu mourras seule, ce n’est pas le voisin qui agonisera pour toi. Bien sûr, le monde est un, la vie est une… et puis après ? Le plaisir, la douleur, la réussite ou l’échec, c’est pour toi, pour toi seule, et c’est ce qui fait que la vie est une guerre. Car le Tao, c’est aussi la guerre ! Tu veux, le secret ? Tu veux que je te le dise, là, maintenant, tout de suite ? Eh bien, ce n’est pas malin ! Rentre chez toi, ouvre la Bible et relis l’Ecclésiaste. Il avait tout compris, celui-là ! On n’a pas dit mieux depuis trois mille ans ! « Tout ce que ta main trouve à faire avec sa force, fais-le, car il n’y a ni œuvre ni pensée ni science ni sagesse au royaume des morts où tu vas. » Tu comprends ce que ça veut dire, au moins ? « CAR il n’y a... » Ce « car » est tout un monde ! Rien ne sert à rien, donc il faut créer ! Non pas bien que, mais parce que ça ne sert à rien ! Le royaume de la terre appartient aux ambitieux. Quant à l’autre royaume, c’est de la blague, il n’existe pas. Désire quelque chose, de toute ton âme, de toute ta chair, et tu seras sauvée. Désire n’importe quoi : un homme, une place, l’argent, la gloire, bats-toi pour l’obtenir, obtiens-le, réalise ! Même si tu échoues, ça n’a pas d’importance ! Ta vie sera une vie, une vraie, et non pas quelque chose qu’on traîne… Sais-tu de quoi ils crèvent, mes paroissiens du groupe ? Du manque d’ambition !n Ils ont tout juste assez d’étoffe pour faire de petits vaniteux, de petits arrivistes… Laisse-les tomber, méprise-les, écrase-les s’ils te gênent ! Que j’arrive seulement à te faire comprendre ça, et je n’aurai pas perdu tout à fait ma salive !... A présent, tu peux t’en aller. Nous ne nous reverrons plus. Adieu. »



    Félix Culpa ( La vie, la mort et la résurrection de Socrate-Marie Gripotard. ) PIERRE GRIPARI (Folio n° 1599)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous9:34 PM

      Ce blablabla, un Copier/coller d'un forum bouddhiste. Des forums bouddhistes, il en existe encore deux ou trois pour vieux gateux qui ont lu tout Lobsang Rampa !
      http://bouddhismes.forumactif.com/t4p150-ressources-liens-autres-forums-sites-livres-en-ligne

      Delete
    2. Anonymous9:47 PM

      Ouais ! Lobsang Rampa, ça c'est du bouddhisme. Le seul qu'on peut comprendre quand on regarde la télé et qu'on lit les merdias !

      Delete
    3. A 15 ans j'ai bien aimé Lobsang Rampa, c'était aussi bien que Tintin ^^

      Delete
  5. Anonymous9:41 PM

    Les 10 années d'enquêtes sur le bouddhisme de ce blogue ça leur a coupé la chique.

    ReplyDelete
  6. Anonymous7:15 AM

    FELIX CULPA et Félicie coupa (la chique).

    ReplyDelete
  7. Anonymous12:54 PM

    Crocki - Donald Von Ajax, comme la poudre arrêt curé ! - distillait lui-même son propre alcool, la "Crocki-gnôle", d'où ces histoires d'imagShark, de chips CrispyMax saveur bacon, taille Jumbo, dans leur paquet aluminisé [sic], de Bibendum et de daïla-lama pour Pomme(s).
    Mon cher Marc, ton délire nous manque bien : comme toi, on aurait bien aimé y croire. Et puis un jour, le sociologue de l'immersion, devenu moine pour le plaisir de porter une robe, est allé couper du bois chez ses parents. Le lendemain, on le retrouvait assis sur son canapé, mort brutalement d'un arrêt cardiaque à 49 ans, victime d'un cinq contre un, avant d'avoir pu faire son probable coming out. Comme quoi vous avez raison : "le pouvoir dévoyé de l'imagination, de la concentration et des visualisations peut subjuguer, tourmenter ou tuer une personne".
    Sous le pseudo Maître EYA j'avais effectivement déjà déposé ce long extrait de Socrate-Marie GRIPOTARD sur le forum consacré au bouddhisme qu'il animait et où j'ai pas mal trollé avant la lettre. Vos Anonymous ont meilleure mémoire qu'un vieux gâteux qui, par curiosité, n'a lu que Le 3ème oeil, il y a fort longtemps... Bravo pour cette perspicacité : accessoirement, ça me coupe la chique en effet...

    ReplyDelete