Monday, July 11, 2016

Alain Soral & la Tradition

par Salim Laïbi



si un haut personnage comme René Guénon venait à être présent parmi nous aujourd'hui, il n'aurait paradoxalement pas de partisans ni de militants actifs. Il pourrait juste réunir un cercle d'initiés, de lettrés de haut niveau, dont le savoir n'atteindra jamais les masses populaires, car ces dernières sont plus attirées par la vulgarité et la médiocrité d'un quelconque gourou, bonneteur médiatique. 


Il serait urgent que ce comique (Alain SORAL) s'intéressât de plus près aux travaux de René Guénon et les assimilât. À vrai dire, le conseil s'adresse aussi à tous ceux qui voudraient comprendre un peu mieux ce monde décadent et l'étudier avec une approche traditionaliste, celui des cycles cosmiques. Ainsi, on comprendra que l'âge sombre actuel, celui du Kali Yuga, explique parfaitement le pourquoi de la réussite apparente de satyres, comme dans le cas de ce gourou. Rien de nouveau sous le soleil, tout est à sa place encore une fois.

Idem pour Simone Weil, la très catholique et géniale auteure de la "Note sur la suppression générale des partis politiques" qu'il a lue mais qu'il n'a ni assimilée, ni même comprise. Pourtant, son raisonnement, comme celui de René Guénon, est limpide et ne souffre aucune incohérence. Le gourou en a parlé à plusieurs reprises, mais encore une fois, son cerveau, macérant dans des mixtures illicites ou obscurci par les vapeurs de la bombance, n'a pas intégré l'information capitale contenue dans cette brochure sublime : la nécessité de réduire à néant l'idée même de parti politique, en raison de son absurdité intellectuelle. Il n'a tellement pas compris le sens de la réflexion de Simone Weil, qu'il a travaillé pour Philippe Péninque, au profit du Front National. Pire, il monte aujourd'hui son propre parti politique (à vrai dire, un satellite du Front), en vulgaire sous-traitant ! […]


LE CAS EVOLA

Venons-en maintenant à une des plus grosses supercheries du bonneteur professionnel, celle de se faire passer pour un traditionaliste qui a étudié la question notamment sur Julius Evola puisqu'il a osé participer au Brésil, à un colloque international sur ce penseur. Il participera à São Paulo, entre les 10 et 12 septembre 2014, à une rencontre internationale évolienne avec Alexandre Douguine. La vidéo de sa prestation est disponible sur Internet, elle dure à peine 45 minutes (très courte puisque la moitié de la conférence est dédiée à la traduction !). On atteint dans cet enregistrement les cimes les plus vertigineuses des délires les plus inquiétants. Un résumé de sa prestation permettra de refléter la gravité de la situation.

Au bout de deux minutes seulement, il accomplira déjà l'exploit de placer Karl Marx ! J'ignore toujours comment c'est arrivé, mais vous pouvez le vérifier vous-mêmes. Lorsqu'il citera les divisions du Manvantara (terme dont il doit ignorer l'existence) il citera l'âge de fer puis de bronze, cherchant ses mots ! Il utilisera timidement le terme Kali Yuga ! À la minute six, il s'enterrera définitivement, alors qu'on n'en est qu'à l'introduction, avec cette sortie étrange et totalement anti-traditionnelle, en affirmant qu'il ne peut penser le monde qu'à partir de concepts qui valident ces hypothèses alors que la pensée traditionnelle est impossible à valider et qu'il faut emprunter le cheminement inverse ! Assurément, c'est exactement l'inverse qu'il faut comprendre dans la pensée traditionnelle, ce qui conforte la supériorité hiérarchique intellectuelle de la métaphysique sur la physique. De très simples lectures de textes de René Guénon et de Julius Evola auraient pu lui faire saisir cette caractéristique essentielle de la Tradition. Preuve encore une fois qu'il ne l'a pas lu, mais le plus grave est pour la fin. Pour lui, nul besoin de la pensée traditionnelle pour faire le constat d'échec du monde moderne. Cette pensée n'est qu'un complément qu'il qualifie de « poétique » et dont la performance intellectuelle est qualifiée d'étrange et troublante. N'est-ce pas extraordinaire ? Encore une fois, c'est exactement l'inverse de ce qu'il fallait comprendre. Et l'inverse de la tradition, c'est l'anti-initiation, l'anti-tradition, en d'autres termes, le satanisme. Il aurait pu découvrir ces concepts dans des lectures plus intéressantes que celles de Karl Marx ou Engels, en lisant notamment Guénon ou Evola dont il ose participer à un colloque dédié à ce dernier. À la minute 13, il parlera de gauche et de lutte des classes, ainsi que de droite et de droits de l'homme ! On se demande bien pourquoi et quel est le rapport avec ce colloque. On s'attendait à une conférence érudite sur Evola, son histoire, ses travaux, ses rencontres...

Puis il parlera, plusieurs minutes durant, de l'antagonisme producteur sédentaire versus nomade parasite ! Comprendre : le paysan du terroir contre le juif apatride. Il usera et abusera encore de la pleurniche en se présentant comme une victime de la censure tout en étant vendu en tête de gondole à la Fnac et autres Cultura ! On se demande encore une fois quel en est le rapport avec ce colloque !

Puis, pour faire un petit peu intello, il citera un archéologue, Vere Gordon Childe, qui aurait expliqué que l'humanité est passée du stade de la préhistoire à l'histoire via la période néolithique, empruntant pour cela le jargon et le paradigme évolutionniste de Charles Darwin. Ce qui, pour un traditionaliste, est une impasse, une impossibilité, une insulte, un blasphème, une infamie. Une recherche rapide sur le net permet de découvrir que cet archéologue s'est nourri aux idées marxistes (tiens, encore lui !) et qu'il a théorisé le néolithique sans absolument aucune preuve, les dernières découvertes ayant d'ailleurs démenti les travaux. Ce n'est sans doute pas grave, sachant que le magicien Alain Soral a tous les droits et qu'il peut balancer n'importe quelle brillante ânerie. Ensuite, il parlera de banques, de réserve fédérale, de monnaie et de nomades parasites (entendre les juifs) tout en pleurnichant une nouvelle fois sur le danger auquel il s'expose et du risque qu'il encourt d'aller en prison, sans que l'on saisisse le rapport avec le sujet ! Au bout de 28 minutes, il annoncera en avoir fini avec son introduction et qu'il s'apprête à aborder la seconde partie, c'est-à-dire la situation actuelle. Rapidement, il parlera, en vrac, de choc des civilisations, du 11 septembre, des juifs, de Poutine qu'il présentera comme un patriote russe ennemi du nouvel ordre mondial, de Syrie et d'Ukraine. Puis il finira par cette phrase extraordinaire de suffisance et de culot : « J'ai suffisamment brillé pour arrêter là » !

En avez-vous rêvé ? Soral l'a fait.

C'est littéralement à la fois, le strike, le jackpot, le Quinté+ dans l'ordre un an à l'avance, le gros lot, le ticket gagnant ! Comment est-il possible d'associer marxisme, théorie freudienne fumeuse, darwinisme et Tradition ? Il a déjà réalisé un écart doctrinal majer en se risquant à accorder Rousseau et le Christ, Robespierre et l'Eglise, mais là ça dépasse l'entendement, il a franchi allègrement le Rubicon, il est en roue libre, il ose tout. C'est du reste à cela qu'on les reconnaît, ce sont les maîtres du pilpoul, un exercice de sophisme de très haut niveau et inégalé si je dois me référer à ce que j'en sais et à mes lectures. Dans sa conférence lyonnaise de mai 2015 avec Pierre Hillard, il affirmera sans rougir : « Mon catholicisme actuel est un catholicisme dialectique comme l'était celui de Charles Maurras... » ! Qu'ajouter de plus ?

En vérité et au risque de nous répéter, c'est exactement l'inverse dont il s'agit. Lorsque le darwinisme parle d'un progrès humain allant de l'être unicellulaire qu'est l'amibe aux grands singes puis à l'homme, avec l'acquisition d'un savoir et d'une science ascendante et progressive, il faut savoir que cette vision du monde est erronée et qu'elle est contredite par des centaines de vestiges éparpillés sur le globe. Nous évoluons du moins vers le plus, de la barbarie à la civilisation, essaie-t-on de nous faire croire. Il se trouve que la Tradition, avec un grand « T », pense et affirme exactement le contraire : l'Humanité descend d'Adam qui était l'homme primordial détenteur du savoir total et va vers la décadence et la dépravation, c'est-à-dire le singe qu'est l'homme moderne d'aujourd'hui. Nul besoin de polémiquer des heures durant pour constater que c'est bien cette vision des choses qui est exacte et non l'inverse, car elle est immédiatement vérifiable dans le réel et au quotidien. L'humanité adamique est passée de l'âge d'or à l'âge d'argent puis de bronze et enfin de fer ou âge sombre, le Kali Yuga, celui dans lequel nous pataugeons aujourd'hui en face de ce dégénéré et de ses semblables.

D'aucuns, les thuriféraires du gourou, pourront toujours dire que j'ai mal compris le sujet et que ceci n'est que ma version toute subjective des faits. Je les invite donc instamment à découvrir ce que pense Evola de Karl Marx par exemple. Cet exercice est destiné exclusivement aux décérébrés et désespérés, car il n'a absolument aucun sens ; c'est comme si on demandait à une abeille de nous prouver qu'elle sait faire du miel.

Sans vous infliger la peine de lire les gros ouvrages de J. Evola - ce qui en vérité serait un pur bonheur - il est loisible de trouver sur le Net le positionnement de ce grand penseur en ce gui concerne le marxisme et le freudisme. Il est essentiel de rappeler à ceux qui ont la mémoire courte ou à ceux qui ne le savent pas, que Freud est un pur produit du sabbatao-frankisme, étant lui-même un kabbaliste, un drogué, un père incestueux et un escroc de haut vol, responsable de bien des suicides de patients lui ayant fait confiance. Michel Onfray a fini lui-même par le comprendre ! En février 1940, Evola a publié dans la revue "La difesa de la razza", un article au sujet des Juifs et des mathématiques, dans lequel il attaquait violemment Marx et Freud. Il considérait ces deux zigotos comme faisant partie d'un complot mondial de domination. Peut-on être plus clair ? Je ne le crois pas. On peut ne pas être d'accord avec lui sur le fond mais on ne peut pas lui faire dire le contraire de ce qu'il a dit. Pour revenir à Michel Onfray, il faut lui reconnaître d'avoir évolué sur le plan des idées et eu le courage de remettre en cause tout le paradigme moderne. Il a enfoncé encore plus le clou lors de sa dernière conférence tenue à l'occasion de la sortie de son livre Cosmos. Le gourou, malgré toutes les contradictions relevées chez lui à propos du triumvirat Marx, Darwin et Freud, s'est permis de s'approprier cette évolution observée chez Onfray en titrant sur son site : "Onfray en voie de soralisation !" Quelle prétention ! Toujours cette volonté de récupération avec des slogans publicitaires creux …

Pour toutes ces raisons, on peut conclure en toute évidence, que Soral n'a jamais lu Evola, qu'il ne sait pas du tout ce qu'est la Tradition et que ça ne l'intéresse même pas, lui qui a eu le temps de l'étudier et qui ne l'a pas fait. Et pourtant, il a eu le culot de participer à ce colloque tenu au Brésil, ce qui prouve que Douguine est lui aussi une belle imposture.



Extrait du livre de Salim Laïbi Le mythomane, la face cachée d'Alain Soral.


16 comments:

  1. Anonymous6:23 AM

    Lire et relire le livre de René Guénon, "Le règne de la quantité et les signes des temps" pour comprendre ce qui se passe actuellement.

    ReplyDelete
  2. Anonymous1:59 PM

    "Alain Soral, dit NIGARI, perché sur son piédestal, s'autoproclamant indirectement le "patron de la dissidence", se voit ici remettre à sa place dans un exposé plutôt explicite. Il fut un temps, la moindre critique sur ce personnage était inenvisageable tant le culte de la personnalité avait créé une sorte de blindage le rendant inattaquable."
    http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/le-mythomane-alain-soral-50935

    ReplyDelete
  3. Anonymous2:10 PM

    "Le Système Soral, enquête sur le facho business" est un livre de Robin D'Angelo et Matthieu Molard : "Grâce aux témoignages d’amis de longues dates ou d’anciens compagnons de route qui se confient pour la première fois, on découvre en effet que celui qui prétend être un penseur « dissident » est surtout un boutiquier avide de gloire qui fait commerce de sa haine. Dans le système Soral, marketing, business et droite radicale constituent un cocktail explosif."

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous2:15 PM

      Précision : "Depuis le livre "Le système Soral", on savait que Philippe Péninque, un des hommes d’affaires qui conseillent Marine Le Pen, s’était porté caution pour l’un des appartements d’Alain Soral. On apprend aujourd’hui qu’une société de son associé Frédéric Chatillon, également intime du clan Le Pen, organise les déplacements du staff d’Egalité & Réconciliation. Et Soral se fait plaisir. Quand il se rend à Lyon le 26 mai 2014 pour donner une conférence intitulée « Les Juifs et les autres », il insiste pour passer la nuit dans un 5 étoiles, « soit le Royal, soit la Cour des loges ». Si son garde du corps se contente de la chambre standard, lui demande la taille au-dessus. Soral passera la nuit dans une suite de 40m2, avec vue sur la place Bellecour, chambre et salon séparés et même… 2 téléviseurs LCD ! Pas mal pour l’autoproclamé dissident « antisystème »."

      Delete
  4. Anonymous8:55 PM

    Tant que Soral ne faisait que de s'en tenir qu'à une analyse extérieure de la situation économique, sociale et politique, en s'appuyant sur toutes sortes de concepts mentaux, il pouvait émaner de lui un genre d'aura faisant sentir sa maîtrise de ces sujets.

    Mais Soral est tout à fait dépassé par la Pensée Traditionnelle qu'il n'a manifestement pas réussi à percer.

    Il fait des "concepts" la base fondamentale de la mesure du Réel, ce qui apparaîtra à n'importe quel traditionaliste comme une pure idiotie.

    La connaissance véritable du Manifesté, en ce qu'il est vraiment, n'est seulement posssible qu'au niveau universel de ce que les hindous appellent la "buddhi". Le mental humain n'est que le résultat de la projection de cette même buddhi universelle dans le domaine individuel. Les concepts du mental n'atteignent en aucune façon le niveau universel et végètent dans les bas-fonds du niveau individuel de la réalité.

    Soral voudrait sans doute voir ses concepts comme des réalités universelles s'appliquant à toutes choses, un peu comme le font les physiciens en parlant de leurs grandes "lois" qu'ils affirment en quelque sorte être soi-existantes et comme contrôlant la naissance et l'ordre cosmiques. Ces grands-prêtres voudraient bien qu'on les prenne au sérieux : aux yeux des traditionalistes qui ont vraiment percé la Pensée Traditionnelle, il n'y a dans tout cela qu'imbécilité et bouffonnerie.

    Soral, pas plus et pas moins que n'importe quel autre ignorant de cette fin de grand cycle, commet l'erreur de prendre le monde extérieur perçu comme étant réel, c'est-à-dire comme existant hors de nous-mêmes exactement comme nous le percevons individuellement. Les "concepts", provenant essentiellement d'une simple opération mentale par laquelle on isole, en notre pensée, une qualité de la chose dont on la tire, il les prend en tant que réalité extérieure, "invisible" ou "subtile", à part entière.

    Ceci correspond vraiment à une naïveté qui se rapproche dangeureusement de la pire des imbécilités, celle, trop répandue, de cette fin des "temps".

    Tous les concepts ne font que nous maintenir au niveau individuel des choses et pour ateindre à la connaissance véritable du manifesté en ce qu'il est vraiment, il faut dépasser ce niveau individuel en se rattachant au niveau universel.

    Beaucoup feront l'erreur de concevoir le niveau universel comme étant constitué de l'ensemble le plus large et le plus total et inclusif des choses de nature individuelle : ceci est une erreur.

    Le niveau universel est le niveau "informel", c'est-à-dire le domaine situé au-delà des formes, concrètes ou subtiles, le niveau de la buddhi des hindous, du Supramental d'Aurobindo, du Mental Supérieur de Gurdjieff, de l'Intellect de Guénon, le monde des "Idées" de Platon. À ce niveau, tout n'est que lumière intérieure pure, être pur, connaissance pure, joie pure etc...

    Soral ferait mieux que de ne s'en tenir qu'à ce qu'il maîtrise vraiment et avant de se prononcer sur une question comme celle de la Tradition, il devrait faire preuve d'un peu d'humilité et commencer par étudier les grands représentants de cette Tradition et commencer de comprendre un peu de ce dont il est question avant de dire quoi que ce soit à ce sujet.

    Spoutnik

    ReplyDelete
  5. Anonymous8:29 AM

    Franchement.. Non mais allô quoi.. Critiquer Soral oui incontestablement. Mais le faire par l'intermédiaire de Salim Laïbi, dit LLP, qui est mille fois pire, qui n'a aucune envergure intellectuelle et dont aucun Traditionaliste sérieux ne voudrait, là les bras m'en tombent...

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous11:22 AM

      A-t-on le choix ? Les auteurs qui dénoncent la récupération de la pensée évolienne et guénonienne sont rares.

      Salim Laïbi, dit Le Libre Penseur, critique le "traditionalisme" d'Alain Soral. Ses arguments méritent d'être connus. Doit-on l'écarter parce qu'il serait pire ? Pire en quoi ? Dirige-t-il un parti politique proche du FN, comme A. Soral ? A-t-il créé un business de la haine ("Le système Soral") ?
      Pouvez-vous être plus précis et donner les raisons qui permettraient de rejeter les analyses de Salim Laïbi ?

      Delete
  6. Anonymous12:45 PM

    Mais précisément LLP récupère aussi Guénon et la Tradition en général. Quant à la haine il suffit d'écouter les vidéos de LLP pour l'entendre traiter de dégénéré tous ceux qui ne lui plaisent pas..

    Jamais Guénon ne se serait abaissé à de viles et vaines polémiques comme le font Soral et LLP.

    Sinon je n'ai pu m'empêcher de franchement m'esclaffer à la lecture de ce délire de LLP: "Il est essentiel de rappeler à ceux qui ont la mémoire courte ou à ceux qui ne le savent pas, que Freud est un pur produit du sabbatao-frankisme, étant lui-même un kabbaliste, un drogué, un père incestueux et un escroc de haut vol, responsable de bien des suicides de patients lui ayant fait confiance." On peut reprocher bien des choses à Freud mais en faire un kabbaliste… seul LLP est arrivé à parvenir à cette conclusion qui n'appartient qu'à lui. Et je doute fort qu'Onfray soit parvenu à cela aussi. Onfray que LLP essaye ici de récupérer en faisant croire que lui aussi est parvenu à la conclusion que Freud fut kabbaliste. Non. Freud était un rationaliste pur jus comme le montre tous les échanges qu'il a pu avoir avec Jung sur l'occultisme, occultisme qu'il rejetait violemment.. Alors la Kabbale…
    Mais c'est le drame de notre époque d'affirmer des contre-vérités avec aplomb. Faut dire qu'avec le public sous-cultivé qu'il y a en face rien de plus facile que de jouer à l'expert.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous8:34 PM

      Freud & la kabbale d'après le livre de Jean-Gaston Bardet, « Qabalah de joie, Kabbale de mort » :
      https://bouddhanar.blogspot.fr/2014/12/freud-la-kabbale.html

      Delete
    2. Anonymous9:00 PM

      "Freud était un rationaliste pur jus" ?
      Vous ignorez qu'il a été initié dans une "loge" du B'nai B'rith, une confrérie juive
      Et, comme tous les initiés tenus par le secret, Freud brouilla les pistes.
      http://freudfrancmacon.com/

      Egalité et Réconciliation présente le livre d'Emmanuel Ratier "Mystère et secrets du B’nai B’rith". Ce livre est "La première enquête au monde sur la plus ancienne (fondée en 1843) et la plus nombreuse (650 000 membres) organisation juive mondiale. Ses dirigeants, ses personnalités (comme Sigmund Freud ou Albert Einstein), ses liens avec d’autres associations, ses réussites politiques et diplomatiques (par exemple, la reconnaissance par les États-Unis de l’État d’Israël), son influence au Vatican, etc. L’influence de la Maçonnerie juive est examinée en France et dans le monde. Organigramme complet des loges françaises, la vérité sur le « serment des B’naï B’rith » qui a exclu le Front national du jeu politique, ses soutiens politiques et financiers, la liste de ses invités, etc. Index de plus de 2 000 noms. Ce livre, parfaitement documenté, n’a jamais fait l’objet d’aucun procès malgré ses révélations explosives.

      Delete
  7. Anonymous7:19 PM

    bah oui: fn pas bien/
    kommunism biennnnn.

    "Tous les concepts ne font que nous maintenir au niveau individuel des choses et pour ateindre à la connaissance véritable du manifesté en ce qu'il est vraiment, il faut dépasser ce niveau individuel en se rattachant au niveau universel."
    bravo spountik

    et que chacun en reset à son horizon actuel
    ou pas?
    137

    ReplyDelete
  8. Anonymous7:21 PM

    en gros
    ainsi soit IL
    ou
    allez tous vous faire....
    c'est pareil.

    ReplyDelete
  9. Anonymous9:51 PM

    Freud et les influences de l'infra monde (la kabbale de mort)

    Alain Soral et Salim Laïbi prétendent défendre la Tradition (Guénon, Evola...). Or
    René Guénon a toujours dénoncé les méfaits de la psychanalyse. Il voyait un caractère « satanique » très net dans les interprétations psychanalytiques du symbolisme. Il n'a pas hésité à écrire :
    « La psychanalyse présente une ressemblance plutôt terrifiante avec certains « sacrements du diable... » Il a aussi dit :
    « Pourquoi les principaux représentants des tendances nouvelles, comme Einstein en physique, Bergson en philosophie, Freud en psychologie, et bien d’autres encore de moindre importance, sont-ils à peu près tous d’origine juive, sinon parce qu’il y a là quelque chose qui correspond exactement au côté « maléfique » et dissolvant du nomadisme dévié, lequel prédomine inévitablement chez les Juifs détachés de leur tradition. » (René Guénon, « Le règne de la quantité ».

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous9:58 PM

      Freud se disait matérialiste mais il a été l'instrument conscient ou inconscient des forces maléfiques qui sont à l'origine d'une dangereuse secte juive (la psychanalyse).

      Delete
  10. JACK CEDE11:31 PM

    Alain SORAL ? J'préfère sa soeur, Agnès : http://thegiao2001.typepad.fr/.a/6a00d83451d9b669e2010536eb4541970b-popup

    ReplyDelete
  11. Pierre AFFREUX6:59 PM

    Et Maître CAPELLO il en pense quoi dans tout ça ?
    - d'abord "bonimenteur" (= baratineur) me paraîtrait plus approprié et simple
    que l'archaïque "bonneteur" (= arnaqueur) aux lignes 4 et 21, mais la nuance est mince,
    je vous l'accorde...
    - de même, à la ligne 9, pourquoi convoquer les "satyres" (= hommes lubriques !)
    quand "satires" (= pamphlets, critiques moqueuses) suffirait ?

    Et puis, je voudrais poser une question à Alain, le frère d'Agnès :
    « Soral, Soral, ne vois-tu rien venir ?
    - Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui merdoie. » Barbe bleue, PERRAULT
    Front de Libération de l'Afriqe du Nord = LE MAGHREB AUX BERBERES ! Colons اذهب للمنزل

    ReplyDelete