Friday, September 09, 2016

Les lamas sont-ils tous des menteurs ?



Au début du 20ème siècle, des livres, comme celui de Léon-Joseph de Milloué « BOD-YOUL ou TIBET », ainsi que des témoignages de missionnaires (Abbé Desgodins, 
Joseph Chauveau...) et des récits de voyageurs ont dénoncé l'impitoyable dictature lamaïste qui écrasait le peuple tibétain. Rappelons quelques noms d'explorateurs :

- Le moine japonais Ekaï Kawaguchi (1866-1945) auteur de « Trois ans au Tibet » ;

- L’Américain William McGovern (1897-1964), « To Lhasa in Disguise : A Secret Expedition Through Mysterious Tibet » ;

- Gonbojab Tsebekovitch Tsybikov (1873-1930)...


Plus récemment, un enseignant luxembourgeois, Albert Ettinger, à l'issue de six années d'études approfondies de l'ancienne société tibétaine, a affirmé : « Le Tibet tel que dépeint par le Dalaï-lama au reste du monde est un tissu de mensonges ».


Albert Ettinger :

« Je me suis mis à lire tout ce que je trouvais sur le Tibet et son histoire, en allemand d’abord, en français et en anglais ensuite. Non pas des auteurs et publications chinoises, bien sûr, mais la littérature occidentale, à commencer par le fameux Heinrich Harrer et ses « Sept ans d’aventures au Tibet » (l’éditeur français a cru devoir ajouter les « aventures » dont le titre original s’était passé). Et je me suis vite aperçu que dès qu’on lit ce bestseller mondial non pas comme un récit d’aventures, mais comme un document historique, de très nombreuses observations tout à fait désavantageuses pour le Tibet d’antan sautent aux yeux. Cela n’a pas empêché l’ancien SS Harrer de se lier d’amitié avec les élites tibétaines les plus réactionnaires et de se faire, depuis les années 1950, le principal chantre occidental de l’Ancien Régime tibétain. 

Dans la sphère francophone, les écrits de la franco-belge Alexandra David-Néel sur le Tibet ont le même parfum d’aventure et d’exotisme qui a si bien fait vendre le livre de Harrer. L’auteure de récits de voyage, exploratrice fascinée par l’Asie au point de se convertir au bouddhisme, a laissé son nom à une fondation visant à promouvoir et à populariser le lamaïsme tibétain. Pourtant, le lecteur attentif de ses œuvres ne peut ignorer ses jugements et commentaires extrêmement critiques à l’égard du bouddhisme tibétain, qu’elle considérait comme foncièrement dégénéré, ainsi que de son clergé et de son système politique et social

J’ai même trouvé éclairante et instructive la lecture d’écrits issus directement de la plume d’exilés tibétains : très souvent, les auteurs révèlent à leur insu les tares de l’ancienne société tibétaine ainsi que leur propre état d’esprit atavique, moyenâgeux. Ainsi, quand Norbu, le frère ainé du dalaï-lama, justifie l’analphabétisme de la grande majorité des Tibétains de l’époque ou prend la défense du banditisme et des brigands tibétains qu’il décrit comme des gens très pieux, puisqu’ils avaient l’habitude de prier avant de commettre leurs méfaits et de partager leur butin… avec les monastères. »

Les deux livres d'Albert Ettinger, « Libérer le Tibet ? » et « La lutte pour le Tibet » ne sont pas traduits en français.

En allemand :
- « Freies Tibet?: Staat, Gesellschaft und Ideologie im real existierenden Lamaismus »
- « Kampf um Tibet: Geschichte, Hintergründe und Perspektiven eines internationalen Konflikts »

En italien :
- « Tibet libero? Rapporti sociali e ideologia nel Paese del Lamaismo reale »

Pendant la guerre froide, les médias ont fabriqué une image de la société tibétaine traditionnelle qui est bien éloignée de la réalité. 


« Depuis 1959 (c’est-à-dire depuis que le Dalaï-lama n’est plus au Tibet), les médias ont systématiquement noirci la Chine et mystifié le Tibet et le Dalaï-lama, de sorte que, actuellement, après 50 ans de matraquage médiatique, la très grande majorité (pour ne pas dire la quasi totalité) des intellectuels occidentaux choisissent pour le Tibet, donc contre la Chine.

Pour arriver à ce résultat mirobolant, les médias se sont servis de l’histoire pathétique du Dalaï-lama, une histoire émouvante et remuant nos archétypes les plus profonds : l’histoire d’un roi-dieu, un roi-père, destitué de son trône par des traîtres pervers, chassé de son territoire par des démons rouges à queue fourchue, et " exilé par la force des armes ", précisent les médias. Alors qu’on sait fort bien maintenant que cet exil a été choisi par le Dalaï-lama, en accord avec l’aristocratie tibétaine, les laïcs et le clergé réunis. On sait fort bien que sa fuite a été organisée, préparée et financée par les Etats-Unis. Plusieurs ouvrages ont été écrit à ce sujet, non pas des ouvrages chinois, mais des ouvrages rédigés aux Etats-Unis, au Canada, en Angleterre, entre autre par les ex-agents de la CIA qui ont commandité la fuite du Dalaï-lama, des grands lamas et de l’aristocratie tibétaine, ces mêmes agents présents au Sikkim pour organiser la résistance tibétaine. Ces livres rendent public les mensonges médiatiques à propos du Tibet, dont le plus tenace est le "1,2 millions de morts tibétains à cause de l’occupation chinoise", chiffre qui a été démenti parce que, statistiquement et démographiquement, il ne tient pas la route. Ces livres rendent aussi public le soutien des Etats-Unis au Dalaï-lama et au Tibet, dès avant 59 : une dépêche du ministère des affaires étrangères des Etats-Unis note en 1956 que "le Tibet doit devenir le bastion de notre lutte contre le communisme en Asie". Cette petite note exprime clairement que le Tibet et son représentant le plus célèbre ont été choisis pour servir de pions dans la guerre froide menée par les Etats-Unis, principalement contre le communisme en Chine. Une telle vision étasunienne, pragmatique et futuriste à la fois, explique la présence de le CIA au Sikkim dès le milieu des années 50. Elle explique aussi le soutien financier dont ont joui les communautés tibétaines dès leur exil (1,7 million $/an pendant les années 60) et le Dalaï-lama à la même époque (186.000 $/an), sans parler du soutien logistique octroyé aux mouvements pour l’indépendance du Tibet. On pourrait penser qu’avec le temps, ces financements se sont étiolés, mais il n’en est rien, ils se poursuivent de plus belle quoique sous l’auspice d’association aux noms plus ronflant que la "CIA". C’est ainsi que les communautés tibétaines perçoivent aujourd’hui 2 millions $/an du "National Endowment for Democraty" (organisation étasunienne au-delà de tous soupçons !), à quoi il faut ajouter les nombreuses facilités dont jouissent les tibétains en exil, ainsi que les financements de la part de grands trusts internationaux. » (Présentation du livre d'Elisabeth Martens, « Histoire du Bouddhisme tibétain, la Compassion des Puissants ».)






1 comment:

  1. Anonymous10:56 AM

    Il est indiscutable que le bouddhisme tibétain est un syncrétisme magique habilement greffé sur le bouddhisme du Mahayana. En réalité, les lamas restent au mieux des magiciens au pire des sorciers. Ils n'ont aucun lien avec le détachement préconisé par le Bouddha.

    ReplyDelete