Tuesday, October 25, 2016

Le Vajrayana et le végétarisme



Un jour, un adepte du Vajrayana interrogea son "omniscient" maître, le chef spirituel de la secte Guélougpa du bouddhisme tibétain, le 101ème Ganden Tripa, Loungri Namgyél Rinpoché :

Est-ce qu'être végétarien est obligatoire ? Certains disent que cultiver des plantes conduit à tuer une quantité innombrable d'insectes, alors qu'abattre un seul yak, comme au Tibet traditionnel, permettait de nourrir une famille entière pendant une semaine (52 yaks par an ?). Donc, poursuit le perspicace intervieweur, d'un point de vue numérique, ces personnes suggèrent que nous devrions consommer la viande d'animaux de grande taille plutôt que de manger des légumes qui conduisent inévitablement à la mort d'un nombre incalculable d'êtres vivants. En revanche, certains maîtres insistent sur le fait qu'être végétarien est obligatoire pour un bouddhiste, tandis que d'autres citent des textes bouddhistes pour soutenir le contraire. Quel est le points de vue de Sa Sainteté ?

En fait, le Bouddha a enseigné trois points de vue différents quant au fait d'être végétarien (1).

Dans le premier point de vue, la tradition Hinayana, il est enseigné que nous n'avons pas le droit de consommer trois catégories de « viande impure » :

a) Nous percevons visuellement ou auditivement la mise à mort de l'animal ;

b) Nous soupçonnons que l'animal a été tué pour nous ;

c) Nous savons que l'animal a été tué pour nous.

En dehors de ces trois catégories de viande, nous sommes autorisés à consommer de la viande.

Dans le second point de vue, du Mahayana, du Grand Véhicule, on enseigne très clairement que manger de la viande est absolument mauvais et erroné. Être végétarien est donc obligatoire ici.

Dans le troisième point de vue, du Vajrayana (le bouddhisme magique du Tibet), il y a des enseignements qui disent que les pratiquants doivent consommer de la viande. Les raisons pour cela sont données dans les textes et nécessitent des explications longues. Il ne convient pas que je les développe ici.


Source :
Extrait de l'« Entretien avec Sa Sainteté le 101ème Ganden Tripa, chef spirituel de l'école Guélougpa du bouddhisme tibétain. » Cet entretien eut lieu à l'occasion de la première visite officielle à Singapour de "monsieur Sa Sainteté" du 25 Mai au 23 Juin 2003.


Note :
1) Le Bouddha n'a pas enseigné les doctrines magiques du Vajrayana. Ce véhicule "bouddhique" a été fabriqué au Tibet plus du mille ans après sa mort.



6 comments:

  1. Anonymous11:19 AM

    Les bouddhistes tantriques sont donc carnivores pour des raisons ésotériques et magiques. Raisons que le grand lama ne veut pas exposer aux profanes : "Il ne convient pas que je les développe ici, dit-il".

    ReplyDelete
  2. Anonymous12:04 PM

    Les jaïns sont végétariens et très soucieux de la vie des insectes. Ils ne pensent pas comme les lamas incultes du Tibet que la consommation de légumes détruit plus la vie que la consommation de viande. La philosophie des guéshés, les lamas doctor philosophiæ en abrégé PhD, c'est une grosse arnaque répandue par Matthieu Ricard (vrai ou faux végétarien, j'ai des doutes) et ses amis les escrocs du dharma.

    ReplyDelete
  3. Le jaïnisme enseigne que les plantes n'ont qu'un seul sens : le sens du toucher. Les insectes ont plus d'un seul sens, mais moins que les poissons, oiseaux, reptiles et mammifères (dont l'homme). Ce faisant, on doit d'abord respecter les êtres qui ont plusieurs sens, qui ont une plus grande sensibilité, plutôt que les créatures qui sont moins "sensibles". Pour le jaïnisme, il est donc plus grave de tuer un mammifère qu'un arbre peuplé d'insectes (ce qui ne signifie pas qu'il soit encouragé de détruire des arbres ou des insectes : au contraire, il faut nuire le moins possible, et l'on se souviendra qu'il est inutile d'abattre un pommier pour manger une pomme...) Tout ce jargon bouddhiste pour défendre les boucheries et les abattoirs est odieux et dérisoire (Bouddha est pourtant réputé pour son combat contre les rituels sanglants...)

    ReplyDelete
  4. Anonymous5:16 PM

    Dicton : "crétin et fainéant comme un lama tibétain".

    Si les bouddhistes tibétains, qui vivent souvent dans des châteaux payés par les Rockefeller, travaillaient pour produire une nourriture saine, ils s'informeraient sur l'agriculture bio et la permaculture respectueuses des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible.

    Les nuisibles ce sont les parasites du bouddhisme.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous7:21 AM

      Le bouddhisme traditionnel n'est plus qu'un marché où pullulent les charlatans d'origine asiatique, les JuBus, les parasites nomades et corrupteurs de l'Occident et plus particulièrement de la France...

      Delete
  5. Anonymous5:32 PM

    Le philosophe français Michel Onfray a descendu l'agriculture bio-dynamique (C'était sur France Culture durant l'été). Comme Onfray, les VEGANS n'apprécient pas les recettes de Steiner et l'usage qu'il préconise de la peau de mulot.

    ReplyDelete