Wednesday, November 09, 2016

Donald Trump, la terreur des « élites », est le 45e président des USA


Donald Trump, la terreur des « élites », est le 45ème président des USA

L'homme le plus puissant du monde ne cache pas sa sympathie pour les conspirationnistes.

Il pense que les vaccinations sont responsables de l'autisme.

On le dit irrité par l'Arabie Saoudite et les financiers des terroristes djihadistes.

Il ne désavoue pas ceux qui refusent les conclusions de l'enquête officielle sur les attentats du 11 septembre 2001. Cédera-t-il aux demandes des familles des victimes et ordonnera-t-il de nouvelles investigations ? Quoi qu'il en soit, George W. Bush n'a pas voté pour Trump...

Il est climato-sceptique.

Et, contrairement à Hillary Clinton, Donald Trump n'est pas (officiellement) favorable à la politique interventionniste des néo-conservateurs et des va-t-en-guerre. Un désengagement, plus ou moins complet, des Américains de l'OTAN et un axe Poutine-Trump serviront peut-être la cause de la paix mais certainement pas les intérêts du complexe militaro-industriel.

Un autre lobby est déçu par l'élection de Trump : les sionistes.

Le quotidien israélien « Haaretz » a révélé que les cinq principaux donateurs de la campagne d’Hillary Clinton sont juifs :

« They are Donald Sussman, a hedge fund manager; J.B. Pritzker, a venture capitalist, and his wife, M.K.; Haim Saban, the Israeli-American entertainment mogul, and his wife, Cheryl; George Soros, another hedge funder and a major backer of liberal causes, and Daniel Abraham, a backer of liberal pro-Israel causes and the founder of SlimFast. »



10 comments:

  1. Anonymous11:50 AM

    L'élection de Trump sidère le monde politique français. Le système vacille et François Hollande, la marionnette du Mosad, ne cache pas sa morgue. Sa façon de "saluer" le nouveau président est à mourir de rire. Trump a enfoncé là où ça fait mal.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous4:53 PM

      On dit MOSSAD, c'est le S du serpent surtout quand un politicien te dit "AIE CONFIANCEsssssse"

      Delete
  2. Anonymous12:06 PM

    Les loges oligarchiques ne peuvent pas laisser le pouvoir à un président hors contrôle. Le pire risque de se produire.

    ReplyDelete
  3. Anonymous12:53 PM

    Qui peut incarner le TRUMP français ? Les politiciens français sont les pires fiottes du SYSTEME MONDIALISTE. Celui qui a des c... pour faire le FREXIST est une femme. Suivez mon regard...

    ReplyDelete
  4. Anonymous4:46 PM

    Hollande c'est une déjection du système des partis. Depuis que cette m... est devenu Secrétaire général puis Président de la république grâce au parti socialiste, quand j'entends le mot socialiste j'ai un besoin incontrôlable de FISTER ces messieurs à la rose. Le poing, ils vont le sentir passer...

    ReplyDelete
  5. Anonymous5:03 PM

    Le président américain élu, qui succédera à Barack Obama le 20 janvier prochain, ne jette pas un regard tendre sur la France. Une hostilité ancienne, si l'on en juge par une interview donnée en 1987.

    "La France n'est plus la France". Cette sentence est signée Donald Trump. L'idée a été répétée plusieurs fois pendant sa campagne. Le candidat républicain avait asséné ce jugement une première fois dans le magazine Valeurs actuelles, considérant que "Paris n'était plus ce qu'elle était". En septembre, il était revenu à la charge, évoquant une conversation avec des proches:

    "J'ai des amis qui vont en France chaque année. Ils adorent ce pays. Je leur ai demandé: et cette année, comment ça s'est passé? Ils m'ont répondu: 'on ne va plus en France. La France n'est plus la France'."
    Au passage, Donald Trump avait aussi éreinté François Mitterrand, "un type arrogant, totalement stupide, qui essaie de regagner du terrain en vendant sa technologie nucléaire à tout le monde et c’est une honte, une honte."

    http://www.bfmtv.com/international/comment-donald-trump-voit-la-france-1057529.html

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous5:36 PM

      30 ans après cette remarque de Trump, la politique de la France se fait à Tel Aviv ou plus exactement dans les loges-synagogues où l'on complote contre les nations libres. N'est ce pas monsieur Valls, vous qui reconnaissez "être lié à Israël" !!

      Delete
    2. Anonymous6:22 PM

      Pardon mais ouvrez vos esprits. Regardez qui est Trump, sa biographie, son parcourt, ses finances, sa personnalité.
      Redevenez un peu lucide. Il n'est pas question de le dénigrer plus que de raison ou de le louer mais de ne pas se laisser abuser.
      Il y a une tendance manifeste dans l'être humain à se laisser berner par des bonimenteurs.
      Konrad.

      Delete
  6. Plutôt que de prétendre qu'ils se sont lourdement trompés dans leur pronostic, les médias - français en particulier - feraient mieux d'avouer qu'ils ne sont tout de même pas coupés de la réalité au point de ne pas s'être doutés un peu du risque et, plutôt, ONT MASSIVEMENT FAIT CAMPAGNE pour Killary "Moonface" CLINTON, dite la Bouffie, tournant systématiquement en ridicule Donald le bien nommé. Parce que, un éléphant, surtout républicain, ça TRUMPE énormément mais pas à ce point-là tout de même !
    La première présidente blanche du monde occidental ne sera donc pas américaine : who's next ? Et, dès mercredi après-midi, sur Le Monde.fr, Pascal BRUCKNER, porte-flingue de la bande Béachel-Finkielkraut-Ferry-feu Glucksmann et consort (= le mur des lamentations), montait au créneau, dans une tribune intitulée « Le triomphe des papys braillards » - un lecteur lui rappelant aussitôt qu'il en est un beau lui-même, Yul BRUCKNER, de "papy braillard" -, article rédigé dans un style impeccable, comme il sied et avait été préparé à l'avance.
    POUR RAPPEL, signalons également : http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/11/09/les-bouddhistes-francais-loin-du-nirvana_5028370_3260.html (Je ne suis pas l'auteur de la 1ère réaction - Oie Blanche - mais l'approuve des deux... ailes !)
    blanc F

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous10:33 PM

      PLAFOND DE VERRE vs. MUR DU CON :
      - Après 5 ans de Hollandisme, comment un sympathisant socialiste exigerait-il qu'un Président, quel qu'il soit, tienne ses promesses de campagne et forme un gouvernement intègre ?
      - Comment une sensibilité de gauche s'offusquerait-elle des frasques d'un Trumpettiste, alors qu'elle était prête à cautionner celles d'un DSK, vous savez, le pote "à" Dodo la Saumure, celle dans laquelle on conserve morues et maquereaux ?
      - Traité établissant une constitution pour l'Europe, BREXIT, présidentielles américaines de 2016 : commence à y en avoir plus qu'assez de la sacro-sainte Démocratie ; pourquoi les Etats-Unis n'ont-ils pas fait comme l'Algérie en 1991, arrêt du processus électoral et Obama nommé pour un 3ème mandat, à la Poutine ou à l'africaine, voire à vie. Il casse la baraque tellement il est "super cool" et photohygiénique, avec sa Michelle : pleaz, THE AMERICAN DREAM SHOW MUST GO ON... and go on... and go on for EVER.
      CONCLUSION :
      Jésus avait raison ("Les derniers seront les premiers") : Manuel Walls, bon (avant-)dernier à la Primaire, s'est retrouvé 1er Ministre, par l'opération du Saint-Esprit...
      Les Nuls aussi (La cité de la peur) : ON PEUT tromper une personne 1.000 fois, cela s'appelle le PS.

      Delete