Saturday, November 12, 2016

Leonard Cohen, un JuBu plus juif que bouddhiste


Jeudi 11 novembre, la presse internationale a rapporté le décès, à l’âge de 82 ans, du chanteur canadien Leonard Cohen.


« Le judaïsme est l’aleph (alpha) et le taw (omega) du cheminement spirituel de Leonard Cohen, mais le bouddhisme lui a montré un chemin à suivre pour se rendre à bon port. »

Alexandra Pleshoyano



Leonard Cohen s'intéressa au bouddhisme dès 1960. Il fut officiellement ordonné moine bouddhiste le 9 août 1996 au centre zen du Mont Baldy en Californie. Il avait soixante-deux ans. Son maître était le japonais Joshu Sasaki Roshi.

Le centre bouddhiste du Mont Baldy est assez austère. Les retraitants effectuent des marches méditatives dans la neige à trois heures du matin. Durant la méditation assise, celui qui s’assoupit est brutalement frappé dans le dos avec un bâton.


Devenu moine, le célèbre chanteur ne dormait pas dans un dortoir. Il disposait d'une petite chambre (sans télévision ni radio). Cependant, son maître lui avait donné une autre pièce de la taille d'un dressing avec un bureau, un vieil ordinateur Macintosh, quelques livres, une ou deux bouteilles d'alcool et un synthétiseur Technics. Il avait aussi son propre WC et une machine à café ; Joshu Sasaki Roshi lui ayant accordé une dispense spéciale pour le café et les cigarettes.

Leonard Cohen allait 
au MacDonald's de Los Angeles où il mangeait du Filet-o-Fish et buvait du vin tout en regardant la télé. De retour au monastère, il écrivait, dessinait et composait de la musique sur le synthétiseur.

Le centre zen du Mont Baldy accueille aussi des religieuses. Leonard Cohen a admis qu'il y avait « certaines possibilités érotiques ». Mais, disait-il, en raison de l'âge, il « n'était plus très actif dans ce domaine ». Chris Darrow, du groupe Kaléidoscope, qui avait travaillé avec Cohen, vivait à Claremont, la ville située au pied du mont Baldy. Chris Darrow croisa Léonard dans un restaurant grec de la ville, buvant du café en compagnie d'une belle religieuse.

Pendant des années, Leonard Cohen avait parlé de l'amitié étroite qui le liait à Joshu Sasaki Roshi, maître japonais célèbre pour sa pratique supposée rigoureuse du Zen Rinzai.

Le poète canadien rencontra ce gourou japonais en 1969. Leonard Cohen était fasciné par les cérémonies, et en particulier par le rite des Dix Vœux du Bouddhisme. Toutefois, il observa que le Roshi n'observait guère le vœu relatif à l'abstinence d'alcool. Bien au contraire, il consommait de grandes quantités de saké.

Cohen et Roshi passaient beaucoup de temps ensemble. Durant leurs rencontres l'alcool ne manquait pas. Les deux amis appréciaient une boisson coréenne particulièrement forte en alcool (70%). C'était la boisson préférée du gourou japonais. Il en buvait régulièrement jusqu'à la fin de ses jours. Il a quitté le samsara à l'âge 107 ans.

Durant des décennies, Joshu Sasaki Roshi a trompé et abusé sexuellement des douzaines de femmes notamment des disciples occidentales.

Pendant que Leonard Cohen était au Mont Baldy, son assistante, Kelley Lynch, le dépouillait de son argent. Elle lui aurait volé 8,4 millions de dollars, le laissant pratiquement sans le sou. Kelley Lynch fut condamnée par le tribunal à restituer les millions de dollars du pauvre moine. Mais, elle n'a jamais rien payé.

Kelley Lynch, comme son comparse Neal Greenberg, qui « gérait » les investissements de Leonard Cohen, était bouddhiste. Elle suivait l'enseignement du sulfureux lama tibétain Chogyam Trungpa Rinpoché.


En 2001, Leonard Cohen revient à la musique.



Pour en savoir plus : Mark Oppenheimer auteur du ebook « The Zen Predator of the Upper East Side ».


11 comments:

  1. Anonymous10:44 PM

    "Pendant que Leonard Cohen était au Mont Baldy, son assistante, Kelley Lynch, le dépouillait de son argent." Normal !
    Autrefois, quand une personne quittait le monde pour entrer en religion, elle donnait son argent aux pauvres.
    Ce séjour de COHEN chez les moines bouddhistes ressemble à une farce. Quand le pharisianisme juif rencontre le zen...

    ReplyDelete
  2. Anonymous8:31 AM

    2 heures d'Hommage à Leonard Cohen par ses amis juifs de France Inter (une des radios du groupe Radio France)
    "Radio France ment, Radio France est juive !"

    ReplyDelete
  3. Anonymous9:07 AM

    Je ne suis pas raciste ne croyant absolument pas au mythe de plusieurs races (sémite, aryenne, jaune, rouge, noire, blanche, bleue pour les aristos) dans l'espèce humaine.
    Mais le matraquage culturel du lobby juif est insupportable : la Shoah partout !
    La répression hystérique d'historiens et d’humoristes est une honte dans un pays qui se prétend démocratique.
    Comment expliquer la loi Fabius-Gayssot qui interdit aux chercheurs de faire connaître leurs découvertes sur certains aspects de la seconde guerre mondiale ?
    Et la condition des Palestiniens sous domination israélienne, elle, elle est totalement occultée par les médias !
    Tout cela devient insupportable et porte à la détestation de ce communautarisme dominateur, manipulateur et extrêmement délétère.

    ReplyDelete
  4. Anonymous1:28 PM

    D'accord pour dire qu'il y a un tabou dès que l'on aborde une question qui implique les juifs d'une quelconque façon.
    Mais il y a tout de même et de plus en plus dans les commentaires de ce blog entre autre une sorte de vindicte quasiment irrationnelle à l'égard des juifs.
    Cela donne le sentiment qu'ils sont coupables de tout, nous exonérant par contre coup à ne plus penser.
    Cette facilité à s'abandonner dans la médiocrité ambiante est une insulte à la raison et à la qualité des débats.
    Konrad.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous7:31 PM

      J'approuve votre intervention Konrad. Il y a contre la finance internationale, la politique de globalisation, la dissolution des peuples dans un magma cosmopolite et les forces occultes qui oeuvrent à l'instauration d'un gouvernement mondial une grande colère. Mais le peuple qui prie Dieu dans les synagogues n'a rien en commun avec les Goldman-Sachs-Weinstein-Rockefeller-Rothschild-Soros-Attali-ETC... Eux, ils prient le diable dans la synagogue de Satan.
      https://www.youtube.com/watch?v=1qYuX7yRBPo
      Aaron Russo : le but du Nouvel ordre mondial. (ex ami de Rockefeller)

      Delete
    2. Anonymous8:13 PM

      Grossier, misogyne, xénophobe... TRUMP n'est pas un intellectuel très raffiné. Mais ce lourdaud antipathique en mobilisant des gens comme lui a peut-être accordé un sursis à l'humanité. Les intellos ont voté pour Hillary Clinton. Son élection signifiait LA GUERRE contre l'Iran, la Russie... Qu'importe maintenant les bonnes manières. Chacun doit dénoncer le système avec ses propres mots. Il est vrai que les complotistes que mobilise TRUMP sont souvent antisionistes. Ils ont peut-être de bonnes raisons.

      Delete
    3. Anonymous7:20 AM

      "La synagogue de Satan (formulation employée par saint Jean dans l’Apocalypse), ce sont les élites occultes qui dirigent le monde en sous-main, constituées des élites juives, protestantes et maçonniques (athées). Ces hommes sont tous lucifériens et fonctionnent selon les principes de la kabbale juive."
      https://legrandreveil.wordpress.com/

      Delete
  5. Rude coup tout de même : comme si Montréal n'avait pas déjà été assez éprouvée cette année, avec la disparition d'un autre grand Artiste, René* Angélil !
    * prononcer [rrrenèè] comme Céline Dion, dont il fut le pygmalion.
    Les deux premiers 33 tours vinyls de Leohen CONNARD (Suzanne, SO LONG MARIANNE, 1967 & Bird on a wire, The Partisan, 1969) font tellement partie de notre pré-adolescence (mon frère aîné a 5 ans de plus que moi) que ce qui a pu se passer après...
    C'était aussi l'époque des "jeunes filles en fleurs dans la brume" des posters de David HAMILTON que, D'UNE TELLE CANDEUR A L'EPOQUE, nous étions loin de soupçonner - alors que cela saute aux yeux pour la génération actuelle qui a perdu cette innocence - oui, nous étions à 1.000 lieues de songer qu'un jour lointain il nous faudrait tenter d'absoudre le photographe dont les clichés incarnaient si bien cette pureté de l'âge Rommantique, à la fin des années 70 (en plus, le résident de Saint-Tropez, en a aujourd'hui 83). Alors, solliciter la prescription pour deux Maîtres - eux aussi dans leur domaine - qui ont enchanté notre Jeunesse ? Je n'aimerais pas, en tout cas, être à la place des jurés, ni des accusateurs...

    ReplyDelete
  6. Commentaire sans rapport avec le post : "Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m'engage pour L'ALTERNANCE AFIN DE REUSSIR LE REDRESSEMENT DE LA FRANCE" : telle est, à en croire le tract qui m'a été distribué hier, la phrase que devront signer les volontaires qui participeront au scrutin de dimanche prochain, précaution sans doute destinée à se prémunir contre une participation des militants socialistes qui voudraient bourrer les urnes. Ceci dit, comment des politiques (et quels politiques !) sont assez naïfs pour croire qu'ils ont le monopole de la mauvaise foi, mais que l'électeur lambda est trop bonne pomme pour se risquer à une fausse déclaration de cette importance (c'est d'ailleurs moi qui ai ajouté les capitales pour souligner la valeur du SER-MENT). Décidément, ils n'ont pas eu tort de donner à ce genre de scrutins le nom des participants : les Primaires ! Désolé, Léonard, pour cette parenthèse dictée par l'actualité immédiate.
    Troll & Bus
    Mais revenons à ce bon COHEN, né à Montréal mais à Westmount,enclave située sur le versant ouest du mont Royal, majoritairement anglophone et à revenus élevés (Cohen, tu m'étonnes : je rajoute ce pléonasme pour raccrocher au ton du blog) ...

    ReplyDelete
  7. Anonymous4:23 PM

    Back to ZEN vs. BUDDHISM :
    «Lorsque j'ai vu Leonard Cohen se lancer dans une tournée mondiale, je me suis dit : «Pourquoi pas moi ?» Cela a créé une certaine émulation. Nous avons le même agent qui a achevé de me convaincre.», Yusuf Islam - alias Cat STEVENS - à l'occasion de son retour à la musique, en 2006 lui aussi, après un silence de 25 ans, contre 12 pour l'ex-compagnon, successivement, de Marianne IHLEN (blonde, son aînée de un an), puis Suzanne ELROD (brune, mère de ses deux enfants, dont un petit Adam, comme la brosse du même nom), puis de Dominique ISSERMANN (blonde, de 13 ans sa cadette) et enfin de Rebecca de MORNAY (rousse ! de 20 ans sa cadette), pour ne parler que des "officielles"... sans doute. Musulman, il aurait pu vivre avec les quatre en même temps ; par contre, à défaut de polygamie, on remarquera que le judaïsme permet, peut-être plus longtemps, de conserver vigueur et jeunesse d'esprit. Bravo, lézards tristes, et Alléluia ! (comment s'appelle cet agent artistique déjà ?)
    Un fan - mais que - de la 1ère heure (seulement, je tiens à le préciser).

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous4:58 PM

      On s'en doutait un peu depuis les affaires POPAULANSKI et DSK, par contre, ce qui est remarquable dans la cas du JuBu qui nous intéresse est que l'âge de ses partenaires est inversement proportionnel au succès du chanteur : je ne m'explique pas ce phénomène. Au train où ça allait, il allait finir par animer L'école des fans et autres émissions pour la jeunesse, ou bien encore présentateur sur Gulli.

      Delete