Thursday, August 17, 2017

Mondialisme, chaos et secte oligarchique


Pierre Hillard : "Les droits de l'homme c'est du noachisme [...] pour régenter l'humanité..."


Le 11 juin 2017 à Nice, Pierre Hillard présentait son dernier livre : Atlas du mondialisme. Docteur en science politique, Pierre Hillard a longtemps enseigné et il a su captiver la salle pendant plus de deux heures.

Georges Gourdin, journaliste à Nice-Provence résume les grandes lignes de son intervention.



Conspirationniste, et alors ?



Pierre Hillard assume pleinement le fait d’être qualifié de « conspirationniste  » par Wikipédia puisque c’est le qualificatif qui est attribué à tous ceux qui se penchent sur le moteur de la mondialisation en marche depuis des siècles.

La lutte entre l'ancienne et la nouvelle synagogue

De fait l’universitaire, obsédé par l’origine profonde des choses, cherche toujours la cause première des événements et en fournit systématiquement les sources historiques factuelles. Pour lui, il est nécessaire de remonter les siècles jusqu’au début de notre ère, vers les années 100–120 après Jésus-Christ. C’est à cette époque en effet que la doctrine juive s’est scindée en deux courants qui persistent encore de nos jours et qui éclairent sur les tensions du monde. Alors que la condamnation du Christ laissait encore des traces dans les esprits des religieux juifs, la destruction en l’an 70 du temple de Jérusalem par l’armée romaine, menée par le futur empereur Titus, secondé par Tibère Alexandre, marque à jamais l’histoire et la tradition juives.

Les religieux se sont alors penchés sur les causes de cette défaite sans appel qui entraîna un nouvel exil. Fallait-il provoquer les événements pour créer les conditions favorables à la rédemption et à l’avènement du Messie ? Ou bien alors l’avènement du Messie doit-il advenir en son heure ? car seul le Messie peut agir. « That is the question ». Telle est la question qui partage de nos jours encore la communauté juive de par le monde. C’est de là que sont issues les nouvelle et ancienne synagogues qui se livrent encore aujourd’hui une lutte sans merci. Une des causes de cette dichotomie est liée au passage de la Thora et du Talmud d’une tradition exclusivement orale à un support écrit. En fait non pas à UN support écrit mais à PLUSIEURS, à l’origine d’interprétations sans fin des textes et de leur fidélité à la tradition originelle.


Contre le christianisme



La nouvelle synagogue s’est construite sur l’opposition au christianisme naissant, incompatible avec le judaïsme à cause de plusieurs divergences doctrinales profondes, notamment :

• le fait que le monde est une 
émanation de Dieu pour les Juifs et une création pour les Chrétiens

• le Dieu juif est indissociable même s’il s’accompagne d’un dieu méchant, tandis que le Dieu chrétien est une sainte trinité sans dieu en creux ou en négatif

• le Christ est l’incarnation de Dieu pour les Chrétiens alors qu’il n’est qu’un prophète pour les Juifs.

Si l’ancienne kabbale reste proche du christianisme, la nouvelle kabbale intégrera une approche ésotériste, voire la magie.

Un nouveau coup de tonnerre accentuera la différence d’appréciation entre nouvelle et ancienne synagogue : c’est le décret de l’Alhambra de 1492 qui expulsera les Juifs d’Espagne, les entraînant encore une fois à l’exil. La nouvelle kabbale se radicalisera sous l’influence de plusieurs rabbins, notamment Isaac Louria. La kabbale lourianique joue un rôle considérable dans la culture juive. Les traductions et les commentaires de Christian Knorr von Rosenroth (1636–1689), François-Mercure Van Helmont (1614–1698), Gershom Scholem (1897–1982) ou encore plus récemment de Charles Mopsik (1956–2003).

Occultisme kabbalistique et franc-maçonnerie

La kabbale lourianique perpétuera au long des siècles un combat incessant contre le christianisme en utilisant tous les moyens tels que la fausse conversion afin d’anéantir l’ennemi de l’intérieur. C’est le cas de Jakob Frank (1726–1791) qui eut une énorme influence auprès de plusieurs familles régnantes d’Europe centrale. La franc-maçonnerie deviendra une alliée puisqu’elle prône une doctrine compatible avec la nouvelle synagogue. Voilà pourquoi celle-ci verra la Révolution française comme une avancée majeure vers l’avènement du nouveau Messie. Des agents frankistes tinrent un rôle dans la Révolution Française, comme Moïse Dobruchka, qui devint Jacobin sous le nom de Junius Frey. Beaucoup de Frankistes virent un Messie potentiel en Napoléon Bonaparte. L’homme nouveau né des Lumières, coupé de ses racines religieuses et culturelles, devient l’allié de la kabbale. Le Roi de France s’adressait à ses peuples, enracinés dans leurs provinces. La Révolution française s’adresse dorénavant au peuple unique et uniforme, « hors-sol ». C’est pourquoi les Provinces du Royaume seront bien vite brisées par les Révolutionnaires, à tel point qu’ils voulaient quadriller la France selon une trame parfaitement géométrique. Tout ce qui peut couper l’Homme de ses racines et donc de son territoire, sera encouragé.

Déstructuration territoriale

Pierre Hillard note qu’à ce titre François Hollande fut un bon président pour l’avènement du mondialisme puisqu’il a brisé les Régions pour les rendre conformes aux recommandations de Bruxelles. Il a étendu à toutes les Régions le lien direct avec Bruxelles pour la gestion des fonds structurels européens. Ainsi sans que personne ne s’en émeuve, l’État français n’intervient plus dans ce processus qui gère des centaines de millions d’euros.

La Turquie et l’Allemagne seront également soumises à des projets de déstructuration territoriale, preuves à l’appui puisque le conférencier étaie ses propos par des cartes qui sont publiées dans son Atlas de la mondialisation. Bien entendu le Moyen Orient fait aussi l’objet de pressions considérables pour briser les entités historiques, d’autant qu’il recèle des richesses fort convoitées en son sous-sol. Mais les États-Unis n’échappent pas non plus à cette déstructuration générale. 

Le golem Dark Vador

Toujours dans cette quête de refaçonner le monde, le rabbin de Prague Loew, interprétant un verset du Talmud, créera le golem qui est un nouvel Adam. La statue du golem, toujours présente à Prague (en arrière plan sur notre illustration à la une), sera reprise dans plusieurs productions cinématographiques, parmi lesquelles bien entendu le Dark Vador de La Guerre des Étoiles.

Guerres mondiales et création d'Israël

Le conférencier présentera en détail le projet du train Hambourg — Golfe persique, le « Bagdadbahn  ». Il en fera une illustration parfaite des tensions entre le monde anglo-saxon — puissance maritime — et l’Europe continentale dans lesquelles s’affrontent également des communautés juives en conflit historique.

Pierre Hillard expliquera comment le Royaume Uni ne pouvait accepter que l’Allemagne fût maître d’œuvre de ce projet. Comment la Russie ne pouvait pas non plus voir l’Allemagne étendre son influence sur ces zones. Les banques juives ont longtemps hésité avant de choisir leur camp. Allemands et Alliés rivalisent afin d’obtenir l’appui des banques juives. Ce sera celui-des États-Unis lorsque la communauté juive recevra l’assurance par ces derniers qu’ils appuieront la consolidation du foyer juif en Palestine. Pierre Hillard eut alors une pensée émue à l’égard de nos millions de combattants qui se sacrifiaient pour des raisons qui leur échappaient complètement.

Pierre Hillard retracera un historique précis du projet de repeuplement de la Palestine par les Juifs qu’il fait remonter à 1836, date d’une lettre du rabbin Kalischer qui entendait encourager le départ des Juifs d’Europe vers la Palestine via la famille Rotschild de Berlin. Le phénomène de colonisation a été amplifié, dès 1882, par Edmond de Rothschild qui possédait des terres (Rishon-le-Zion) dans cette région du monde. Par la suite Theodor Herzl (1860–1904) fut le véritable activiste du sionisme en prônant le premier la création d’un État autonome juif.

Trump-Rothschild contre Poutine-Loubavitch

De nos jours encore, le conflit du Moyen Orient reflète ces tensions qui ne sont pas encore apaisées, loin s’en faut. Les États-Unis de Donald Trump, avec l’appui des Rothschild, est en confrontation avec la Russie de Vladimir Poutine qui bénéficie de l’appui du réseau Loubavitch.

On trouve encore les tensions entre les deux courants du judaïsme : celui qui aspire au grand Israël et celui qui pense que les Juifs doivent s’installer dans des foyers épars, notamment en Ukraine-Crimée.

Une religion mondiale pour les non-juifs

Le conférencier s’attacha à montrer pourquoi l’islam pose moins de problèmes aux Juifs que les Chrétiens, car, pour les Musulmans, Mahomet est également un prophète et que la Sainte Trinité n’est pas admise non plus. Pierre Hillard le répète, certes avec précaution afin de ne pas choquer certaines personnes de l’assistance : « Dans le cadre du noachisme, l’islam ne dérange pas la synagogue  ». Le noachisme est le giron de la future religion universelle.

La mystique du chaos

Le messianisme juif reste encore de nos jours dans l’attente de cataclysmes qui prépareront la rédemption et la venue annoncée du Messie. Plus la situation se dégrade, mieux c’est car le chaos hâte son arrivée. C’est en effet le Juif qui a entre ses mains la clé du tikkoun, de la réparation du monde, car c’est le Juif qui a la capacité de séparer le Bien du Mal et d’assurer la rédemption. Pour les Juifs Israël est le centre de l’univers et le peuple juif sera l’intermédiaire unique entre Dieu et les Hommes.

Georges Gourdin











No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.