dimanche, juillet 22, 2018

Google limite le référencement des articles de Bouddhanar



Le référencement par Google des articles de Bouddhanar a été limité, voire quasiment supprimé, depuis que le blog réactualise d'anciens textes sur la "Cabale" et le complot américano-sioniste contre les Etats-Nations, comme le livre de Jean-Gaston Bardet "Qabalah de joie, kabbale de mort", entre autres :

Google est un outil des services secrets étasuniens pour contrôler l’information au profit de l'empire américano-sioniste, dirigé par une oligarchie de contre-initiés.

Les censeurs du Web, Google, Facebook, YouTube..., permettent à l'empire de gagner la guerre de la communication.



5 moteurs de recherche alternatifs à Google


D’après une étude de StatCounter publiée en novembre 2016, 92,9% des requêtes mondiales passent par Google. Celui-ci ne traite pas moins de 3 milliards de recherches par jour au niveau mondial. Si la suprématie du moteur de recherche ne semble pas prête d’être contestée, certaines alternatives ne manquent toutefois pas d’intérêt. En voici cinq !



#1 Qwant 


Créé en 2013, ce moteur de recherche ne trace pas ses utilisateurs et ne filtre pas le contenu d’internet. L’interface ergonomique et la pertinence des résultats de recherche en font l’un des principaux outsiders de Google en France où la startup accapare 2% de parts de marché. La jeune pousse a d’ailleurs levé 53,5 millions d’euros depuis 2013 et peut se targuer aujourd’hui d’accueillir 32 millions de visiteurs uniques par mois. En 2016, Qwant a totalisé près de 2,6 milliards de recherches. Aujourd’hui, la startup se fixe pour objectif d’atteindre 5 à 7 % du marché européen et un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros sur le moyen terme. Elle aspire notamment à embaucher 1 000 personnes dans plusieurs pays européens.



#2 Xaphir


Lancé en 2017 par la société Xilopix après 8 ans de R&D à Épinal dans le Grand Est français, le moteur de recherche Xaphir ambitionne d’offrir un accès à la connaissance en proposant des résultats adaptés aux exigences de diversité, d’impartialité et d’universalité. Il se base sur de nombreux critères pour proposer des résultats pertinents contrairement à Google qui se base sur le PageRank pour faire remonter les pages les plus populaires. Les développeurs de Xaphir se donnent jusqu’à 2020 pour figurer parmi les 5 meilleurs moteurs de recherche au monde. Aujourd’hui, le moteur est encore à l’essai et les résultats proposés ne sont pas toujours au point et manquent de pertinence.



#3 Lilo


Tout a commencé en 2015 lorsque deux ingénieurs, Clément Le Bras et Marc Haussaire, ont lancé le moteur de recherche Lilo qui permet à ses utilisateurs de cumuler des « gouttes d’eau » pour chaque recherche qu’ils réalisent. Il s’agit en fait d’une monnaie virtuelle qui permet aux internautes de soutenir un projet social ou environnemental. Comme Qwant, Lilo ne trace pas ses utilisateurs et ne collecte pas d’informations sur leurs recherches. Ne disposant pas de son propre algorithme, la startup a développé un meta-moteur qui permet de sélectionner les résultats pertinents en puisant dans plusieurs sources dont Google, Yahoo et Bing. Le moteur de recherche est déjà utilisé par plus de 700 000 utilisateurs par mois.



#4 DuckDuckGo


Produit unique d’une startup de Philadelphie aux Etats-Unis, DuckDuckGo s’impose petit à petit depuis son lancement en 2008 comme une alternative crédible, sans pub ou tracking. DuckDuckGo attaque Google sur son terrain de prédilection, à savoir le Search. Pour combler ses lacunes, le moteur de recherche à la tête de canard a recours aux « bangs », des commandes qui permettent de faire ses recherches directement sur un site donné. Les utilisateurs peuvent choisir leurs bangs préférés parmi plus de 8 000 déjà existants. Le moteur enregistre 10 milliards de requêtes depuis 2008, dont près de 50% en 2016 seulement. L’intégration du moteur de recherche dans Safari, le navigateur d’Apple, a sans nul doute contribué à ce succès.


#5 YaCy



YaCy est un moteur de recherche open source et Peer to Peer lancé en 2004. Contrairement à Google et Yahoo, il est décentralisé et n’est donc pas sous l’autorité d’une société ou d’un Etat. Il n’y a donc pas de censure. Pour l’utiliser, il suffit de télécharger le logiciel et l’installer sur son poste que ce soit en version Windows, Linux ou Mac Os. Cependant, le bon fonctionnement de ce système dépend du nombre d’utilisateurs. Environ 130 000 requêtes sont effectuées chaque jour via ce moteur open source qui connait un certain succès auprès de la communauté du logiciel libre.

Source :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.