mardi, février 19, 2019

L’affaire Finkielkraut ou comment les médias dominants manipulent l’opinion


Un coup de génie, selon ceux qui connaissent le manège habituel. D’un acte isolé, une rencontre plus ou moins agitée entre lui et une poignée de Gilets jaunes en marge du quatorzième épisode de la révolution citoyenne en France, Alain Finkielkraut en a fait une affaire d’Etat. Mais la ficelle est trop grosse pour échapper et ne pas être décelée.

Supposée relevant du délit d’antisémitisme, un sujet à traiter toutefois avec la plus grande prudence pour ne pas tomber sous le coup de la loi, l’arsenal juridique y afférent étant des plus dissuasifs, cette dernière affaire, la énième concernant Alain Finkielkraut, a fait réagir, fait inhabituel, l’ensemble de la classe politique française, de l’extrême droite à la gauche, et même à la gauche extrême, une classe politique dans son ensemble condamnée, malgré elle, à une repentance perpétuelle, un lourd legs hérité d’une histoire sombre, bien que les dettes morales – et surtout financières – aient été payées au comptant, faisant de la France – bien plus que l’Allemagne – le pays d’Europe qui n’en finit pas de s’autoflageller au grand bonheur des néo gardiens du temple de Salomon.

Qualifiée d’une grossière manipulation, car peu croient vraiment au hasard de ce face à face entre non pas l’académicien mais la «Star Academy du sionisme français», dixit Eric Hazan, coauteur de l’ouvrage collectif  Antisémitisme, l’intolérable chantage, et un petit groupe de Gilets jaunes, cette affaire, accusent d’aucuns, permet, à la fois, à Alain Finkielkraut de revenir au-devant de la scène, lui qui déteste l’ombre – dimanche, il a fait tous les plateaux des chaînes d’information qui sont revenues en boucle sur ce non-événement –, relance le discours alarmiste sur la recrudescence des agressions antisémites en France mais, surtout, dénonce-t-on, elle vise à faire des milliers de Gilets jaunes des antisémites invétérés, une tentative de diabolisation qui remonte au tout début de la protestation.

Invité sur une chaîne d’information, Alain Finkielkraut, qui voit dans le Grand débat national «une source d’optimisme», a reconnu et a dit que «la majorité me vouait une haine majeure.» Un moment de lucidité inédit, a-t-il enfin compris que sa «philosophie» a peu d’adeptes ?



Mrizek Sahraoui, 
de Paris pour Algérie patriotique.



Les Algériens pensent que leur pays sera la prochaine cible du projet sioniste en Afrique. "Le scénario de l’entité sioniste se poursuit sans cacher, le moins du monde, son intention interventionniste vers le nord de l’Afrique."


Voir aussi : https://youtu.be/j0SC8NEz12Y

Cette vidéo du Libre Penseur (Salim Laïbi, docteur en chirurgie dentaire) "a pour objectif de revenir sur l'agression d'Alain Finkielkraut commise lors de l'Acte 14 des GiletsJaunes à Paris. La vidéo fait un peu plus de 40 minutes car elle se veut exhaustive et veut revenir sur l'emballement médiatique qui s'en est suivi au mépris de la procédure judiciaire et de tous les précédents historiques qui ont démontré à de nombreuses reprises que certaines attaques antisémites très médiatiques étaient des coups montés. D'ailleurs, nous allons très vite savoir, contrairement à ce qu'affirme Benjamin Grivaux le porte-parole du gouvernement, qu'il n'a jamais été question de l'insulte « Sale juif » ! Ce faisant, il s'est rendu coupable de diffusion de fausses nouvelles."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.