dimanche, août 25, 2019

Du « réchauffement » du Soleil


L'ensemble du système solaire se réchauffe

Avec l'accélération du dérèglement du climat, on a, depuis quelque temps, le sentiment d'être sur une sorte de tapis roulant qui nous mène, lentement mais sûrement, vers un bouleversement peu rassurant. L'environnement autour de nous change et pas dans le bon sens : les neiges fondent, la banquise disparaît, la température grimpe, les rivières et les neuves s'assèchent à une vitesse jamais vue, l'eau commence à manquer et les déserts progressent, tout comme les pluies diluviennes, les tempêtes de neige, les canicules, les tornades et les sécheresses. Nous sommes bien au bord de quelque chose, mais on n'ose pas poser un nom la dessus, de peur de l'attirer encore plus. C'est un sujet de réflexion tabou. [...]


Et pendant qu'on le culpabilise sans cesse, au-dessus de nos têtes, le petit 4x4 de la NASA qui sillonne Mars, le Mars Global Surveyor, envoie ses informations montrant "que les niveaux d'eaux glacées  sur les pôles martiens ont fondu de presque 3 mètres en l'espace d'une année martienne, soit presque deux ans pour nous." Information incroyable, passée totalement inaperçue : la
Terre n'est donc pas la seule à se réchauffer. Mars aussi. Quant à la planète Neptune et à ses Lunes, distantes de 4.5 milliards de kilomètres du soleil, c'est même pire :


"Depuis 1989, on a enregistré une augmentation de 5% de la température à la surface de Triton, un phénomène de réchauffement inattendu pour ces planètes si éloignées du Soleil."

Sur Pluton, pourtant la planète la plus éloignée du soleil, c'est même un véritable enfer qui a commencé, sous forme de canicule accélérée :

« Le professeur James Elliot a établi avec certitude qu'en l'espace de 14 ans, la planète Pluton s'est réchauffée. Sa température a été multipliée par 3 ... C'est une surprise totale pour l'ensemble de la profession qui ne pouvait pas prévoir  une telle transformation ».

La nouvelle est précise. La pollution sur terre n'est donc pas la seule responsable, il existe un autre phénomène, bien plus grave, puisque l'ensemble du système solaire se réchauffe.

Qui aurait imaginé une chose pareille ? En tout cas pas les scientifiques qui feignent toujours de tout savoir et qui découvrent, les yeux écarquillés, l'impensable et se dépêchent ensuite de présenter leurs nouvelles conclusions comme des grandes découvertes.

Les satellites n'ont pourtant pas photographié d'usines Michelin sur Mars ou des mines de charbon soviétiques en activité sur Neptune et encore moins sur Pluton ... Mais les médias répètent chaque jour que les gaz à effet de serre sont responsables de tout. Ben voyons ! Heureusement qu'on ne vit pas sur Pluton avec sa température qui a été multipliée par trois !  [...]


Notre-Dame de l'Apocalypse

L'Apocalypse a toujours attiré les dérangés (d'ailleurs il faut peut-être que je voie un psy ), sauf que j'y suis arrivé de manière inattendue, par le chemin détourné de tous mes livres précédents sur les Anges et la littérature sumérienne. En effet, on ne compte plus depuis deux siècles les optimistes qui ont annoncé la fin du monde pour hier et demain. Ils sont tous très pressés, on se demande pourquoi, de le voir disparaître simplement pour avoir eu raison de dire que vous et moi avons péché et qu'on ira brûler en enfer, tandis qu'eux, les élus (fondamentalistes chrétiens, témoins de Jéhovah, mormons, adventistes, raeliens, etc. ) feront la fiesta éternelle avec les Anges au paradis. Cela me rappelle les paroles du chanteur Marylin Manson, "Merci maman, Merci papa de m'avoir mis dam ce monde à la fin amère", un autre remarquable musicien prophète ... Seul problème, tous ceux qui avaient annoncé la Fin des Temps n'étaient pas des contemporains du dernier pape sur la liste de saint Malachie, et surtout ne vivaient pas un dérèglement du climat qui aligne chaque année des blessés par centaines de milliers, juste par une simple hausse d'un demi-degré sur le thermomètre. Ils sont incapables de nous expliquer le réchauffement aussi spectaculaire que soudain des planètes les plus éloignées du soleil, et encore moins toutes ces statues de la Vierge pleurant sur les cinq continents.

Extrait du livre de Pierre Jovanovic Notre-Dame de l'Apocalypse.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.