lundi, octobre 21, 2019

La mondialisation démasquée


"C'est une guerre spirituelle."

Le trumpiste Alexis Cossette dénonce les "4 cavaliers de l'Apocalypse" (Extinction Rebellion - Antifa - Diversité sexuelle et de genre - Transhumanisme) : "Dans ce Webjournal, dit Alexis, j'explique d'où vient l'inversion des valeurs et la subversion des institutions en Occident. Attachez vos tuques avec de la broche, c'est du lourd." (Durée 1:17:10)

 Aidez-nous à poursuivre notre travail: http//:www.paypal.me/alexiscossette



Livre conseillé par Alexis Cosette :



de Kerry Bolton

Téléchargement gratuit du livre (PDF en anglais) ICI


Revolution fron Above :

Introduction. "Globalisation’ and the ‘New World Order’ are two current phrases used to describe a process that has been proceeding for generations. International plutocracy has often pursued policies, used movements, and promoted doctrines that most people would consider to be anti-capitalist. Yet both capitalism and the Left arose during the same period of history, both have the same historical outlook, and both view traditional culture, the family, and nations as obstacles in the path towards a World State. Lenin is alleged to have described liberals as the ‘useful idiots of communism’ - serving as apologists for Bolshevik revolution by heralding it as a noble experiment. Our hypothesis, to the contrary, is that not only liberals but also communists are the ‘useful idiots’ of global plutocrats who desire a World Collectivist State. These interests are what Huxley in his prophetic novel Brave New World called the ‘World Controllers’, what President Dwight Eisenhower referred to as the ‘military-industrial complex’ in his ‘farewell speech’ to the American people, what Harvard historian Carroll Quigley wrote of as an ‘international network’ of ‘international financiers’, and what is commonly referred to as ‘Big Business’, which has become increasingly globalised. The main objective of this book is to expose what might be called the ‘feel-good’ and supposedly ‘progressive’ causes of a variety of types that fool often well-meaning people into serving as dupes for aims of which they know nothing, in the service of individuals and groups which they believe they are opposing; be it in the name of ‘peace,’ ‘human rights,’ ‘democracy,’ ‘women’s rights,’ ‘global warming,’ ‘world poverty,’ and so on. Not all such causes are unworthy. However, often the causes that are embraced by the wellmeaning have been contrived by those who offer bogus solutions to serve their own agendas. All of these are being pressed into the service of those who desire the creation of a ‘World State’ built upon the edifice of Mammon.


En gros, selon Kerry Bolton

Une élite autoproclamée que Huxley a appelée les "contrôleurs du monde" et Carroll Quigley qualifiée de "réseau international" vise depuis des générations à établir un "État mondial" (Huxley) ou ce que David Rockefeller appelle lui-même "l’Ordre Mondial", et ce que le président George W. Bush et d’autres, comme l'employé de Rothschild, Linnett, appellent le "Nouvel ordre mondial". 

Dans le langage courant, on parle de "mondialisation". mais il est rarement compris dans ses ramifications plus larges, en particulier par la Gauche, dont les activistes soutiennent des aspects du même processus de mondialisation : le multiculturalisme, le féminisme, la libéralisation de la marijuana, les droits à l'avortement, l'ouverture des frontières, la cause de la "démocratie" et des "droits de l'homme". Mais tout cela n'a produit qu'un contrôle accru des peuples par la ploutocratie mondialiste.

Les gauchistes, y compris les communistes, ont généralement été les "idiots utiles" du capitalisme internationale, comme l’a observé Spengler il y a quatre-vingts ans. A notre époque, cela a été documenté empiriquement par Antony Sutton et confirmé par Carroll Quigley

La Gauche, y compris ses diverses variantes (socialisme de la Société Fabienne, communiste ou nouvelle gauche), a été noyautée par le système contre lequel elle prétendait s'opposer. 

Une post-nouvelle gauche est apparue depuis la dissolution du bloc soviétique. Elle prend la forme de ce que l’on appelle les "révolutions de couleur" sous le patronage manifeste du réseau Soros et autres.

La stratégie utilisée par l'oligarchie internationale est la même que celle de la doctrine marxiste, à savoir la dialectique. Cette méthode dialectale est apparue à Sutton quand il essayait de comprendre les raisons qui incitent l'oligarchie mondialiste à soutenir des idéologies, gouvernements et politiques opposés. Selon l
es dialecticiens marxistes le conflit entre le capitalisme et le socialisme aboutira au communisme mondial. L'oligarchie mondialiste a donc recours au "conflit contrôlé" afin de parvenir à une synthèse socialiste-capitaliste que nous pourrions appeler "l’État collectiviste mondial" ; un Ordre Mondial qui sera communiste dans l'organisation, mais géré par des oligarques plutôt que par des commissaires du peuple

Au cours des dernières générations, les "scénarios de crise" utilisés par les oligarques pour imposer leur "État mondial collectiviste" sont nombreux : guerre, famine, surpopulation, la disparité entre les richesses du "Nord" et du "Sud", et en particulier à notre époque "la guerre contre le terrorisme" (conflit perpétuel) et la menace du réchauffement climatique global.

En général, on peut affirmer que beaucoup de ces problèmes résultent directement du financement de la dette et du système commercial et économique instauré par l'oligarchie. Maintenant, ces oligarques se présentent comme les "sauveurs" pouvant résoudre les problèmes qu'ils ont eux-mêmes créés. 
Ainsi, ils répandent l'idée que seul leur État mondial mettra un terme aux crises et aux menaces qui pèsent sur l'humanité.

Curieusement, Kerry Bolton ne consacre pas un chapitre au mondialisme messianique (talmudo-maçonnique) ou au sionisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.