samedi, janvier 18, 2020

Kierkegaard, Pensées subversives

"Le monde est malade. Si j'étais médecin et si l'on me demandait quel remède préconises-tu ? Je répondrais, fais le silence."

(Durée 59:26)

"Ce fin observateur de la nature humaine abordait déjà en son temps des thèmes qui aujourd'hui, à l'ère de l'individualisme et des médias tout-puissants, paraissent on ne peut plus actuels : l'identité, l'angoisse, l'amour, la foi et le doute, mais surtout la liberté et la responsabilité individuelle. Ce docu-fiction retrace la vie de Kierkegaard, dont les déconvenues personnelles - en matière amoureuse, religieuse ou critique - semblent indissociables de l'oeuvre prolifique. Le penseur, qui quittait rarement Copenhague, voyage ici dans le temps et dans l'espace."


 
"Søren Kierkegaard fut le premier philosophe existentialiste, clair et net, ironique et terre à terre à la fois. Ses écrits peuvent être difficiles à comprendre. [...]

Kierkegaard a apporté une contribution inestimable à la philosophie moderne et en particulier dans le cadre chrétien dans lequel tout son épanouissement s'est déroulé, bien qu'il puisse être un critique acharné des luthériens à l'église. Kierkegaard est décédé en 1855 à seulement 42 ans. Il passe presque toute sa vie ici à Copenhague, en fait dans mon quartier et je passe chaque jour par plusieurs de ses maisons. Il n’aimait pas voyager et utilisait tout son temps à travailler, à écrire et à souffrir dans des relations difficiles. Il n'a jamais gagné d'argent mais a vécu entièrement d'un grand héritage, ce qui lui a permis de vivre comme un ancien philosophe grec."

 Des livres et écrits de Søren Kierkegaard en anglais sont téléchargeables gratuitement à cette adresse :






Søren Kierkegaard

Les deux premiers ouvrages ont été écrits en 1844, la même année où Marx rédigeait ses fameux Manuscrits de Paris : cette année est le symbole de la réaction antihégélienne, c'est-à-dire de la réaction antiphilosophique au sein de laquelle nous sommes encore plongés. Le Traité du désespoir date de 1849. Ces textes préparent la critique nietzschéenne, car ils manient la même ironie, prêtent la même attention au style philosophique, attaquent de front la tradition et ses principes les mieux établis. Kierkegaard reste le fondateur de la pensée "existentialiste", qu'elle soit chrétienne, athée ou marxisante.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.