samedi, novembre 20, 2021

Dictature covidiste : la police tire à balles réelles sur des manifestants désarmés

 

(1:17)

Rotterdam, soirée du vendredi 19 Novembre, la police néerlandaise tire à balles réelles sur des manifestants opposés à de nouvelles mesures liberticides.

Cet événement tragique, qui marque la fin de la liberté en Europe, n'a pas suscité beaucoup de réactions politiques immédiates, sauf parmi les souverainistes qui savent que l'Union européenne corrompue est en guerre contre les peuples.

François Asselineau a rapidement réagi :

- Il est DINGUE de tirer à balles réelles pour forcer son peuple à accepter une thérapie censée le guérir!

Ainsi que Florian Philippot :

- La police néerlandaise tire ce soir sur les Néerlandais en lutte contre la tyrannie covidiste ! Pour leur bien et leur santé bien sûr !

- À Rotterdam les covidistes ont laissé tomber le masque : ils sont prêts à tirer sur leur peuple pour imposer leur tyrannie. Les gouvernements corrompus finissent toujours par massacrer leur peuple. L’heure du choix a sonné pour chacun d’entre nous !

Quelques heures plus tard, F. Philippot ajoutera :

- Aux Pays-Bas la police tire à balles réelles sur un peuple qui veut sa liberté.
- En Autriche on force une population à se vacciner, 2 doses par an à vie.
- En France, Guadeloupe, on décrète un couvre-feu contre un mouvement social. Etc. 
Alors, toujours pas de dictature ?


Le twitteur Jérémy Mercier résume l'opinion générale :

- Les événements actuels en Guadeloupe & à Rotterdam sont la résultante logique de la violence des autorités à l’égard des populations. Toutes ces “mesures Covid“ n’ont rien de sanitaire. C’est de l’oppression pure et simple. La police doit protéger le peuple et non le narratif !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Que cache la volte-face de Martin Blachier ?

"Martin Blachier a une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme au sujet de la crise sanitaire. D'après lui, le gouvernement ne ...