Thursday, January 14, 2016

Méditation, yoga, samadhi


Un homme dit à Poonja :

- Je suis un enseignant en méditation, mais je m'inquiète parce que cela fait plusieurs mois que je ne me suis pas assis en méditation.

- Et qu'avez-vous perdu en ne le faisant pas ?

- Rien.

S'asseoir, se tenir debout, courir — cela ne fait pas de différence. Cela n'a rien à voir avec la méditation. Ceux qui sont handicapés sont assis tout le temps. Ils ne méditent pas pour autant. Ceux qui «méditent» et dont le mental poursuit les objets des sens ne sont pas en méditation pour autant non plus. Les grues sont silencieuses et concentrées, debout sur une patte — quelle sadhana — mais elles trouvent du poisson ! Cela dépend donc du mental et le mental vous perturbera. Que vous soyez assis, debout ou endormi, il vous dérangera. Vous vous inquiéterez par exemple qu'un cobra puisse venir, ou qu'un tigre vous attaque. Cela vous fera peur. Le mental est un perturbateur ! Il ne se repose ni le jour, ni la nuit. Même la nuit, il rêve la plupart du temps... Très peu de minutes de vrai repos.

Le samadhi du yoga ou sa pratique n'est qu'un autre état. Un jour, un yogi alla rencontrer le roi. Il lui dit qu'il pouvait rester en samadhi durant quarante jours. Pendant quarante jours, il ne mangeait, ne dormait, ni même ne respirait ! Le roi lui répondit : « Si vous pouvez le faire, je vous offrirai un cheval. » Comme c'était ce que voulait le yogi, il entra en samadhi. 

A la fin des quarante jours, il n'en sortit pas. Les années passèrent et le yogi demeura dans un profond samadhi. Finalement, le roi mourut et le cheval aussi. Le yogi restait en samadhi. Des années plus tard, alors que le fils du roi était sur le trône, il ouvrit les yeux. Il regarda autour de lui et dit : « Je veux mon cheval ! »... Ce n'est que le mental.

"Le Secret de l'éveil", Eli Jaxon-Bear.


Que faire ?

Tout «faire», toute activité nécessite un but. Cela commence par un concept venant du passé, qui ensuite est projeté dans un fantasme du futur. «Faire» ne peut jamais vous amener ailleurs que dans le connu ou dans ce qui a déjà été conceptualisé. Remontez à la racine de la pensée qui déclenche le «faire». Là, vous découvrirez la fin du voyage qui, en fait, n'a jamais commencé. «Faire» ne peut jamais vous amener à ce que vous êtes déjà. «Faire» vous en éloigne et ne vous en rapproche jamais... Lire la suite :

13 comments:

  1. Anonymous6:28 PM

    Les recommandations de POONJAJI sont utiles à tous ceux qui veulent vivre la vraie liberté sans gourou ni religion.

    ReplyDelete
  2. Anonymous9:30 PM

    Ou à tout ceux qui veulent suivre le vrai
    antechrist qui veut faire passer le psychique pour le spirituel....

    ReplyDelete
  3. Anonymous5:58 AM

    Notre société est devenue anti-christique notamment à cause des techniques pseudo-spirituelles du développement personnel (culte de l'ego) et des pratiques dévoyées du dharma (culte démoniaque).

    ReplyDelete
  4. Anonymous9:27 AM

    L’orgueil du samadhi.

    Qui se plaît à hiérarchiser les états de conscience ou de non-conscience et à juger que tel état est préférable à un autre ?
    Qui décrète que tel état doit être recherché puis atteint ?
    Qui décrète que tel état doit au contraire être évité ?
    Le mental. Toujours le mental.

    Qui croit s’être libéré du mental alors que la notion même de libération reste le fruit du mental ?
    L’ego. Toujours l’ego.

    Qui croit se libérer du mental en devenant sournoisement l’esclave de son ego.
    Le sot. Toujours le sot.

    Qui est esclave de son mental, de son ego, de sa sottise mais n’en est pas conscient ?
    L’ignorant. Toujours l’ignorant.

    Qui est victime de son mental, de son ego, de sa sottise, de son ignorance et s’obstine vainement à chercher un état antérieur à la conscience pour oublier sa propre ignorance tout en s’y enfermant indéfiniment ?
    Qui croit avoir atteint cet illusoire état salutaire (samadhi ou autre futilité pour vaniteux) alors qu’il n’a réussi qu’à se tromper lui-même en oubliant sa propre ignorance ?
    Le prisonnier de l’ignorance.

    Qui est prisonnier de l’ignorance ?
    Celui qui adhère à la montagne d’âneries vaniteuses que publient les divers blogs en continu, à l’attention des curieux qui s’en amusent ou des orgueilleux qui y cherchent encore vainement la vérité ... alors qu’un blog, vivant d’écriture et de lecture, ne peut être que le fruit et le jeu du mental et de l’ignorance.

    Le samadhi est de toute évidence une risible invention de l’ego, atteinte lorsqu’il n’entend plus le mental lui crier sa propre ignorance.
    Le samadhi n’est autre qu’un état d’ignorance associé à une prétentieuse surdité à cette ignorance. Rien d’autre.
    Nul éveil en cette surdité.
    Une tromperie, une déviance psychique et mentale.
    Une de plus, déguisée en sagesse comme les plus sournoises d’entre elles.

    Certains réussiraient, dit la légende, à oublier leur propre ignorance durant quarante ans ?
    La belle prouesse de sot. Bravo !
    Quel serait le moteur de cette belle prouesse et le bénéficiaire de ses fruits illusoires ?
    L’ego. Toujours l’ego.

    Qui dit que soutenir cette surdité quarante ans serait préférable au fait de ne pas la soutenir ni même l’atteindre un instant ?
    Le mental.
    Qui pourrait tirer orgueil de cette durée ?
    L’ego.
    Atteindre le samadhi ?
    Une vanité de plus au service de l’ego. Rien d’autre.

    ReplyDelete
  5. Anonymous9:28 AM

    L’orgueil du samadhi.

    Personne n’est jamais passé d’un mental limité à l’illumination par magie.
    Cette fausse voie n’est qu’une tromperie de l’ego.
    La voie est longue et elle passe inévitablement par une laborieuse maîtrise du mental et nullement par son extinction illusoire au service de l’ego, par des techniques bricolées ou autres yogas. Vains artifices pour sots.

    Un élément révélateur des fausses voies : elles usent de l’argument d’autorité et nécessitent la signature d’un nom illustre pour les certifier authentiques (abusivement).
    Le vérité s’impose d’elle-même comme 2 + 3 = 5.
    Qui fut l’auteur de ce calcul ? Nul ne le sait, sa propre vérité lui suffit.

    Cette vérité a un fondement antérieur au mental humain. Le mental humain n’a fait que la découvrir.
    Le samadhi ne peut la nier. Il ne peut que l’oublier en faisant taire le mental.
    Le mental que fait taire le samadhi est la voix qui crie à l’ego sa propre ignorance.
    Mais jamais le samadhi ne pourra anéantir l’ego et son ignorance ... il ne peut qu’anéantir cette voix dérangeante pour l’ego.
    En tuant cette voix, il ferme la porte de la prison de son ignorance et de son orgueil.

    Ce blog proposera des enseignements authentiques quand il n’aura plus besoin de masquer de fausses vérités par des noms illustres ... d’autant plus illustres qu’ils ont séduit les vaniteux et les sots au fil des ans.
    La culture humaine, surtout pseudo-spirituelle, est un château de cartes d’idioties construit par des orgueilleux ayant donné leur nom pour faire surtout parler d’eux et distraire les sots. Au moins, ils auront réussi quelque chose.

    La sagesse véritable n’a pas d’auteur.
    Et sa voie est longue, très longue.
    Une vie humaine n’y suffit point.
    Mille vies humaines ne peuvent l’approcher.
    Le pitre qui se vante l’avoir atteinte et laisse, à l’attention des sots, son nom dans les livres d’Histoire n’est autre qu’un charlatan, un de plus.

    La sagesse commence par l’humilité.
    L’humilité commence par cesser de gober les idioties des charlatans aux noms illustres.

    ReplyDelete
  6. Anonymous11:16 AM

    Il n'y a pas non plus d'éveil libéré du samadhi.
    L'éveil est encore de l'orgueil.
    Il n'y a pas d'éveil. Suoercherie.
    La voie est la quête de l'humilité.
    L'humilité n'est jamais atteinte.
    Celui qui croit l'avoir atteinte la perd.
    Cet auteur est un clown parmi d'autre.

    ReplyDelete
  7. Anonymous11:27 AM

    Le but, explique Chen, ce n'est pas de trouver le bonheur, mais de se défaire des illusions, d'arrêter d'être ce rêveur qui prend son rêve pour la réalité. [...] Il n'est pas rare d'assister en direct au "moment crucial" où, pour un pèlerin chinois, le "voile se déchire d'un coup, révélant l'évidence aveuglante". (article "Le monastère aux 25.000 nonnes", dans L'OBS du 7 au 13 janvier 2016).

    ReplyDelete
  8. Anonymous11:50 AM

    Merci pour ces commentaires édifiants.

    ReplyDelete
  9. Anonymous12:09 PM

    L'orgueil, c'est de croire que l'éveil peut être atteint, que "le" voile peut se déchirer.
    L'humilité, c'est de savoir que rien ne peut être atteint, sinon l'ignorance.
    L'humilité, c'est de savoir que derrière un voile qui se déchire se cache un autre voile.

    Seul l'ego se glorifie d'avoir déchiré ce qu’il croit être le dernier.
    Celui qui croit avoir déchiré ce dernier voile est un sot doublé d'un orgueilleux.
    Le moment est d'autant plus "crucial" que ce mot flatte l'ego. Fumisterie !

    La seule évidence est qu'il n'y en n'a pas, sinon l'ignorance.
    Celui qui croit accéder à une "évidence aveuglante" est le jouet de son mental ... un mental "aveuglant". Ce terme est en effet adéquat. Cette pseudo-évidence correspond à la notion d'illusion de la maya. Bigoterie que cette évidence.

    La preuve qu'il s'agit d'inepties pour caresser l'ego dans le sens du poil ... cela finit dans la presse ! Le réceptacle de tous les pseudo-truismes à trois balles.

    Le "vrai" (encore l’ego !) but, c'est de se libérer de toute cette frime destinée à l'ego.
    Nous ne sommes pas grand-chose mais nous devons faire avec.
    Point de déchirement de voile en cela.
    Une simple constatation.
    Seule une sérieuse pathologie du narcissisme peut voir une "évidence aveuglante" en ceci.

    Que de frime dans ces traditions exotiques obsolètes passées ici à la mode bobo (l'OBS !!!).
    Si l'Orient détenait la clé de la sagesse, il ne vivrait pas dans la même merde qu'ici depuis des siècles.
    Ce qui est marrant, c'est que les jeunes asiatiques se fassent quant à eux débrider les yeux.
    L'herbe est toujours plus verte ailleurs.

    Le problème fondamental, c'est la croyance même en l'éveil. La bigoterie la plus débile, le plus gros piège de l'ego.
    Le seul voile à déchirer, c'est celui de cette bigoterie ridicule de la croyance en l'éveil.

    Fumisterie.

    On peut déchirer un voile, il en cachera un autre.
    Là se trouve la porte de l'initiation et elle ne mène pas à l'éveil, cette chimère pour bigots friands de religiosité, confessionnelle ou non.
    L'initiation n'a nul temps à perdre en de telles chimères profanes et autres distractions futiles.

    Pour sûr, l'OBS participe au monde profane.

    Désolé pour l'absence (initiatique) de tact (bigot).
    Cordialement.


    ReplyDelete
  10. Anonymous12:25 PM

    L’initiation est le long et lent chemin, sans fin ni finalité, de la prise de conscience progressive à jamais incomplète de l’immensité de notre ignorance.
    Celui qui croit atteindre, en un court délai voire en un instant fulgurant, un quelconque éveil aveuglant ne fait que se laisser séduire par un des innombrables pièges de la maya à l’attention de l’ego.
    Erreur de novice.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Quelle détestation de cet ego qui n'en demande pas tant. Dans toute cette charge pas un zeste de plaisir ou de joie simple même face à un ridicule éveil sensible. Arrêtons de nous faire du mal, certes l'éveil on s'en fout c'est comme l'argent mais si on en avait on ne cracherais pas dessus.
      Tout n'est pas à jeter dans ce qui est écrit, je trouve que l'on a tôt fait de tout saloper.

      Delete
    2. Mon commentaire ne s'adresse pas particulièrement à anonyme 12:25 comme le suggère son placement mais à l'enfilade entière.

      Delete
  11. Anonymous6:49 PM

    111. ?

    ReplyDelete