mercredi, septembre 27, 2017

Dialogue avec Dharma N°2


Par un Dharmacârin 


Question : Je suis revenu vous voir car j’ai du mal à digérer ces événements récents pourtant clairement nommés dans la “Lettre ouverte aux Dévots du Bouddhisme”. Vous m’avez certes apporté la dernière fois des éléments de compréhension, mais je dois dire que j’ai du mal à les assimiler pour me libérer de ces événements. 

Réponse : Comprenez que dans tous les domaines vous trouverez des “faux billets et des vrais billets” et que les faux billets attestent toujours des vrais. Le Bouddha parlait des contrefaçons de son Dharma simple et direct. Dans les bouddhismes qui se développèrent au cours des siècles, ce sera la même chose. N’oubliez pas que le Dharma arrivera au Tibet au 8ième siècle de notre ère, 1300 ans après la mort du Bouddha historique, au cours d’une première vague par ce curieux moine Padmasambhava venu semblet-il de l’Oddiyâna, petit royaume du nord-ouest du Pakistan actuel, moine dont les comportements semblent avoir été plus qu’aberrants, sinon cruels, que Dharmiques. Ensuite, il y eut au Tibet une période de plus d’un siècle de persécution au même moment que celle qui s’opéra en Chine en 842, car des monastères bouddhiques de cette époque, dans ces deux pays, étaient devenus tant corrompus qu’ils prenaient trop de pouvoir politique et financier. Au Tibet, le Roi Langdharma mit un terme à ces corruptions, fut ensuite détesté et considéré comme un méchant, bien sûr. Ce n’est que plus tard que la seconde vague du Dharma arrivera au Tibet, au 10ième, 11ième siècle. Et là, ce sera l’émergence certaine des Tantras venus surtout d’Inde. Les Tibétains commencèrent, à partir des textes Indiens, à fabriquer leur propre modalité qui se divisera plus tard en branches différentes, parfois opposées pour des raisons de marketing financier et politique dans une féodalité évidente et prouvée, branches toutes imprégnées de magie blanche et noire augmentée de ces Tantras dont les interprétations peuvent être infinies. Nous étions dès lors bien loin de la Tradition primordiale, sans déités, sans croyances, sans superstitions, sans hallucinations, sans délires induits par le néocortex, cette tumeur maligne qui recouvrira le cerveau reptilien puis le cerveau limbique ou mammifère. Ces trois cerveaux dont dépend tout être humain peuvent être contrôlés par l’émergence de la connaissance de l’axe métaphysique du cœur dit spirituel. Donc, la tête, ce système neuronal complexe, n’est pas du tout le cœur qui, sous influence des conditionnements psychophysiologiques, doit les comprendre, les Voir pour s’en libérer. Le Yoga traditionnel pratiqué par le Bouddha sera pour lui un moyen pour le comprendre et accéder à cette connaissance libératrice. 

Question : Très bien, mais qu’en est-il à ce jour ? 

Réponse : Et bien, cela continue. Les moyens modernes de communications permettent une diffusion accélérée des enseignements de ces époques pas si lointaines, mais ne pas oublier que qui dit communication dit manipulation. 

Question : Si je comprends bien vous n’êtes pas tendre avec les bouddhismes Tibétains ? 

Réponse : Non, ce n’est pas cela. Je réfléchis, je vérifie et je constate. Prenez le Vajrayana. Qu’est-ce que c’est, sinon un risque d’imprégnation psychique par une décoction fortement chargée et augmentée de 4000 ans de mythologie essentiellement Indienne mais pas seulement ? Je dis bien 4000 ans de mythologie. Du temps du Bouddha, l’hindouisme n’existe pas encore. Il arrive juste après et les Hindous disent que le bouddhisme est une branche de l’hindouisme, ce qui est impossible et aberrant. Toutes les récupérations sont bonnes pour des usages falsifiés, les contrefaçons. Et sur le plan historique elles sont nombreuses. Chez des historiens endoctrinés il y a nombre de falsificateurs. Des monastères Tibétains au Tibet et en Inde continuent leurs frasques féodales en asservissant, et la pédophilie est institutionnelle dans des monastères du pays des neiges comme bien d’autres abus de toutes les sortes en Occident. 

Question : Vos propos sont graves. En êtes-vous certain ? 

Réponse : Il n’est pas question d’être certain, encore une fois. Il n’est question que d’être justement informé et de pouvoir vérifier les informations reçues, voire de les vérifier de visu sur place, ce que certains témoignages dont nous bénéficions précisent sans aucun doute. Question : N’est-ce pas diabolique ? Réponse : Oui, mais au sens étymologique car “diabolos” signifie “ce qui sépare” et “symbolon” signifie “jeter avec”. C’est ainsi que les Tibétains sont les plus grands propagandistes de leurs symboles préfabriqués pour justifier et entretenir leurs incohérences libidinales sous prétextes d’une spiritualité institutionnalisée par eux en science irréfutable, bien entendu. Pas question d’abandonner un fond de commerce qui marche si bien et qui a de beaux jours devant lui. Si la libido est une affaire naturelle chez tout être humain lorsqu’elle est équilibrée en toute légitimité, celle qui est promulguée dans les Tantras et pire dans un Dzogchen dévoyé peut aggraver les déséquilibres voire conduire à des monstruosités, comme dans ce Kalachakra très particulier. Et les pauvres occidentaux s’en remettent à ces enseignements, mais vous ne pouvez rien leur dire car ils sont fascinés par des possibles qui viendraient nourrir leurs subconscients chargés et bien loin de pouvoir opérer une purification vers une simplification absolue dans l’abandon des trois mondes. C’est ainsi que depuis des décennies, des maîtres les inondent d’initiations, de Mandalas, de Tantras, de déités mâles et femelles, de dâkinî en veux-tu en voilà. Et tu te débrouilles avec le tout. Si tu deviens fou, c’est ton affaire, que tu n’as pas écouté suffisamment, bien sûr. Ne pas oublier les offrandes au moment des Pûjas, typiquement hindouistes, autrement dit et sans aucun doute ne pas oublier de donner beaucoup de toi, et surtout ne jamais oublier ta Mastercard ou ta carte Visa premier. Voilà une réalité. 

Question : Mais pourquoi cela n’est-il pas démontré au grand jour pour mettre en garde ? 

Réponse : Certains l’ont fait et le font encore mais rencontrent évidemment des difficultés et des oppositions. On ne touche pas à un prix Nobel de la paix et à ses vassaux. Parce que la peur retient les gens dans l’esprit de troupeau et que personne n’a le courage de réfléchir par lui-même. Des politiques et des religieux très haut placés, des adeptes financiers, des médias asservies et chiens de garde participent aux “diaboles”, s’en nourrissent et les nourrissent. Il n’y a pas de petit profit. Question : Pensez-vous que cela concerne tous les enseignements Tibétains ? Réponse : NON, pas du tout. Mais, dans cette modalité, il faut trouver par soi-même le guide normal et il y en a. La seule chose que je peux vous dire est que de toute façon dans la Tradition primordiale vous avez tout l’essentiel sans avoir besoin de recourir au Vajrayâna ou au Dzogchen qui n’ont pas inventé le “fil à couper le beurre” tibétain. Dès les origines, 1300 ans avant l’arrivée du Dharma au sein des croyances Tibétaines ancestrales, vous aviez déjà tout le nécessaire suffisant. Et c’est toujours le cas.


samedi, septembre 16, 2017

Dialogue avec Dharma

par un bouddhiste anonyme

Question : 

Après avoir lu une “Lettre ouverte aux dévots du bouddhisme”, je me suis procuré les documents qui y sont nommés et en ai vérifié leurs contenus. Je dois dire que ce ne n’est pas très rassurant. En qui avoir “foi” aujourd’hui ?

Comment “croire” en quelque instructeur maintenant ? Doit-on se méfier de tout le monde ? 

Réponse : 

J’ai lu cette lettre également et ai aussi vérifié son contenu. Que vous ayez pu vérifier par vous-même est favorable mais c'est une démarche rare.  

Tout d’abord il n’y a pas besoin de vous inquiéter de quoi que ce soit. Ces faits se sont toujours passés au cours des siècles dans le bouddhisme ou plutôt dans les bouddhismes, si vous préférez. Dès le début du bouddhisme cela existait déjà de même que dans les monothéismes. Que ces faits interrogent permet de réfléchir à soi-même et doit pouvoir permettre de continuer sereinement son propre cheminement. Alors, laissez donc tomber tout cela, ne vous en souciez pas davantage. Cela ne vous servira pas. Laissez ces soi-disant maîtres et ces soi-disant disciples impliqués dans ces embrouilles malsaines se débrouiller entre eux. Quand à avoir “foi”, NON ! S’il-vous-plait, ayez plutôt une confiance validée et éclairée par votre propre expérience en vérification, toujours, du comportement de celle ou de celui qui vous enseigne le Dharma. Ne “croyez” en rien que vous n’ayez vérifié et vous n’aurez plus besoin de vous méfier de quiconque, seulement de demeurer prudent en gardant toujours une distance respectueuse envers le Guide. C’est tout, mais c’est déjà beaucoup pour ne pas s’égarer. 

Question : 

J’entends bien mais tout de même n’est-ce pas difficile ? Comment être certain que l’on ne va pas se faire encore et encore berner ? 

Réponse : 

Je viens de vous le dire. Vérifiez les comportements et si quoi que ce soit de trouble vous apparaît, quittez les lieux et n’y revenez pas. 

Ne faites pas non plus du “gourou-shopping”. Il vous faut bien comprendre que la majorité des gens n’ont pas le courage de réfléchir par eux-mêmes. Ils sont pris dans l’instinct de troupeau. Ils préfèrent que l’on pense pour eux. Ils croient que sous prétexte que beaucoup de personnes, au sein d’un même groupe, adhèrent aux mêmes opinions, pensent la même chose, tels ces adorateurs crédules et immatures qui absorbent des pseudo-enseignements opiacés, que ces enseignements doivent bien être véritables. Mais personne n’a le courage de réfléchir par lui-même.

Doutez intelligemment et ne croyez en rien que vous n’ayez vérifié. Et même si vous étiez amené à vous retrouver seul à le faire au sein d’un groupe, à vous trouver rejeté par le troupeau, ne baissez pas la garde à la porte de vos sens qui vous informent pour faire surgir l’Intuition métaphysique. Mais la peur retient la majorité dans l’esprit de troupeau, n’est-ce-pas ? Ne devenez pas comme tous ces gens qui après tant d’années comprennent souvent trop tard qu’ils ont été bernés ou qu’ils se sont laissés berner. Ne perdez pas votre temps avec eux. N’oubliez jamais que les années passent vites et que votre temps est compté. 

Question : 

Mais comment être certain qu’un Guide du Dharma est compétent pour l’enseigner ? 

Réponse : 

C’est très simple. Tout d’abord, le véritable Guide ne vous humiliera jamais. Il ne vous vampirisera jamais, il ne vous demandera rien, jamais d’argent, aucunes faveurs, ne vous exploitera pas, n’exigera rien de vous. Il vous laissera entièrement libre de vos décisions. Il répondra simplement à vos questions avec sympathie et respect, ne laissera pas “une folle sagesse” qui est supercherie et recherche de domination à l’égard d’autrui, se manifester. Il saura vous guider selon ce qu’il comprendra de vous, et fera du “sur-mesure” pour vous, jamais du prêt-à-porter ! Alors, votre Confiance pourra prendre sa juste place et accompagnera la véritable possibilité de développer l’Energie, la Vigilance, la Concentration, la Connaissance transcendante ou Intuition Métaphysique. Que vous puissiez comprendre et développer ces 5 forces sera son unique préoccupation par amitié pour vous, car un véritable Guide n’est qu’un ami de cœur sur la Voie, rien d’autre. Pour faire autorité il n’y a aucun besoin de le prétendre en s’érigeant en “maître”. D'ailleurs, un Guide normal n’affirmera jamais qu’il est un maître. 

Maintenant que je vous ai dit un essentiel je ne vois pas autre chose à ajouter. Vous pouvez revenir quand vous voulez. Au revoir et à bientôt si vous le souhaitez.


jeudi, septembre 07, 2017

LETTRE OUVERTE AUX DEVOTS DU BOUDDHISME

par Patrick

“La disparition de la Bonne Loi n’a pas lieu tant qu’une contrefaçon de la Bonne Loi n’apparaît pas dans le monde. C’est lorsque la contrefaçon de la Bonne Loi apparaît dans le monde que la bonne loi disparaît. ”
Samyutta Nikaya




1. La lecture du livre de Madame Marion Dapsance “Les Dévots du Bouddhisme” édité chez Max Milo nous informera de faits que nous ne connaissions pas, même si depuis la nuit des temps les collusions et les corruptions mondaines existent au sein de mondes religieux.


2. Nous découvrirons l’article du journal La CROIX du 30 Janvier 2017, écrit par Madame Claire Lesegretain “Polémique autour d’un livre hostile au bouddhisme tibétain”. Dans cet article, un professeur de l’INALCO et à l’UCL, grand sympathisant “des” bouddhismes tibétains, Président de l’Institut d’Etudes Bouddhiques, de même qu’un tenant du Soto Zen Français, s’opposaient à Marion Dapsance en des propos qui nous semblaient défensifs et inquiets, voire agités d’un déni, tandis que le livre de Marion Dapsance nous semblait tout simplement exposer des faits, sans intention de polémique, sans hostilité, sans diabolisation de ces faits, faisant ainsi et certainement “oeuvre de santé publique” par devoir d’alerte, par soucis de retrait devant un danger grave et imminent, par principe de précaution.


3. L’article du journal Marianne N°1062 du 28 juillet au 3 août 2017, pp. 30 et 31, par Madame Elodie Emery, venait confirmer peu de temps après les faits nommés qui se transformaient de plus en plus en preuves…

[Entre temps, nous lirons le livre de Madame Elisabeth Martens : “Histoire du Bouddhisme tibétain” La Compassion des Puissants, édité chez L’Harmattan, Recherches Asiatiques].


4. Par France Inter, le 28 août 2017, et les articles de la presse Française du même jour nous apprenions du journal Libération et du journal le Figaro que Huit des principaux élèves de Sogyal Rinpoche venaient d’écrire à 1500 adhérents de RIGPA pour dénoncer cela même qu’ils subiront de ce Lama tibétain, pendant 25 années, pour certains d’entre eux ! Nous apprenions aussi que ce Lama tibétain du centre bouddhique Lerab-Ling de RIGPA dans le sud de la France venait d’être “disgracié !” par le Dalaï-Lama et que Matthieu Ricard qualifiait le comportement de Sogyal Rinpoche d’inadmissible. N’était-ce pas trop tard ?! Nous rappelons que le Dalaï-Lama n’est qu’un représentant d’une des modalités bouddhiques tibétaines et que les modalités tibétaines ne représentent qu’un faible pourcentage de l’ensemble des différentes écoles ou modalités bouddhiques, aussi que le Dalaï-Lama n’est pas le “Pape” des bouddhistes comme beaucoup et curieusement se l’imaginent ! Pourquoi ce silence des autres représentants ?


5. Comment ce Professeur de l’INALCO et ce moine (?) Zen, avaient-ils donc pu ainsi mentir ?

Comment pourraient-ils répondre de leurs mensonges dans l’article du journal La CROIX ?

Etait-ce une parade religieuse par déni et par dénégation, pour cacher on ne sait trop quoi ni pourquoi de ce qu’ils savaient probablement depuis longtemps des comportements de ce Lama psychopathe, comportements totalement contraires aux enseignements du Bouddha ? 

Comment peut-on chercher à justifier ces comportements sous prétexte de soi-disant “folle sagesse” dans le Dzogchen ou sous prétexte de soi-disant “lien sacré” dans un Vajrayåna nourri à des Tantras réservés uniquement à quelques rares ascètes équilibrés, MAIS, hélas, pratiqués par de nombreux autres qui se perdent le plus souvent dans l’obscurité de leur irrationalité ? 

Comment peut-on justifier ainsi les comportements excentriques et corrompus de ce genre de Gourous ?

Comment des disciples du Bouddha aussi instruits et éduqués auraient-ils pu ainsi duper le public par l’intermédiaire du journal LA CROIX ? 

Comment des enseignants du Dharma qui prétendent enseigner la Parole Juste de l’Ethique Dharmique, du Noble Sentier Octuple, et le 4ème précepte de cette Ethique fonctionnelle... comment auraient-ils pu ainsi dériver vers une indignité manifestée ?


6. Sans conteste, le livre de Marion Dapsance exposait, par conséquent, des faits prouvés que personne auparavant ne voulait mettre sur la table ni entendre, faits que les huit principaux disciples de Sogyal Rinpoche osaient à présent, et enfin par eux-mêmes, confirmer par leur courrier adressé aux 1500 adeptes du centre bouddhique Rigpa de l’Hérault. Jusqu’alors, tout en prétendant suivre le Chemin du Bouddha, il suffisait au plus grand nombre de mentir sans
rien dire, de cacher, d’enfouir les non-dits, puis ensuite, et par réaction, à des enseignants connus, transformés en détracteurs de justes propos, de chercher à réduire au silence le témoignage d’un livre clair de signification, de chercher à nuire à son auteure, voire de l’humilier. 

Rappelons que les comportements de ce Lama tibétain sont similaires aux incestes familiaux, mais, ici, en particulier, au sein même d’une famille qualifiée de communauté bouddhique ou Sangha, d’une famille comportant dans le cas présent plusieurs milliers d’adeptes de toutes les couches socio-culturelles et professionnelles.


7. Si la réponse claire à la souffrance humaine est parfaitement exposée par le Bouddha dans son Dharma, dès les origines fin 6ème, début 5ème siècles avant l’ère Chrétienne, comment des disciples souvent et hélas imprudents, irréfléchis, soumis généralement par instinct de troupeau, si facilement manipulables, dominables, serviles volontaires “dans la foi du charbonnier”, inhibés d’intelligence à pouvoir vérifier : Comment pourraient-ils ou pourront-ils retrouver une santé mentale et un équilibre post-traumatique après avoir été si longtemps exploités comme simples objets sexuels, objets financiers, abusés de violences psychiques et physiques, bernés de mensonges doctrinaux qui n’ont strictement rien à voir avec le Dharma authentique ?

Pourquoi des contrefaçons font elles ce jour leur loi un peu partout dans des enseignements contrefaits auxquels adhèrent tant et bien d’autres dans divers centres ? Ceux qui peuvent comprendre les notions de harcèlement moral, de chocs post-traumatiques, notions parfaitement décrites par la médecine psychiatrique depuis la fin de la guerre 39-45, en considération des traumatisés de la guerre et des rescapés des camps de concentration, aussi par les découvertes en neuro-physiologie et en neuro-endocrinologie, par, entre autres découvreurs, le Pr Henri Laborit, ceux qui connaissent la nécessité en médecine d’urgence et généraliste de prendre en charge sans tarder les conséquences parfois irréversibles physio-psychologiques des actes des “prédateurs-vampires” des énergies d’autrui, le plus souvent pervers narcissiques psychopathes, que pensent-ils du devenir de ces braves gens si crédules dont la fragilité à croire en tout et à n’importe quoi, les conduisent inéluctablement à “avoir la Foi” en de soi-disant maîtres plus qu’incertains qui les détruisent et les conduisent à la perte de leur intégrité physique et mentale, à la perte de leur dignité, et, bien sur, sous la bénédiction des Gourous Grands Compassionnés ?


8. Le ministère de la santé, le ministère de la justice, le ministère de l’intérieur qui a en charge le maintient du respect harmonieux des cultes religieux divers sont-ils informés des faits dont nous parlons ? Quel est le devenir de ce Lama tibétain prédateur ? La loi Française lui sera-t-elle
appliquée ? Qu’en pense son ex-ami le Dalaï-Lama, bonnet jaune ? Qu’en pense Matthieu Ricard et reviendra-t-il bientôt au journal de 20 heures l’expliquer aux Français ?


9. Comment tous ces grands centres tibétains peuvent-ils récolter autant d’argent pour se construire et se répandre un peu partout ? Qui se trouve derrière tout cela ? Quels sont les enjeux ? Un immense centre tibétain est en cours de construction en Basse Normandie…


10. Les prérequis raisonnables, fondamentaux et nécessaires à la Compréhension du Dharma, enseignent l’abandon systématique de ce que l’on appelle les 10 liens, dont le troisième lien est l’abandon des rites et des cérémonies. Celui qui n’est pas libéré de ce lien ne peut évoluer sur le Chemin du Dharma du Bouddha qui n’est pas du tout un enseignement mondain, mais qu’il l’est devenu par perte des résultats subtils.

Pourquoi enseigne-t-on et maintient-on ce jour tout le contraire à travers une débauche de rites et de cérémonies en adoration de “béquilles et de poteaux indicateurs” totalement absents des fondamentaux des origines qui suffisent à la compréhension ? Pourquoi ces béquilles et ces
poteaux indicateurs à n’en plus finir dans ces centres tibétains, ont-ils remplacé sans vraiment l’assurer la véritable connaissance des fondamentaux du Dharma ? Ce point est très important à comprendre pour comprendre une forme, cette forme, de bouddhisme tibétain qui inonde de croyances et d’irrationnel des croyants crédules.


11. Que l’UBF ait écarté d’elle-même la branche Française Rigpa n’est-il pas dérisoire quand la contamination est déjà, ici même, injectée à des destinées plus qu’incertaines ?


12. Qui finance le bouddhisme tibétain de ces millions d’Euros ? Pourquoi, une place au premier rang, pour assister au spectacle du 17ème Karmapa, des bonnets rouges, à Paris, coûtera-t-elle 1000 euros par personne ?


13. Ce qui nous préoccupe davantage est la façon dont le Dharma n’est plus enseigné. Que les rites et les cérémonies viennent compenser les frustrations existentielles d’adeptes, compenser leur besoin de croire, est certain, mais n’a Rien à Voir avec le Dharma du Bouddha.