Wednesday, September 27, 2017

Dialogue avec Dharma N°2


Par un Dharmacârin 


Question : Je suis revenu vous voir car j’ai du mal à digérer ces événements récents pourtant clairement nommés dans la “Lettre ouverte aux Dévots du Bouddhisme”. Vous m’avez certes apporté la dernière fois des éléments de compréhension, mais je dois dire que j’ai du mal à les assimiler pour me libérer de ces événements. 

Réponse : Comprenez que dans tous les domaines vous trouverez des “faux billets et des vrais billets” et que les faux billets attestent toujours des vrais. Le Bouddha parlait des contrefaçons de son Dharma simple et direct. Dans les bouddhismes qui se développèrent au cours des siècles, ce sera la même chose. N’oubliez pas que le Dharma arrivera au Tibet au 8ième siècle de notre ère, 1300 ans après la mort du Bouddha historique, au cours d’une première vague par ce curieux moine Padmasambhava venu semblet-il de l’Oddiyâna, petit royaume du nord-ouest du Pakistan actuel, moine dont les comportements semblent avoir été plus qu’aberrants, sinon cruels, que Dharmiques. Ensuite, il y eut au Tibet une période de plus d’un siècle de persécution au même moment que celle qui s’opéra en Chine en 842, car des monastères bouddhiques de cette époque, dans ces deux pays, étaient devenus tant corrompus qu’ils prenaient trop de pouvoir politique et financier. Au Tibet, le Roi Langdharma mit un terme à ces corruptions, fut ensuite détesté et considéré comme un méchant, bien sûr. Ce n’est que plus tard que la seconde vague du Dharma arrivera au Tibet, au 10ième, 11ième siècle. Et là, ce sera l’émergence certaine des Tantras venus surtout d’Inde. Les Tibétains commencèrent, à partir des textes Indiens, à fabriquer leur propre modalité qui se divisera plus tard en branches différentes, parfois opposées pour des raisons de marketing financier et politique dans une féodalité évidente et prouvée, branches toutes imprégnées de magie blanche et noire augmentée de ces Tantras dont les interprétations peuvent être infinies. Nous étions dès lors bien loin de la Tradition primordiale, sans déités, sans croyances, sans superstitions, sans hallucinations, sans délires induits par le néocortex, cette tumeur maligne qui recouvrira le cerveau reptilien puis le cerveau limbique ou mammifère. Ces trois cerveaux dont dépend tout être humain peuvent être contrôlés par l’émergence de la connaissance de l’axe métaphysique du cœur dit spirituel. Donc, la tête, ce système neuronal complexe, n’est pas du tout le cœur qui, sous influence des conditionnements psychophysiologiques, doit les comprendre, les Voir pour s’en libérer. Le Yoga traditionnel pratiqué par le Bouddha sera pour lui un moyen pour le comprendre et accéder à cette connaissance libératrice. 

Question : Très bien, mais qu’en est-il à ce jour ? 

Réponse : Et bien, cela continue. Les moyens modernes de communications permettent une diffusion accélérée des enseignements de ces époques pas si lointaines, mais ne pas oublier que qui dit communication dit manipulation. 

Question : Si je comprends bien vous n’êtes pas tendre avec les bouddhismes Tibétains ? 

Réponse : Non, ce n’est pas cela. Je réfléchis, je vérifie et je constate. Prenez le Vajrayana. Qu’est-ce que c’est, sinon un risque d’imprégnation psychique par une décoction fortement chargée et augmentée de 4000 ans de mythologie essentiellement Indienne mais pas seulement ? Je dis bien 4000 ans de mythologie. Du temps du Bouddha, l’hindouisme n’existe pas encore. Il arrive juste après et les Hindous disent que le bouddhisme est une branche de l’hindouisme, ce qui est impossible et aberrant. Toutes les récupérations sont bonnes pour des usages falsifiés, les contrefaçons. Et sur le plan historique elles sont nombreuses. Chez des historiens endoctrinés il y a nombre de falsificateurs. Des monastères Tibétains au Tibet et en Inde continuent leurs frasques féodales en asservissant, et la pédophilie est institutionnelle dans des monastères du pays des neiges comme bien d’autres abus de toutes les sortes en Occident. 

Question : Vos propos sont graves. En êtes-vous certain ? 

Réponse : Il n’est pas question d’être certain, encore une fois. Il n’est question que d’être justement informé et de pouvoir vérifier les informations reçues, voire de les vérifier de visu sur place, ce que certains témoignages dont nous bénéficions précisent sans aucun doute. Question : N’est-ce pas diabolique ? Réponse : Oui, mais au sens étymologique car “diabolos” signifie “ce qui sépare” et “symbolon” signifie “jeter avec”. C’est ainsi que les Tibétains sont les plus grands propagandistes de leurs symboles préfabriqués pour justifier et entretenir leurs incohérences libidinales sous prétextes d’une spiritualité institutionnalisée par eux en science irréfutable, bien entendu. Pas question d’abandonner un fond de commerce qui marche si bien et qui a de beaux jours devant lui. Si la libido est une affaire naturelle chez tout être humain lorsqu’elle est équilibrée en toute légitimité, celle qui est promulguée dans les Tantras et pire dans un Dzogchen dévoyé peut aggraver les déséquilibres voire conduire à des monstruosités, comme dans ce Kalachakra très particulier. Et les pauvres occidentaux s’en remettent à ces enseignements, mais vous ne pouvez rien leur dire car ils sont fascinés par des possibles qui viendraient nourrir leurs subconscients chargés et bien loin de pouvoir opérer une purification vers une simplification absolue dans l’abandon des trois mondes. C’est ainsi que depuis des décennies, des maîtres les inondent d’initiations, de Mandalas, de Tantras, de déités mâles et femelles, de dâkinî en veux-tu en voilà. Et tu te débrouilles avec le tout. Si tu deviens fou, c’est ton affaire, que tu n’as pas écouté suffisamment, bien sûr. Ne pas oublier les offrandes au moment des Pûjas, typiquement hindouistes, autrement dit et sans aucun doute ne pas oublier de donner beaucoup de toi, et surtout ne jamais oublier ta Mastercard ou ta carte Visa premier. Voilà une réalité. 

Question : Mais pourquoi cela n’est-il pas démontré au grand jour pour mettre en garde ? 

Réponse : Certains l’ont fait et le font encore mais rencontrent évidemment des difficultés et des oppositions. On ne touche pas à un prix Nobel de la paix et à ses vassaux. Parce que la peur retient les gens dans l’esprit de troupeau et que personne n’a le courage de réfléchir par lui-même. Des politiques et des religieux très haut placés, des adeptes financiers, des médias asservies et chiens de garde participent aux “diaboles”, s’en nourrissent et les nourrissent. Il n’y a pas de petit profit. Question : Pensez-vous que cela concerne tous les enseignements Tibétains ? Réponse : NON, pas du tout. Mais, dans cette modalité, il faut trouver par soi-même le guide normal et il y en a. La seule chose que je peux vous dire est que de toute façon dans la Tradition primordiale vous avez tout l’essentiel sans avoir besoin de recourir au Vajrayâna ou au Dzogchen qui n’ont pas inventé le “fil à couper le beurre” tibétain. Dès les origines, 1300 ans avant l’arrivée du Dharma au sein des croyances Tibétaines ancestrales, vous aviez déjà tout le nécessaire suffisant. Et c’est toujours le cas.


No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.