Thursday, September 07, 2017

LETTRE OUVERTE AUX DEVOTS DU BOUDDHISME

par Patrick

“La disparition de la Bonne Loi n’a pas lieu tant qu’une contrefaçon de la Bonne Loi n’apparaît pas dans le monde. C’est lorsque la contrefaçon de la Bonne Loi apparaît dans le monde que la bonne loi disparaît. ”
Samyutta Nikaya




1. La lecture du livre de Madame Marion Dapsance “Les Dévots du Bouddhisme” édité chez Max Milo nous informera de faits que nous ne connaissions pas, même si depuis la nuit des temps les collusions et les corruptions mondaines existent au sein de mondes religieux.


2. Nous découvrirons l’article du journal La CROIX du 30 Janvier 2017, écrit par Madame Claire Lesegretain “Polémique autour d’un livre hostile au bouddhisme tibétain”. Dans cet article, un professeur de l’INALCO et à l’UCL, grand sympathisant “des” bouddhismes tibétains, Président de l’Institut d’Etudes Bouddhiques, de même qu’un tenant du Soto Zen Français, s’opposaient à Marion Dapsance en des propos qui nous semblaient défensifs et inquiets, voire agités d’un déni, tandis que le livre de Marion Dapsance nous semblait tout simplement exposer des faits, sans intention de polémique, sans hostilité, sans diabolisation de ces faits, faisant ainsi et certainement “oeuvre de santé publique” par devoir d’alerte, par soucis de retrait devant un danger grave et imminent, par principe de précaution.


3. L’article du journal Marianne N°1062 du 28 juillet au 3 août 2017, pp. 30 et 31, par Madame Elodie Emery, venait confirmer peu de temps après les faits nommés qui se transformaient de plus en plus en preuves…

[Entre temps, nous lirons le livre de Madame Elisabeth Martens : “Histoire du Bouddhisme tibétain” La Compassion des Puissants, édité chez L’Harmattan, Recherches Asiatiques].


4. Par France Inter, le 28 août 2017, et les articles de la presse Française du même jour nous apprenions du journal Libération et du journal le Figaro que Huit des principaux élèves de Sogyal Rinpoche venaient d’écrire à 1500 adhérents de RIGPA pour dénoncer cela même qu’ils subiront de ce Lama tibétain, pendant 25 années, pour certains d’entre eux ! Nous apprenions aussi que ce Lama tibétain du centre bouddhique Lerab-Ling de RIGPA dans le sud de la France venait d’être “disgracié !” par le Dalaï-Lama et que Matthieu Ricard qualifiait le comportement de Sogyal Rinpoche d’inadmissible. N’était-ce pas trop tard ?! Nous rappelons que le Dalaï-Lama n’est qu’un représentant d’une des modalités bouddhiques tibétaines et que les modalités tibétaines ne représentent qu’un faible pourcentage de l’ensemble des différentes écoles ou modalités bouddhiques, aussi que le Dalaï-Lama n’est pas le “Pape” des bouddhistes comme beaucoup et curieusement se l’imaginent ! Pourquoi ce silence des autres représentants ?


5. Comment ce Professeur de l’INALCO et ce moine (?) Zen, avaient-ils donc pu ainsi mentir ?

Comment pourraient-ils répondre de leurs mensonges dans l’article du journal La CROIX ?

Etait-ce une parade religieuse par déni et par dénégation, pour cacher on ne sait trop quoi ni pourquoi de ce qu’ils savaient probablement depuis longtemps des comportements de ce Lama psychopathe, comportements totalement contraires aux enseignements du Bouddha ? 

Comment peut-on chercher à justifier ces comportements sous prétexte de soi-disant “folle sagesse” dans le Dzogchen ou sous prétexte de soi-disant “lien sacré” dans un Vajrayåna nourri à des Tantras réservés uniquement à quelques rares ascètes équilibrés, MAIS, hélas, pratiqués par de nombreux autres qui se perdent le plus souvent dans l’obscurité de leur irrationalité ? 

Comment peut-on justifier ainsi les comportements excentriques et corrompus de ce genre de Gourous ?

Comment des disciples du Bouddha aussi instruits et éduqués auraient-ils pu ainsi duper le public par l’intermédiaire du journal LA CROIX ? 

Comment des enseignants du Dharma qui prétendent enseigner la Parole Juste de l’Ethique Dharmique, du Noble Sentier Octuple, et le 4ème précepte de cette Ethique fonctionnelle... comment auraient-ils pu ainsi dériver vers une indignité manifestée ?


6. Sans conteste, le livre de Marion Dapsance exposait, par conséquent, des faits prouvés que personne auparavant ne voulait mettre sur la table ni entendre, faits que les huit principaux disciples de Sogyal Rinpoche osaient à présent, et enfin par eux-mêmes, confirmer par leur courrier adressé aux 1500 adeptes du centre bouddhique Rigpa de l’Hérault. Jusqu’alors, tout en prétendant suivre le Chemin du Bouddha, il suffisait au plus grand nombre de mentir sans
rien dire, de cacher, d’enfouir les non-dits, puis ensuite, et par réaction, à des enseignants connus, transformés en détracteurs de justes propos, de chercher à réduire au silence le témoignage d’un livre clair de signification, de chercher à nuire à son auteure, voire de l’humilier. 

Rappelons que les comportements de ce Lama tibétain sont similaires aux incestes familiaux, mais, ici, en particulier, au sein même d’une famille qualifiée de communauté bouddhique ou Sangha, d’une famille comportant dans le cas présent plusieurs milliers d’adeptes de toutes les couches socio-culturelles et professionnelles.


7. Si la réponse claire à la souffrance humaine est parfaitement exposée par le Bouddha dans son Dharma, dès les origines fin 6ème, début 5ème siècles avant l’ère Chrétienne, comment des disciples souvent et hélas imprudents, irréfléchis, soumis généralement par instinct de troupeau, si facilement manipulables, dominables, serviles volontaires “dans la foi du charbonnier”, inhibés d’intelligence à pouvoir vérifier : Comment pourraient-ils ou pourront-ils retrouver une santé mentale et un équilibre post-traumatique après avoir été si longtemps exploités comme simples objets sexuels, objets financiers, abusés de violences psychiques et physiques, bernés de mensonges doctrinaux qui n’ont strictement rien à voir avec le Dharma authentique ?

Pourquoi des contrefaçons font elles ce jour leur loi un peu partout dans des enseignements contrefaits auxquels adhèrent tant et bien d’autres dans divers centres ? Ceux qui peuvent comprendre les notions de harcèlement moral, de chocs post-traumatiques, notions parfaitement décrites par la médecine psychiatrique depuis la fin de la guerre 39-45, en considération des traumatisés de la guerre et des rescapés des camps de concentration, aussi par les découvertes en neuro-physiologie et en neuro-endocrinologie, par, entre autres découvreurs, le Pr Henri Laborit, ceux qui connaissent la nécessité en médecine d’urgence et généraliste de prendre en charge sans tarder les conséquences parfois irréversibles physio-psychologiques des actes des “prédateurs-vampires” des énergies d’autrui, le plus souvent pervers narcissiques psychopathes, que pensent-ils du devenir de ces braves gens si crédules dont la fragilité à croire en tout et à n’importe quoi, les conduisent inéluctablement à “avoir la Foi” en de soi-disant maîtres plus qu’incertains qui les détruisent et les conduisent à la perte de leur intégrité physique et mentale, à la perte de leur dignité, et, bien sur, sous la bénédiction des Gourous Grands Compassionnés ?


8. Le ministère de la santé, le ministère de la justice, le ministère de l’intérieur qui a en charge le maintient du respect harmonieux des cultes religieux divers sont-ils informés des faits dont nous parlons ? Quel est le devenir de ce Lama tibétain prédateur ? La loi Française lui sera-t-elle
appliquée ? Qu’en pense son ex-ami le Dalaï-Lama, bonnet jaune ? Qu’en pense Matthieu Ricard et reviendra-t-il bientôt au journal de 20 heures l’expliquer aux Français ?


9. Comment tous ces grands centres tibétains peuvent-ils récolter autant d’argent pour se construire et se répandre un peu partout ? Qui se trouve derrière tout cela ? Quels sont les enjeux ? Un immense centre tibétain est en cours de construction en Basse Normandie…


10. Les prérequis raisonnables, fondamentaux et nécessaires à la Compréhension du Dharma, enseignent l’abandon systématique de ce que l’on appelle les 10 liens, dont le troisième lien est l’abandon des rites et des cérémonies. Celui qui n’est pas libéré de ce lien ne peut évoluer sur le Chemin du Dharma du Bouddha qui n’est pas du tout un enseignement mondain, mais qu’il l’est devenu par perte des résultats subtils.

Pourquoi enseigne-t-on et maintient-on ce jour tout le contraire à travers une débauche de rites et de cérémonies en adoration de “béquilles et de poteaux indicateurs” totalement absents des fondamentaux des origines qui suffisent à la compréhension ? Pourquoi ces béquilles et ces
poteaux indicateurs à n’en plus finir dans ces centres tibétains, ont-ils remplacé sans vraiment l’assurer la véritable connaissance des fondamentaux du Dharma ? Ce point est très important à comprendre pour comprendre une forme, cette forme, de bouddhisme tibétain qui inonde de croyances et d’irrationnel des croyants crédules.


11. Que l’UBF ait écarté d’elle-même la branche Française Rigpa n’est-il pas dérisoire quand la contamination est déjà, ici même, injectée à des destinées plus qu’incertaines ?


12. Qui finance le bouddhisme tibétain de ces millions d’Euros ? Pourquoi, une place au premier rang, pour assister au spectacle du 17ème Karmapa, des bonnets rouges, à Paris, coûtera-t-elle 1000 euros par personne ?


13. Ce qui nous préoccupe davantage est la façon dont le Dharma n’est plus enseigné. Que les rites et les cérémonies viennent compenser les frustrations existentielles d’adeptes, compenser leur besoin de croire, est certain, mais n’a Rien à Voir avec le Dharma du Bouddha.


No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.