lundi, mars 04, 2019

Dites la vérité et vous humilierez le diable


Stéphane Blet fait le point sur l'actualité.

Les talmudistes, les kabbalistes et les initiés francs-maçons ont jeté leur dévolu sur la France. Paris est leur Nouvelle Jérusalem...



Extrait du livre de Gérard Menuhin Dites la vérité et vous humilierez le diable :

Les quatre lois de la mondialisation 

1. Le dogme de la mondialisation est la privatisation de tous les biens matériels. Tous seront privatisés, internationalisés et vendus à but lucratif. Tout est marchandise ; tout a un prix ; tout peut être acheté et vendu !

2. Les travailleurs ne sont que des facteurs de coût et des ressources humaines toujours échangeables. Le contrôle de toutes les ressources naturelles, de l'offre d'énergie, de l'eau potable, de la monnaie mondiale ainsi que des aliments génétiquement modifiés sont des conditions préalables indispensables à la domination des cartels mondiaux.

3. Aucun gouvernement ne peut entraver la libre circulation des capitaux ou le retour des bénéfices. Les nations doivent être mises en dépendance réciproque, de sorte qu'elles ne peuvent plus exister de manière indépendante.

4. Les États qui s'opposent à cela sont des États voyous. Les opposants de cette mondialisation doivent être détruits. C'est ce que demande l'idéologue de la mondialisation Thomas Barnett : "Nous les tuerons !".

Le but ultime est "la synchronisation de toutes les nations sur terre". Cela sera réalisé par un mélange de races, l'objectif étant d'obtenir une "race brun clair" en Europe. À cette fin, l'Europe recevra chaque année 1,5 million d'immigrants en provenance du tiers monde. Le résultat sera une population avec un QI moyen de 90, trop stupide pour comprendre, mais assez intelligente pour travailler. Les nations européennes n'apparaîtront plus comme concurrentes, une culture millénaire serait détruite. Pour tous ceux qui s'opposent à ce but, les globalisateurs ont une solution simple : "Tuez-les" ; c'est ce que l'on apprend encore et encore... 



dimanche, mars 03, 2019

Ordo Ab Chao ou le chaos orchestré par Macron



L'ancien journaliste VERDI ne décolère pas et déclare :

"Macron c'est le Nouvel Ordre Mondial, et si on laisse passer le Nouvel Ordre Mondial, c'en est fini de la planète, c'en est fini de l'humanité...

Macron a franchi un pas supplémentaire dans la tyrannie. Il a donné l’ordre de matraquer, tabasser les députés de l’opposition. La victime, samedi 2 mars, à Bordeaux, a été Loïc Prud’homme, député de la France Insoumise, violemment pris à partie par la milice du pouvoir macronien, alors qu’il rentrait tranquillement de la 16ème édition de la mobilisation des gilets jaunes. 

Ce qui s’est passé à Bordeaux est d’une extrême gravité et prouve, s’il en était encore besoin, à quel point celui qui usurpe la fonction de président de la République française est un être psychologiquement dérangé, qui met en grand danger notre pays. Il n’hésite pas à s’attaquer à l’un des symboles de la république qu’est l’écharpe tricolore. Il y a urgence à dépasser les clivages politiciens, en lançant, immédiatement, la procédure de destitution contre Macron, telle que le suggère Asselineau. Le monde et ses instances internationales attendent ce signal fort contre Macron pour agir." 

(Le professeur Adriano Segatori, psychiatre et psychothérapeute italien, analyse le profil d'Emmanuel Macron : https://youtu.be/v4wS8FIw47Q )

Ordo Ab Chao ou le chaos global


Extrait d'une vidéo réalisée par MetaTV avec Pierre Hillard dans la série Histoire secrète de l'oligarchie anglo-américaine https://www.youtube.com/watch?v=7O2aX...


Lecture :



Pierre Hillard présente les travaux de Carroll Quigley  


"Ce grand livre de Carroll Quigley (1910-1977), professeur à l'université de Georgetown est paru en anglais après sa mort en 1981. 

Nous pouvons affirmer que cette parution en langue française de l'Histoire secrète de l'oligarchie anglo-américaine, est véritablement une œuvre de salubrité publique. En effet, grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l'action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière. 

L'auteur développe et explique à partir d'abondantes pièces d'archives que les élites anglo-saxonnes ont élaboré, dans la deuxième moitié du XIXè siècle, un véritable plan de bataille afin de permettre à l'Empire britannique associé aux Etats-Unis d'asseoir une hégémonie complète sur le monde. Cette volonté de puissance et de domination a été l'œuvre d'une poignée d'hommes liés intimement à la haute finance de la City et de Wall Street. Tout un groupe, issu de la haute aristocratie et bourgeoisie britannique en liaison avec une élite américaine, émerge. 

Fort d'un travail de bénédictin, Carroll Quigley recense les noms et expose les ambitions de cette « super classe » ou « famille technocratique » avant l'heure définie par des liens sociaux et familiaux étroits."

vendredi, mars 01, 2019

Un "programme" contre-initiatique : les Protocoles des Sages de Sion


Les Protocoles des Sages de Sion 1/4

Des juifs et des francs-maçons exécutent-ils, consciemment ou inconsciemment, un plan qui na été ni conçu, ni voulu par eux ?


Les Protocoles des Sages de Sion
L'avènement du Regnum supra-national


René Guénon



La traduction italienne des fameux Protocoles des Sages de Sion, publiée en 1921, par le D. Giovanni Preziosi, directeur de la Vita ltaliana, vient d'être rééditée avec une introduction de M. Julius Evola, qui essaie de mettre un peu d'ordre dans les interminables discussions auxquelles ce texte a donné et donne encore lieu, en distinguant deux questions différentes et qui ne sont pas nécessairement solidaires, celle de l'«authenticité» et celle de la «véridicité», dont la seconde serait, selon lui, la plus importante en réalité. (PDF gratuit des Protocoles des Sages de Sion, traduction Lambelin ICI)

Une organisation vraiment secrète ne laisse jamais derrière elle de documents écrits

L'authenticité n'est guère soutenable, pour de multiples raisons que nous n'examinerons pas ici ; à cet égard, nous appellerons seulement l'attention sur un point qu'on paraît ne pas prendre suffisamment en considération, et qui pourtant est peut-être le plus décisif : c'est qu'une organisation vraiment et sérieusement secrète, quelle qu'en soit d'ailleurs la nature, ne laisse jamais derrière elle de documents écrits. D'autre part, on a indiqué les «sources» auxquelles de nombreux passages des Protocoles ont été empruntés à peu près textuellement : le Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, de Maurice Joly, pamphlet dirigé contre Napoléon III et publié à Bruxelles, en 1865, et le discours attribué à un rabbin de Prague dans le roman Biarritz, publié en 1868, par l'écrivain allemand Hermann Goedsche sous le pseudonyme de sir john Retcliffe. Il y a encore une autre «source» qui, à notre connaissance, na jamais été signalée : c'est un roman intitulé : Le Baron Jéhova, par Sidney Vigneaux, publié à Paris en 1886, et dédié, ce qui est assez curieux, "au très gentilhomme A. de Gobineau, auteur de l'Essai sur l'inégalité des races humaines, entré au Walhalla le 13 octobre 1882". Il est à noter aussi que, d'après une indication donnée dans les Mémoires d'une aliénée, de Mlle Hersilie Rouy, publiés par E. Le Normant des Varannes (Paris, 1886, pp. 308-309), Sidney Vigneaux était, ainsi que ce dernier, un ami du Dr Henri Favre, dont nous avons parlé plus haut ; il s'agit là d'une étrange histoire où apparaît également le nom de Jules Favre, qu'on retrouve d'ailleurs mêlé à tant de choses du même genre qu'il est difficile de n'y voir qu'une simple coïncidence... Il se trouve, dans "Le Baron Jéhova" (pp. 59 à 87) un soi-disant "Testament d'Ybarzabal" qui présente des similitudes tout à fait frappantes avec les Protocole, mais avec cette particularité remarquable que les juifs y apparaissent seulement comme l'instrument d'exécution d'un plan qui na été ni conçu, ni voulu par eux. On a noté encore des traits de ressemblance avec l'introduction du Joseph Balsamo, d'Alexandre Dumas, bien qu'ici il ne soit aucunement question des Juifs, mais d'une assemblée maçonnique imaginaire ; nous ajouterons que cette assemblée n'est pas sans rapport avec le «Parlement» pseudo-rosicrucien décrit, à peu près exactement à la même date, par l'écrivain américain George Lippard dans Paul Ardenheim, the monk of the Wissahikon, dont cette partie a été reproduite par le Dr. Swinburne Clymer dans The Rosicrucian Fraternity in America.

 Toute l'orientation du monde moderne répond à un "plan" établi et imposé par la contre-initiation et de ses agents conscients ou inconscients

Il n'est pas douteux que tous ces écrits, ou leur forme plus ou moins « romancée», tirent en somme leur inspiration générale d'un même «courant» d'idées, que d'ailleurs leur auteurs approuvent ou désapprouvent ces idées, et qu'en outre, suivant leurs tendances ou leurs préventions particulières, ils en attribuent à tort et à travers l'origine aux juifs, aux Maçons ou à d'autres encore ; l'essentiel dans tout cela, en définitive, et ce qui, peut-on dire, en constitue l'élément de «véridicité», c'est l'affirmation que toute l'orientation du monde moderne répond à un «plan» établi et imposé par quelque organisation mystérieuse ; on sait ce que nous pensons nous-même à cet égard, et nous nous sommes déjà assez souvent expliqué sur le rôle de la "contre-initiation" et de ses agents conscients ou inconscients pour n'avoir pas besoin d'y insister davantage. A vrai dire, il n'était aucunement nécessaire d'être «prophète» pour apercevoir de ces choses à l'époque où les Protocoles furent rédigé, probablement en 1901, ni même à celle où remontent la plupart de autres ouvrages que nous venons de mentionner, c'est-à-dire vers le milieu du XIXème siècle ; alors déjà, bien qu'elles fusent moins apparentes qu'aujourd'hui, une observation quelque peu perspicace y suffisait ; mais ici nous devons faire une remarque qui n'est pas à l'honneur de l'intelligence de nos contemporains ; si quelqu'un se contente d'exposer «honnêtement» ce qu'il constate et ce qui s'en déduit logiquement, personne n'y croit ou même n'y prête attention ; si, au contraire, il présente les mêmes choses comme émanant d'une organisation fantaisiste, cela prend aussitôt figure de «document» et, à ce titre, met tout le monde en mouvement ; étrange effet des superstitions inculquées aux modernes par la trop fameuse «méthode historique» et qui font bien partie, elles aussi, des suggestions indispensables à l'accomplissement du «plan» en question ! 

Établissement du Regnum supra-national

Il est encore à remarquer que, d'après l'«affabulation» des Protocoles eux-mêmes, l'organisation qui invente et propage les idées modernes, pour en arriver à ses fins de domination mondiale, est parfaitement consciente de la fausseté de ces idées ; il est bien évident qu'en effet, il doit en être réellement ainsi, car elle ne sait que trop bien à quoi s'en tenir là-dessus; mais alors il semble qu'une telle entreprise de mensonge ne puisse pas être, en elle-même, le véritable et unique but qu'elle se propose, et ceci nous amène à considérer un autre point qui, indiqué par M. Evola dans son introduction, a été repris et développé, dans le numéro de novembre de la Vita Italiana, dans un article signé «Arthos» et intitulé transformazioni del «Regnum». En effet, il n'y a pas seulement, dans les Protocoles, l'exposé d'une «tactique» destinée à la destruction du monde traditionnel, ce qui en est l'aspect purement négatif et correspondant à la phase actuelle des événements ; il y a aussi l'idée du caractère simplement transitoire de cette phase, et celle de l'établissement ultérieur d'un Regnum supra-national, idée qui peut être regardée comme une déformation de celle du «Saint Empire» et des autres conceptions traditionnelles analogues qui, comme le rappelle l'auteur de l'article, ont été exposées par nous dans Le Roi du Monde. Pour expliquer ce fait, "Arthos" fait appel aux déviations, allant même jusqu'à une véritable "subversion", que peuvent subir certains éléments, authentiquement traditionnels à l'origine, qui se survivent en quelque sorte à eux-mêmes, lorsque l'«esprit» s'en est retiré ; et il cite, à l'appui de cette thèse, ce que nous avons dit récemment ici au sujet des «résidus psychiques» ; les considérations qu'on trouvera d'autre part, sur les phases successives de la déviation moderne et sur la constitution possible, comme dernier terme de celle-ci, d'une véritable «contre-tradition», dont le Regnum dénaturé serait précisément l'expression dans l'ordre social, pourront peut-être contribuer encore à élucider plus complètement ce côté de la question qui, même tout à fait en dehors du cas spécial des Protocoles, n'est certes pas dépourvu d'un certain intérêt.

René Guénon - Etudes Traditionnelles, janvier 1938, compte rendu de : I Protocolli dei Savi Anziani di Sion, paru dans La Vita Italiana, Roma.


René Guénon écrit : "... il ne faut pas oublier que le « satanisme inconscient » de certains, plus nombreux que jamais à notre époque de désordre étendu à tous les domaines, n’est véritablement, au fond, qu’un instrument au service du « satanisme conscient » des représentants de la contre-initiation.