jeudi, juin 27, 2019

De la question juive


Abbé Olivier Rioult


Pour aider le juif à retrouver un sommeil paisible et pour protéger celui des autres, il fallait remonter aux origines du mal-être juif, analyser ses manifestations et en faire la synthèse. Le résultat est sidérant et une fois de plus la réalité dépasse la fiction.

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations… Deux mille ans d’histoire chaotique qui ont abouti “au siècle juif” qui, selon la formule d’un propagandiste, a vu les juifs devenir « les chouchous de l’Histoire ».

Mais, malgré ce triomphe apparent, quantité de juifs restent torturés. Ils sentent au fond d’eux-mêmes « une immense solitude », ils souffrent d’« angoisses » et sont obsédés par « des questionnements absurdes liés à la culpabilité… » Pour nombre d’entre eux, « être juif constitue un problème qui n’a pas de réponse… » Et pourtant cette réponse nous avait déjà été donnée dès le 1er siècle par l’apôtre Jean dans son Apocalypse.

La solution était là, sous nos yeux, mais on l’avait oubliée ou négligée. Ce livre n’est donc qu’une redécouverte qui éclairera par ailleurs toute la justesse de l’assertion johannique au niveau historique, théologique, philosophique, politique, moral, économique, ethnique, psychologique et eschatologique. Cette étude aura aussi le mérite de nous faire comprendre pourquoi, pour le bien et la paix de tous, des juifs comme des non-juifs, l’évêque de Linz, Mgr Gfoellner, affirmait : « combattre et briser la pernicieuse influence du judaïsme est pour tout chrétien sincère non seulement un droit légitime, mais un impérieux devoir de conscience. »


Commentaire de Ludovic Joubert :

J'ai lu plusieurs livres sur ce sujet, dont les livres de certains dissidents israéliens, comme Israel Shahak ou Gilad Atzmon. Ainsi que les livres très documentés et très denses d'Hervé Ryssen. Autant de lectures très recommandables.

Attention : si on s'intéresse à ce sujet : Israël, le judaïsme, l'histoire, la religion, et qu'on est sensible à l'exigence de vérité, il faut s'attendre à un total renversement de paradigme.

Le livre de l'Abbé Olivier Rioult est très dense, très précis, structuré, extrêmement bien écrit et donc, jamais indigeste. En introduction, plusieurs témoignages de juifs qui ont répondu à la question : qu'est-ce que c'est que d'être juif. Apparemment, c'est compliqué. Parfois, c'est déplaisant (un certain Laurent Sagalovitsch qui déclare : "qu'est-ce que ça doit être emmerdant d'être un goy !" – on le remercie de sa sollicitude)

En préambule, l'auteur précise bien que quand il écrit "les juifs", il désigne l'idéologie juive.

Le livre commence par la question de Jésus puis passe en revue de manière passionnante des notions aussi intimidantes que le talmud, l'hérésie, les marranes, l'inquisition… mais aussi la révolution bolchévique, la première et la deuxième guerre mondiale, la confiscation du droit des Etats à créer leur propre monnaie (cause de la fameuse dette des pays occidentaux), qui a commencé par les Etats-Unis et s'est poursuivie par la loi Pompidou de 1973 (Pompidou qui avait été directeur de la banque Rothschild…) et crée des contribuables, c'est-à-dire les victimes d'un racket légal mais inique, et permanent. Mais j'insiste : la lecture de ce livre reste très fluide. Et absolument passionnante quoique potentiellement bouleversante en fonction du niveau d'éducation du lecteur sur le sujet.

Difficile de commencer à évoquer ce livre sans en citer de longs passages, ce que j'éviterai.


Pour donner une idée du bouleversement qu'il peut représenter, je prendrai un chemin détourné. Il y a quelques années, j'ai lu Koba la terreur de Martin Amis, dans lequel après avoir raconté par le menu plusieurs expériences du goulag sous Staline d'une lecture assez éprouvante, Martin Amis se sentait obligé de préciser que aussi horribles et nombreuses aient été ces morts, on n'atteignait pas l'horreur des camps nazis. Pourquoi ? Parce que l'extermination des juifs était inscrite dans leur projet initial.

Cette explication m'a fait tiquer. Principalement parce qu'elle réduisait de nouveau cinquante les millions de morts de la deuxième guerre mondiale aux morts juifs (alors que par exemple dans le nord de la France, les bombardements alliés ont causé quelque 60 000 morts français) ; et aussi parce qu'elle réduisait de nouveau les victimes des camps de concentration aux victimes juives.

Or en lisant le livre d'Olivier Rioult ainsi que d'autres – par exemple, Deux siècles ensemble de Soljénitsyne (dont on trouve un résumé dans le livre d'Hervé Ryssen Les espérances planétariennes), on se donne des raisons de croire que non seulement l'extermination des juifs n'était pas forcément inscrite dès le début dans le programme nazi (Voir : accord de transfert 1933, qui établit une collaboration et des négociations entre Hitler et le mouvement sioniste, qui a duré jusqu'en 1939 ; résultat selon le livre très référencé d'Olivier Rioult : l'émigration de 60 000 juifs allemands riches vers la Palestine durant cette période), mais en plus que l'extermination des Russes réfractaires à la révolution était, elle, inscrite dans le programme communiste (principe de l'ingénierie sociale : on ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs et la révolution n'a pas attendu Staline) ; or il s'avère que les révolutionnaires comptaient une proportion écrasante… de juifs. Hervé Ryssen a été condamné à un an de prison ferme pour avoir fait le même constat. La journaliste Elisabeth Levy dit la même chose dans son livre Les Rien-pensants. Pour une raison ou une autre, elle n'a pas attiré l'attention de la "justice".


Conférence de l'abbé Olivier Rioult : 
La question juive :

mercredi, juin 26, 2019

7 mesures contre le mondialisme messianique


Les conseils de Stéphane Blet pour libérer le peuple français du mondialisme messianique et de la tyrannie talmudo-maçonnique :

1) Rétablissement du crime de haute trahison ;

2) Abrogation de la loi Pompidou-Rothschild et annulation de la dette ;

3) Dissolution des lobbies sionistes, comme le CRIF, la LICRA, l'organisation racialiste le B'nai B'rith, etc. Et, dissolution immédiate de la franc-maçonnerie, dont les initiés des hauts grades entravent la Justice et contrôlent la police ;


4) Réforme du système judiciaire et éviction des juges francs-maçons ;

5) Dissolution du Conseil constitutionnel où siègent des agents du mondialisme ;

6) Création de tribunaux populaires pour juger ceux qui trahissent le peuple français ;

7) Développer la vente directe entre les producteurs et les consommateurs afin de neutraliser les parasites du commerce des aliments.

Stéphane Blet est l'auteur du livre Franc-Maçonnerie, l'effroyable vérité.



mardi, juin 18, 2019

Le paradis parodique


Petit aperçu sur l'aspect parodique de notre société actuelle qui s'apparente à une immense singerie du paradis biblique et une inversion de l'âge d'or des Anciens. 



La contrefaçon de l’âge d’or

par Pierre-Yves Lenoble 


« Ne vous ai-je pas annoncé au sujet de l’antéchrist un fait qu’aucun prophète n’avait signalé à son peuple ? Il est borgne et il apportera avec lui une image représentant le Paradis et une autre représentant l’Enfer. Et celle qu’il vous dira être le Paradis sera l’Enfer. Je vous signale ce danger comme Noé l’avait signalé à son peuple » (Hadith extrait de Bokhâri, LX, III, 3).



On ne le répétera jamais assez : notre époque contemporaine a non seulement atteint un niveau de dégénérescence historique extrême, elle se caractérise également par une sinistre et totale inversion de la vision traditionnelle du monde. En nous référant aux mythologies et aux récits sacrés des anciennes traditions humaines, nous verrons dans cet article que notre société actuelle constitue purement et simplement une parodie du Paradis biblique ou de l’Âge d’or originel.



D’ailleurs, en prenant pour analogie la destinée de toute vie humaine, ne peut-on pas dire que la sénilité du vieillard ressemble fortement à la fragilité du nouveau-né ? L’un va bientôt mourir et sent qu’il se rapproche de la mort dans un futur au-delà, l’autre vient de naître ici-bas et sent qu’il a quitté un état antérieur plus subtil…



Or, à nos yeux, le retournement mental le plus décisif opéré par la modernité (depuis les utopies de la pseudo-Renaissance) concerne avant-tout le sens de l’histoire : les Anciens ont partout et toujours affirmé que la perfection anthropologique se situait au début des temps, jamais à la fin. A l’exception du monde moderne, tous les enseignements traditionnels ont placé les temps de béatitude et de félicité au commencement, jamais dans un futur incertain, et, par conséquent, ont tous fait état d’une « Chute de l’homme » (ou bien d’un « retrait des dieux », ce qui revient à exprimer la même idée).



Nous ne pouvons ici que citer ces sublimes mots de l’historien et ethnologue Jean Servier, extraits de son indispensable ouvrage : L’Homme et l’Invisible (R. Laffont, 1964, p. 27) : « Les traditions de toutes les civilisations ont choisi la solution de la chute. Elles en tirent toutes les conséquences. La science occidentale défend, elle, l’hominisation du singe, peut-être parce qu’il est plus facile d’être un singe « parvenu » qu’un ange déchu ».



En effet, le supérieur ne peut pas être le résultat de l’inférieur, le + n’émane jamais du –, et si Toto a dix euros en poche, il peut acheter neuf euros de bonbons mais pas onze. A ce titre, le prophète Mohammad (saw) rappelait cette vérité universelle lorsqu’il déclarait : « Il ne viendra pas d’époque qui ne soit pire que la précédente ». On ne peut être plus clair : toute forme de progressisme historique constitue une irrémédiable hérésie intellectuelle et se présente comme une inversion du court normal du temps, corrosif et constricteur. L’eau vive n’est-elle pas plus pure à sa source qu’à son estuaire ?



Aujourd’hui, à l’heure du New World Order (expression qui n’est pas due à un livre d’H.G.Wells comme le répète sans cesse P. Hillard, mais qui est tout simplement le titre de Genèse II, 9 racontant le pacte entre Dieu et Noé après le Déluge, ce qui constitue là-encore une sinistre parodie moderne), à l’heure de la sacro-sainte « Croissance » et des fumeux « lendemains qui chantent », le monde entier, sans dessus-dessous, vit en fait dans une vaste illusion plastifiée et se situe historiquement dans les bas-fonds de l’ « Âge sombre » (soit les « jours de lamentations » de la Bible, l’ « âge de fer » d’Hésiode, les « tribulations apocalyptiques » de Jean, le kali-yuga des hindous, l’ « âge du loup » des vieux scandinaves… etc.).



Ainsi donc, nous vivons actuellement dans un monde à rebrousse-poil qui se caractérise comme une singerie terminale — constituant à la fois une horizontalisation, une matérialisation et une profanation — de l’ « Âge d’or », dans ce que René Guénon dénommait explicitement « la grande parodie » ou « le carnaval perpétuel », et que le génial Aldous Huxley avait prévu il y a presque cent ans dans son énigmatique Meilleur des mondes (où il prédisait notamment l’esclavage volontaire, l’interdiction de l’amour, l’hypersexualisation de la société, la généralisation de l’évasion dans les drogues et le spectacle, la fin de la procréation naturelle, la mort de la famille, l’eugénisme industriel, l’abrutissement des masses, l’éducation sexuelle dès la petite enfance, ou encore la banalisation de l’euthanasie en transformant les morgues en fêtes foraines avec clowns et barbe-à-papas).



Dès lors, nous donnerons en vrac quelques illustrations factuelles qui nous font dire que la fin des temps est proche et que « l’Heure » annoncée par toutes les eschatologies est arrivée.



- Les projets politiques mondialistes et les divers courants néo-spiritualistes du New-Age ne représentent qu’une mauvaise imitation de la « Tradition primordiale », en remplaçant l’unité spirituelle du genre humain par une uniformisation dégradante des corps et des âmes. On peut dire ainsi que la Jérusalem terrestre, future capitale du monde selon Jacquot, n’est qu’un pastiche grossier de la Jérusalem messianique et céleste des prophètes bibliques devant acter le retour sur terre du Paradis.



- L’aviation, la conquête spatiale et la construction de gratte-ciels constituent des caricatures grossières du lien Terre/Ciel et de la facilité de communication avec Dieu qu’avaient les premiers hommes. Un célèbre hadith ne prévoit-il pas qu’à la fin du monde des tours s’élèveront dans le désert, à l’image de la tour de Babel (songeons à la gigantesque Big-Benconstruite en plein centre du sanctuaire de La Mecque ; voir à ce sujet cette vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xxcs1j) ?



- L’anglicisation générale et la multiplication des moyens techniques de communication nous renvoient au langage unique, à la « langue des oiseaux » et au « don des langues » propres à l’humanité originelle qui, dit-on, pouvait facilement dialoguer avec tous les règnes du vivant. De même, le cinéma, la télévision, internet et l’énorme pouvoir des médias ont littéralement supplanté le pouvoir sanctifiant du Verbe divin ; n’oublions pas que dans son Apocalypse (XIII, 15), saint Jean parle d’images animées par la Bête…



- La généralisation de l’homosexualité et du transgenre, virilisant les femmes et efféminant les hommes, nous rappellent étrangement la doctrine platonicienne de l’ « Androgyne primordial », conçu comme une sphère lumineuse parfaite, de la même manière que la promotion de la pornographie nous ramène à la nudité sans honte de nos proto-parents dans le jardin d’Eden.



- Le productivisme, les supermarchés et la consommation à outrance nous font penser aux fructueuses récoltes sans effort pendant l’ « éternel printemps » de l’âge d’or ainsi que le raconte, entre autres, Ovide, dans ses Métamorphoses (un mythe amérindien affirme par exemple qu’au début des temps, les fruits étaient si gros qu’il fallait une brouette pour les transporter).



- La chirurgie esthétique et les pilules-miracle anti-vieillissement se présentent comme une nouvelle forme artificielle de la « Fontaine de Jouvence » ou de la « Source de Vie » située au centre du Paradis, permettant à l’humanité primordiale d’être immortelle ou de jouir de l’éternelle jeunesse (on notera d’ailleurs que l’âge des prophètes bibliques, qui vivaient des centaines d’années au début du cycle, ne fait que décroître au fur et à mesure du récit).



- L’intelligence artificielle, le transhumanisme, et surtout le robot, en tant qu’aboutissement de l’ « homme nouveau » prôné par tous les révolutionnaires, qui incarne la figure idéale de l’homme singé, hors-sol, extérieurement augmenté et déspiritualisé (et qui bénéficie aujourd’hui de droits juridiques ; un horrible robot nommé sataniquement sophia a été la semaine dernière déclaré citoyen d’honneur de l’Arabie Saoudite, décidément à la pointe de la subversion moderne) sont des parodies matérialistes de la perfection ontologique, des hautes capacités intellectuelles et des divers pouvoirs spirituels de l’ « Homme transcendant » dans le séjour paradisiaque ; il est à cet égard intéressant d’observer que le grand historien des religions Mircea Eliade parlait déjà de « transhumanisme », seulement, ce mot était pour lui un synonyme de « sacré » et caractérisait uniquement le phénomène religieux…

Bref, à l’heure actuelle, comme le disait froidement Guy Debord dans sa Société du spectacle : « Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation », soit un sordide monde à l’envers où le beau est devenu le laid, où le mensonge tient lieu de vérité, où toute qualité humaine se transforme en défaut, où les petits hommes verts ont remplacé les anges, où le fou est perçu comme un sage, et où le borgne a été sacré roi des aveugles…

Posté le 29 octobre 2017 par Pierre-Yves Lenoble


Livres de Pierre-Yves Lenoble : Métaphysique du Moyen Age : Essai métahistorique sur la destinée de l'Occident ; La dame céleste : La tradition secrète des "fidèles d'amour" islamo-chrétienne ; 
Vie et mort des civilisationsRéflexions sur le dualisme ; La métaphysique végétale ; Diablerie de foule ; Le symbolisme du «centre», Considérations métaphysiques et aspects historiques ; Le chemin vertical.
 



Jean Servier

Jean Servier remet en question les dogmes évolutionniste et matérialiste qui fondent - bien mal - la civilisation occidentale et ne visent qu'à calmer l'angoisse de l'homme blanc et à justifier son racisme. Si l'on repousse les idées toutes faites et jamais vérifiées de certains savants, les hommes apparaissent égaux en pensée d'un bout à l'autre de l'espace et du temps, et de fait, plus soucieux des choses invisibles que des biens de ce monde. Ils croient tous à la survie d'un principe invisible, l'âme, après la mort charnelle. Partout réside la même volonté de considérer l'invisible. comme la seule vraie patrie humaine, la seule dimension à l'échelle de l'homme. Face à ces certitudes, notre Occident. en cette fin de siècle, est en proie à une grande peur, qui reflète notre peur de la mort, car l'aventure humaine nous est désormais étrangère. Apprenons à écouter la voix des sages en haillons qui peuvent encore nous dévoiler leur immense richesse spirituelle. Apprenons à lire dans les humbles traces laissées parles pieds nus de nos frères le mot dé passe de toutes les initiations : ce mot est Univers, sa réponse Homme. C'est la Parole que nous avons perdue...

mercredi, juin 12, 2019

Trois jours avec les Brigandes et les Brigands



Décidément la Salvetat-sur-Agout est un lieu où souffle l’Esprit.

Nous avons tous, sûrement en tout cas ceux qui me lisent, été étonnés, surpris, enthousiasmés par les chansons des Brigandes. Certaines font apparaître graduellement une dimension spirituelle, qui nous ouvrent un véritable chemin initiatique.

C’est pourquoi lorsque j’ai reçu une invitation pour participer à un premier séminaire sur le thème « L’origine de l’homme et sa destination selon la tradition indo-européenne : quelle alternative de vie pour l’avenir ? D’où venons-nous ? Où sommes-nous ? Où allons-nous ?», j’ai aussitôt accepté. La participation était limitée à une douzaine de personnes. Ce séjour d’étude est organisé par la Communauté de la Rose et de l’Épée. C’est ainsi que se nomme le Clan des Brigandes.

Ce nom riche de symboles exprime bien la prise de conscience que nous devons avoir. Il apparaît que le combat des Brigandes passe à une dimension métapolitique.

Nous avons été accueillis dans un lieu d’exception. Le calme, l’atmosphère, la verdure, l’odeur de l’air, des plantes, des pins des chênes et des érables nous font changer de monde. D’abord l’absence de réseau téléphonique a reposé nos corps des influences électromagnétiques qui nous entourent habituellement. L’organisation de ce séjour est parfaite, harmonie et ponctualité.

Vendredi 31 mai. Après un apéritif sur la terrasse, nous avons dîné, Chrystelle nous plaça selon un plan de table, excellente idée, car ce plan changeant à chaque repas nous permit de nous entretenir et de faire connaissance plus particulièrement les uns et les autres. Le dîner fut délicieux, végétarien bien sûr, mais original et savoureux. Remercions nommément Sara pour ses talents de cuisinière.

Samedi 1er juin : D’où venons-nous ? Origine métaphysique de l’homme. Qui sommes‐nous selon les mythes et la philosophie antique ?

En préambule Roxane joua de sa harpe, égrenant des notes mélodieuses harmonieuses qui nous apaisèrent, nous préparant à écouter. Ce moment de sérénité n’est pas fréquent lors des conférences publiques, le brouhaha de l’installation des participants, les conversations ne favorisent pas la quiétude, l’ouverture et la réceptivité de l’esprit. Ce moment fut répété entre chaque conférence. Antoine, Xavier et Irène sont intervenus l’un après l’autre sur nos origines et ont parfaitement posé les prolégomènes de nos travaux.

Chaque conférence était suivie d’un long moment de questions et commentaires auquel nous avons participé pour la plupart. Je ne vais pas m’étendre et commenter les sujets abordés, je laisse à ceux qui voudront participer aux prochains séminaires le bonheur de la découverte.

Disons seulement que pour cette première série de conférences, Antoine, Xavier et Irène nous ont éclairés sur l’opposition qui règne autour de nous entre les matérialistes et les spiritualistes et que cela recouvre le choix mondialiste opposé aux convictions identitaires.

Où sommes-nous ? La civilisation matérialiste qui nous conditionne. Les enjeux de notre époque.
Les dangers de la technologie et d’une science sans conscience.
Les traditions, des Indes à l’Irlande, de la Bible aux Eddas nous enseignent que nous sommes à la fin des temps ou d’un temps, l’Âge noir ou l’Âge de Fer, l’Apocalypse ou le Ragnarök. Au-delà d’une subversion mondialiste organisée par les grands systèmes financiers, les tenants du politiquement correct et les adeptes de l’uniformisation des peuples, il y a de fait un totalitarisme technologique, même pas politique mais omniprésent.

D’internet à la carte à puce, de la carte à puce à la puce implantée, des vaccins utiles aux multi-vaccins, le monde technologique et financier organise la sujétion de l’individu le préparant au transhumanisme. Le Grand Remplacement n’est pas seulement racial, il est aussi le Grand Remplacisme des êtres humains naturels dans leurs diversités par un individu humanoïde véritable robot androïde rêvé par les auteurs de science-fiction. Rêve ou cauchemar ?

Il est à noter également que l’uniformisation des humains de la planète est aujourd’hui acquise. Ainsi lors du congrès de Sotchi réunissant les jeunes alter-mondialistes des pays du BRICS (Brésil, Russie, Chine, South Africa…), on constatait, que quelle qu’en fûtl’origine, les participants portaient les mêmes jeans, t-shirts, chaussures et utilisaient les mêmes smartphones et tablettes. Le Grand Remplacisme est aussi moral. La culture dominante, les « éducations nationales » modifient les valeurs.
Le Héros (chevalier, guerrier, homme de droiture, de courage, agissant avec force, faisant passer l’honneur avant l’intérêt ou le confort) est distancié, oublié, voire moqué. Il est remplacé par la victime, le faible, le handicapé, le malin.

Avec le recul je ne peux m’empêcher de penser à ce passage de Zarathoustra de Nietzsche : « Point de berger et un seul troupeau » ! Chacun veut la même chose, tous sont égaux : qui a d’autres sentiments va de son plein gré dans la maison des fous. « Nous avons inventé le bonheur » – disent les derniers hommes, et ils clignent de l’œil.

Après le dîner, un concert de musique médiévale par Roxane à la harpe, Sara au piano et Maxime à la guitare et tambourin. Nous avons écouté une douzaine de pièces de troubadours qui correspondaient si bien à notre attente d’harmonie.

Après une nuit reposée vint le dimanche. Le sujet des dernières conférences fut : Où allons-nous ? L’avenir de l’ordre mondial et la tyrannie technocratique. Comment organiser une alternative de vie pour le futur ? Accomplir le but de la vie humaine.
Comment nous permettre de survivre avec nos valeurs et nos traditions ? Est-il possible de lutter contre ce monde totalitaire tout puissant par sa technologie omniprésente ?
Renouer avec le culte des Héros, restaurer dans nos familles, nos proches, les vertus de droiture, de courage, de virilité. Refuser « l’uni-formisme », constater que si le rôle des hommes est de combattre et de produire celui des femmes est de protéger, d’instruire et d’élever (dans tous les sens du verbe).

Face à cet univers sans amour il nous faut lui tourner le dos, s’en écarter, choisir d’autres chemins. Le retour au Clan est le moyen de refuser l’individualisme forcené. De choisir un autre mode de vie et de se préparer à survivre.

Cela passe par un retour à la religiosité, à la renaissance de nos mythes ancestraux, à l’exemplarité de notre comportement devant les générations futures. Cultivons l’espérance.

J’ai passé deux journées et demi, avec un sentiment de grande liberté, d’harmonie. Tous les sujets ont été abordés, y compris ceux qui sont évoqués par les adversaires de Brigandes sur le Net. Il est si facile de salir ce que l’on craint. Joël Labruyère n’accepte pas la soumission aux pouvoirs d’État. Il montre le totalitarisme léger, discret mais sans pitié, qui cherche à étouffer la liberté de conscience, l’indépendance des pensées, les livres maudits. Alors lui comme ceux qui l’entourent doivent être salis et présentés comme malsains.

Contactez la Communauté de la Rose et de l’Épée et n’hésitez pas à participer à un prochain séjour d’étude. Vous en reviendrez enrichi. Je peux vous annoncer un weekend d’étude sur le même thème du vendredi 5 au dimanche 7 juillet sur le thème : L’origine de l’homme et sa destination selon la tradition indo-européenne.

Lieu-dit « Le Gazel » – 34330 La Salvetat-sur-Ragout
Téléphone : 04 67 97 33 82
Messagerie : communaute.rose.epee@gmail.com

Christian R.

Source : le site de ré-information NiceProvence Info :


jeudi, juin 06, 2019

Révélations pour comprendre ce monde



"Après l'Atlas du mondialisme, Pierre Hillard revient pour présenter son tome 2 intitulé "Archives du mondialisme" aux Editions Nouvelle Terre. Une somme impressionnante de documents rares pour expliquer les rivalités entre factions oligarchiques, toutes animées par un idéal commun : l'émergence d'une gouvernance et d'une monnaie mondiale, le tout en lien avec une spiritualité bien définie..."


Dans ce livre, "Pierre Hillard a voulu cibler un autre angle d'attaque permettant d'intégrer, sur le temps long, la trame pro­fonde - politique, économique, monétaire, géopolitique et spiri­tuelle - expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l'émergence d'une gouvernance mondiale et l'instau­ration d'une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie. Les volontés d'instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels plané­taires de diverses factions oligarchiques, l'ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l'idéal du mondialisme. Pour illustrer son propos, l'auteur a réuni plusieurs dizaines de pièces d'archives remarquables en français, mais aussi en allemand, anglais, italien et hébreu. Tous les documents en langue étrangère y sont intégralement traduits en français afin que le lecteur puisse avoir une compréhension précise des événements passés - depuis le monde antique et hébraïque jusqu'au XXIe siècle. Ces pièces d'archives se complètent entre elles et s'avèrent exceptionnelles de par leurs révélations. Renforcée par un commentaire explicatif de plus de 220 pages, cette compilation permettra au lecteur de comprendre, à partir d'un socle d'infor­mations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend."

dimanche, juin 02, 2019

Des fraudes électorales ont-elles été planifiées par la loge politico-occulte au pouvoir ?


Le 26 mai à 7 h du matin, le Parisien publiait les résultats des Européennes… 

"Le matin des élections, dès 7h11, le journaliste Olivier Corsan a publié des résultats sur le journal le parisien avant l’ouverture même des bureaux de vote. Il a donné le tiercé dans le bon ordre pour les 4 premiers gagnants : RN, LREM, EELV, LR et a deviné les noms des partis qui n’obtiendraient pas 5% de suffrages. Les dés étaient donc joués avant l’élection..." Lire la suite

De nombreuses "anomalies" ont été constatées dans toute la France 


"Des bulletins absents des bureaux de vote, des électeurs qui n'ont pas pu voter car radiés sans raison des listes électorales, ou encore des tampons fantaisistes sur les cartes d’électeurs : plusieurs milliers de personnes n'ont pas pu voter normalement ou pas pu voter du tout dimanche", écrit Géraldine Houdayer de France Bleu.


La France en marche
Européennes 2019 et la victoire joyeuse de l'ordo-libéralisme